20 mars 2017

22 mars : Le printemps du Maitron

 

maitron-22mars2017



Le printemps du Maitron
Grand Amphithéâtre de la Sorbonne,
mercredi 22 mars 14-22 h
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article189150


- 13h 30. Accueil par Gilles Pécout, recteur  et Georges Haddad, président Paris 1

- 14h : Claude Pennetier, L’histoire intellectuelle de Jean Maitron et du Maitron

- 14h 30 : Pascale Goetschel, Hommes et femmes de théâtre dans le Maitron

- 15h : Charles Heimberg, La figure de James Guillaume et la question de l’émancipation par les savoirs

- 15h 30 : Bernard Pudal, Les paradoxes du projet communiste : l’émancipation dans le Souffle d’Octobre 1917

- 16h : Michelle Perrot, Un itinéraire d’historienne entre ouvriers, ouvrières, grèves...
                                   dans le sillage des entreprises éditoriales de Jean Maitron

- 16h 30 : André Burguière, Défense et illustration de la biographie : le Maitron

- 17h : Marion Fontaine, D’un siècle à l’autre : comment penser les mutations des vies militantes et ouvrières

- 17h 30 : Boris Gobille, Xavier Vigna et Paul Boulland : Les acteurs de 1968
               animé par Emmanuel Laurentin (la Fabrique de l’Histoire)

18 h 30 : Pause

- 19h30 - 22h : Dialogue entre Patrick Boucheron, Ivan Jablonka et Edwy Plenel,
              animé par Julie Clarini (Le Monde des Livres)

inscription nécessaire info@maitron.org


Colloques et journées d’études du CHS (Centre d'histoire sociale)
http://histoire-sociale.univ-paris1.fr/spip.php?article80


rappel :
dictionnaire des fusillés (1940-1944)
dictionnaire des anarchistes
http://clioweb.canalblog.com/tag/maitron

 

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


11 juillet 2016

Les Années Mitterrand

 

Quand la gauche était au pouvoir
http://www.laviedesidees.fr/Quand-la-gauche-etait-au-pouvoir.html

Mathias Bernard, Les Années Mitterrand. Du changement socialiste au tournant libéral, Belin
CR Ismaïl Ferhat , La vie des idées 11.07.2016

« Elu en 1981 sur un programme de transformation sociale, le premier septennat de François Mitterrand a été le moment d’agonie d’une partie du tissu industriel français : la Manufacture à Saint-Étienne, définitivement fermée en 1985, les Charbonnages de France, qui gèrent à partir de 1983 la fin de l’activité minière hexagonale, la réduction de la métallurgie (à Fos-sur-Mer ou en Lorraine). Le pouvoir de gauche en est réduit à accompagner le déclin de son cœur sociologique et identitaire, le monde ouvrier ».

Un véritable découplage s’est opéré entre la fortune électorale de la gauche et sa surface militante (adhérents, syndicats, associations).

Le culte de l’émancipation individuelle a remplacé les convictions et les espérances collectives, d’où une fragmentation sans cesse accrue...


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 juin 2016

Qui sont les ouvriers d’aujourd’hui ?

 

- Qui sont les ouvriers d’aujourd’hui ?
Perrine Mouterde, Le Monde 07.06.2016
http://www.lemonde.fr/emploi/article/2016/06/07/qui-sont-les-ouvriers-aujourd-hui_4941062_1698637.html

Maçons, chauffeurs, soudeurs, jardiniers, métalliers, commis de cuisine, dockers, ostréiculteurs… Selon l’Insee, la France compte 6,3 millions d’ouvriers, 20,5 % des emplois (40 % vers 1970). En moins de quinze ans, l’industrie a perdu près de 1,4 million d’emplois.

La moitié d’entre eux travaillent désormais dans le tertiaire. La frontière entre ouvriers et employés est devenue floue, mais les ouvriers sont plutôt des hommes (80%), les employées des femmes (75 %).
Plus d’un ouvrier sur 2 est un enfant d’ouvrier.

« Des jeunes travaillent six mois dans une usine, puis sont au chômage, puis se retrouvent deux mois dans une société de surveillance, ajoute Henri Eckert. Ils vivotent d’emplois ouvriers en emplois non ouvriers. Ce sont des précaires avant d’être des ouvriers. »

Les ouvriers sont peu visibles dans les médias.
Syndicats et partis politiques qui parlaient en leur nom ont perdu leur influence et leur rôle social.

« Invisibles et souvent précaires, privés d’une représentation forte et valorisante, les ouvriers n’ont pourtant pas disparu. Pour Cédric Lomba, la notion de classe [populaire] a un sens. La bourgeoisie est la classe la plus mobilisée pour défendre ses intérêts, mais ce n’est pas parce que les autres classes sont moins mobilisées qu’elles n’existent pas ».


- Dans les entrepôts, la folle cadence des ouvriers de la logistique
Perrine Mouterde s’est intéressé le 6 juin aux 700 000 « nouveaux ouvriers ».
30 % des salariés sont des intérimaires, le secteur applique « la chasse aux temps morts », celle des débuts du fordisme dans l’industrie automobile.
http://www.lemonde.fr/emploi/article/2016/06/06/dans-les-entrepots


- Moi, Anthony, ouvrier d’aujourd’hui, dans « raconter la vie », la collection initiée par Pierre Rosanvallon
http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/04/03/29583259.html


- Luttes sociales, la vie d’après, Le Monde 17.05.2016
http://www.lemonde.fr/emploi/article/2016/05/17/luttes-sociales-la-vie-d-apres_4920495_1698637.html


.

Posté par clioweb à 08:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 novembre 2015

La géographie de l'ascension sociale

 

ascension-sociale

Clément Dherbécourt, proportion de cadres ayant un père ouvrier ou employé
document de travail, page 18-19



La géographie de l'ascension sociale
Note d'analyse, France Stratégie 06.11.2015
http://www.strategie.gouv.fr/publications/geographie-de-lascension-sociale

« Les chances des enfants de classes populaires d’accéder à des postes qualifiés varient aujourd’hui du simple au double selon le département de naissance. La note analyse ces écarts entre les territoires et esquisse les politiques publiques à mettre en œuvre pour les réduire »


note d'analyse 36 - La géographie de l'ascension sociale (PDF - 2.35 Mo )
http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/note-36-geographie-ascension-sociale-ok.pdf

Document de travail - La géographie de l'ascenseur social français (PDF - 2.9 Mo )
http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/dt_ascenseur_social_06112015.pdf


Mediapart
Une carte, issue du travail, qui montre des différences importantes de mobilité ascendante selon le département de naissance
http://www.mediapart.fr/journal/france/071115/quand-le-lieu-de-naissance-grippe-lascenseur-social

Blog Histoires d'universités
http://histoiresduniversites.wordpress.com/2015/11/07/geographie-de-lascension-sociale/

Le Figaro
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/11/06/20002-20151106ARTFIG00276-pour-reussir-mieux-vaut-naitre-en-le-de-france-que-dans-les-autres-regions.php

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 novembre 2014

Paris ville ouvrière 1789-1848

 

gribaudi

Paris ville ouvrière - Une histoire occultée (1789-1848)
Maurizio Gribaudi, La Découverte


4e de couverture : Les historiens qui se sont intéressés au Paris de la première moitié du XIXe siècle ont souvent célébré la modernité de la ville bourgeoise qui se développe à l'ouest et autour des Grands Boulevards, et considéré les quartiers du centre et de l'est comme des espaces structurellement immobiles et à l'écart du progrès.
S'appuyant sur des archives peu explorées et une carto originale, Maurizio Gribaudi propose une vision renouvelée de ce Paris populaire : il montre au contraire qu'il s'agit de lieux extrêmement dynamiques, dans lesquels se développent des formes de production tout aussi novatrices qu'économiquement efficaces. Et dans lesquels se construit progressivement un modèle de modernité propre au monde ouvrier, fondé sur la demande de démocratie locale et sur une vision participative de la société.
Si la répression de ces mouvements en 1848 et en 1871 a brisé cet élan, le souvenir de la République démocratique et sociale rêvée par le mouvement ouvrier a cependant laissé ses traces dans la société française, et l'on voit aujourd'hui ressurgir certaines thématiques qui en sont héritées (la demande de démocratie directe et de nouvelles formes d'organisation du travail, le modèle associatif comme base de solidarité nationale).
Table des matières : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Paris_ville_ouvriere-9782707167002.html

Gribaudi était l'invité de la seconde partie de la Fabrique de l'histoire, dans une semaine sur l'histoire des ouvriers.


Gribaudi n'a pas jugé utile d'étoffer et d'actualiser sa fiche de l'EHESS
http://crh.ehess.fr/index.php?/membres/membres-statutaires/174-gribaudi-maurizio

La fiche de l'université de Messine est plus complète et actualisée en sept 2013
http://www.unime.it/__content/files/20131015112525CV_Gribaudi.pdf
Elle annonce l'ouvrage sous un autre titre : L'élan brisé du Paris ouvrier – L'histoire oubliée d'une autre modernité. 1789-1848, La Découverte, in stampa (in libreria aprile 2014)

Maurizio GRIBAUDI et Michèle RIOT-SARCEY, 1848, la révolution oubliée, Paris, La Découverte, 2008.
http://rh19.revues.org/4032
Son travail sur les ouvriers de Turin en 1989
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1989_num_44_2_283599_t1_0458_0000_003


rappel
Chevalier (Louis) - Classes laborieuses et Classes dangereuses à Paris, Plon 1958
CR par Raoul Girardet dans la RFSP - Persée

.

Posté par clioweb à 10:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

06 juin 2012

UK : Les ouvriers, des vaincus ?

 

- Ismaïl Ferhat, Les ouvriers, vaincus de l’histoire britannique ? (source : Aggior)
compte rendu de l'ouvrage
Owen Jones, Chavs. The demonization of the working class, London : Verso Press, 2011, 256 p.
http://www.laviedesidees.fr/Les-ouvriers-vaincus-de-l-histoire.html


- Bensimon, Fabrice, Les ouvriers britanniques en France, 1815-1850, in Aprile, Sylvie, et Bensimon, Fabrice (dir.),
La France et l’Angleterre au XIXe siècle : échanges, représentations, comparaisons, Paris, Créaphis, 2006, 580 p.


- Les bienfaits de l'aristocratie en GB
Ecouter le discours de TF1 au JT 13 h du dimanche 3 juin, vers la 33e mn
http://videos.tf1.fr/jt-we/le-13-heures-du-3-juin-2012-7332850.html


- British Queens on screen: the power of fictional image over factual text
Queen Victoria: the heart of a heartless political world
by Steven Fielding - History and Policy  - source LC, cvuh

« The centrality of the monarchy to British identity is encouraged through official ceremonies and celebrations ... and through their dramatization. Moreover, as Andrew Butler's recent research shows, many learn their most compelling history lessons not while they are at school or university, but when watching the big or small screen : it is the fictional image not the factual text that often leaves the strongest impression ».

« ... Such dramatizations - of Elizabeth as much as of Victoria - are meant to entertain: for commercial reasons producers try to give audiences what they want... The relationship between such dramas and historical fact is however problematic. What is clear however is that many Britons want to believe in a monarchy that is disinterestedly concerned for their interests. In a time in which they increasingly lack trust in those they elect to office - a feeling reinforced in the later Victoria films - such historical dramas give comfort that at the heart of an apparently heartless political world there is someone who cares. That this figure is elected by no one but God might make some democrats (and historians who care for accuracy) weep, but dramatists in search of an audience invariably follow the advice given at the end of John Ford's The Man Who Shot Liberty Valance : When the legend becomes fact, print the legend ».


- rappel : Les mondes britanniques, Histoire@politique,
http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=11
dont Philippe Vervaecke, L'invention du patriotisme impérial :
usages politiques des fêtes d'Empire en Grande-Bretagne, 1877-1938
Jusque dans les années 1950, le patriotisme impérial, inventé lors des cérémonies royales victoriennes influence le pays (et ses écoliers), même si le soupçon ou l'indifférence existent déjà. Après 1950, les tournées d'Elizabeth II tentent encore de faire vivre  la « symbiose entre Couronne et Empire ». Mais avec la décolonisation, ce patriotisme impérial est disqualifié en tant que discours dominant à l’occasion des célébrations publiques


- Teaching History : Elizabeth and Cromwell ?
le sujet semble sensible pour nos collègues britanniques du forum Schoolhistory :
Sections 406 and 407 of the Education Act 1996 prohibit "the promotion of partisan political views in the teaching of any subject in the school"
http://tinyurl.com/7pcdu5z
.

.

Posté par clioweb à 22:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 mai 2012

Le 1er mai

 

HaymarketMartyrs

Parsons*, Fielden, Lingg,
Spies*,
Schwab, Engel*, Fischer*
source : http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/67/HaymarketMartyrs.jpg


Aux États-Unis, le 1er mai 1886, les syndicats lancent une grève générale pour exiger la limitation de la journée de travail à huit heures. La grève se prolonge à Chicago. Le 3, des affrontements ont lieu à l'usine McCormick opposant les grévistes, les jaunes et l'agence Pinkerton. Lors de la manifestation du 4 mai, une bombe est lancée en direction de la police.
Par la suite, 8 syndicalistes anarchistes sont arrêtés et jugés (August Spies, Michael Schwab, Adolph Fischer, Louis Lingg, Samuel Fielden,  Albert Parsons,  George Engel, Oscar Neebe), 5 sont condamnés à mort, 4 sont pendus le 11 novembre 1887, le Black Friday (* August Spies, George Engel, Adolph Fischer et Albert Parsons. Louis Lingg s'est suicidé en prison.)
http://en.wikipedia.org/wiki/Haymarket_affair
http://www.chicagohs.org/hadc/

 

 

fourmies-1891-pp

E. Glair-Guyot, Les événements de Fourmies - Le Petit Parisien 17 mai 1891 - source : BNF - Wikimedia Commons


Le 1er mai 1891, à Fourmies, dans le Nord, l'armée tire sur les mineurs qui manifestent et fait neuf morts

voir http://bataillesocialiste.wordpress.com/

 

 

cgt-1mai-36

http://histoire-socialiste.over-blog.fr/article-fetons-l-unite-1er-mai-1936-102210051.html


En 1936, le 1er mai se situe entre les deux tours des élections législatives (26 avril et 3 mai), sur fond de CGT réunifiée depuis mars 1936. A Paris, les autorités ont interdit les cortèges . 2 rassemblements sont organisés dans les stades aux portes de la capitale, et une vingtaine de meetings ont lieu en banlieue.
Le 1er mai 1936 joue un rôle secondaire dans la victoire du Front populaire. Il sert pourtant de détonateur à l'explosion sociale de mai-juin 1936. Au Havre, les patrons de l'usine Bréguet ont liciencié deux ouvriers absents le 1er mai ; les ouvriers se mettent en grève et occupent l'usine les 11 et 12 mai.
Le 7 juin, les Accords Matignon prévoient une augmentation des salaires, garantissent l'existence de contrats collectifs de travail et instituent des délégués élus du personnel ;  ils furent complétés par des lois sur la semaine de 40 heures et congés payés.
source
Manuel Rodriguez, Le 1er mai, Archives Julliard no 103, 1990
Georges Lefranc, Juin 36, l'explosion sociale du Front Populaire, Archives no 22, 1996
Danielle Tartakowsky, Le Front populaire. La vie est à nous. Découvertes, 1996


En 1934, en Allemagne Hitler célèbre le travail le 1er mai
et interdit tous les syndicats le lendemain 2 mai.

Pétain met le Travail en tête de sa devise : Travail (le STO après 1943), Famille (1,5 M prisonniers en Allemagne) , Patrie (humiliée, occupée et pillée) . En 1941, il fait du 1er Mai « la fête du Travail et de la Concorde sociale ». La Charte du Travail ... publiée au JO le 26 octobre 1941 ... a la prétention de faire disparaître la lutte des classes. « Avec ces excellents principes, Vichy fut un âge d'or pour le patronat français » écrit Gérard Miller qui poursuit : « La réconciliation nationale s'opérera autour du Travail. Attention! pas des travailleurs. Le Travail est une grande idée plusieurs fois millénaire, qui préside au développement de la civilisation; les travailleurs, eux, n'en sont pas toujours dignes, ils ont souvent mauvais esprit et se laissent facilement égarer par de mauvais bergers. Aussi le 1er mai, fête des travailleurs, devient sous Vichy fête du Travail ». Gérard Miller, Les Pousse-au-jouir du Maréchal Pétain  Le Seuil 1975


En 1947, le 1er mai devient, dans le code du travail, un jour férié chômé et payé pour tous les salariés.

Le muguet serait associté au 1er mai depuis 1907.


A partir de 1988, le FN a déplacé au 1er mai la manifestation qui avait lieu le second dimanche de mai (13 mai 1979, 10 mai 1981...) en prenant pour prétexte la célébration d'une Jeanne d'Arc catholique et royaliste.

En 2002, 1 300 000 (chiffres du ministère de l'Intérieur) à 2 000 000 (selon les organisateurs) de personnes manifestent dans une centaine de villes contre la présence de Le Pen au second tour.
http://www.davidphenry.com/Paris/paris301_fr.htm

 

010512-caen

Le 1er mai 2012 à Caen - source : http://resistances-caen.org/photos.php


Le Monde Opinions - 1.05.2012
Danielle Tartakovsky répond aux questions sur le 1er mai et sur les manifestations parisiennes.

Paris au mois de mai 2012 - Ne les laissez pas le trahir une nouvelle fois
Photo LG - 


Maurice Dommanget, Histoire du Premier Mai, Marseille, Éditions Le mot et le reste, coll. « Attitudes », 2006, 550 p., 25 euros.
http://atheles.org/lemotetlereste/attitudes/histoiredupremiermai/
http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?article156

Danielle Tartakovsky , Histoire du 1er Mai en France (Hachette 2005) et Manifester à Paris (1880-2010), ChampVallon 2010

Institut d'histoire sociale (CGT) - Le 1er mai appartient aux travailleurs !
http://www.ihs.cgt.fr/IMG/pdf_1er_mai-2.pdf


Rappel : le 1er mai du #VraiTravail


grandjouan-1mai

Dessin de Grandjouan, "1er mai", L'Assiette au beurre, 28/4/1906.
source : http://www.caricaturesetcaricature.com/


..

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,