30 mai 2016

Verdun : 1 commémoration conservatrice ?

 

Battle-Verdun-map


Battle of Verdun, GDR, Commons
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Battle_of_Verdun_map.png




- Verdun une passion française (un creuset des fractures françaises ?) Le Monde 29.05.2016
http://www.lemonde.fr/histoire/visuel/2016/05/29/verdun-une-passion-francaise_4928577_4655323.html

- Le mythe Verdun
, Paul Jankowski (Brandeis U.) Le Monde 27.05.2016
http://www.lemonde.fr/histoire/visuel/2016/05/27/le-mythe-verdun_4927868_4655323.html

Il existe plusieurs mythes Verdun – beaucoup, même.
Après 1916, côté français, le récit dominant met en relief les poitrines françaises contre les obus allemands.
cf. le film « Verdun. Souvenirs d’histoire » de  Léon Poirier en 1931
Côté allemand, les ouvrages nationalistes esquivent le rôle de l’artillerie et ...vantent la détermination des soldats, leur impatience même à se lancer à l’assaut des lignes françaises.

En 1964, Georges Pompidou, parle non de sacrifice et d’union, mais de l’absurdité de la guerre. C’est une litanie de souffrance et d’horreur, déjà présente dans le récit pacifiste des années 1920.
1966 : de Gaulle rend hommage aux combattants de Verdun dans une cérémonie strictement française.
Il reconnaît le rôle de Pétain mais rappelle « les défaillances condamnables » au soir de sa vie.
1984 : une poignée de main illustre le rapprochement franco-allemand et l’Europe
En 2016, Hollande et Merkel parleront d'Europe.
Le succès de la commémoration du 6 juin 1944 a quelque peu éclipsé les initiatives prises autour de l’anniversaire du début de la Grande Guerre.

Français, Britanniques, Australiens, Canadiens ou Allemands arpentent sans fin le terrain en car, en voiture ou à pied, de monuments en musées, de cimetières en parcours de tranchées. A Verdun, les touristes trouveront un Mémorial rénové, un Centre de la paix et surtout un champ de bataille-linceul

Paul Jankowski, Verdun, 21 février 1916, Gallimard, coll. « Les Journées qui ont fait la France », 2013,
http://www.crid1418.org/bibli/?p=228
Jankowski, Paul. Verdun. The Longest Battle of the Great War.
New York (February 2014) and Oxford (April 2014)
http://global.oup.com/academic/product/verdun-9780199316892?cc=fr&lang=en&#

- Verdun, ils ne passeront pas, documentaire de Serge de Sampigny
- Antoine Prost et Gerd Krumeich ont publié Verdun 1916 (Tallandier, 2015),
Antoine Prost :
« En 1984, La réconciliation franco-allemande renforce la lecture victimaire de la guerre. En même temps que les deux pays soulignent le sacrifice commun de millions d'hommes, le mythe de Verdun perd sa dimension nationale. L'horreur inspirée par la mort de masse renvoie à la responsabilité passée des nations, tandis qu'elle fonde l'appartenance à une nouvelle entité politique: l'Europe ». L’Express 14.01.2016
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/verdun-l-hyperbataille_1751062.html
http://www.la-croix.com/Culture/Verdun-un-mythe-francais-2016-02-19-1200741347



- Une commémoration globalement conservatrice - Le Figaro 28.05.2016 (source FC)
http://www.lefigaro.fr/vox/histoire/2016/05/27/31005-20160527ARTFIG00286-audoin-rouzeau-verdun-le-devoir-de-memoire-l-a-emporte-sur-le-devoir-d-histoire.php

A Verdun, « es combattants ont vécu une indicible horreur qu'aucun chiffre ne peut suffire à exprimer (sic) : 163.000 Français et 142.000 Allemands y sont morts »

« Le site de l'immense affrontement n'a cessé de connaître une série de « recharges sacrales » successives, depuis les années 1920 jusqu'à nos jours :
en 1927, l'ossuaire de Douaumont est inauguré, avant même son achèvement en 1932 ;
en 1929, la ville inaugure en grande pompe le monument «A la Victoire et aux soldats de Verdun»;
pour le vingtième anniversaire, dans la nuit du 12 au 13 juillet 1936, 30.000 anciens combattants venus de toute l'Europe se réunissent sur le champ de bataille pour un grand rassemblement pacifiste ;
en 1966, De Gaulle est à Douaumont où, dans un discours inouï, il aborde de front la question Pétain et la relation franco-allemande ;
le 22 septembre 1984, sans un mot, Mitterrand saisit la main du chancelier Kohl tout en faisant face, longuement, à la nécropole étendue devant eux ;
Chirac se rend à son tour à l'ossuaire en 2006. Sarkozy fait de même à l'occasion du 11 novembre 2008 ».


« La commémoration a évolué: ainsi le message s'est-il transformé, en se dénationalisant peu à peu. Pour autant, en historien, il est permis de regretter que l'autre grande bataille de l'année 1916 - la Somme, si mal connue des Français - ne soit pas commémorée en même temps que Verdun. C'est d'ailleurs ce qu'avait proposé le conseil scientifique de la Mission du Centenaire, sans être écouté tant il est vrai que les historiens de la Grande Guerre ont été peu entendus par le pouvoir politique depuis 2013 »

L’année 1916 est marquée, certes, par Verdun, mais aussi par la bataille de la Somme, qui commence le 1er juillet et sonne l’heure de gloire des Britanniques dans la Grande Guerre... les deux batailles mènent à la guerre sous-marine et au siècle des Américains.

Le devoir de mémoire l'aura emporté sur le devoir d'histoire, au prix d'une commémoration globalement conservatrice.

 

verdun-sar-2016
Le Figaro a utilisé une copie d'écran des Sentiers de la Gloire.
commentaire d'un lecteur :
LauMal
« Bien joué, la photo tirée d'un film antimilitariste des années ´50 en guise d'illustration.
Encore du grand travail de stagiaire... »

 

.


Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


10 avril 2014

Apo 14-18, la manipulation



Apo 14-18, une modernisation de l'histoire qui tourne à la manipulation, selon l'historien Laurent Véray - Télérama, 25.03.2014

Laurent Veray, un historien, spécialiste de l’image montre comment les manipulations numériques constituent une menace pour la nature des images et leur historicité. Pour cela il a choisi quelques extraits de la série et des discours publicitaires qui l’accompagnent.

Les opérateurs qui ont filmé la guerre étaient des professionnels maîtrisant parfaitement la technique de leur époque. « La dimension esthétique de leurs images disparaît dans la colorisation, le reformatage en 16/9e, la sonorisation hyperréaliste, la musique style blockbuster ».

« Des plans du film Verdun, vision d’histoire (1928), une fiction aux apparences de documentaire tournée en 1928 par Léon Poirier, sont colorisés, y compris ceux de Pétain filmé dix ans après les faits, et amalgamés à des plans d’archives qui d’ailleurs ne concernent pas la célèbre bataille mais les offensives de la Somme (juillet 1916) et du Chemin des dames (avril 1917), de surplus montés à l'envers ».

« Non seulement la colorisation n’apporte rien en matière d’authenticité, mais que toutes les nuances et la beauté des images, propre à l’émulsion, au support en nitrate de cellulose d’origine, disparaissent sous l’artificialité des couleurs ajoutées. Connaissant bien les qualités esthétiques du matériel de départ, je suis frappé par la médiocrité du résultat final ».

« A trop vouloir tout dire et tout montrer, [à l’aune des dispositifs télévisuels d’aujourd’hui]  on finit par basculer dans une sorte d’esthétique du plein au déterminisme discutable… Pour ma part, en matière de représentation de l’histoire, je me fais une autre idée de la « mission de service public » »

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,