01 décembre 2011

HG premiere : les dégâts collatéraux

 

La Commune et Mai 68 à la trappe
http://www.humanite.fr/societe/la-commune-et-mai-68-la-trappe-484529

Les lycéens aux oubliettes de l’histoire
http://www.humanite.fr/societe/les-lyceens-aux-oubliettes

Laurence De Cock : « Zapping, survol et simplification »
http://www.humanite.fr/societe/zapping-survol-et-simplification


Dans L’Humanité (25/11/2011) plusieurs articles s’intéressent aux dégâts collatéraux provoqués en HG par la réforme chatel et à l'instrumentalisation récente de l'histoire : suppression de l’HG pour tous en Term S, imposture de la première comme passerelle, incohérences (étudier Hitler et le nazisme APRES avoir étudié en 3 heures la 2 GM) et impasses (France après 1962, crise de 1929…). Ces dégâts ont été annoncés par les enseignants dès la publication du projet mais le cabinet du ministre a préféré ignorer ces remontées.

« ... les enseignants, surtout en première S, se sentent pris au piège d’un programme excessivement lourd, mais qui doit être mené à bien puisqu’il y a l’épreuve du bac à la fin de l’année. Sur le plan qualitatif, cette réforme pose aussi beaucoup de problèmes. Il nous faudrait pouvoir repenser nos pédagogies, mais c’est impossible à cause des nouvelles charges qui pèsent sur les professeurs »

.
« ...Depuis deux mois, les profs d’histoire-géo tentent de s’organiser » écrit Laurent Mouloud dans L'Humanité) : 

Le site Aggiornamento recense les différentes initiatives, pour les séries générales (S, ES, L) ou technologiques (STI2D, STI2A et STL). http://aggiornamento.hypotheses.org/

L’APHG (Association des professeurs d’histoire-géographie) réclame une réécriture de ces programmes d’histoire-géo et la réintroduction de la matière en terminale S. Elle organisera, le 28 janvier 2012, des « états généraux de l’histoire-géographie ».
http://aphgcaen.free.fr/aphgn/etatsgeneraux2012.htm

Le 21 septembre, le SNES-FSU a lancé une pétition dénonçant « un programme insoutenable qui dénature la discipline et nos métiers». Et réclame que, pour l’épreuve anticipée de juin 2012, il y ait « une liste limitative » de sujets possibles.
http://www.snes.edu/petitions/index.php?petition=23

Dans l’académie de Besançon, un collectif d’enseignants organise du 21 novembre au 2 décembre une « Quinzaine d’alerte pour l’histoire-géographie » . Des arrêts de cours se font dix minutes avant la sonnerie pour engager le dialogue avec les élèves sur cette réforme.


.

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


02 juin 2010

Les projets de programme inquiètent

- Les nouveaux programmes donnent un contenu à la réforme du lycée et inquiètent les enseignants. Le Monde 28/05/2010

Les projets pour la 1ere sur le site Eduscol

L’article de Benoît Floc’h passe sous silence le sort des SES.
Un détail : la consultation y est ramenée à quinze jours.
http://www.apses.org/

Pour ces programmes élaborés au forceps, rien n’est dit sur les flux tendus imposés aux concepteurs des projets et aux auteurs des manuels.

«  Ces changements de programmes répondent à deux impératifs. D'abord, un accompagnement personnalisé de deux heures hebdomadaires vient réduire les enseignements disciplinaires. Mais ils doivent surtout permettre à tous les lycéens de la voie générale de recevoir 60 % d'enseignements communs. C'est une nouveauté ».

Le tronc commun, une nouveauté ??
Il existait voilà de nombreuses années, avant les réductions récentes d’horaires dans les séries scientifiques…
Le tronc commun, pour le pouvoir actuel, n'est-ce pas d'abord une tactique efficace pour gonfler les effectifs des classes en 1ere et supprimer davantage de postes ?

« En uniformisant les trois cinquièmes des programmes des 1res littéraire (L), économique et sociale (ES), scientifique (S), le gouvernement espère rendre la spécialisation plus progressive et faciliter les changements de trajectoire des élèves ».

C'est ce que nous appelons l'imposture de la passerelle : qu'un élève de 1ere S continue en ES ou L, c'est déjà le cas. Dans l'autre sens, combien de 1e L vont choisir d'entrer en TS ET réussir le bac dans l'année ? De plus, qui peut sérieusement penser qu'un stage de quelques jours en fin de grandes vacances va suffire à mettre un élève à niveau ?

Cette " méforme " illustre les dégâts collatéraux de la suppression de l'Histoire-Géo en Terminale S. Non seulement le programme de S va passer à côté de sujets intéressants possibles (l'histoire des sciences par exemple). Mais après 2011, du fait de la « passerelle », les élèves de 1L et SES vont devoir étudier en 1 seule année ce qu'ils auraient pu continuer de traiter tranquillement en 2…

En Histoire, la solution retenue pour la 1ere est celle des tiroirs et des thèmes : la croissance, la guerre, les totalitarismes… Dans ce projet, la chronologie passe un sale quart d'heure et il y aurait beaucoup à dire sur certains concepts (guerre)
En Géo,  la mondialisation et ses acteurs, pour les élèves de S, ce seront des mots dans un libellé, et au mieux une modeste option en Terminale S.
http://clioweb.free.fr/debats/1chatel/consultation2010-1.htm

- Et si les profs étaient conservateurs ?
Caroline Brizard, Le Nouvel Obs . Pas Le Figaro ou Les Echos. :-):-)
Défendre des conditions de travail décentes,  faire la distinction entre la communication ministérielle et la réalité sur le terrain, est-ce cela le conservatisme stigmatisé par certains journalistes ?

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 décembre 2009

Les impostures de la passerelle

La mise en option de l’HG en terminale S a été très médiatisée ce week-end, à partir de l'Appel et du dossier publiés page 12 du Journal du Dimanche. Au risque de laisser dans l’ombre d’autres parties cachées de l’iceberg, notamment l’idée de passerelle à la fin de première et le calendrier la conception des prochains programmes. Des éléments qui sont présents dans plusieurs textes publiés hier.

Grâce à une réforme vendue comme "exceptionnelle", un lycéen sortant de Première Littéraire pourra choisir n’importe quelle terminale. Y compris la terminale S, à condition de sacrifier quelques jours de ses vacances. Passons sur la conception du temps scolaire et sur la faisabilité de la chose.

La passerelle, l'effet domino. C’est cette passerelle qui justifie le retour à des programmes communs en L, ES et S (""pour la première fois"" dit un conseiller décidément bien mal informé). Or cette fausse bonne idée a un effet pervers : elle oblige à traiter l’ensemble des programmes sur 2 ans, y compris dans les classes de ES ou de L où cette compression n’a aucun sens. Etait-il vraiment indispensable de compliquer encore plus la tâche des concepteurs de programmes et des profs ?
Les sources ministérielles ont évoqué « un programme allant de 1989 à nos jours » pour les terminales L et ES. Le CVUH y voit le risque « d’un arrêt de mort de l’histoire-géographie, ainsi ravalée au mieux à l’étude du temps présent, au pire à un simple commentaire d’actualité ».

Question subsidiaire : la réforme, qui sera présentée au Conseil Supérieur de l’Education ce jeudi, devrait être appliquée en septembre 2010. Combien de semaines cela laisse-t-il aux concepteurs de programme pour les rédiger et consulter éventuellement les profs d’HG ? Combien de mois cela laisse-t-il aux auteurs et aux éditeurs pour concevoir, rédiger, imprimer, diffuser les manuels de seconde ?

« Au cabinet de Luc Chatel, on pense que cette mesure sera bénéfique aux élèves » écrivent les journalistes du JDD. La communication politique ne gagnerait-elle pas en crédibilité si elle arrêtait de prendre les citoyens pour des gogos, et si au lieu de présenter toujours toute mesure comme la panacée exceptionnelle et géniale, elle affrontait enfin avec davantage de modestie les vrais problèmes de notre société et de son éducation ?

gsection
Martin Vidberg  http://vidberg.blog.lemonde.fr/

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,