03 juin 2016

TH : Privatising the Digital Past

 

Privatising the Digital Past
Tim Hitchcock, DH, London
http://historyonics.blogspot.fr/2016/06/privatising-digital-past.html


La numérisation des archives a été confiée à des multinationales.
Cette privatisation incite les historiens à faire une lecture occidentale et conservatrice de l'histoire.

extraits :
« It is easier to find details of the Gordon Riots of 1780 online, than it is to locate the archives of the Mau Mau uprising and its suppression; easier to look up the financial records of 19th c. slave holders; than the records of Apartheid.  Easier to trace a 19th-century history of glorified empire, than the messy details of decolonisation »

This conservative way has given « new breath to old ideas and old texts ». 
« It is now easier to read books and articles written in the 1940s and 1950s - easier still for works from before 1923 - than it is to access material from the 1980s and 1990s ».

« Without intent and purpose, by the privatisation of the digitization by corporations we have made normal London’s lack of central planning and governance - it’s democratic deficit ...  We have made normal the idea that a great city can survive without effective democratic systems – leaving a powerful financial elite largely free of democratic accountability ».

« because that digital memory is inherently conservative we build the cultural inequalities that we inherited from a much more small-minded and bigoted era directly into the DNA of the Online »



Tim Hitchcock, Sussex U.
http://www.sussex.ac.uk/profiles/336034
http://www.sussex.ac.uk/profiles/336034/publications

Le blog - http://historyonics.blogspot.fr

The Old Bailey online - Data Mining with Criminal Intent
http://withcriminalintent.blogspot.fr/

Tim Hitchcock / Robert Shoemaker (2015) - Making History Online.
The internet offers real opportunities for bridging the divide between the academy and a wider audience.
http://sro.sussex.ac.uk/56991/



.

Posté par clioweb à 18:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


26 novembre 2015

Manuscrits du Mont-Saint-Michel

 

msm-manuscrit_235

L’astronome et l’étoile polaire médiévale.
Ms 235, folio 32 verso
http://picasaweb.google.com/115758124164204837617/Manuscrits



- Les manuscrits du Mont Saint-Michel à travers les âges
Par Marie Lebert, 25.10.2015.
http://marielebert.wordpress.com/2012/05/27/manuscrits/


Présentation
Du Mont Saint-Michel à Avranches
Les manuscrits réalisés au Mont Saint-Michel
Les thèmes des manuscrits
Le texte des manuscrits
Le décor des manuscrits
Les manuscrits au fil du temps
Le Scriptorial, musée des manuscrits
Le Fonds ancien à la mairie d’Avranches
Quelques publications récentes
Les manuscrits à l’ère numérique
La future bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel

http://picasaweb.google.com/115758124164204837617/Manuscrits



"Les manuscrits du Mont Saint-Michel: textes fondateurs" propose en deux volumes l’ensemble des sources anciennes racontant les origines du sanctuaire montois.

L'édition critique de ces textes (textes originaux, traduction, commentaire philologique et historique) apporte un nouvel éclairage sur l’histoire et l’historiographie du Mont. Cette publication multi-supports comprend un ouvrage imprimé (payant), un cédérom (payant) et une édition en ligne (gratuite) permettant de mettre ces sources médiévales à la disposition de tous.
http://www.unicaen.fr/services/puc/sources/chroniqueslatines/


« 49 manuscrits du Mont Saint-Michel définis comme prioritaires ont été numérisés avant l’ouverture du Scriptorial + un manuscrit dit Le Livre vert, Cartulaire de l’Église d’Avranches, soit 50 manuscrits. En déc 2008-janvier 2009, 71 autres manuscrits du Mont ont été numérisés par l’IRHT, dans le cadre de sa campagne de microfilmage et de numérisation des manuscrits de Basse-Normandie.
Tout le décor des manuscrits a été numérisé au préalable, ce qui représente 830 images (initiales ornées, historiées, enluminures, décor des marges)
L’ultime étape de ce parcours numérique est un projet de bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel, qui reconstituerait la bibliothèque de l’abbaye telle qu’elle était avant son transfert à Avranches en 1791.
Le projet a été lancé en 2011, résultat encore attendu en octobre 2015 (source Marie Lebert 25.10.2015)
http://marielebert.wordpress.com/2012/05/27/manuscrits/
http://bvmm.irht.cnrs.fr/recherche/rechercheParVille.php#Avranches


- L’édition numérique structurée des Curieuses recherches du Mont Saint-Michel de dom Thomas Le Roy
Marie Bisson, doctorante - Schedae  2011, preprint
http://www.unicaen.fr/puc/images/preprint0122011.pdf


- Une édition numérique structurée à l'aide de la Text Encoding Initiative des textes montois de dom Thomas Le Roy : établissement critique des textes, recherches sur les sources, présentation littéraire et historique
soutenance de thèse par Marie Bisson,
 7 décembre 2015, à 14h00, en salle du Belvédère
(Université de Caen, Campus 1, bâtiment D)
http://w3.unicaen.fr/crahm/spip.php?article1010

 

 

195r-stmichel

Le Mont dans les Très Riches Heures du duc de Berry
Combat entre l'Archange Saint-Michel et le dragon au dessus du Mont Saint-Michel
between 1411 and 1416 - reproduction Commons
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Folio_195r_-_The_Mass_of_Saint_Michael.jpg

 

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 mars 2013

Copyright Madness

 

Quand la propriété intellectuelle devient folle (Copyright Madness, CopyFraud)
Place de la Toile 09.03.2013 une émission très militante, avec Lionel Maurel (Calimaq)
http://www.franceculture.fr/emission-place-de-la-toile-quand-la-propriete-intellectuelle-devient-folle-2013-03-09


La numérisation qui devrait être une chance pour le domaine public sert de cache-sexe à une privatisation accélérée :

. Certains musées, interdisent au public de prendre des photos, même pour des oeuvres qui sont dans le domaine public. Mais les reproductions vendues sont une forme de privatisation via le copyright du photographe,
même quand elles n'ajoutent aucune forme de création aux oeuvres.

gant-rmn
source : Lionel Maurel

. A la BNF, les accords de numérisation d'ouvrages du domaine public octroient aux entreprises un privilège d'exclusivité d'exploitation de 10 ans.
cf le blog Scinfolex : http://scinfolex.wordpress.com/2013/01/19/la-privatisation-du-domaine-public-a-la-bnf
et
http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-bnf-accusee-de-privatiser-des-oeuvres-du-domaine-public_1217493.html

. Autres exemples de dérives : les guérillas entre entreprises à propos de marques (cf Apple tentant d'interdire en Pologne une A.pl ). Le vocabulaire commun peut être même être pris en otage (cf I will)
L'impression 3D semble inquiéter certains industriels. L'hystérie commerciale peut un jour casser le web.

Copyright Madness : http://scinfolex.wordpress.com/2013/01/26/le-copyright-madness-passe-au-vinvinteur/

Une riposte suggérée : légaliser le domaine public et les biens communs, qui n'existent qu'en négatif dans l'arsenal législatif imposé par le lobbying des marchands.

SavoirsCom1 - Politiques des biens communs de la connaissance
http://www.savoirscom1.info/

public-dimic

Public Domain par dimic - CC-BY-ND-SA Flickr


PS 1 : L'Allemagne applique depuis le 1er mars 2013 une Google Lex, la loi Leistungsschutzrecht, sur le droit de propiété, en réponse au pillage de la presse par Google. Du fait de l'imprécision du texte sur le droit de citation, Tobias Berg qui assure depuis 17 ans une revue de presse a préféré arrêter. http://www.nfhdata.de/ (source NM)


PS 2 : Ce que copier veut dire, Lionel Maurel Calimaq (source tw)
sur Slideshare, une présentation en 83 diapos faite à la bibliothèque de Rezé le 15.03.2013
http://fr.slideshare.net/calimaq/copy-party-rez


ninapaley

source : Lionel Maurel - voir aussi G images : http://tinyurl.com/czzkcnw


Nina Paley est l'auteur de Sita Sings the blues , distribuée sous licence libre
(Sita est la femme de Rama dans le Ra-ma-yana)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nina_Paley

Voir et écouter Nina Paley en chanteuse : http://www.youtube.com/watch?v=gTyWS-tuoWk
.

.


.

01 mars 2013

L'IGN confond libre et gratuit

 

- Bientôt expropriés du patrimoine commun ? Libération rebonds 24.01.2013
http://www.liberation.fr/medias/2013/01/24/bientot-expropries-du-patrimoine-commun_876517
La vogue des partenariats public-privé ... s’empare de la numérisation du domaine public,
avec des clauses d’exploitation exclusive qui constituent une forme de privatisation.
...au nom d’économies illusoires ...  on dépossède (pour dix ans) chacun d’un patrimoine qui appartient à tous.

« Dans un autre domaine d’importance stratégique, l’information géographique, alors que l’IGN vend ses informations pourtant financées par le public et tente de concurrencer Google avec son propre système, le projet libre OpenStreetMap fait la preuve de la supériorité de la collaboration sur la base des communs ».


- L’IGN œuvre pour la gratuité du patrimoine géographique – Libération rebonds 06.02.2013
Bernard Bèzes Chef de la cartothèque de l’IGN
http://www.liberation.fr/culture/2013/02/06/l-ign-oeuvre-pour-la-gratuite-du-patrimoine-geographique_879885


- L'IGN confond libre et gratuit.
Thierry Noisette pour L'esprit libre – 28.02.2013
http://www.zdnet.fr/actualites/ign-open-source

A l'IGN : gratuites ou libres? Les données ne sont pas données... La différence est de taille : là où «gratuit» signifie non payant pour le consommateur, «libre» signifie sans contraintes pour l’utilisateur, celui qui va exploiter et valoriser ces données. (...)

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mars 2012

Truanderie magnifique

 

Truanderie magnifique. 
Où l'on voit les éditeurs se faire attribuer par la loi des livres qui ne leur appartiennent pas.
Les Lundis de Delfeil - Le Nouvel Observateur - 05-03-2012
http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20120305.OBS2888/truanderie-magnifique.html

Extraits :
« C'est dans les fins de législature, quand l'intérêt du public est tourné vers les élections, que se réussissent les mauvais coups les plus juteux. Celui-ci est parti de députés sarkozystes. Ils présentaient la chose sous l'aspect le plus séduisant. Des centaines de milliers de livres, faisaient-ils remarquer, publiés en France au vingtième siècle, ne sont pas disponibles, leur tirage étant épuisé. Nos mousquetaires UMP avaient un nom, pour ces livres: ce sont, ont-ils dit, des oeuvres orphelines. Qui ne serait pas d'accord pour sauver des orphelins ? Quelle plus noble tâche ? »

« Vous allez dire: où sont-ils, ces orphelins ? Qui les cache ? Réponse de ces députés : les oeuvres orphelines, de par le dépôt légal, se trouvent toutes à la Bibliothèque nationale. Il suffira donc, ont-ils assuré, que la Bibliothèque les numérise, les mette en ligne et les vende ainsi au public pour que justice leur soit rendue. C'est simple comme bonjour... »

« Il y a mieux. Un ouvrage épuisé, quand c'est du fait de l'éditeur, ne lui appartient plus. Il appartient exclusivement à son auteur. Lequel le réédite si ça lui chante, rien de plus aisé sur Internet, ce n'est pas à des fonctionnaires d'en décider et de le faire à sa place. Un auteur gère sa carrière et sa production comme il l'entend. Le voilà privé de cette autonomie indispensable ».

.
bibli-obs

.
A la veille du Salon du Livre 2012, dans Le Monde

- Les relations entre auteurs et éditeurs se tendent encore un peu plus - Le Monde Economie - 12.03.2012
Les écrivains s'estiment particulièrement lésés dans la répartition des droits numériques.

- Livres indisponibles : touchez pas au grisbi !
Le point de vue du nouveau juré Goncourt - Le Monde des livres 08.03.2012

.

Posté par clioweb à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,