01 juin 2018

Le ParcourSup des filles

 

Le Parcoursup des filles
Classe et genre à l’université
par Fanny Bugeja-Bloch & Marie-Paule Couto , La vie des idées, 01.06.2018
http://www.laviedesidees.fr/Le-Parcoursup-des-filles.html

« La loi ORE et l’amendement Grosperrin constituent donc une attaque en règle contre les filières accueillant les filles de milieux populaires sur lesquelles repose en grande partie la démocratisation de l’enseignement supérieur ».


.

Posté par clioweb à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


31 mai 2018

Les cartes de ParcourSup



Que valent les cartes de ParcourSup ?
http://cartonumerique.blogspot.com/2018/05/que-vaut-la-datamap-qui-geolocalise-les.html

« Dans un souci (quelque peu tardif) de communication et de transparence, le Ministère de l'Education Nationale a fini par communiquer les algorithmes de Parcoursup. Dans la foulée a été mise à disposition une carte interactive des résultats par établissements sur un fond de carte Openstreetmap »

« Il serait intéressant de reprendre ces données et de les intégrer dans une application de cartographie thématique pour les faire "parler" davantage ».

SG envisage un TD de cartographie appliquée, pour comprendre la construction de cette carte ainsi que de la mise en carte d’autres éléments liés à la formation.

« Faut-il rappeler qu’avec Parcoursup, la nouvelle plateforme d’accès au supérieur mise en place par le gouvernement, ce ne sont pas seulement les facs qui classent les étudiants. Ce sont aussi les étudiants qui classent les facs ! »


psup-nantes

 


.

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 février 2018

Bac2021 : les enjeux cachés

 

Les enjeux cachés de la réforme du bac  - Entretien Alternatives économiques 15.02.2018
Stéphane Beaud Professeur de sociologie à l'université de Poitiers
http://www.alternatives-economiques.fr/enjeux-caches-de-reforme-bac/00083206

extraits :
Que pensez-vous de la réforme du baccalauréat, présentée par Jean-Michel Blanquer mercredi ?

« Sur la forme, la « méthode Macron », qu’on voit à l’œuvre dans la réforme de l’université comme dans celle du bac, est fondée sur un seul principe : aller vite, frapper fort, provoquer un effet de souffle tout en soignant bien la « com » auprès de l’opinion publique pour se la mettre dans la poche.
« Impérativement réformer en un an, dit-on, c’est la seule solution pour un quinquennat », etc.
... Or, il faut bien dire que, pour des affaires aussi complexes que le système d’enseignement, prendre du temps est nécessaire. Cette manière de mener les réformes scolaires comme un Blitzkrieg est absurde et contre-productive.
D’une part, elle fait fi des formes d’intelligence collective qui pourraient être mobilisées dans le monde enseignant : on oublie toujours la richesse d’expérience professionnelle qui existe en son sein. D’autre part, elle conduira – on peut en faire le pari – à de graves déconvenues... ».

« Les SES non seulement perdent le fait d’être une discipline qui structurait une série (ES) mais elles ont perdu leur rang au lycée »

« En termes de culture générale, je reste persuadé qu’on a impérativement besoin de cette « troisième culture ».. L’enseignement des SES a permis une expérimentation pédagogique qui a eu beaucoup d’effets positifs ».

« cette réforme pour les SES, c’est d’une certaine manière la victoire de Michel Pébereau : enfin séparer les sciences économiques et les sciences sociales »... « Il s’agira sans doute d’enseigner de la science économique standard aux futurs ingénieurs et élèves des écoles de commerce en laissant une sorte d’os à ronger (la sociologie) aux doux rêveurs »

Comment s’articule-t-elle avec la réforme de l’université en cours ?
« Ce qui frappe dans cette réforme, c’est la forme de cécité à la condition sociale des personnes qui n’appartiennent pas au haut du panier social »... La « Macronie » apparaît comme un condensé de « technocratie à la française ». C’était sans doute aussi le cas sous le de Gaulle de la Ve République mais « l’esprit de la Résistance » irriguait encore l’action de bon nombre de hauts fonctionnaires. Aujourd’hui, c’est l’esprit du pantouflage (« money money ») et du marché. Autres temps, autres mœurs… »



blanquer-lycee-voiegle

  Le Bac Blanquer après 2021 : « un tremplin pour la réussite »
http://cache.media.education.gouv.fr/file/BAC_2021/00/0/DP_BAC_BDEF_web_898000.pdf

4 épreuves finales  :
2 épreuves écrites de spécialité
1 épreuve écrite de philosophie
1 oral (3 examinateurs ?)


Contrôle continu, 40 % de la note finale
« valoriser le travail des lycéens en première et terminale »
Les épreuves communes pourront avoir lieu
en janvier et avril de l’année de première, puis en décembre de l’année de terminale


« contenus ambitieux », « tremplin pour la réussite »
Les discours du marketing gagnerait sans doute en efficacité
s'ils prenaient en compte la réalité du lycée
et
utilisaient un peu moins de superlatifs...

.

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,