05 janvier 2011

Catherine Pederzoli réintégrée

Catherine Pederzoli "a été réintégrée mais dans une nouvelle affectation" - Le Monde 03/01/2011
[ de bonne source, elle serait mutée de Loritz à Poincaré ]

Les autres titres du Monde ne rassurent pas sur la maîtrise de la langue :
. Luc Chatel réfute toute "remise (sic) en cause de l'enseignement de la Shoah"
" Elle en a pris connaissance, formulée (resic) ses observations "
. Une professeur d'histoire suspendue à Nancy pour avoir trop parler (resic) de la Shoah

Deux articles de Christophe Dollet dans L'Est Républicain
04/01 : L'enseignante sanctionnée
05/01 : Sanction : Catherine Pederzoli à Poincaré

Certains commentaires d'internautes paraissent effarants :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/01/03/
http://www.wmaker.net/comite-pederzol/

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


05 octobre 2010

Enseigner l'histoire de la Shoah ?

"Peut-on encore enseigner l'histoire de la Shoah en France ?" demande le comité de soutien de Catherine Pederzoli-Ventura, professeure d'histoire-géographie au lycée Henri-Loritz de Nancy (Meurthe-et-Moselle), suspendue pour en avoir trop fait en ce domaine et selon des modalités jugées irrégulières par l'administration.

"Enseigner l'histoire de la Shoah exige subtilité et rigueur" - Le Monde 05-10-2010
Sophie Ernst répond aux questions de Luc Cédelle
Elle a publié : Quand les mémoires déstabilisent l'école. Mémoire de la Shoah et enseignement INRP).
 

Extraits :
« Enseigner l'histoire de la Shoah, en explorer les significations anthropologiques, morales et politiques, ce n'est ni impossible, ni facile, c'est exigeant, cela demande des pédagogies fines, tout en subtilité et rigueur. Le comité de soutien de Catherine Pederzoli suggère que l'obstruction viendrait de l'institution scolaire, d'une politique délibérée de sa hiérarchie qui viserait les enseignants investis dans ces transmissions. C'est complètement extravagant. Quiconque travaille dans la transmission scolaire sait à quel point cette mémoire est soutenue par les pouvoirs publics ».

« A la limite, ce qui fait problème, c'est plutôt l'acceptation trop peu critique de modalités discutables, avec ces voyages à Auschwitz automatiquement acceptés et subventionnés. On a pu parler de "mémoire saturée", trop répétitive, trop violente émotionnellement, trop axée sur l'identification morbide aux victimes. Cela vaudrait la peine de travailler plus en profondeur sur des projets de qualité ».

Le reproche de "trop" utiliser le terme "Shoah" ?
« C'est surtout une grande maladresse de la part d'un inspecteur général d'histoire, Olivier Pétré-Grenouilleau, qui semble avoir du mal à mesurer les malentendus et l'émotion que peuvent provoquer ses réflexions académiques dans le monde ordinaire de l'école ! »
.
« L'accusation d'antisémitisme est grave, infamante, elle terrorise. C'est un des effets de la transmission. Il ne faut pas manier une arme aussi intimidante sans circonspection. Sinon, cela fait, à terme, le jeu des antisémites authentiques... »

Posté par clioweb à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,