07 mai 2017

Ruwen Ogien, l'éthique minimale

 

- Ruwen Ogien, la liberté à tout jamais
Robert Maggiori - Libération 05.05.2017
http://clioweb.free.fr/presse/1temp/libe/ruwen-ogien.pdf

« C’était une belle personne, d’une exquise gentillesse : mais son éthique sociale était exigeante et acérée.
Il l’exposait avec brio et avec la délicatesse de l’esprit, sachant toutefois qu’elle ferait grincer
».

« il a élaboré peu à peu une «éthique minimale», laquelle, sous ses allures de pas grand-chose,
ne vise rien d’autre qu’à miner le moralisme et les morales prétentieuses,
le paternalisme et toutes les formes de prohibitionnisme érigées par ceux qui,
se disant absolument certains de savoir où sont le bien et le juste,
dressent des murs au-delà desquels ils projettent tout le mal ».


- Ruwen Ogien tenait avec qq autres  le blog LibéRation de philo
http://liberationdephilo.blogs.liberation.fr

L'exaspérant bavardage au sujet des valeurs - 14 octobre 2015
L’école républicaine contre les valeurs de la République 28 janvier 2015
Sous le signe de la panique morale : AF à l’Académie. 12 avril 2014


- Il avait vigoureusement critiqué le retour de la morale scolaire,
une des priorités de Peillon, le ministre prof de philo
http://clioweb.canalblog.com/tag/ogien


- parmi ses publications :

La Faiblesse de la volonté 1993
L’Influence de l’odeur des croissants chauds sur la bonté humaine et autres questions de philosophie morale expérimentale 2011
Philosopher ou faire l’amour 2014,
La guerre des pauvres commence à l'école. Sur la morale laïque, Grasset 2013
Mon Dîner chez les cannibales et autres chroniques d’aujourd’hui 2016
Mes Mille et Une Nuits : la maladie comme drame et comme comédie, 2017
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ruwen_Ogien

 

.

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


04 juin 2013

Moraliser les compétences ?

 

A l’école, la morale sans sermon, Libération rebonds, 02.06.2013
Nicolas Franck professeur de philosophie, vice-président de l’Association des professeurs de philosophie de l’enseignement public
et Pierre Hayat professeur de philosophie

http://www.liberation.fr/societe/2013/06/02/a-l-ecole-la-morale-sans-sermon_907627

« Le projet d’un enseignement moral autonome est abandonné au profit d’une fusion des divers cours d’éducation civique en vigueur, sous la bannière désormais unifiée d’un enseignement moral et civique ».

 « On mesure, plus d’un siècle après, l’immensité de la tâche restant à accomplir. On peine surtout à envisager comment, dans un tel contexte, un enseignement moral et civique aurait quelque chance d’être mieux «respecté» que les enseignements de musique, de français, de chimie, ou que les actuels cours d’éducation civique. Il est vain d’espérer que l’école enseigne des valeurs qu’elle ne parvient pas à imposer, et qu’elle contredit même, en laissant prospérer en son sein la concurrence et le caporalisme .
Le rapport tente de contourner la difficulté en proposant que ce nouvel enseignement ait pour objet la transmission des valeurs de la République
« Mais peut-on à la fois dispenser un enseignement de nature critique et laisser l’école sous l’emprise des compétences à acquérir par lesquelles on formate des sujets économiques adaptatifs ? … Un enseignement moral et civique ne prendra sens que dans une école refondée sur la valeur de la connaissance ».

[2 profs de philo au secours de la morale selon Peillon. 
L'initiative du ministre prof de philo serait-elle à ce point corporatiste ?
Quant au débat entre compétences et connaissance, les spécialistes sauront argumenter ].


rappel : Ruwen Ogien : L'Etat nous rend-ils meilleurs ?
http://clioweb.canalblog.com/tag/ogien

.

 

 

 

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mai 2013

L'État nous rend-il meilleurs ?

 

L'État nous rend-il meilleurs ?
Ruwen Ogien invité de Sylvain Bourmeau, dans La suite dans les idées 11.05.2013
http://www.franceculture.fr/emission-la-suite-dans-les-idees-essai-sur-la-liberte-politique-2013-05-11
version mp3 à venir à l'adresse
http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_16260.xml

L'écouter sur l'utilisation de la morale pour légitimer les inégalités et refuser toute possibilité de politique sociale (cf ce que Wauquiez stigmatise comme un cancer de l'assistanat).
Non seulement les conservateurs utilisent cette morale pour contester toute avancée dans les droits sociaux,
mais dans la compétition politique, la gauche n'oppose plus des valeurs de solidarité à des valeurs pétainistes,
elle se contente d'affirmer qu'elle défend mieux les valeurs (conservatrices) que ses adversaires.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 avril 2013

Peillon et la morale, le feuilleton

 

- Morale laïque ou enseignement laïque de la morale ? site du MEN et rapport en pdf
http://www.education.gouv.fr/cid71583/morale-laique-pour-un-enseignement-laique-de-la-morale.html
http://cache.media.education.gouv.fr/file/04_Avril/64/5/Rapport_pour_un_enseignement_laique_de_la_morale_249645.pdf

- Que font les autres ?
http://www.liberation.fr/societe/2013/04/22/religion-civisme-securite-routiere-et-vie-sexuelle-les-options-europeennes_898165

- « La morale laïque fait le pari de la liberté de jugement de chacun », entretien avec V. Peillon, Le Monde 22.04.2013
http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2013/04/22/la-morale-laique

- débat sur Europe 1 : voir la fin de ce message.


- Lire également Ruwen Ogien, La Guerre aux pauvres commence à l’école (Grasset)

- Ruwen Ogien. La morale à zéro, Libération, 18 avril 2013
http://www.liberation.fr/societe/2013/04/18/ruwen-ogien-la-morale-a-zero_897248

ou l'écouter dimanche prochain 28 avril entre 17h15 et 18 h, chez Taddéi
http://www.franceculture.fr/emission-le-tete-a-tete

 

Europe 1 - Est-ce à l'école d'enseigner la morale ? (le terme "laïque" a disparu du titre...)
débat entre l'UMP, le SNALC, la PEEP (et le SNES)
http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Europe-1-Midi/Sons/Europe-1-midi-Est-ce-a-l-ecole-d-enseigner-la-morale-23-04-13-1492547

 

[ L'annonce tombe au plus mauvais moment pour le PS, après le tsunami Cahuzac. Est-ce le moyen le plus adéquat pour faire oublier la fraude du chef de l'anti-fraude et espérer moraliser le comportement des décideurs politiques ? Les chefs seraient-ils exemptés d'une morale qui ne concernerait que les sans-grades ? La gestion du MEN serait-elle au dessus de tout soupçon (nombre de conseillers salariés, conseil de l'innovation avec si peu d'enseignants sur le terrain ...)

La morale laïque illustre à nouveau le fait du prince, celui qui avait conduit à la suppression arbitraire de l'HG en Term.

Elle est révélatrice :
- sur le fond, dans l'histoire, la morale scolaire n'a empêché aucune dérive (cf la délation sous Vichy).
- La morale scolaire a sombré dans une caricature insupportable (la petite phrase du matin écrite au tableau).
Pourquoi une morale Peillon de 2015 ne subirait-elle pas la même évolution ?
- La morale éduquerait le jugement. N'est-ce pas plutôt le rôle de toute Education, de toutes les matières enseignées, des lettres aux sciences ?

- sur la forme, les communicants ont évité la catastrophe.
L'annonce a failli tomber au coeur de l'affaire Cahuzac. Cela aurait fait désordre, et rappelé le grand écart dans la leçon de morale, laïque ou cléricale, la différence entre le "Fais ce que je te dis" mais "Ne fais pas ce que je fais"

Un sondage opportun conforte le prince. Mais que masque ce plébiciste pour un retour de la morale à l'ancienne ? Pour bcp de parents, la morale ne concerne pas leurs propres chéris, mais ceux des voisins qui risquent de mettre leur progéniture en péril.

L'ECJS, installée au temps d'Allègre en lycée, est vilipendée. Pourquoi ce besoin de dénigrer ce qui existe ? Pourquoi ne pas prendre le temps de confronter les objectifs annoncés et la réalité du terrain ? Pourquoi ne pas avoir cherché au préalable à changer les contenus et à modifier les méthodes ? Pourquoi cette obsession d'ajouter une matière à un mille-feuilles déjà bien indigeste ?

Pourquoi apprend-on si peu de l'expérience du passé ? En 2015, Peillon veut évaluer sa morale. En 2000, l'ECJS n'est pas devenue matière d'examen : les décideurs d'alors estimaient que l'on ne pouvait pas demander à des enseignants de noter une opinion (face au mariage ? face à l'évasion fiscale ?)

En fait toute l'énergie mise à imposer un tel enseignement ne masquerait-elle pas une forte dose de corporatisme ? Quand elle ne sert pas à compléter les emplois du temps, l'ECJS est plutôt assurée par des profs d'HG alors  que la morale sera de la philo pour tous, du CP à la terminale ... ]



.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05 mars 2013

La morale à l'école, le retour ?



L'émission Rue des Ecoles a confronté deux points de vue sur la morale scolaire voulue par Vincent Peillon
http://www.franceculture.fr/emission-rue-des-ecoles-la-morale-laique-a-l-ecole-2013-03-02
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11192-02.03.2013-ITEMA_20455340-0.mp3


** Pourquoi enseigner la morale à l'école ?
Jean Baubérot et Louise Tourret avancent de nombreux arguments :

- Parce que Peillon l'a décidé :-)

- Pour renouer avec la IIIe République mythifiée, en evitant une morale d'Etat.
Les Nx Chemins ont rapproché Peillon et Jaurès.
dans RdE, JB voit dans la laïcité la réponse des républicains à la politique d'Ordre moral (1873).
La laïcité affirme la responsabilité de chaque citoyen qui n'a plus à obéir aux notables et à un dogme religieux.
Elle accompagne les lois qui assurent le triomphe des libertés (presse, association, conscience)

- Pour apprendre à vivre dans le pluralisme et la diversité des opnions.
Une volonté d'échapper à la progande des groupes extrémistes

- Pour échapper aux violences scolaires
Mettre des mots permettrait de déminer les conflits
(cf les dilemmes moraux joués et débattus à partir de scénettes)

- Pour demander à l'Ecole de suppléer à la défaillance des familles.
Ainsi, aider les plus modestes à prendre du recul par rapport
à la vision du monde portée par la TV (cf les séries policières)

- La morale concerne tous les acteurs de l'éducation.
Elle pourrait permettre de réenchanter le monde de l'éducation


** Pourquoi critiquer cette décision ?

- Parce que Peillon l'a décidé. :-)

- Pour Ruwen Ogien, il n'existe pas une morale laïque unique,
mais des formes multiples, hédoniste, utilitariste, éloge de la paresse...
Le culte voué à la réussite matérielle et à l'argent est aussi une forme de morale civile.

Le philosophe se veut charitable à l'égard du ministre.
Selon lui, Peillon pèche par naiveté (rôle excessif attribué à la rationalité), il confond le bon et le juste.

- Une éducation critique ne débouche pas automatiquement sur la morale voulue par le ministre et la rue de Grenelle.
La rationalité contredit tous les dogmes, y compris un dogme républicain

Elle peut au contraire montrer les limites de ce type de politique, et servir à souligner les contradictions entre les discours et la réalité (cf l'affirmation de l'égalité contredite par l'exploitation coloniale)

Alors, ne s'agirait-il pas d'une guerre aux pauvres ?
Pourquoi cultiver le consensus en laissant croire qu'une partie des élèves démolit l'école par son immoralité ?

RO n'a aucune hésitation sur les valeurs (solidarité, bien commun...) mais selon lui, elles sont un choix personnel (ou social) lucide et volontaire.

Le philosophe ferait plutôt le choix de modifier les structures pour faire exister une école avec davantage de démocratie,
davantage de respect, davantage de liberté. Pour lui, une école avec davantage de pluralisme et moins de nationalisme, ce serait une bonne chose.


** L'histoire a été invoquée dans le débat, mais avec des oublis.

- Ainsi, en l'espace de trois générations, l'école primaire a épuisé l'enseignement de la morale. La phrase quotidienne à commenter a disparu du tableau noir à la fin des années 1960, même si la droite a tenté de la réintroduire depuis 2002.

La leçon quotidienne n'a jamais empêché la dérive vers la maison de correction et de redressement
(cf Jacques dans Les Thibault,
http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Thibault
ou le film Les 400 coups de Truffaut.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Quatre_Cents_Coups
L'évasion du Centre d'observation en vidéo
http://www.youtube.com/watch?v=doVaiuuH4RQ

La morale laïque n'a pas empêché le développement duracisme dans les années 1930 ni l'explosion de la délation lors de la 2 GM (cf. Le Corbeau)

** L'essentiel de ce que développe Baubérot existe déjà : c'est le cahier des charges de l'ECJS en lycée (civique, juridique et social - y ajouter éthique ?) voulu par Allègre : un enseignement qui n'appartient à aucune discipline, un travail de groupe, une recherche en documentatoin ou une enquête, des débats argumentés ...
Le choix des sujets suggère l'intêrêt porté au monde et aux sociétés actuelles : le citoyen et la loi, argent et société, violence et société, la bioéthique, Pluralismes des croyances et des cultures dans une république laïque
http://eduscol.education.fr/cid56547/ressources-pour-l-ecjs-au-lycee-general.html

- En ECJS, l'évaluation a été évitée : comment peut-on noter équitablement l'affirmation d'une opinion ou d'un préjugé ?

- La morale n'appartient à aucune discipline. Elle s'apprend autant en cours d'EPS qu'en lettres ou en latin.

- Comment enseigner la morale dans une société qui vante la compétition et la guerre de tous contre tous ? Ne faudrait-il pas d'abord moraliser les salaires des grands patrons et inciter les scénaristes de la TV à penser à leur rôle social ?


Il faut espérer que le corporatisme ne soit pas en cause dans l'initiative de Peillon : enseigner la morale, serait-ce une tactique pour étendre le domaine des profs de philo ?

L'annonce de la création d'un enseignement de morale laïque ressemble fort au fait du prince,
tout comme la suppression par Chatel de l'HG en Terminale S.
La décision politique a probablement été arrêtée bien avant le 6 mai 2012.
L'appel à une mission ne serait-elle pas une opération de comm' et une précaution de pure forme ?


Ruwen Ogien : La guerre aux pauvres commence à l'école - Sur la Morale laïque - Grasset 2013
(voir aussi son point de vue dans Libération 05.09.2012)
Jean Baubérot, La laïcité falsifiée, La découverte 2012

Ajouter les ouvrages d'Henri Pena-Ruiz
Qu’est-ce que la laïcité ? Gallimard Folio 09/2003
La laïcité. choix de textes
http://clioweb.free.fr/debats/laicite.htm

[ PS 1 : dans l'ouvrage Refondons l'école, page 136 : « Plus de 90 % des Français se sont déclarés favorables à l'instauration d'une morale scolaire ». Conclusion pour un politique : circulez, il n'y a rien à voir. La morale (au choix, laïque, civile, commune, bien-pensante) n'est pas un sujet de débat. Au mieux, un thème de communication politicienne.

PS 2 :Une mission a été confiée à 3 personnalités :
Laurence Loeffel, philosophe, sciences de l'éducation à Lille 3
Alain Bergougnioux, IGEN Histoire-G, secrétaire national à l'éducation au PS
Rémy Schwartz, président de la 7ème sous-section du contentieux du Conseil d'Etat
Ils devront dresser un état des lieux de l’instruction civique et morale et élaborer « une morale commune qui contribuera à la construction du respect, du vivre ensemble et de la liberté ». Pas de débattre de l'opportunité de la morale selon Peillon. Juste d'imaginer les formes qu'elle prendra, de la classe du CP au baccalauréat. (RO note que la maternelle y échappe :-)
http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20121011


.

.

Posté par clioweb à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

05 septembre 2012

La morale laïque à l'Ecole ?

 

rappel :  VP veut enseigner la morale laïque à l'Ecole. Le Journal du Dimanche 02.09.2012
http://www.lejdd.fr/Education/Vincent-Peillon-veut-enseigner-la-morale-a-l-ecole-550018

voir aussi - une rentrée sous contraintes

 
- Libération (05.09.2012) consacre trois pages à la proposition médiatisée de Peillon :
faire de la morale laïque une discipline scolaire, du CP à la Terminale, avec évaluation au bac.

Véronique Soulé rappelle que L'instruction civique fête ses 130 ans,
les cours de morale ayant quitté les bancs de l'école après 1968.
Darcos et Chatel ont tenté de les réintroduire, à l'ancienne.
http://www.liberation.fr/societe/2012/09/04/l-instruction-civique-fete-ses-130-ans_843972


« C'est un projet autoritaire, totalement inadapté » titre Libération.
http://www.liberation.fr/societe/2012/09/04/c-est-un-projet-autoritaire-totalement-inadapte_843988
Le titre est volontairement brutal,
mais l'analyse du philosophe Ruwen Ogien mérite le détour :

extraits
Q - L'Ecole est-elle le bon lieu pour débattre de morale?

R - « Dans l'école démocratique, laïque et pluraliste, il est légitime d'instaurer une instruction civique (lire page suivante), dont l'objectif est d'enseigner le fonctionnement des institutions politiques et de transmettre certaines connaissances pour favoriser la coexistence entre personnes aux conceptions du monde divergentes. Mais la légitimité d'une éducation morale obligatoire, dont l'ambition serait de nous engager envers une certaine conception du bien, de la vie bonne ou heureuse, est beaucoup moins évidente. On reconnaît aux familles et à certaines associations le droit d'éduquer les jeunes dans le sens d'une religion plutôt qu'une autre. Mais pas à l'Etat démocratique, laïque et pluraliste.
Il devrait en aller de même pour la vision du bien. En proclamant que l'école doit s'occuper du bien et du mal, des valeurs communes, de la vie bonne ou heureuse et pas seulement du juste et de l'injuste, lorsqu'il proclame que l'Etat doit donner sa vision du bien, le ministre prend le risque de porter atteinte au respect du pluralisme moral, un principe aussi important, pour nos démocraties, que le respect du pluralisme religieux ».

« Ce qui me préoccupe le plus, finalement, c'est que ce projet de "faire revenir la morale à l'école" dépasse les clivages politiques. Or, il repose sur une idée profondément conservatrice: le principal problème qui se poserait à nos sociétés ne serait pas l'existence d'un système économique et social profondément injuste, mais l'effondrement des valeurs morales. En affirmant que la France a besoin d'un "redressement moral avec des accents réactionnaires embarrassants pour tous ceux qui voudraient soutenir ce gouvernement, Vincent Peillon montre à quel point la pensée conservatrice est devenue hégémonique dans les esprits, même à gauche. Mais finissons sur une petite note optimiste : l'aspect positif de ce programme, c'est qu'il n'a aucune chance d'être réalisé ».

recueilli par Willy Le Devin (sic)  - version temporaire en jpg

ruwen

Ruwen Ogien - source : Google images


- Dans Le Monde Opinions, Fabienne Brugère, Guillaume le Blanc, deux enseignants possèdent la solution :

« Il existe un lieu approprié pour cet enseignement, c'est le cours de philosophie. Pourquoi ne pas généraliser la philosophie de la primaire à la terminale en le considérant comme un apprentissage du sens critique, éthique et politique nécessaire à l'élucidation des significations de la citoyenneté ? »

deux détails :
La première enseigne la philo à Bordeaux III.
Elle a publié L'éthique du care en juin 2011 et soutenu F. Hollande en 2012
Le second est directeur du département de philo à Bordeaux III.
Il a publié en 2007 Vies ordinaires, vies précaires
http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/09/04/gare-a-la-morale-abstraite_1755421_3232.html

 

- « La morale laïque c’est comprendre ce qui est juste, distinguer le bien du mal, c’est aussi des devoirs autant que des droits, des vertus, et surtout des valeurs. Je souhaite pour l’école française un enseignement qui inculquerait aux élèves des notions de morale universelle, fondée sur les idées d’humanité et de raison. La république porte une exigence de raison et de justice. La capacité de raisonner, de critiquer, de douter, tout cela doit s’apprendre à l’école. Le redressement de la France doit être un redressement matériel mais aussi intellectuel et moral ».
Vincent Peillon, le JDD, 07.09.2012.


[ Un dirigeant de gauche peut vouloir utiliser sa fonction pour répondre aux cléricaux, ceux d'hier (cf le discours de Victor Hugo contre la loi Falloux en 1850) ou ceux d'aujourd'hui (NS à Rome **, en 2007, un discours écrit par une catholique intégriste ?).
Encore faudrait-il alors se placer sur le même terrain, celui de la politique, des principes et des symboles.
Et ne pas vouloir mettre en place une usine à gaz faisant l’impasse sur tout ce qui existe déjà : la formation du jugement, l’éducation à une lecture distanciée, un esprit critique (fortement revendiqué par les historiens), des éléments qui ressortent de toute formation intellectuelle, littéraire ou scientifique. Sans oublier l'éducation civique et l'ecjs, dont le contenu peut être actualisé sans difficulté
cf Laïcité et morale
]. 

 

** NS - EM - Rome 20 décembre 2007 : « Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance »  -
http://clioweb.free.fr/debats/laicite.htm


.

.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,