20 mars 2013

Loi Peillon votée en 1ere lecture

 

Le projet de loi Peillon sur l'école a été voté en première lecture
à l'Assemblée le mardi 19 mars 2013, par 320 voix contre 227.

Les explications de vote sont transcrites sur le site de l'Assemblée nationale :
http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2012-2013/20130180.asp#P369_75850

Extraits
PS : « Le travail parlementaire, je voudrais le souligner, a renforcé et complété le texte en introduisant de nouvelles dispositions, telles que celles qui concernent l’éducation à la santé, l’éducation à la parité et à l’égalité entre filles et garçons dès la maternelle, la création de passerelles entre maternelle et CP et entre CM2 et sixième, l’accueil et la scolarisation des élèves en situation de handicap ».

UMP : « Aujourd’hui, le véritable enjeu pour l’école est la réforme des statuts des personnels, la redéfinition de leur mission et de leur service – notamment pour les directeurs –, une revalorisation des salaires, comme nous avions commencé à le faire pour les débuts de carrière, mais aussi une plus grande autonomie des établissements scolaires, pour une éducation en collaboration étroite avec les familles, basée sur le mérite et l’égalité des chances.
Pour toutes ces raisons, le groupe UMP votera contre cette loi qui n’a de refondation que le nom ».


.

Posté par clioweb à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 mars 2013

C dans l'air : le cas Peillon

 

Le cas Peillon a été abordé dans C dans l'air vers la 32e minute (La politique du ballon d'essai ... et les couacs).
http://www.france5.fr/c-dans-l-air/politique-interieure/la-politique-du-ballon-dessai-38412


Peillon dit des choses prévues, l'opinion le suit, les profs aussi, mais cela ne marche pas. cf sa première annonce en mai 2012 sur les 5 jours. Une idée bonne ne suffit plus, il faut aussi prendre en compte les représentations et les intérêts des acteurs, et ne pas sous-estimer les difficultés d'application sur le terrain. (cf l'organisation du périscolaire dans les petites communes, le financement de ces activités, leur relation avec le scolaire...)

Il faut aussi replacer la partition jouée par le ministre dans le contexte politique global (la politique du gouvernement, les rivalités entre syndicats, le clivage droite gauche sur l'éducation caricaturé en opposition pedagos-républicains...)  

Les attentes étaient aussi très fortes sur les contenus imposés dans l'urgence par Chatel (cf les SES ou l'HG), et la réponse est loin d'être à la hauteur (4h30 d'HG en série S au lieu de 5h30 élève et 6h prof).

Supprimer la formation des profs, un arrêté signé par le ministre suffit. Avec quelques complicités.
La rétablir, c'est visiblement plus compliqué.

La volonté d'imposer le retour de la morale du CP au bac est une autre illustration du défaut de méthode.
Pour un philosophe agrégé, intellectuel du PS, tout a déjà été débattu avant le 6 mai.
Inutile donc de débattre ou de chercher à convaincre les profs non philosophes.
Inutile de chercher à améliorer le fonctionnement de ce qui existe.
Il suffit de communiquer en ignorant ou en stigmatisant ce qui existe (cf l'ECJS).
Et de demander un rapport à trois hiéararques alors que tout semble avoir été décidé à l'avance ...

.

Posté par clioweb à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 mars 2013

La morale à l'école, le retour ?



L'émission Rue des Ecoles a confronté deux points de vue sur la morale scolaire voulue par Vincent Peillon
http://www.franceculture.fr/emission-rue-des-ecoles-la-morale-laique-a-l-ecole-2013-03-02
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11192-02.03.2013-ITEMA_20455340-0.mp3


** Pourquoi enseigner la morale à l'école ?
Jean Baubérot et Louise Tourret avancent de nombreux arguments :

- Parce que Peillon l'a décidé :-)

- Pour renouer avec la IIIe République mythifiée, en evitant une morale d'Etat.
Les Nx Chemins ont rapproché Peillon et Jaurès.
dans RdE, JB voit dans la laïcité la réponse des républicains à la politique d'Ordre moral (1873).
La laïcité affirme la responsabilité de chaque citoyen qui n'a plus à obéir aux notables et à un dogme religieux.
Elle accompagne les lois qui assurent le triomphe des libertés (presse, association, conscience)

- Pour apprendre à vivre dans le pluralisme et la diversité des opnions.
Une volonté d'échapper à la progande des groupes extrémistes

- Pour échapper aux violences scolaires
Mettre des mots permettrait de déminer les conflits
(cf les dilemmes moraux joués et débattus à partir de scénettes)

- Pour demander à l'Ecole de suppléer à la défaillance des familles.
Ainsi, aider les plus modestes à prendre du recul par rapport
à la vision du monde portée par la TV (cf les séries policières)

- La morale concerne tous les acteurs de l'éducation.
Elle pourrait permettre de réenchanter le monde de l'éducation


** Pourquoi critiquer cette décision ?

- Parce que Peillon l'a décidé. :-)

- Pour Ruwen Ogien, il n'existe pas une morale laïque unique,
mais des formes multiples, hédoniste, utilitariste, éloge de la paresse...
Le culte voué à la réussite matérielle et à l'argent est aussi une forme de morale civile.

Le philosophe se veut charitable à l'égard du ministre.
Selon lui, Peillon pèche par naiveté (rôle excessif attribué à la rationalité), il confond le bon et le juste.

- Une éducation critique ne débouche pas automatiquement sur la morale voulue par le ministre et la rue de Grenelle.
La rationalité contredit tous les dogmes, y compris un dogme républicain

Elle peut au contraire montrer les limites de ce type de politique, et servir à souligner les contradictions entre les discours et la réalité (cf l'affirmation de l'égalité contredite par l'exploitation coloniale)

Alors, ne s'agirait-il pas d'une guerre aux pauvres ?
Pourquoi cultiver le consensus en laissant croire qu'une partie des élèves démolit l'école par son immoralité ?

RO n'a aucune hésitation sur les valeurs (solidarité, bien commun...) mais selon lui, elles sont un choix personnel (ou social) lucide et volontaire.

Le philosophe ferait plutôt le choix de modifier les structures pour faire exister une école avec davantage de démocratie,
davantage de respect, davantage de liberté. Pour lui, une école avec davantage de pluralisme et moins de nationalisme, ce serait une bonne chose.


** L'histoire a été invoquée dans le débat, mais avec des oublis.

- Ainsi, en l'espace de trois générations, l'école primaire a épuisé l'enseignement de la morale. La phrase quotidienne à commenter a disparu du tableau noir à la fin des années 1960, même si la droite a tenté de la réintroduire depuis 2002.

La leçon quotidienne n'a jamais empêché la dérive vers la maison de correction et de redressement
(cf Jacques dans Les Thibault,
http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Thibault
ou le film Les 400 coups de Truffaut.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Quatre_Cents_Coups
L'évasion du Centre d'observation en vidéo
http://www.youtube.com/watch?v=doVaiuuH4RQ

La morale laïque n'a pas empêché le développement duracisme dans les années 1930 ni l'explosion de la délation lors de la 2 GM (cf. Le Corbeau)

** L'essentiel de ce que développe Baubérot existe déjà : c'est le cahier des charges de l'ECJS en lycée (civique, juridique et social - y ajouter éthique ?) voulu par Allègre : un enseignement qui n'appartient à aucune discipline, un travail de groupe, une recherche en documentatoin ou une enquête, des débats argumentés ...
Le choix des sujets suggère l'intêrêt porté au monde et aux sociétés actuelles : le citoyen et la loi, argent et société, violence et société, la bioéthique, Pluralismes des croyances et des cultures dans une république laïque
http://eduscol.education.fr/cid56547/ressources-pour-l-ecjs-au-lycee-general.html

- En ECJS, l'évaluation a été évitée : comment peut-on noter équitablement l'affirmation d'une opinion ou d'un préjugé ?

- La morale n'appartient à aucune discipline. Elle s'apprend autant en cours d'EPS qu'en lettres ou en latin.

- Comment enseigner la morale dans une société qui vante la compétition et la guerre de tous contre tous ? Ne faudrait-il pas d'abord moraliser les salaires des grands patrons et inciter les scénaristes de la TV à penser à leur rôle social ?


Il faut espérer que le corporatisme ne soit pas en cause dans l'initiative de Peillon : enseigner la morale, serait-ce une tactique pour étendre le domaine des profs de philo ?

L'annonce de la création d'un enseignement de morale laïque ressemble fort au fait du prince,
tout comme la suppression par Chatel de l'HG en Terminale S.
La décision politique a probablement été arrêtée bien avant le 6 mai 2012.
L'appel à une mission ne serait-elle pas une opération de comm' et une précaution de pure forme ?


Ruwen Ogien : La guerre aux pauvres commence à l'école - Sur la Morale laïque - Grasset 2013
(voir aussi son point de vue dans Libération 05.09.2012)
Jean Baubérot, La laïcité falsifiée, La découverte 2012

Ajouter les ouvrages d'Henri Pena-Ruiz
Qu’est-ce que la laïcité ? Gallimard Folio 09/2003
La laïcité. choix de textes
http://clioweb.free.fr/debats/laicite.htm

[ PS 1 : dans l'ouvrage Refondons l'école, page 136 : « Plus de 90 % des Français se sont déclarés favorables à l'instauration d'une morale scolaire ». Conclusion pour un politique : circulez, il n'y a rien à voir. La morale (au choix, laïque, civile, commune, bien-pensante) n'est pas un sujet de débat. Au mieux, un thème de communication politicienne.

PS 2 :Une mission a été confiée à 3 personnalités :
Laurence Loeffel, philosophe, sciences de l'éducation à Lille 3
Alain Bergougnioux, IGEN Histoire-G, secrétaire national à l'éducation au PS
Rémy Schwartz, président de la 7ème sous-section du contentieux du Conseil d'Etat
Ils devront dresser un état des lieux de l’instruction civique et morale et élaborer « une morale commune qui contribuera à la construction du respect, du vivre ensemble et de la liberté ». Pas de débattre de l'opportunité de la morale selon Peillon. Juste d'imaginer les formes qu'elle prendra, de la classe du CP au baccalauréat. (RO note que la maternelle y échappe :-)
http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20121011


.

.

Posté par clioweb à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

01 mars 2013

BFM et l'AFP ont piégé Peillon

 

Vacances d'été : comment BFM et l'AFP ont piégé Peillon - source PW
Treize secondes fatales, sorties du contexte
Arrêt sur images,  
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5651

extraits :
Question 1 de la journaliste Farida Setiti sur les rythmes scolaires
.
« Peillon, droit dans ses souliers de maître d'école en chef, rappelle qu'il a proposé cette grande réforme au cours des concertations avec les enseignants et qu'il l'a écrit dans son livre ».

Second round : la journaliste fait allusion au livre et aux six semaines de vacances

« Oui, ce serait ce qui est bon » lâche Peillon

Troisième round : « Répétez-moi ce que vous dites dans le livre : quel est le bon rythme de l'année scolaire ? ».
Peillon plaide pour six semaines de vacances en deux zones.


18h47 urgent de l’AFP : Peillon préconise six semaines de vacances d'été avec deux zones.
18h51 l’AFP étoffe l’urgent
19h02 vidéo de 13 secondes sur le site de BFM, reprise par Le Figaro et Rue 89 (réponse à la question 4)

Quatrième question. « C'est en revisionnant la séquence que Peillon réalise qu'on essaye de lui faire dire une annonce dont il n'avait pas l'intention ».

« Et voilà comment avec quatre questions, on obtient une fausse annonce et un faux rétropédalage.
Le tout, avec la complicité de l'AFP ».


L'UMP s'engouffre dans la brèche dès dimanche soir : « Sans aucune concertation, il balance ça, comme d'habitude, à la Peillon », ironisé Bertrand sur RTL.

[ Le propre d'un ministre, même quand « il apprend son métier » (Antoine Prost), n'est-ce pas d'anticiper les pièges tendus par les médias commerciaux ? Se tromper sur la tactique, n’est-ce pas prendre le risque de dévaloriser la politique menée et de redonner un semblant de crédit à des adversaires au lourd passif ?
Ce qui s’annonce en mars à propos de la morale laïque ne rassure pas davantage : pourquoi vouloir ajouter une discipline à un mille-feuilles déjà bien épais ? Pourquoi alourdir les horaires des élèves ? Dans l'intérêtdesenfants ? N'est-ce pas d'abord une obsession de prof de philo ? ]


- Rythmes scolaires : Les professionnels du tourisme demandent que cette réforme soit menée à son terme et dans sa globalité - source NP.

 



.

 

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 février 2013

AN : questions à V. Peillon

 

- Assemblée nationale, Questions à M. Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale. 27.02.2013

transcription : http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2012-2013/20130164.asp

vidéo :http://www.assemblee-nationale.tv/chaines.html#

- Le projet de loi Peillon et les 600 amendements, à débattre à partir du 11 mars 2013

http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/refondation_ecole_Republique.asp

- Le projet de loi Peillon sur l'école adopté en commission à l'Assemblée - Le Monde - AFP 28.02.2013
A l'initiative des écologistes, les écoliers devraient apprendre l'hymne européen en plus de l'hymne national
http://www.lemonde.fr/education/2013/02/28/le-projet-de-loi-peillon-sur-l-ecole-adopte-en-commission



- Le recteur, comptable ou pédagogue ? – tribune dans L’Express 27.02.2013
Une quinzaine de hauts fonctionnaires de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur s’inquiète de la dénaturation de la fonction de recteur. [ils étaient silencieux avant le 6 mai, au temps la suppression des postes et des primes exceptionnelles]
http://www.lexpress.fr/education/education-le-cri-d-alarme-des-recteurs_1224587.html

« A en croire l'exposé des motifs du projet de loi sur la refondation de l'école, les déclarations hebdomadaires de l'actuel Ministre de l'Education nationale ou de ses conseillers, la pédagogie serait clairement au coeur de l'action menée par le gouvernement depuis 9 mois... Un pédagogue de terrain et non un comptable, ajoutait-il dernièrement! Or, par une sorte de paradoxe, si ce n'est de contradiction (!), force est de relever que jamais dans l'histoire plus que bicentenaire des recteurs d'académie on a compté un nombre aussi élevé de recteurs qui ne sont pas issus du corps enseignant et, en particulier, du corps des professeurs d'université, son vivier traditionnel et naturel.
Alors la pédagogie, chose trop grave pour être confiée aux professeurs ? »

Posté par clioweb à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 février 2013

Rythmes : Peillon et les dindons

 

plumes

http://paroleauxdindons.canalblog.com/



- Les dindons écrivent à Vincent Peillon - 16.02.2013
http://paroleauxdindons.canalblog.com/archives/2013/02/16/26433403.html

- Profs-PS: "Une incompréhension profonde"...
"Nous ne sommes pas corporatistes
Nous sommes contre une réforme mal ficelée et contre-productive"
http://classes.blogs.liberation.fr/soule/2013/02/une-incompréhension-profonde


2 commentaires :
. « depuis des mois Peillon et ses conseillers sont alertés sur ces problèmes pourtant prévisibles ... Quand on n'écoute rien, on s'expose aux retours de bâton, c'est la vie… »
http://classes.blogs.liberation.fr/soule/2013/02/

. La caverne de Ticeman : « Inutile de préciser que je suis le premier à hurler sur la refondation, sa soumission à l’industrie du tourisme, son manque de com et le fait qu’on revienne un poil en arrière, ceux qui me lisent le savent, les autres lisent le Figaro.
Faut quand même pas déconner.  Au moins on remet presque l’école au point où elle en était ».
http://www.ticeman.fr/lacaverne/?p=607

Le mercredi matin masque toujours l'improvisation sur la mise en place des activités péri-scolaires, des 45 minutes quotidiennes, 4 jours par semaine, et les écarts prévisibles entre villes riches et communes rurales sans moyens.


- rappel :
Dindons: La refondation de l'école est-elle une farce ? - VS, C'est Classe 13.11.2012
http://classes.blogs.liberation.fr/soule/2012/11/des-enseignants-ne-veulent-pas-etre-les-dindons-de-la-refondation-.html

 

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 février 2013

Rythmes : le non à tout ?

 

- Philippe Meirieu, Rythmes scolaires : mais pourquoi ne pas rouvrir l'école le samedi matin ? Le Monde, 12.02.2013

« Il faut d'abord rappeler que, si nous en sommes là, c'est en raison des décisions brutales et totalement irresponsables de Xavier Darcos et Nicolas Sarkozy en septembre 2007 »

« Il y a bien un mal français dans la conduite de nos réformes scolaires : spécialistes de combats épiques sur les modalités, nous en oublions les finalités. Pris dans la frénésie des arrangements institutionnels, nous en oublions les questions de contenus et de méthodes... Les tensions actuelles montrent la limite de ce pilotage ».
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/12/rythmes-scolaires-mais-pourquoi-ne-pas-rouvrir-l-ecole-le-samedi-matin_1830899_3232.html


- Luc Cedelle, La machine infernale du « non à tout »
http://education.blog.lemonde.fr/2013/02/11/la-machine-infernale-du-non-a-tout/


- Les Activités Pédagogiques Complémentaires, un espace de liberté à investir
Stéphanie de Vanssay, UNSA
http://ecolededemain.wordpress.com/2013/02/13/apc-un-espace-de-liberte-a-investir/

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

13 février 2013

Une réforme mal vendue

 

Peillon pein à garder la réforme Libération 10.02.2013
Un échec de la mise en place des quatre jours et demi créerait un sérieux trou d'air pour le ministre.
http://www.liberation.fr/politiques/2013/02/10/peillon-peine-a-garder-la-reforme_880867

Les professeurs battent le pavé en rythme
http://www.liberation.fr/societe/2013/02/12/les-professeurs-battent-le-pave-en-rythme_881440


Des enseignants dans le doute… Libération 10.02.2013
Manque de moyens pour occuper le temps libéré, animateurs non formés : la réforme passe mal
Plus que le mercredi, ce sont les activités péri-scolaires qui coincent ?
A quelle heure ? le midi avec un pause repas allongée ? après 15h30 ?
Où va-t-on mettre les enfants ?
Qui va s’occuper d’eux ? des animateurs ? des profs ?
http://www.liberation.fr/societe/2013/02/10/des-enseignants-dans-le-doute_880830

… et des parents dans le flou
 « Le périscolaire, pour l’instant, n’est pas extraordinaire et j’ai peur que ce temps supplémentaire se transforme, au final, en garderie où les enfants vont s’ennuyer dans la cour de récré ».

«Nous, les animateurs, on fera de la garderie», surtout dans les communes les plus défavorisées.
http://www.liberation.fr/societe/2013/02/12/nous-les-animateurs-on-fera-de-la-garderie_881342



La semaine de 4 jours ? Tout le monde la critiquait Libération 10.02.2013
http://www.liberation.fr/societe/2013/02/10/la-semaine-de-4-jours-tout-le-monde-la-critiquait_880844

François Dubet : « La profession a toujours été plutôt idéologiquement progressiste et scolairement conservatrice, en particulier les professeurs du secondaire qui défendent leurs disciplines. Traditionnellement, les instituteurs étaient jusqu’ici plus ouverts car ils s’intéressent davantage à la pédagogie ».

« Des étudiants en IUFM [Institut universitaire de formation des maîtres] m’ont appelé récemment : on ne leur parlait que de la violence des élèves, du décrochage et de parents insupportables. Alors qu’on aurait pu leur parler d’enfants qui veulent apprendre, d’un métier formidable… Il y a une sorte de spirale de la critique et de la négation. Des enseignants de petites écoles sans problème évoquent leur métier comme si c’était dans une banlieue extrêmement dure. Beaucoup, pourtant, aiment ce qu’ils font mais ils le gardent pour eux. C’est l’un des nœuds du problème : il y a une disjonction entre l’expérience personnelle et l’expression collective ».

« L’Education nationale n’est pas un monde figé, mais sa capacité à se transformer est en question : l’école peut-elle relever d’une politique publique décidée par une majorité démocratiquement élue ? Depuis la fin des années 80, on est dans des blocages et il semble que la réponse est non ».


Edito de Demorand
« Un monde à ne surtout pas bousculer, un univers dont la refondation attendra un autre moment ou un autre ministre, voire un(e) autre président(e), le système, bloqué depuis un quart de siècle pouvant bien patienter encore quelques années avant de faire sa révolution. Rater l’occasion qui se présente aujourd’hui, au nom de telle imprécision à lever et de telle autre imperfection à gommer, c’est menacer le tout pour gagner une petite partie ».

- L'archétype de la réforme mal vendue (et mal pensée ?) - blog de Denis Pingaud
http://communication.blogs.liberation.fr/politique/2013/02/les-chronobiologistes-les-eleves-et-le-ministre.html

 
Lire également les rubriques Education du Monde et du Figaro


.

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 février 2013

Réformer les rythmes scolaires ?

 

Dans la réforme contestée des rythmes scolaires, les médias parlent beaucoup du mercredi matin. Beaucoup moins des 45 minutes journalières à organiser et financer dans toutes les communes.

- Réformer les rythmes scolaires, oui, mais pas n’importe comment !
@Anne Thébaud – Marianne courrier des lecteurs, 09.02.2013

Raccourcir la journée de travail des enfants à Paris, et dans les grandes villes, requiert des structures, des personnels et des moyens financiers dont personne ne dispose encore.

« Je suis enseignante et directrice d'école à Paris. Oublions les textes de loi, volontairement vagues. Oublions les corporatismes, nos préjugés et regardons les faits.
Le but originel et louable de la réforme est de raccourcir la journée de travail des enfants. La plupart des enseignants y sont favorables. Le problème à Paris et dans beaucoup de grandes villes, est que personne ne dispose des structures, des personnels et des moyens financiers pour occuper 137 000 enfants si on les libère en milieu d'après-midi.
La grande nouveauté est la coupure du déjeuner qui durera désormais deux heures quarante-cinq. Un temps qui sera, selon le maire de Paris, le moyen de donner « une chance supplémentaire d'éveil, d'accès à la science, la culture, le sport, la vie » et utilisé pour « permettre aux enfants de profiter de l'important tissu d'activités culturelles de la ville ». Peut-on raisonnablement laisser croire aux parents que, d’une part. on déplace facilement 137 000 enfants en dehors de l'école, et ce quatre fois par semaine toute l'année, et. d'autre part, qu'il existe les structures et les moyens financiers pour accueillir les enfants de ces 662 écoles ? Ces enfants vont donc rester dans l'école la majorité du temps et retourner dans les classes. On n'organise pas des activités culturelles avec 300 enfants rassemblés dans un préau ou une cour. Et qui s'occupera des enfants dans les classes des animateurs
et des vacataires de la Ville de Paris, qu’il faudra recruter pour renforcer les équipes existantes.
En résumé, pour réduire de quarante-cinq minutes le temps d'enseignement par jour, les enseignants passeront le temps du déjeuner à se concerter en salle des maîtres, pendant que les enfants seront en garderie dans les classes avec de jeunes vacataires sans formation. Quel progrès ! »

- Un héritage lourd : les quatre jours de Darcos et Chatel. Marianne
http://www.marianne.net/Quatre-jours-qui-font-mal-a-l-ecole_a182148.html

- Des adversaires déterminés, des arguments à débattre - blog Marianne
http://www.marianne.net/Ecole-primaire-pourquoi-la-semaine-de-cinq-jours-est-une-aberration_a218842.html

- Recteurs et inspecteurs convoqués. Le Café pédagogique
Le ministre a réuni recteurs et inspecteurs à Assas (plus de 1500 personnes). Il les a invités à soutenir sa réforme.
La pédagogie doit passer avant le management :  « Nous sommes des pédagogues et nous avons à faire en sorte que la pédagogie soit au coeur de l'éducation nationale dans les rapports entre nous, avec les parents, avec les collectivités locales ».
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2013/02/08

Le pédagogue en chef : http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2013/02/08/vp-pedagogue-en-chef


- Un ministre et son splendide isolement - Marianne

http://www.marianne.net/Vincent-Peillon-ou-le-splendide-isolement_a226021.html

La solution politique à court terme : acheter le ralliement des enseignants du primaire ?


- Guide pratique de la réforme des rythmes scolaires à destination des maires
http://cache.media.education.gouv.fr/file/02_Fevrier/52/9/2013_rythmesco_guidel_elus_bdef_240529.pdf
extraits :
Les collectivités pourront proposer un large éventail d’activités visant à favoriser l’épanouissement des enfants, à développer la curiosité intellectuelle et à renforcer leur plaisir d’apprendre et d’être à l’école : activités sportives, artistiques et culturelles, ateliers consacrés au numérique, éducation citoyenne (travail coopératif, projets solidaires, ateliers sur l’environnement et le développement durable), etc.
... Si les devoirs écrits sont supprimés, il subsiste des leçons à apprendre ou des lectures à effectuer. Les études surveillées mises en place par les communes le soir après la classe peuvent donc être intégrées dans le cadre des activités périscolaires.

Ces intervenants doivent être des personnes qualifiées, c’est-à-dire répondre aux conditions posées par l’arrêté du 9 février 2007 modifié fixant les titres et diplômes permettant d’exercer les fonctions d’animation ou de direction en séjours de vacances, en accueils sans hébergement et en accueils de scoutisme
Le maire ou le président d’EPCI peut par ailleurs recourir à des enseignants volontaires pour assurer le temps périscolaire, comme cela est déjà parfois le cas aujourd’hui. Les enseignants sont alors rémunérés et assurés pour cette activité par la collectivité, qui devient, pendant ces heures-là, leur employeur.


PS : Décentralisation : la colère des conseillers d'orientation - Le Monde 10.02.2013
L'exécutif envisage de transférer aux régions de nouvelles compétences sur la formation.



14.02.2013 : Le Ministère communique sur sa réforme :
http://www.education.gouv.fr/cid67139/questions-reponses-sur-la-reforme-des-rythmes-a-l-ecole-primaire.html

 

 





.

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 février 2013

Quand le MEN recrute ...

 

etudier

Apprendre à apprendre, étudier l'esprit libre, la réussite de tous
La nouvelle campagne de pub du MEN. (souce NP)

Loys Bonod (comment j'ai pourri le web) a ajouté des variantes :
Qui veut être muté très loin ?
Qui veut être mal payé ?
Qui veut être déconsidéré ?
http://www.laviemoderne.net/clapotis/035-qui-veut-etre-professeur.html

A comparer avec les rêves de Laura et les ambitions de Sébastien
en 2011, au temps de la chatelisation et de la hamsterisation

Martin Vidberg avait alors ajouté sa touche personnelle :
http://vidberg.blog.lemonde.fr/2011/06/09/education-nationale-engagez-vous/


laura        vidberg-laura

julien



Rappel : dans les manifs de 2011, ces invitations :


.

Posté par clioweb à 20:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,