18 mai 2016

Revues, pairs et prédation

 


Pourquoi je ne publie(rai) plus (jamais) dans des revues scientifiques (SHS).
Olivier Ertzscheid, Affordance 17.05.2016
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2016/05/pourquoi-je-ne-publierai-plus-dans-des-revues-scientifiques.html


« Quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’articles scientifiques est soit un idiot, soit un menteur ». Lawrence Lessig lors des obsèques d’Aaron Swartz (2013)

La version 2016 d’Olivier Ertzscheid :
« Quiconque affirme aujourd'hui qu'en acceptant de publier dans des revues scientifiques sans systématiquement déposer son texte dans une archive ouverte et/ou avec une licence d'attribution non-commerciale ignore ou feint d'ignorer sa part de responsabilité dans la situation catastrophique de privatisation de la connaissance que mettent en œuvre quelques grands groupes éditoriaux à l'échelle de la planète ; celui-là est à la fois un idiot, un menteur et surtout un irresponsable ».
« Alors je ne publierai plus jamais d'articles dans des revues scientifiques. Et je continuera de m'opposer, de manière légale ou illégale, à toute forme de privatisation de la connaissance. Et vous ? »


Le texte dénonce : « le modèle économique de l'oligopole (voire du quasi monopole dans le cas des SHS) qui gère aujourd'hui la diffusion des connaissances au travers de revues est celui d'une prédation atteignant des niveaux de cynisme (et de rente) de plus en plus hallucinants ».

L’auteur conteste le « style » revue (4 règles). Il décrit les défauts de l’évaluation par les pairs (un système « biaisé, injuste, non fiable, incomplet, facilement truqué, souvent insultant, souvent ignare, parfois bête, et souvent erroné » selon le rédacteur en chef de The Lancet). Un blog professionnel permet d'être davantage réactif et de ne pas attendre deux ans. Mais « 2400 articles de blog en 10 ans, cela ne compte pas » (pour l’AERES).
(Lire aussi ce qu'André Gunthert a réussi avec la plate-forme Culture visuelle)
http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/08/03/21723521.html

OE cite le manifeste d'Aaron Swartz (2008)
«  You have a duty to share [the knowledge] with the world... We need to fight for Guerilla Open Access »
http://ia600808.us.archive.org/17/items/GuerillaOpenAccessManifesto/Goamjuly2008.pdf

Il vante le dépôt d’une version d’un article dans des archives ouvertes
et le rôle du portail Sci-Hub d’Alexandra Elbakyan  http://sci-hub.cc/  http://sci-hub.bz

Sur Sci-Hub voir aussi :
http://en.wikipedia.org/wiki/Sci-Hub
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sci-Hub

Sci-Hub : la première bibliothèque scientifique mondiale ? Un site pirate
http://rue89.nouvelobs.com/blog/les-coulisses-de-wikipedia/2016/02/15/sci-hub


suite :
« Jusqu’à l’ultime seconde, j’écrirai » (en réponse à Affordance)
Alexandre Moatti, blog Bibnum - 18.05.2016
http://clioweb.canalblog.com/archives/2016/05/19/33837503.html

Charte de la « désexcellence » - version 1.1  janvier 2014
http://clioweb.canalblog.com/archives/2016/05/20/33841780.html



.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


29 janvier 2016

L'édition scientifique et la loi numérique

 

- L'édition scientifique est-elle mise en danger par la loi numérique ?
http://www.humanite.fr/ledition-scientifique-est-elle-mise-en-danger-par-la-loi-pour-une-republique-numerique-596843

3 tribunes dans L'Humanité 26.01
2 éditeurs (devinez leur analyse), 1 chercheur
Le chercheur s'étonne que faute d'un soutien à une édition scientifique rigoureuse et exigeante, transparente, à profit zéro et portée par le monde scientifique, un Etat puisse être amené à payer 4 fois une recherche : le travail des chercheurs, le comité de lecture, la publication, l'accès aux articles.


En juillet 2012, une recommandation de la Commission européenne (soucieuse de profits accrus) avait suscité des débats :

- un levée de bouclier autour de Cairn-info, la structure privée (11 février 2013).
- une pétition en faveur du libre accès dans Le Monde 15.03.2013
http://marin.dacos.org/qui-a-peur-de-lopen-access-arguments-pour-lacces-ouvert-aux-resultats-de-la-recherche/
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/03/15/qui-a-peur-de-l-open-acces_1848930_1650684.html

Ph Minard rappelle un dossier de La Revue européenne des sciences sociales
et annonce un dossier dans la RHMC fin février.
http://www.cairn.info/revue-europeenne-des-sciences-sociales-2014-1.htm
Seule l'intro est en accès gratuit chez Cairn, les articles sont vendus 12 euros à l'unité

Lire également Olivier Ertzscheid
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/open_access/
dont le dernier billet :
De la responsabilité du scientifique. Et du développeur
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2016/01/responsabilite-du-scientifique.html


Parmi les éléments du débat :

- Qui peut le mieux faire connaître le travail des chercheurs ?
. des entreprises privées comme Elsevier, Springer, Wiley ? (les 3 contrôlent 6400 revues, bénéfice 2012 : 1,7 Mds d'euros)
. des structures comme le CNRS (avec la plateforme HAL Hyper articles en ligne ?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hyper_articles_en_ligne
http://halshs.archives-ouvertes.fr/
. des structures indépendantes contrôlées par les chercheurs ?

- Quelles formes prises par la publication scientifique ? Qui décide de la publication et valide un article ?
(avec Sarko, le nombre d'articles dans une revue de renom était un élément dans une carrière universitaire)

- Embargo ou pas ? Quelle durée (1 an pour les SHS, 40 mois environ pour Cairn... )
Si les articles sont mis en ligne sur des plateformes en libre accès,
que devient le métier de bibliothécaire ?
Quelle place pour les commentaires des autres chercheurs, pour les publications collectives ?

Open edition, c'est 420 revues en Open access (pas tjs gratuit)
http://www.openedition.org/catalogue-journals


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 avril 2014

NGA : 35 000 peintures en ligne

 

nga-requested

NGA - Paintings frequently requested


- NGA : 35 000 peintures à télécharger gratuitement (et légalement) - L'Express 14.04.2014
La nouvelle a déjà bcp circulé sur le web,
et mis 25 jours pour traverser l'Atlantique depuis le communiqué du NGA

Release Date: March 21, 2014
The National Gallery of Art to Launch NGA Online Editions
The creation of NGA Online Editions was made possible by a generous grant from the Getty Foundation. As part of the Getty's Online Scholarly Catalogue Initiative (OSCI), the Gallery and eight other museums were tasked with finding new ways to provide authoritative information in fully accessible, user-friendly online settings. The other participating institutions include the Art Institute of Chicago; the Arthur M. Sackler and Freer Gallery of Art; the Los Angeles County Museum of Art; the San Francisco Museum of Modern Art; the Seattle Art Museum; Tate Gallery; the Walker Art Center; and the J. Paul Getty Museum. https://www.getty.edu/foundation/initiatives/current/osci/index.html

35,000 open access digital images up to 3000 pixels each
are available free of charge
for download and use
https://images.nga.gov/en/page/show_home_page.html

Les bibliothécaires de Berkeley en sont restés à 20 000 en mars 2014,
http://www.lib.berkeley.edu/ARTH/arthistresources.html
Dans une veille docu sur l'histoire de l'art, en août 2013,  on parlait seulement de 25 000 reproductions...
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/08/10/27815143.html


3 commentaires :

- Le site incontournable pour un prof d'HG, c'est l'exceptionnel Web Gallery of Art (très mal indexé par Google).
L'interface est rustique mais efficace, mais elle s'adapte à l'écran de l'ordi (utile avec un vidéoprojecteur).

voir l'entrée par le nom des peintres
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/
il existe une version pour l'histoire de l'art en Hongrie : http://www.hung-art.hu/index-en.html


- Un prof n'a pas besoin de 35 000 reproductions,
mais de qq dizaines de tableaux bien choisis et bien documentés.
C'est le cas par ex de la Vierge au Chancelier Rolin (excellente analyse par Le Louvre),
pour les Ambassadeurs, le tableau de Holbein,
pour le portrait d'Emile Zola par Edouard Manet,
Pour le XIXe, le site l'Histoire par l'image fait en général du très bon travail.

- Les bons musées mettent aussi en ligne des dossiers de presse voire des dossiers pédagogiques souvent très bien illustrés.
cf Gustave Courbet : http://clioweb.canalblog.com/tag/Courbet

rappel : Le NGA propose également des dossiers pour les enseignants :
Painting in the Dutch Golden Age
Edo: Art in Japan, 1615–1868
Picturing France, 1830–1900
Art since 1950
http://www.nga.gov/content/ngaweb/education/teachers/teaching-packets.html

Un des lecteurs de L'Express rappelle un sujet sensible en France :
Shakira peut se photographier à Orsay devant Olympia (sans prendre la pose de Victorine Meurent).
Mais le patron du musée a interdit la photo à tous les autres visiteurs.
http://clioweb.canalblog.com/archives/2012/08/24/24951854.html

.

Posté par clioweb à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

21 avril 2013

des revues de SHS gratuites ?

 

Les revues de Sciences Humaines et Sociales peuvent-elles se permettre d’être gratuites ?
France-Culture - La grande table, 15.04.2013
http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-1ere-partie


Lundi dernier, La grande table débattait des réactions
à une recommandation de la Commission européenne
relative à l'accès aux informations scientifiques et à leur conservation (17.07.2012).

Invités :

Antonio A. Casilli, sociologue
André Gunthert, chercheur en histoire culturelle
Mathieu Potte-Bonneville, philosophe


extraits :
André Gunthert : Longtemps, en SHS, le savoir a circulé par l’édition de livres. Récemment, il y a eu deux changements : la numérisation, l’évaluation chiffrée à partir du nombre d’articles.... « les revues sont devenues d’un coup un outil essentiel du système mais on ne leur a pas donné plus de moyens. Une revue savante ne coûte pas très cher, elle repose surtout sur du bénévolat. Les auteurs ne sont pas payés. Le comité de rédaction n’est pas payé. L’évaluation des articles, la clé du système, n’est pas payée non plus... Donc, c’est du bricolage et cette activité n’est pas réellement intégrée au périmètre de la recherche publique ».

Dans ce paysage, trois types d’acteurs ont des intérêts différents et des contraintes différentes :
- Les mastodontes de l’édition scientifique, Elsevier et Springer en Europe, sont surtout concernés par les sciences de la nature. Leur situation d’exclusivité leur permet de facturer lourdement les abonnements payés par les BU. Ces acteurs privés deviennent richissimes en parasitant la recherche publique et son financement.
- En face, l’Open Access se développe ; c’est un mouvement militant qui combat la tendance à la marchandisation de la science. Il s’appuie sur internet pour deux formes principales : l’Open Edition et les archives ouvertes
- Les revues papier se sont mises à l’électronique ces 10 dernières années. En février, elles ont refusé les préconisations de la commission européenne et du MESR. Elles ont besoin d’argent pour payer l’impression ; elles ont imposé un embargo qui peut fermer l’accès aux articles pendant un an (parfois 5 ans). Elles s’opposent à toute publication complémentaire des chercheurs sur leurs blogs. http://www.openaccess-shs.info/motion/

Les tenants de l’Open Access ont répondu à Cairn dans une tribune. Il ne faut pas négliger la question des moyens : l’Open ne doit pas servir à masquer une réduction accrue des crédits publics en faveur de la recherche.
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/03/15/qui-a-peur-de-l-open-acces_1848930_1650684.html


Quand l’Etat n’assume plus son rôle, celui du financement de la recherche publique, l’auteur subit une triple dépossession : il ne reçoit aucun salaire pour son article, on lui demande de signer une cession de droits, et on lui interdit d’en diffuser des copies sur un blog ou une archive ouverte. Ce système fermé incite certains universitaires à développer des plates-formes comme Culture visuelle, et à se poser la question du choix du support de publication.

A. Casili décrit l’opposition aux USA entre les industriels de l’édition ( un CA de 65 Mds de $, une marge de 36 %, bien supérieure aux 8 % de Coca) et des scientifiques dont le travail n’est ni reconnu ni payé.
Il évoque le changement de temporalité : l’évaluation d’un article se fait surtout à postériori, par les commentaires qui suivent sa mise en ligne. Il évoque aussi la dérive du Gold, quand l’Open Edition est exploité par des marchands peu scrupuleux.

Mathieu Potte-Bonneville : « C’est un changement épistémologique. C’est un changement dans la considération-même de la valeur des travaux. […] Toucher à la circulation des textes est toucher à une économie de la véritée ».
Il décrit le Collège international de philo, et vante Intersections, l’ouvrage réalisé pour les trente ans du collège, un ouvrage disponible gratuitement en ligne (en pdf) mais en accès payant chez Apple.
http://30ansciph.org/spip.php?rubrique5#

vers la 18e : dans un extrait enregistré lors de l'AG de l'Open Edition, Claire Lemercier décrit la situation à Sciences Po : un chercheur n’a pas accès à toutes les revues (Cairn, Elsevier). Selon elle, si l'on ne veut pas que seuls des historiens lisent les historiens, alors il faut chercher des solutions pour étendre le cercle des lecteurs. Elle plaide en faveur d’un élargissement du public , celui des étudiants, des chercheurs à l’étranger, des enseignants du secondaire... Elle voit dans le libre accès immédiat le seul moyen de toucher ce grand public cultivé tant cherché par certains éditeurs.
AG de l’OpenEdition, le 26 mars 2013 à l’Institut de Géographie
http://leo.hypotheses.org/10552
Les interventions en audio
http://speakingofscience.docteo.net/2013/03/27/open-access-en-shs-lintendance-suivra/


PS : Cairn sait vendre à la découpe une revue.
Une illustration du tarif pratiqué par cette plate-forme :
Historicités du 20e siècle, le numéro spécial de Vingtième siècle est vendu 19 euros par Amazon.
Chez Cairn.info, 22 articles sont payants, à 5 euros l'un.
Soit un total de 110 euros pour l'ensemble du numéro !!

Le numérique ne devrait-il pas aider à réduire les coûts d'accès ? Les commerciaux ne connaîtraient-ils pas la longue traîne, et la possibilité de gagner davantage en acceptant de pratiquer des petits prix ? Pourquoi préfèrent-ils imposer des péages prohibitifs (qui sont une véritable incitation à la photocopie) ?


.

Posté par clioweb à 08:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

16 avril 2013

La chronique internet 422

 

lemans-centre

Le Mans, photo Benoit Marembert, Survol de France, 09.06.2006 (détail)
source : http://www.survoldefrance.fr/affichage2.php?img=5708



La chronique internet 422 à paraître dans la revue Historiens & Géographes est accessible au format pdf en ligne
http://aphgcaen.free.fr/chronique/422/aphg422.pdf
version HD :
http://aphgcaen.free.fr/chronique/422/aphg422-hd.pdf

L'affichage peut poser problème avec certaines versions de Firefox.
Dans ce cas, télécharger le fichier pdf en local
ou utiliser un autre navigateur.

au sommaire,
Culture de l'information et numérique
Technologies éducatives en HG
Guerres mondiales
Sites académiques
Open Access, open edition
Humanités digitales et droit de citation
(dans la conclusion, lire DAVDSI, droit d'auteur et aux droits voisins dans la société de l'information - et non dadvasi)


.


.

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27 mars 2013

L'open access en débats

 

- Commission européenne, 17.7.2012
Recommnandation relative à l'accès aux informations scientifiques et à leur conservation
http://ec.europa.eu/research/science-society/


- Lettre ouverte - Open Access : le travail scientifique en SHS et le débat public fragilisés par les mesures préconisées par la Commission européenne
Nous craignons que l’embargo proposé par la Commission – 12 mois après l’édition sur support « papier » ou électronique – ne se révèle tout à fait insuffisant dans le domaine des SHS ... Nous redoutons donc que les mesures préconisées par la Commission européenne ne se révèlent rapidement contre-productives, qu’elles ne contribuent à altérer la qualité des publications de sciences humaines et sociales et qu’elles ne participent à appauvrir le débat intellectuel, à porter atteinte à la diversité – essentielle – du paysage éditorial et à limiter l’indépendance des auteurs. http://www.openaccess-shs.info/motion/


- Qui a peur de l'open access ? Le Monde  opinions, 15.03.2013
60 responsables d'universités, enseignants-chercheurs, éditeurs et responsables de bibliothèques
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/03/15/qui-a-peur-de-l-open-acces_1848930_1650684.html

I love open access
http://iloveopenaccess.org/open-access-manifesto/
http://iloveopenaccess.org/

- Open access : la schizophrénie française, Le carnet de Tracés, publié le 8 mars 2013,
http://traces.hypotheses.org/805


- Savoirs Un bien public convoité - Le Monde - Sciences et techno, 02.03.2013
Par Sandrine Cabut et David Larousserie
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article5990

"Une période de transition où tout est possible", Le Monde - Sciences et techno, 28.02.2013
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/02/28/une-periode-de-transition-ou-tout-est-possible_1840800_1650684.html

- Open Access to Scholarly Publishing
Curated by Bernard Rentier
http://www.scoop.it/t/open-access-to-scholarly-publishing

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,