16 octobre 2015

A-C Paucot : sur les dangers d'Internet

 

Le vendredi, c’est le jour du cadeau à intelligence humaine… et de la lettre du futur
Anne-Caroline Paucot, déc 12, 2014 Lettre du futur,
après un atelier sur les métiers de demain du numérique avec le Conseil général des jeunes
http://www.editionspropulseurs.com/2014/12/12/le-vendredi-cest-le-jour-du-cadeau-a-intelligence-humaine-et-de-la-lettre-du-futur/


extraits
« Premier constat
Les éducateurs font bien leur boulot. Quand ils ont alerté les jeunes sur les dangers de l’Internet, ils ont été entendus. Désormais, c’est panique à bord ! Les jeunes évoquent les dangereuses addictions qui vont les transformer en marshmallow s’ils restent un peu trop longtemps derrière les écrans. Ou pire encore, ces criminels postés aux quatre coins du Net qui vont les détourner du droit chemin. Résultat, il va valoir maintenant mettre les bouchées doubles pour leur faire comprendre que maîtriser le numérique est essentiel pour leur avenir !

Deuxième constat
Pour eux, demain se résume à un envahissement des robots...
À cause d’eux, ils vont se retrouver au chômage !

Troisième constat
Ils n’ont aucune culture numérique ».

 
« On pourrait créer un guide d’apprentissage du numérique permettant aux jeunes de former leurs parents. Ce guide se composerait à la fois d’un livre et d’une présentation avec images et vidéos des nouveaux usages. Avec ce dispositif, ce serait une chance au grattage et une autre au tirage. On sensibiliserait en même temps les jeunes et les parents à la culture numérique ! »


.

 

Posté par clioweb à 18:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,


27 juillet 2015

Provins : la politique de la peur ?

 

Christian Jacob, seigneur en sa demeure de Provins
Sofia Fischer, Libération  21.07.2015
Dans sa ville de Seine-et-Marne, le député-maire, chef de file des députés Les Sarkozystes à l’Assemblée, se voit reprocher une gestion par la peur et des méthodes déloyales.
http://www.liberation.fr/politiques/2015/07/21/christian-jacob-seigneur-en-sa-demeure-de-provins_1351552

Depuis que sa sœur s’est présentée sous l’étiquette PS aux départementales, face au poulain de Christian Jacob le libraire son commerce s’est vu retirer systématiquement tous les marchés gérés par la municipalité. Soit 50 000 euros de commandes. La mairie a lancé un appel d’offres emporté sans surprise par une papeterie de Meaux, le fief de Copé.

« ici, si on se lève, on a la tête coupée. Il faut montrer patte blanche et prendre sa carte au parti. Ici, c’est la Corse.»
« une fois qu’on a installé la peur, c’est bon, on peut se retirer. Le système marche tout seul.»


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 avril 2015

Vidberg et la loi sur le renseignement



peur6

Les aventures de la loi sur le renseignement
de quoi avez-vous peur ? (extrait)
Martin Vidberg, 15.04.2015
http://vidberg.blog.lemonde.fr/2015/04/15/les-aventures-de-la-loi-sur-le-renseignement/


une autre peur :
http://vidberg.blog.lemonde.fr/2011/08/05/de-quoi-avez-vous-peur/


Egalement :
Nous n’avons pas la technologie pour surveiller tout le monde
Vous n’intéressez pas le gouvernement
Légaliser des pratiques illégales
http://vidberg.blog.lemonde.fr



Autre citation de dessin sur Twitter :

bennett-privacy

http://www.claybennett.com/pages/security_fence.html
Le dessinateur Clay Bennett : http://www.claybennett.com/about.html

.

Posté par clioweb à 08:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 mars 2015

Pelloux sur les rencontres de Caen

 

Canal Plus, Le grand journal, 27.02.2015 vers la 8e minute
http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-le-grand-journal/pid5411-le-grand-journal.html
http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid1830-c-zapping.html?vid=1223615


Patrick Pelloux
« J'ai été catastrophé par l'annonce » du Mémorial de Caen d'annuler les 5eme Rencontres du dessin de presse.

« C'est un manque total de courage. Si ce directeur a si peur que cela, il peut même éventuellement changer de direction.
Quand on décide de faire un colloque sur la liberté de la presse, après ce qui s'est passé en France, [il faut aller jusqu'au bout].
Il y a 70 ans, des jeunes se sont battus sur les plages pour libérer l'Europe du nazisme.
Alors qu'on est frappé par une nouvelle forme de nazisme, il est hors de question d'abandonner l'idée d'un colloque sur la liberté de la presse à Caen.

Des menaces précises, on en reçoit tous, tous les jours ; il y a possibilité de porter plainte, de faire appel à la sécurité publique.
On défend trop de choses maintenant. Ce directeur, son musée ne lui appartient pas, il appartient à la France. Il faut que ce colloque ait lieu, avec le plus grand retentissement possible. C'est devenu un symbole, il faut le faire.

Dans les salons du livre qui ont lieu en ce moment, j'encourage les organisateurs à mettre en place des débats sur la liberté de parole »

[ 18.03.2015 : « Sans la liberté de blâmer, il n'est pas d'éloge flatteur »
clame Le Figaro qui semble aujourd'hui bien loin de Beaumarchais
A Caen, la liberté d'expression ne semble pas appréciée par tous. :-):-) ]

.

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10 juillet 2012

Qui a peur du grand méchant web ?

 

Les discours anti-modernistes continuent de prospérer en feignant d’ignorer la réalité des pratiques sociales généralisées. Dans un ouvrage en ligne depuis février 2012, Pascal Minotte, un psychologue tire à boulets rouges sur deux de ces discours : l’exploitation anxiogène de la peur dans des spots institutionnels ; la publicité pour les logiciels de contrôle parental. Pour les adeptes de cette vision sécuritaire de la société, « l’autre se résume à un agresseur potentiel », et « Internet se dessine en cheval de Troie des pires vicissitudes que le monde puisse porter ».

L’auteur estime que le recours à la technique est une réponse paresseuse et contre-productive. Il préfère une démarche constructive et une éducation fondée sur le dialogue et la confiance. Ainsi, en prenant l’exemple de Wikipédia *, il montre qu’Internet offre une réelle opportunité pour étudier les formes de construction sociale des savoirs, former et exercer l’esprit critique (qui parle ? depuis quel point de vue ? dans quel intérêt ?) et apprendre à travailler en coopération. Il incite à multiplier les moteurs de recherche réellement utilisés et à diversifier les manières de chercher l’information. Selon lui, une formation active aux médias et au numérique est le meilleur moyen de préparer les jeunes à agir dans un monde qui est déjà le leur.

* « Décortiquer le modèle de construction et de capitalisation de savoirs à l’œuvre dans Wikipedia, étudier comment il a évolué et pourquoi, réfléchir à ses forces et ses faiblesses, le comparer avec d’autres modèles (comme ceux développés par les revues scientifiques, par exemple), voilà un formidable chantier d’apprentissage, transversal à l’ensemble des matières et porteur d’une réelle plus-value ».


http://www.netpublic.fr/2012/04/qui-a-peur-du-grand-mechant-web/

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 avril 2012

En attendant la Peur

 

Au Château, en attendant la Peur - Daniel Schneidermann - Libération
http://www.liberation.fr/politiques/01012399743-au-chateau-en-attendant-la-peur

Extrait :

« … Ne rions pas de NS. Il a tenté, c’est de bonne guerre.

C’est son amie, la Peur. C’est son amante. C’est sa muse. Entre eux, quelle belle histoire. Il l’aime. Il la chouchoute. Il la bichonne. Elle lui a donné tant de joies, tant de triomphes. Il sait si bien la soumettre, la gérer, la modeler, en jouer, comme un peintre de sa palette, un crooner de ses trémolos. Ah quand elle s’est installée, quand elle plane sur le pays, quand il sent trembler dans le soir les campagnes et les banlieues, quand il entend claquer les portes qu’on claquemure, quand jusqu’au fond de ses os il ressent les frissons de la foule, quand il hume le fumet des mille anxiétés, ah il sait si bien alors protéger, rassurer, en déployant policiers et militaires. Il sait si bien poser sa voix, trouver le ton qu’il faut, ferme et caressant à la fois. C’est ainsi qu’il a construit sa légende. C’est ainsi qu’il a soumis le pays. A la force de son instinct, de ses réflexes.

Alors jugez de sa joie, quand apparut miraculeusement un tueur d’enfants et de militaires. Enfin il rajeunissait. Un tueur d’enfants ! Et prénommé Mohamed ! Il était partout. Il se déployait ! Il revivait ! Elle était de retour, la peur, son amie, son amante, sa muse.

Mais pour le dire trivialement : quand ça veut pas, ça veut pas ».

.
- Le président des riches joue plus que jamais la posture d'un candidat anti-système en cohabitation avec les élites et le système médiatique...
http://elysee.blog.lemonde.fr/2012/04/03/


.

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

31 décembre 2010

Qui a peur d'internet ?

Patrice Flichy (Le sacre de l'amateur) et Dominique Cardon (La démocratie Internet : Promesses et limites) répondent aux questions de Julie Clarini (Le grain à moudre du 16/12/2010) et de François Armanet (Le Nouvel Obs).
http://www.laviedesidees.fr/_Flichy-Patrice_.html
http://www.laviedesidees.fr/Internet-nouvel-espace.html
http://cems.ehess.fr/document.php?id=155

Le texte est paru dans le Nouvel Observateur, mais ne semble pas encore en ligne.
L'émission est à archiver au format mp3

Un des intérêts de cet entretien à 4 voix, c'est le jeu de rôle, avec des questions à sens unique imaginées par les animateurs et une analyse très nuancée faite par les deux experts.

Les questions, en substance :
La transparence absolue n'est-elle pas un danger pour la démocratie ?
Les hackers ne vont-ils pas remplacer les journalistes et les experts ?
Internet ne suscite-t-il pas de failles qui mettent en péril la démocratie ?
Avec internet, n'y a-t-il pas pour la vie privée un risque de Big Brother ?
Ne surestimez-vous pas la capacité d'auto-régulation d'internet ?
La fragmentation de l'espace public en innombrables agoras n'est-elle pas une menace pour la démocratie ?

Entendu dans l'émission :
Wikileaks ?
Pourquoi avoir peur de la circulation d'une information publique (la diplomatie ?)
Pourquoi en faire un risque plutôt qu'une opportunité ?
Crier à la transparence absolue, c'est monter trop vite en généralité.
La démocratie repose sur le contrôle, la demande d'informations est une sorte de contre-feu face aux excès de la communication entre les mains du pouvoir. On est dans la foulée du journalisme d'investigation, où des sources privilégiées pouvaient marquer leur distance par rapport à une politique suivie.
PF cite l'exemple des papiers du Pentagone en 1971, au temps de la photocopie.

Des menaces sur la vie privée ?
Big Brother, ce sont les Etats (la Stasi) ou les entreprises. Les dangers sont connus, et le droit peut être mobilisé.

DC : Les individus choisissent de s'exposer, ils ne sont pas aussi naïfs. Sur Facebook, ils savent distinguer le mur et les infos protégées (sauf du propriétaire). Jongler entre la parade et la dissimulation, c'est un nouveau jeu dans les pratiques sociales...
Utiliser la vie privée comme arme stratégique, les politiques n'ont pas attendu internet pour le faire. Ils ont commencé avec la TV et la Téléréalité.

Les sites extrémistes ?
PF ne veut pas exagérer leur audience.
Il préfère la solution américaine (liberté et contradiction portée par les autres citoyens) à la solution française (une loi pour chaque dérive possible)

L'autorégulation ?
DC :  L'idée de l'autorégulation est au coeur d'internet, elle fait un pari : dès qu'on donne à la société civile des pouvoirs d'expression et de coordination autonome, on a l'impression qu'entre l'Etat et le marché, il n'y a pas d'espace. Or ce qui est en train de s'inventer - et c'est très présent dans la culture des amateurs - c'est l'idée d'un troisième modèle. Il y a une société civile qui s'auto-organise, qui produit des biens communs. Il y a des formes d'association dans lesquels on n'est pas obligé, pour remplir des services pour le public ou des services communs (Wikipedia ou le logiciel libre), de passer par le marché ou l'Etat. Cette auto-organisation est encore très fragile et imparfaite, mais elle monte en puissance.

Dans cet espace, le filtrage des informations n'est pas fait à priori par des journalistes de métier (qui jouent le rôle de gatekeepers), mais à postériori par les internautes. Donc internet n'est pas cette vaste poubelle si souvent dénoncée. Bien sûr un journaliste pourra lancer une rumeur et lui donner crédit. Mais ce que font les internautes (et aussi le Page Rank de Google), c'est de voter. Collectivement, les internautes produisent une crédibilité commune,  et ils sont généralement très vigilants quant à l'intérêt et à la véracité de l'information.

Une fragmentation de l'espace public ?
P Flichy - dans le débat public, il y a toujours une multitude d'agoras. Les premiers lieux où l'on parle de politique sont les lieux privés, la famille, les amis, à table...
L'éclatement de l'espace public via internet a au contraire qq chose d'extrêmement positif. S'il n'y avait qu'un seul espace, le débat serait limité aux grands messes électorales des présidentielles, au face à face de deux candidats. L'espace politique est une multitude de lieux qui s'ancrent dans la vie locale...

flichy
Patrice Flichy

                                                 

cardon
Dominique Cardon

 

Posté par clioweb à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,