23 décembre 2015

P. Boucheron, Ce que peut l’Histoire 3

 

Patrick Boucheron, une nouvelle histoire au Collège de France, Les Matins - FC - 23.12.2015
http://www.franceculture.fr/emission-les-matins-patrick-boucheron-une-nouvelle-histoire-au-college-de-france-2015-12-23
http://www.franceculture.fr/emission-l-invite-des-matins-2eme-partie-0


rappel :
Histoire : le Collège de France vire à gauche, Rue 89 18.12.2015 (avec extraits de la Leçon)
http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20151218.OBS1634/histoire-le-college-de-france-vire-a-gauche.html
payant - http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20151217.OBS1584/patrick-boucheron-l-historien-qui-veut-monter-le-son.html

La magistrale leçon, Le Monde 19.12.2015
Etonner la catastrophe, Vigilance critique, chantiers historiographiques majeurs
http://www.lemonde.fr/culture/article/2015/12/19/la-magistrale-lecon-inaugurale-de-patrick-boucheron-au-college-de-france_4835207_3246.html


Gilles Fumey, Geographica 17.12.2015
http://geographica.net/2015/12/ce-que-peut-lhistoire-patrick-boucheron-au-college-de-france/
Les inrocks
http://www.lesinrocks.com/2015/12/21/idees/au-coll%C3%A8ge-de-france-la-le%C3%A7on-de-libert%C3%A9-de-lhistorien-patrick-boucheron-11794480/


Patrick Boucheron, L’histoire chevillée au corps, La Croix 17.12.2015
http://www.la-croix.com/Ethique/Sciences-humaines/Patrick-Boucheron-l-histoire-chevillee-au-corps-2015-12-17-1394117#link_time=1450359323

L'émotion est un ressort de connaissance et d'écriture La Croix 16.09.2015
http://www.la-croix.com/Culture/Livres-Idees/Livres/Patrick-Boucheron-L-emotion-est-un-ressort-de-connaissance-et-d-ecriture-2015-09-16-1356915
L'hospitalité n'est pas un devoir, elle est un droit, La Croix 17.09.2015
http://www.la-croix.com/Culture/Livres-Idees/Livres/Patrick-Boucheron-l-hospitalite-n-est-pas-un-devoir-elle-est-un-droit-2015-09-17-1357570


Telerama 18.12.2015
http://www.telerama.fr/idees/au-college-de-france-la-magistrale-lecon-inaugurale-de-l-historien-patrick-boucheron,135840.php
PB s'appuie sur Victor Hugo, Jules Michelet, Michel Foucault, Georges Duby, Jacques Le Goff, Marc Bloch, Fernand Braudel, Montaigne ou Dante...
PB aime à détricoter les chronologies trop pesantes, à réfuter les bavardages sur le déclin et à affronter « tous ceux qui répugnent à l’idée d’une intelligence collective »

Les mots de la riposte, Philomag
http://www.philomag.com/lepoque/breves/lhistorien-patrick-boucheron-prononce-sa-lecon-inaugurale-au-college-de-france-13448


Assouline, L'histoire 22.12.2015
http://www.histoire.presse.fr/actualite/infos/patrick-boucheron-au-college-france-22-12-2015-139475
Patrick Boucheron, l’historien qui veut rendre le passé habitable, Assouline, 18.12.2015
http://larepubliquedeslivres.com/patrick-boucheron-lhistorien-qui-veut-rendre-le-passe-habitable/



L'audio de la Leçon inaugurale est en ligne. La vidéo vient dans la semaine.
http://www.college-de-france.fr/site/patrick-boucheron/inaugural-lecture-2015-12-17-18h00.htm


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


20 décembre 2015

P. Boucheron, Ce que peut l’Histoire 2

 


Histoire : le Collège de France vire à gauche, Rue 89 18.12.2015
http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20151218.OBS1634/histoire-le-college-de-france-vire-a-gauche.html


« Patrick Boucheron a livré une fresque historique brillante, comme il sait faire, avec de beaux effets de chronologie, des points bluffants d’érudition et des formulations fulgurantes »

« il s’est engagé... il a renversé la table.
D’abord en se référant à plusieurs reprises à Bourdieu et Foucault... »

« Ensuite en martelant que l’histoire ne doit pas se contenter de raconter la façon dont les pouvoirs se sont établis (les rois, la formation des nations, des Etats), mais aussi les tentatives d’organiser la cité autrement, même et surtout quand elles ont échoué. Ces « expérimentations politiques », qui pullulent dans l’Italie des trecento et quattrocento, l’historien doit s’y montrer attentif, car elles nous indiquent d’autres mondes possibles. « Ce que peut l’histoire, c’est aussi de faire droit aux futurs non advenus, à ses potentialités inabouties.»

« Ce que peut l’Histoire », c’était le titre de la leçon. Boucheron y a tordu le cou à l’idée que l’Histoire serait là pour remonter aux origines et fixer des identités. Il a taclé les déclinistes de tous poils, qui « répugnent à l’existence même d’une intelligence collective ». Il a contesté que l’Histoire soit finie.
« Pourquoi se donner la peine d’enseigner sinon, précisément, pour convaincre les plus jeunes qu’ils n’arrivent jamais trop tard? »


Rien n’est plus mortifère que de faire l’Histoire une machine à fabriquer des leçons de désespoir. « Comment se résoudre à un devenir sans surprise, à une histoire où plus rien ne peut survenir à l’horizon, sinon la menace d’une continuation ? Ce qui surviendra, nul ne le sait. Mais chacun comprend qu’il faudra, pour le percevoir, être calme, divers, et exagérément libres.»

« Que ceux qui se flattent de leur désespérance en tenant boutique de nos désarrois, ceux qui s’agitent et s’enivrent aux vapeurs faciles de l’idée de déclin, ceux qui méprisent l’école au nom des illusions qu’ils s’en font, tous ceux qui, finalement, répugnent à l’existence même d’une intelligence collective, que ceux-là se souviennent de ces jours. Car la littérature y fut aussi, pour beaucoup, une ressource d’énergie, de consolation et de mobilisation ».

L'audio de la Leçon inaugurale est en ligne. La vidéo vient dans la semaine.
http://www.college-de-france.fr/site/patrick-boucheron/inaugural-lecture-2015-12-17-18h00.htm

 
.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 avril 2014

Histoire vivante, histoire figée

 

L’histoire de France a-t-elle encore un sens ?
invités de l'émission Répliques : Patrick Boucheron,
Pierre Nora (historien français -sic- académicien français -resic)


A l'écoute, l'émission vaut surtout par la présence de Pierre Nora et Patrick Boucheron.
Leur grande maîtrise du métier d'historien, leur talent rhétorique et leur pratique de ce genre de controverse, tout cela leur évite de se laisser enfermer dans les questions étroites de l'habitué des jérémiades :  le choc des civilisations, les Arabes, l'islam, la spécificité franco-française, Ernest Lavisse, le culte des ancêtres, continuité - discontinuité ...

Dans leur plaidoyer pour une histoire vivante, ouverte sur le monde, écouter par exemple la présentation par PB de R. Bertrand, L'histoire à parts égales. (vers la 32e minute)


- L'islam et la civilisation musulmane, dans le Bordas de cinquième (1971), c'est le 3eme chapitre, entre Byzance et le morcellement de l'Occident. En 1964, Le monde musulman (VII-XIVe), c'est le chapitre 17 du Hatier, mais le programme c'était Rome et le Moyen-Age jusqu'en 1328.
Difficile d'y voir une intention supposée de catéchèse et un éloge du métissage.

- Lavisse
Le petit Lavisse réédité en 2010, c'est la version de 1895, sans doute un des plus chauvines.
http://editionsdesequateurs.fr/Catalogue/FacSimiles/PetitLavisseHistoireFrance

- Marc Bloch
AF a essayé de capter au service d'une histoire immobile, voire réactionnaire, les ouvrages de Renan, Lavisse, Marc Bloch.
Après Casali, il a voulu finir en répétant une citation sur le sacre de Reims et la Fête de la Fédération. La citation est tronquée et mise en avant par les tenants d'une histoire identitaire.
cf aussi Sylvain Venayre,  Les origines de la France : quand les historiens racontaient la nation.
http://clioweb.canalblog.com/tag/venayre


- Dans les programmes de première compactés sur ordre de Chatel, Auschwitz est étudié avant Hitler, l'impasse est faite sur l'histoire intérieure de la France après 1962. Et le Traité de Versailles occupe six lignes dans 2 pages doubles sur la SDN et la sécurité collective. Pas de carte de l'Europe en 1923 (Nathan Le Quintrec, Première 2011)

- Les manuels
dans les classes, « les professeurs font un usage très distant des manuels et des réglementations académiques », affirme P Boucheron. Selon lui, ils enseignent une histoire chronologique et méthodique, contredisant les polémistes qui se contentent de feuilleter les manuels. Faire de l'histoire aujourd'hui, ajoute-t-il, c'est d'une certaine manière enseigner contre l'institution (mais de manière éthique et responsable ??).

Il faut sans doute nuancer, selon la date de la dernière inspection, et selon l'avancement dans la carrière. Et ne pas oublier que les enseignants travaillent sous le contrôle de parents activistes (cf. l'égalité entre les sexes en Education civique ou en SES).
Il y aurait aussi une étude à faire des directives successives, de leurs contradictions et de leur (in)efficacité.
Ne pas oublier non plus les horaires annoncés. Ils obligent à une course permanente (la 2 GM en 3 ou 4 heures !) et à un survol qui enlève tout intérêt intellectuel à beaucoup de sujets. Les allégements d'août 2013 suggèrent que les profs peuvent être entendus d'un pouvoir politique, s'ils sont soutenus par tous ceux qui s'intéressent à l'histoire.

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,