04 avril 2015

Annales : Lire Le capital de Thomas Piketty

 

annales-piketty

 

Lire Le capital de Thomas Piketty
dossier dans Les Annales Histoire Sciences Sociales 1-2015

conférence à la BNF (Petit Auditorium)
le mercredi 8 avril 17-19h
http://annales.ehess.fr/



Le sommaire du dossier :
http://editions.ehess.fr/revues/numero/20/

- Lire Le capital de Thomas Piketty

Jean-Yves GRENIER, Dynamique du capitalisme et inégalités

Peter H.LINDERT, Faire fructifier Le capital au XXI e siècle

Éric MONNET, Monnaie et capital
Contributions du Capital au XXI e siècle à l’histoire et à la théorie monétaires

Nicolas DELALANDE, Vers une histoire politique du capital ?

Alexis SPIRE, Capital, reproduction sociale et fabrique des inégalités

Laurent THÉVENOT, Vous avez dit « capital » ?
Extension de la notion et mise en question d’inégalités et de pouvoirs de domination

Giacomo TODESCHINI, Servitude et travail à la fin du Moyen Âge
La dévalorisation des salariés et les pauvres « peu méritants »

Katia BÉGUIN, Du présent au passé : les dynamiques historiques de la richesse à l’époque moderne

Alessandro STANZIANI, Les échelles des inégalités : nation, région, empire

Nicolas BARREYRE, Thomas Piketty en Amérique

Thomas PIKETTY, Vers une économie politique et historique
Réflexions sur le capital au XXIe siècle


- Recherche historique et enseignement secondaire
Étienne ANHEIM et Bénédicte GIRAULT, L’histoire, entre enseignement et recherche

Virginie BARBIER, L’histoire-géographie en classe
La construction d’un savoir par l’apprentissage d’un savoir-faire

Alexandre BERTHON-DUMURGIER, Apprentissages historiques et métier d’historien
Un parcours de compétences

Hayat EL KAAOUACHI, La recherche en histoire dans la formation continue des enseignants

Laurence DE COCK, L’histoire scolaire, une matière indisciplinée

Christian DELACROIX, Un tournant pédagogique dans la formation des enseignants
Le cas du Capes d’histoire-géographie

Bénédicte GIRAULT, De la didactique à l’épistémologie de l’histoire : une réflexivité partagée

 
..

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


13 juillet 2014

Rencontres de Pétrarque 2014

 
« De beaux lendemain ? Ensemble, repensons le progrès »
Rencontres de Pétrarque 2014
http://www.festivalradiofrancemontpellier.com/index.php/


Lundi 14 juillet - Leçon inaugurale
Thomas Piketty, auteur de l’ouvrage Le Capital au XXIème siècle

Mardi 15 juillet - La politique peut-elle se passer de l'idée de progrès ?
Cécile Duflot, Etienne Klein, Blandine Kriegel.

Mercredi 16 juillet
La révolution technologique nous promet-elle un monde meilleur ?
Jean-Michel Besnier, Christophe Bonneuil, Jérôme Clément, Agnès Guillot.

Jeudi 17 juillet
Déclin de l'Occident : d'où viendra le progrès ?
Jean-Joseph Boillot, Pascal Bruckner, Geneviève Fraisse, Thanh Nghiem.

Vendredi 18 juillet
Peut-on remettre l'économie au service du progrès ?
Elie Cohen, Jean-Marc Daniel, Gérard Dumenil, Axelle Lemaire.


Diffusion des tables rondes sur France Culture
du 21 au 25 juillet, de 21 heures à 22 heures.
http://www.franceculture.fr/emission-les-rencontres-de-petrarque-1

en mp3 : http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_11919.xml

La démocratie jusqu'au bout : Le Monde a publié un entretien avec Thomas Piketty
http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/07/10/thomas-piketty-il-faut-miser-sur-la-democratie-jusqu-au-bout_4455216_3232.html

extraits :
« On dit que la France est pionnière pour l'égalité, mais en réalité... le mot républicain lui-même légitime les inégalités les plus extrêmes
La conclusion que j'en tire, ce n'est pas que le progrès est impossible, mais qu'il faut repenser les institutions de politique publique dans toute une série de domaines (fiscalité, transparence, éducation…). Pour que la République soit sociale, une vraie démocratisation de l'économie et l'accès au savoir s'impose. Il faut plus que la Révolution française et l'égalité formelle pour que le progrès se réalise ».

« On l'a oublié, mais pendant longtemps les Etats-Unis étaient plus égalitaires que la vieille Europe. Reagan a utilisé la peur d’une concurrence par les pays vaincus en 1945 pour prôner un retour à un capitalisme débridé »

« On n'écrit pas un livre pour les gens qui nous gouvernent : de toutes les manières, ils ne lisent pas de livres. On écrit des livres pour tous les gens qui en lisent, à commencer par les citoyens, les acteurs syndicaux, les militants politiques de toutes tendances ».

« Je n'aurais jamais représenté l'inégalité comme je le fais sans la lecture de Balzac. Il y a là, dans la littérature, une puissance évocatrice qu'aucun chercheur en sciences sociales ne peut approcher ».

« il est possible de développer une vision optimiste et raisonnée du progrès. Pour cela, il faut miser sur la démocratie jusqu'au bout. Il faut s'habituer à vivre avec une croissance faible, et sortir des illusions héritées des " trente glorieuses ", où la croissance allait tout régler. La réflexion sur les formes concrètes de la démocratisation de l'économie et de la politique, sur la façon dont la démocratie peut reprendre le contrôle du capitalisme, cette réflexion ne fait que commencer. Il est urgent de développer des institutions réellement démocratiques, au niveau européen comme local, avec de nouveaux modes de participation collective aux décisions et de réappropriation de l'économie ».

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 février 2012

Un crime français : Jean Zay

 

Un crime français
Jean Zay, ministre de l'Education nationale du Front Populaire, a été condamné par Vichy en 1940 et assassiné en 1944 par la Milice (52 mn). Le documentaire a été écrit par Dominique Missika et Catherine Bernstein, et réalisé par Catherine Bernstein.

A voir ou enregistrer ce soir, sur France 3, à 23 h 55 !!!
Il a été projeté en décembre par l'association Ciné Histoire et novembre par France3 Centre.
http://programmes.france3.fr/documentaires/
http://videotheque.cnrs.fr/doc=2821

L'article de Libération vaut le détour, mais il faudra attendre pour le lire : Jean Zay n'avait sa place ni dans la mémoire gaulliste, ni dans celle des communistes.
http://www.liberation.fr/medias/01012390950-jean-zay-un-meurtre-d-etat


. rappel : Jean Zay (1904-1944)
Mémoire d'un homme, modernité d'une oeuvre
http://www.cndp.fr/crdp-orleans-tours/jean-zay/
oublier l'adresse http://aegir.cndp.fr/crdporleans/crdp/jean-zay/ qui ne répond plus

jeanzay

 

Caroline Piketty, Les papiers de Jean Zay.
Nouvelles sources d’archives pour l’histoire du début du XXe siècle - Histoire & Politique n°16, janvier 2012
http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=16

Cible de l'extrême droite à partir de 1934, il entra au gouvernement en janvier 1936. En juin de cette même année, Léon Blum le nomma ministre de l'Éducation nationale et des Beaux Arts, en faisant de lui le centre politique de la vie culturelle française. Arrêté en août 1940 par la police française à son arrivée au Maroc à bord du Massilia, il fut emprisonné et accusé de désertion le 4 octobre 1940, lors d'un procès hautement politique qui le condamna à la réclusion perpétuelle. Durant ses quarante-sept mois d'enfermement, Jean Zay rédigea des lettres, des nouvelles, des notes sur son travail de ministre, des réflexions sur la mémoire et sur sa solitude. En juin 1944, il fut remis entre les mains de la Milice qui l'assassina.

Jean Zay adorait la littérature, le théâtre, la musique, les sports. Ses goûts et ses passions s'ancraient dans une vie familiale épanouie. Ces documents uniques révèlent sa façon de travailler, son humanisme et éclairent l'histoire française des années 1930 et du début 1940.

Posté par clioweb à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 février 2012

Divergences franco-allemandes

 

Divergences franco-allemandes - Libération Rebonds
Thomas Piketty directeur d'études à l'EHESS et professeur à l'Ecole d'économie de Paris.
http://www.liberation.fr/economie/01012389758-divergences-franco-allemandes

« Les chiffres pour l’année 2011 viennent de tomber…Jamais, depuis 1950, le déficit français n’avait été aussi élevé (le précédent record datait de 1980-1982 : 2% du PIB). Jamais, depuis 1950, l’excédent allemand n’avait été aussi fort … »

extraits :
« La droite, qui aime se faire passer pour bonne gestionnaire, est seule au pouvoir en France depuis dix ans. La vérité est que son bilan économique est calamiteux.

L’appareil productif est en piteux état, la formation et l’innovation ont été délaissées au profit de ridicules subventions aux heures supplémentaires, et on a assisté à une gabegie sans précédent d’argent public, avec des cadeaux fiscaux insensés au bénéfice des donateurs de l’UMP. L’ISF va ainsi rapporter en 2012 deux fois moins d’argent qu’en 2007, alors même que les patrimoines ont progressé de 30%, tout cela en pleine crise des finances publiques.

Et comme les excuses habituelles ne fonctionnent plus - «c’est la faute des gouvernements précédents !», le pouvoir en place désigne les chômeurs (près de 5 millions d’inscrits à l’ANPE, autre record) et les immigrés à la vindicte populaire. Si l’on ajoute à cela que nous avons un président affabulateur, qui passe son temps à enchaîner les mensonges factuels devant des dizaines de millions de Français, la conclusion est claire : l’alternance politique est devenue une question de salubrité publique ».

« ... notre système fiscal est archaïque, complexe, imprévisible pour les agents économiques. Il doit d’urgence être simplifié et modernisé... L’alternance ne doit pas se faire par défaut ».

.
- Règle d'or : Sarkozy et Fillon veulent un référendum. Le Figaro

Quel culot ! Quelle indécence !
Le déficit est passé en 5 ans de 1000 à 1600 Mds d'euros.
Avoir alourdi de 600 Mds le déficit du pays, en quoi cela donne-t-il une légitimité pour imposer à ses successeurs la règle d'or ou Zéro Déficit ? N'aurait-il pas fallu d'abord éviter la contre-révolution fiscale qui a contribué à vider les caisses de l'Etat, sur le modèle de la droite grecque ou irlandaise ?

 

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 septembre 2011

Quand Bercy manipule la presse

 

Thomas Piketty, Quand Bercy manipule la presse, Libération rebonds, 27/09/2011
http://www.liberation.fr/economie/01012362159-quand-bercy-manipule-la-presse

Selon Les Echos, les riches ne paieraient pas moins d’impôts que les autres.
Thomas Piketty conteste cet article sur le fond et sur la forme : il est inspiré semble-t-il par une étude (confidentielle) de Bercy ; le calcul est fait sur le seul revenu imposable, et non sur l'ensemble du patrimoine. 

« Avec Camille Landais et Emmanuel Saez, nous avons fait un gros effort pour mettre en ligne des données et des programmes extrêmement détaillés permettant de faire toute la lumière sur le système fiscal français. Avec Facundo Alvaredo, Anthony Atkinson et des dizaines d’autres chercheurs, nous avons également exploité de façon systématique les fichiers fiscaux de vingt-trois pays depuis un siècle. Les chiffres de cette «World Top Incomes Database», aussi en ligne, rassemblent les séries internationales les plus complètes disponibles à ce jour sur l’évolution historique des inégalités, et font référence partout dans le monde.
Nous ne prétendons pas que ces données soient parfaites, et chacun est libre de ne pas partager les préconisations de réforme fiscale que nous en tirons. Mais elles ont toutes le mérite d’être publiquement accessibles, vérifiables dans leurs moindres détails, justement pour que chacun puisse le cas échéant les améliorer ».
http://www.revolution-fiscale.fr/annexes-simulateur/Donnees/pdf/CN16.pdf

« ... depuis 2007, le premier quotidien économique français est la propriété de la première fortune de France, par ailleurs ami intime du président de la République. J’ignore si cela explique le biais de plus en plus évident de ce journal en faveur des thèses défendues par le pouvoir en place. Certains jours, on a l’impression de lire le Figaro, propriété de Serge Dassault, sénateur UMP, et qui est presque devenu le journal officiel du gouvernement. Ou bien, plus sournoisement, les journalistes des Echos se contentent-ils d’épouser les intérêts financiers de leurs lecteurs, eux-mêmes de plus en plus déconnectés du commun des mortels ? »


Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 juin 2010

LCE : Chatel bourre les classes

«  La question des moyens n'est pas la réponse aux problèmes de l'Education ». « Déployant des trésors de rhétorique, le ministère évoque « l'optimisation » des moyens, leur « rationalisation » et le « renforcement de leur efficience » (sic). Traduire: emploi de la tronçonneuse puis gestion de la pénurie.

Dans Le Canard enchaîné (09/06/2010), Jean-François Julliard décode la prose du ministre marketeur et rappelle le sort d'une étude de Thomas Piketty et Mathieu Valdenaire menée au temps de Gilles de Robien.

Gérard Biard, dans Charlie écrit : « Sous la direction de NS, l'Etat est une entreprise comme une autre [quoique...]. Il va peut-être sous-traiter la formation des profs à Acadomia. Les profs ont déjà l'habitude d'être insultés et maltraités par leur hiérarchie. Cela ne les changerait pas trop ».

Dans la  même page, à propos d'une interview récente sur la TV de maçon, « Elle est voilée pour respecter la tradition iranienne », « elle ne pose pas de questions qui fâchent pour respecter la tradition française ».

jeune

Kiro, Le Canard, 09/06/2010

Posté par clioweb à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,