09 février 2017

Le viol, 1 note ONDRP et la presse

 

ondrp-note11



« Le viol reste un tabou pour de nombreuses victimes », titre Le Monde, 08.02.2017
à l'occasion de la présentation d'une note de l'ONDRP.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/02/08/le-viol-reste-un-tabou-pour-de-nombreuses-victimes_5076257_3224.html

1 tabou ? voir les définitions du terme dans  http://www.cnrtl.fr/definition/tabou


L'exploitation de cette note 11 par la presse est aussi instructive...

- La note exploitée par la presse est en ligne, en 4 pages avec des graphiques
http://www.inhesj.fr/sites/default/files/fichiers_site/ondrp/note/note_11.pdf

« 19% des victimes de viol se déplacent à la police ou à la gendarmerie
afin de déclarer leur agression. Soit une victime sur cinq ».

« Qualifié de crime et puni de 15 ans de réclusion criminelle,
il s’agit de l’agression sexuelle la plus grave
et probablement la plus traumatisante pour la victime.
Pour autant, le viol est l’une des infractions les moins signalées »


- Une victime de viol sur cinq n'a jamais parlé de son agression, titre Le Figaro
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/02/08/

« La grande majorité des victimes (62%) n'informent ni la police,
ni la gendarmerie pour «éviter des épreuves supplémentaires».
Elles choisissent plutôt de se confier à un proche (63%) ou bien de consulter un psy (29%) ou un médecin (21%). »
Le Figaro écrit aussi
« seuls (sic)13% des personnes se déclarant victimes ont déposé plainte »
« seuls (sic) 13% des personnes agressées ont porté plainte »


- L'Obs
« Seule une victime de viol sur cinq en parle à la police » (en parle ou porte plainte ?)
« Par ailleurs, une victime sur cinq n'en parle à personne »
on a vu que 63 % en parlent à des proches...


Si les communicants de l'ONDRP avaient publié une note de synthèse en plusieurs formats, dont une version en une page,
qu'aurait-il resté aux journalistes ? Faire un copier-coller ?


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01 avril 2014

Parents-Ecole : le flou pour noircir

 

- Relations parents-directeurs d'école: une étude pas si apocalyptique - Libération 30.04.2014
http://www.liberation.fr/societe/2014/04/30/relations-parents-directeurs-d-ecole-une-etude-pas-si-apocalyptique_1007971

« Le travail de Georges Fotinos sur l'école primaire qui a fait parler de lui n'est en réalité par si alarmiste. Si certains directeurs disent avoir été harcelés par les parents, quasiment tous se félicitent d'avoir leur confiance ».


- Les conclusions discutables d’une étude sur les atteintes aux directeurs d’école - Le Monde 30.04.2014
http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/04/30/les-conclusions-discutables-d-une-etude-sur-les-atteintes-aux-directeurs-d-ecole_4409526_3224.html

« L'information diffusée en boucle mardi 29 avril est ferme, définitive. « Près de la moitié des directeurs d'école agressés par des parents (étude) », titre ainsi l'AFP. Elle cache pourtant quelques surprises. A l'origine, une étude intitulée « Etat des relations école-parents : entre méfiance, défiance et bienveillance », menée par un ancien chargé de mission de l'IGEN, Georges Fotinos...
M. Fotinos justifie aussi le flou de la notion de harcèlement : « Il s'agit d'un ressenti. C'est le propre de l'enquête de victimation. Les personnes interrogées peuvent déclarer ce qu'elles veulent. Mais cela permet d'approcher une certaine forme de vérité. »
« L'enquête de victimation (INSEE ONDRP) divulguée à la rentrée 2012 distinguait, elle, clairement, agressions physiques et verbales ».

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,