08 octobre 2012

Ecole : des ministres et des mots

 

Les ministres passent, les mots aussi. Véronique Soulé, blog C'est Classe !
http://classes.blogs.liberation.fr/soule/2012/10/education-des-mots-et-des-ministres.html


du côté de Chatel :
l'excellence, les performances, l'optimisation des moyens, la personnalisation, l’évaluation,
opposés à l'égalitarisme, l'immobilisme ...
L'usage d'une langue technocratique pouvait habiller d'une illusion de modernité une politique brutale de privatisation ...


« Pour Vincent Peillon, le choix des mots est plus difficile. Le ministre parle énormément, et sur tout » …
Parmi les termes qui reviennent :
- une école qui rassemble
- l'investissement éducatif
- la pédagogie
- la co-éducation
- les inégalités et la solidarité
- la mixité sociale et la mixité scolaire
... la morale laïque au lieu de l'éducation civique ...

« Maintenant, après les grands mots et les belles promesses, il reste à voir ce qui va changer réellement.
Rendez-vous dans quelques mois ».

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


06 septembre 2012

La morale selon Peillon

 

rappel :  VP veut enseigner la morale laïque à l'Ecole. Le Journal du Dimanche 02.09.2012
http://www.lejdd.fr/Education/Vincent-Peillon-veut-enseigner-la-morale-a-l-ecole-550018


Calvi dans C dans l'air a abordé une partie du sujet hier soir, en titrant "La morale selon Peillon"
http://www.france5.fr/c-dans-l-air/videos


Pour ceux qui supportent encore cette émission peu habituée à la neutralité,
3 points de vue sont rapidement prévisibles parmi les 4 invités.


Le premier reportage (vers la 7e mn) rappelle le parcours de la morale à l'école, des années 1950 à Darcos et à Peillon.
Un invité note le contraste entre les angelots de l'école religieuse (3e reportage, vers la 46e mn)
et la violence filmée dans et autour de l'école publique (32e mn).


Après l'inévitable pub, écouter dans les dix premières minutes, l'analyse de Sylvain Grandserre
(il intervient ensuite vers la 23e mn, 40e mn, 54e mn, 63e mn).
[ en 2007, il a publié
Ecole: droit de réponses - Lettres d'un jeune maître d'école
http://sien.unsa-education.org/divers/Lectures/Grandserre.htm
Vers la 63e mn, il cite une école Freinet de Mons en Baroeul.
http://tinyurl.com/cugnz7f



Entendu dans cette émission :

- Morale (laïque ? religieuse ?) ? Ethique ? Civisme ? Civilité ?

- Où est la pédagogie dans cette annonce ? 

- La patronne de la Peep affirme que le sujet est absent de la Concertation en cours, et que la mise en oeuvre risque de poser de très nombreux problèmes... (Que veut-on noter ? un savoir ? des savoirs-faire ? des pratiques scolaires ? un comportement en société ? La question a déjà été posée à propos de l'éducation civique au temps d'Allègre).

- Dans l'actualité de la rentrée, une annonce, celle d'une mission sur la morale laïque a submergé et éclipsé tous les autres enjeux scolaires dans les médias.
Le ministre s'est beaucoup avancé dans sa communication, laissant peu de marge à une mission qui va devoir travailler une nouvelle fois dans l'urgence et les flux tendus (moins d'un an d'ici septembre 2013, loin des 14 mois pratiqués avant Chatel pour les disciplines scolaires).

- Va-t-on instituer des cours de morale laïque pour certains adultes ?
(A Marseille qui fait l'actu ce matin ? Pour les patrons qui délocalisent...)


Le débat risque de durer ... sur fond de polémique politicienne.
De plus, les médias adorent puiser dans les archives des années 1950 
(en évitant de voir les conséquences d'un type de pédagogie et la réalité sociale montrée dans les 400 coups...)


.

 

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 février 2012

Education : vers une révolution tactile ?


CLIC78



Dans Clic, le bulletin collégial , n° 78 (janvier 2012)
http://clic.ntic.org/cgi-bin/aff.pl?page=accueil&id=78

Vers une révolution tactile ?
2011, l'année de la tablette ? (75 modèles présentés à Las Vegas en février 2011). Laurence Lachapelle-Bégin constate l’engouement actuel pour les tablettes tactiles au Québec. « L’arrivée des premiers résultats d’expérimentations suggère que leur intégration en éducation est encore un défi : il faudra attendre encore quelques années pour évaluer son impact réel sur l’apprentissage ».


Deux articles
, cités dans les notes de bas de page :

- The Use of the IPad as a Pedagogical Tool in the Classroom, Gordon Spicer - May 2011
« This technology takes the teacher from behind their desk and puts them among their students, where the learning is happening » .
« Cette technologie éloigne l’enseignant de son bureau tout en le rapprochant de ses étudiants. L’iPad constitue, en réalité, un petit bureau virtuel de poche qui ne fait pas écran. Il modifie assurément la façon d’étudier et d’enseigner ».
http://www.profweb.qc.ca/en/publications/stories/the-use-of-the-ipad-as-a-pedagogical-tool-in-the-classroom/index.html


- Lessons from an iPad Lending Program
, Heather Beattey Johnston, Carolyn J. Stoll - May 2011

Parmi les pistes évoquées :  the guide on the side, "just in time" examples, digital textbooks, share and collaborate on documents , a twitter backchannel, "let students experience, manipulate, and engage content"... « The ability to be on the move with your iPad as you teach is one of its greatest attractions »...

« Despite claims to the contrary, the iPad has not and will not transform education, because true transformation in teaching comes only by examining our teaching philosophy, testing our beliefs about how people learn and adjusting our methods in response. But, that doesn't mean that the iPad can't help with that process ».

« So again, it's what you do with the device, not the device itself. Tablets are no doubt the next rung on the computing evolutionary ladder. But ultimately, for education, the pedagogy is still the thing ».
http://elearnmag.acm.org/featured.cfm?aid=1999656


[ La question du rapport qualité-prix mériterait d'être posée, tout comme celui de la robustesse en usage scolaire et la qualité du service après-vente.

La technologie bouge. La Question Impossible posée par Serge Pouts-Lajus demeure :
Un outil peut-il changer seul la manière d’enseigner ?
Peut-on démontrer l'avantage spécifique apporté aux élèves et aux enseignants ?

Depuis 1995, Clic a participé aux débats et donné beaucoup de place à la pédagogie. 3 exemples :
La nouvelle pédagogie d'apprentissage des langues (n° 42, 2001)
Les compétences technopédagogiques à développer par le personnel enseignant (n° 60, 2006)
Une grille d'analyse pour jeter un regard critique sur les activités TIC (n° 71, 2009)
Le 78 s'intéresse au Français langue seconde, aux patrons et aux infirmières.

Depuis 1995, Clic a donné beaucoup de place à la pédagogie. 3 exemples :
La nouvelle pédagogie d'apprentissage des langues (n° 42, 2001)
Les compétences technopédagogiques à développer par le personnel enseignant (n° 60, 2006)
Une grille d'analyse pour jeter un regard critique sur les activités TIC (n° 71, 2009)
Le 78 s'intéresse au Français langue seconde, aux patrons et aux infirmières.

Dans ce dernier numéro, la technologie semble envahissante. A côté de l’iPad, un Portrait des médias sociaux (« L’âge médian d’un utilisateur Twitter est de 31 ans, 26 ans pour Facebook et 40,7 ans pour LinkedIn »).
Plus globalement, à suivre le buzz
sur internet, la dérive techniciste guette ; la course aux outils l'emporte souvent sur la réflexion pédagogique. Avec beaucoup de superlatifs, dont l'usage est normal chez des bonimenteurs qui ont intérêt à vendre une marchandise. Beaucoup moins chez des enseignants de métier.
]

.

Posté par clioweb à 14:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 février 2012

Une double formation au métier

 

 

- Rapport Grosperrin : coup de force contre le service public d’éducation !

Parmi les actions de Marie-Hélène Amiable, députée :

. Le 1er février 2012
extraits :
« Aujourd'hui, vous vous faites la plume du ministre pour contourner la décision du Conseil d'Etat du 28 novembre 2011 et directement modifier le code de l'éducation »

« Je peux néanmoins vous dire notre opposition résolue à la dissolution des missions des IUFM, à une possible privatisation de la formation des enseignant-e-s, au remplacement du cahier des charges auquel est actuellement tenue de répondre la formation des maîtres par un simple référentiel même si, preuve de votre hâte, vous nous proposez un amendement aujourd'hui. Nous nous opposerons aussi à l'abrogation des références faites aux formations théorique et pratique, aux formations initiale et continue des maîtres - car enseigner est un métier- ainsi qu'à l'obligation de formation après leur recrutement des enseignant-e-s des établissements d'enseignement technologique ».
http://mhamiable.fr/site/document/20120201_intervention_commission_amiable_pn_formation_maitres.pdf

. Le 7 décembre 2011
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article5194


- Contestation !
Communiqué de presse de La Conférence des directeurs d’IUFM - 31 janvier 2012
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?page=backend
http://www.cdiufm.fr/

cdiufm22

La Conférence des directeurs d’IUFM a formulé 22 propositions pour mettre en place une véritable formation au métier d'enseignant. « Les 22 propositions font le choix initial de définir le terrain. C’est celui de la formation universitaire professionnelle des enseignants et c’est à partir de lui que se construit la démonstration ».
http://www.cdiufm.fr/billets-du-president/article/les-22-propositions-de-la-cdiufm

 

Une formation universitaire et professionnelle des enseignants
Les 22 propositions de la conférence :
http://www.cdiufm.fr/IMG/pdf/CDIUFM-22-propositions.pdf

Proposition 1
: Dissocier le recrutement et la formation universitaire des enseignants.
Proposition 2 : Construire un dispositif piloté par la formation et non par le concours.
Proposition 3 : Confier à l’Université la formation des enseignants des premier et second degrés et des conseillers principaux
d’éducation dans toutes ses dimensions, académiques, professionnelles et de recherche.
Proposition 4 : La formation initiale est placée sous la responsabilité de l’Université. L’année d’entrée dans le métier qui lui fait suite est placée sous la responsabilité de l’employeur.
Proposition 5 : Assurer une formation continue des enseignants qui soit certifiante ou diplômante et prise en compte par l’employeur dans la carrière des personnels.
Proposition 6 : Intégrer des stages en établissement de façon progressive tout au long du cursus, dans une véritable alternance
avec les enseignements, notamment disciplinaires, dispensés à l’Université.
Proposition 7 : Intégrer la recherche de façon progressive tout au long du cursus dans une véritable articulation avec les problématiques d’enseignement.
Proposition 8 : Intégrer la mobilité internationale sur des durées non contraintes par des épreuves de concours.
Proposition 9 : Organiser un dispositif en quatre années, de la deuxième année de licence à la fin du master.
Proposition 10 : Diversifier les conditions et modalités d’entrée en formation et favoriser les passerelles.
Proposition 11 : Mettre en place, à partir de la deuxième année de licence (L2), des parcours dédiés aux métiers de l’enseignement.
Proposition  12 : Gérer les flux par une orientation progressive dès la fin de première année de licence (L1) en fonction d’un plan pluriannuel de recrutement des enseignants et conseillers principaux d’éducation établi par l’employeur.
Proposition 13 : Mettre en place un référentiel national de formation des enseignants que les universités doivent respecter dans l’élaboration des diplômes. Ce référentiel structure le cahier des charges organisant la contractualisation des formations.1
Proposition 14 : Créer une mention « enseignement, éducation, formation » dans la nomenclature ministérielle.
Proposition 15 : Créer une commission pédagogique nationale, qui inclut nécessairement des représentants des ministres
concernés, des professions et de l’Université. Cette commission pédagogique labellise les formations et a en
charge la responsabilité du cahier des charges et son adéquation au référentiel. Elle veille à la cohérence de la
carte nationale des formations et peut alerter les autorités de tutelle.
Proposition 16 : Renforcer les conditions de fonctionnement d’équipes pluri catégorielles de façon à favoriser le caractère professionnalisant de la formation. La mission de contribution à la formation des enseignants, sous la responsabilité de l’Université, doit être réaffirmée dans le statut des enseignants du scolaire.
Proposition 17 : Consolider les IUFM comme écoles universitaires professionnelles au sein de l’Université, à vocation interuniversitaire et académique. Ces écoles relèvent d’une structuration nationale (réseau des écoles, respect du cahier des charges) ; elles relèvent par ailleurs d’une structuration locale relative à la formation, à la recherche et à l’insertion professionnelle pour les métiers de l’éducation, de l’enseignement et de la formation.
Proposition 18 : Les ressources humaines et financières affectées à l’université pour la formation des enseignants sont celles qui
permettent de répondre au cahier des charges défini sur la base du référentiel national.
Proposition 19 : Développer le continuum de formation des enseignants par des initiatives en lien avec la spécificité des territoires.
Proposition 20 : Mettre en place une offre coordonnée de formation au sein de chaque région et sur le territoire national.
Proposition 21 : Instaurer une contractualisation entre universités, Éducation nationale et collectivités territoriales dans chaque
académie, précisant de manière pluriannuelle les besoins à couvrir, les objectifs à atteindre et les moyens
complémentaires alloués.
Proposition 22 : Accompagner financièrement les étudiants inscrits dans les divers cursus d’accès au métier d’enseignant.


.

 

 

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 novembre 2011

Assises de la pédagogie 2011

 

CRAP - Les troisièmes Assises de la pédagogie - 24/25 octobre 2011
Pour une école juste et efficace
12 propositions pour 2012

Atelier 3 : Comment prendre en compte les nouvelles technologies,
sans diabolisation ni mythification ?
Caroline Tambareau et Laurent Nembrini

http://www.cahiers-pedagogiques.com/spip.php?article7507#assises_distance

Posté par clioweb à 09:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 octobre 2010

Généalogie du cours magistral

Le web a une force (et donc une faiblesse) : il donne à voir en public des pratiques (et des opinions) qui habituellement ne sortent pas des murs de la classe, sauf en cas d'inspection, ou  via les cahiers, ou ce qu'en disent les élèves.

Après la colonisation, le cours magistral.
Les vidéos des RVH de Blois soulignent la domination de la parole. Dans la table ronde sur les Etats faillis, un seul intervenant se sert d'un ordinateur et du powerpoint. Les historiens préfèrent parler, après avoir écrit un livre.

Dans le dernier Cartable de Clio, Pierre-Philippe Bugnard s'intéresse à la généalogie du cours magistral, la rupture de la fin du XIXe (A Prost) ou du XIXe (P Caspard) inversant le rapport entre cours et exercices ( 8 h d'étude pour 4 h de cours en lycée au milieu du XIXe ).

Il s'intéresse aussi au sort de la dissertation en philo au XIXe, étudiée par Bruno Poucet, à l'écart entre les attentes de l'inspection ( développer l'esprit critique... des profs plutôt que celui des élèves) et la réalité de l'agrégation ( les candidats n'y parviennent pas) et celle de la classe, les élèves ayant à davantage à apprendre et à reproduire un état des connaissances admises qu'à débattre rationnellement d'une thèse. (« il n'est pas inutile à des élèves de voir leur professeur penser en quelque sorte devant eux » écrivent les inspecteurs de philo en 1890...).
L'article de PP Bugnard (2010) n'est pas en ligne, mais celui de Bruno Poucet en 2001 l'est.
http://histoire-education.revues.org/index1007.html
http://histoire-education.revues.org/index844.html

Sur le web, pour lire PP Bugnard sur  « l'écart entre les intentions d’enseignants animés d’une véritable illusion constructiviste et les activités réelles des élèves » (1), il faut aller sur le site des Cahiers pédagogiques, dans le no sur Apprendre l'histoire (mars 2009) et lire son CR sur une note de synthèse de la Revue Française de Pédagogie (2008).
http://www.cahiers-pedagogiques.com/spip.php?article4292

Le Cours magistral : modalités et usages (XVIe-XXe siècles) a été au coeur d'un séminaire du Service d'histoire de l'éducation en 2006. Les Ressources documentaires sont en ligne (cahiers d'élèves) ais pour lire en ligne l'introduction d'Annie Bruter, dans la revue Histoire de l'Education (2008), il faudra soit attendre 2013 soit débourser 5 euros à Cairn, pour une revue qui coûte 10 euros aux abonnés. Une présentation du séminaire est en ligne... mais date de 2004.

.
Ne pourrait-on envisager des formes plus légères et plus réactives de circulation pour des recherches menées sur fonds publics ? Avant le web, c'était tout l'intérêt de "la littérature grise" et des conférences organisées dans le cadre de la défunte formation continuée.
Aujoud'hui, le web permet une diffusion élargie.
A condition de l'intégrer pleinement dans le mouvement des idées et dans la formation intellectuelle.
Et de prendre en compte ces publications dans une carrière professionnelle.
Au lieu de se complaire paresseusement dans la lamentation et dans une légende noire du web.

...
(1) dans ce CR, PPB note « l'écart entre les intentions d’enseignants animés d’une véritable « illusion constructiviste » et les activités réelles des élèves plutôt confinées aux opérations intellectuelles de « basse tension ». La structure même du cours dialogué renforce le constat d’un modèle d’enseignement clos, en cinq temps : question/réponse/évaluation (sanction)/formalisation/compléments. L’enseignant contrôle le processus d’argumentation et de vérité en asseyant l’autorité du savoir comme la sienne. L’élève, privé d’une réelle responsabilité énonciatrice, est simplement invité à adhérer au discours à apprendre ».

« ...dans la logique constructiviste canonique, les savoirs s’élaborent contre les erreurs, par franchissement et non contournement de l’obstacle des représentations spontanées... »

Selon lui, « ...on peut renverser le contrat didactique, avec des situations d’enseignement-apprentissage réflexives auxquelles même les élèves moins préparés ou rétifs se plient volontiers. Sinon, on continuera d’assister au détournement du modèle constructiviste dont les étapes (collecte de données, mise en relation, hypothèses, tentatives d’explication, synthèse) sont rapidement réduites à une formule impositive avec au final une conclusion plaquée, sans que les élèves n’aient la possibilité d’entrer dans la dimension critique de l’histoire ».
.

 

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 septembre 2010

Sauver l'INRP ?

À compter du 1er janvier 2011, l’INRP devient un institut interne de l’ENS de Lyon. Il conserve son nom, perd sa personnalité juridique et sa gestion dépend d’une délégation de l’ENS de Lyon... La bibliothèque de l’INRP et ses collections deviennent propriété de l’ENS de Lyon...
Le CA de l’INRP sera informé, sans délibération, des modalités de l’intégration, que seul le CA de l’ENS de Lyon votera.

http://sauvonslinrp.blogspot.com/

Lire également Le centre de recherche jetable (05/09/2010)


 

Posté par clioweb à 07:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 mai 2010

Payer un Coach Pédagogique ?

Lu dans une publicité d'une boite à profs
http://tinyurl.com/prive-forma-coach

« Vous allez réussir le concours de juin 2010 et, dès le 1 septembre 2010, vous allez vous retrouver devant une classe sans avoir été préparé techniquement à faire ce métier. Or, prendre une classe en main sans formation est difficile, voire risqué ». (sic)
Cette entreprise propose des stages payants pendant les vacances pour « Acquérir les savoirs et gestes professionnels » et vend l'accompagnement et le soutien par un « Coach pédagogique  » (re-sic) :-):-)
Qui sont les formateurs ?
« Tous des praticiens et formateurs d'enseignants du primaire dans l'Education Nationale » (re-re-sic).
Aucune indication n'est donnée sur les tarifs pratiqués, sauf ceux du logement pour « un prix très raisonnable lors de 4 nuits ».

.
La casse de la formation professionnelle en alternance n'était-elle qu'une étape vers une privatisation totale de la formation des enseignants ? En concurrence supposée libre et prétendument non faussée...

.
Sur ce sujet, lire également Propose stages (payants) pour instits débutants,  l'article de Louise Fessard dans Médiapart, repris par Sauvons l'Université (29 mai 2010)

31/05 : Autre école école privée vantant sa préparation aux concours de la fonction publique...

Posté par clioweb à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,