02 avril 2010

Internet, révolution culturelle

Internet, révolution culturelle (Le grand bouleversement, l'invention d'une culture, un rêve d'industriels)
Manière de voir 109, Le Monde diplomatique. Février-Mars 2010.
Plusieurs articles de ce dossier peuvent être consultés en ligne.
(ceci n'est pas un poisson :-):-) )

Quelques exemples :
Internet déstabilise tout l’édifice social. Le web est à l’origine d’un grand chambardement multiforme ; il modifie en profondeur les habitudes culturelles. Les anciens équilibres sont balayés :
La vente des disques CD s’effondre (150 millions en 2002, 90 en 2006), mais pas celle des dvd …
Le livre comme point d’ancrage d’une pensée cohérente et articulée est menacé,
La tyrannie de la réactivité aggrave la crise du journalisme de marché,
Facebook est un « laboratoire idéal pour tester les limites de la tolérance à la surveillance ».
Dans « Le monde selon Google » (P Lazuly), la réponse à une requête n’est pas la principale référence sur le sujet, mais son acceptation la plus largement référencée. http://www.monde-diplomatique.fr/2003/10/LAZULY/10471

Quelle est la source de ce chambardement selon les auteurs ?
Les mutations du capitalisme de la connaissance, un des pans du capitalisme financier.

Internet enfante les géants de l’après-crise. Selon Dan Schiller (article payant) « Internet constitue le moyen le plus vigoureux dont dispose le capitalisme pour diffuser ses modes de relations sociales » et pour « impulser une nouvelle course aux profits ». La domination américaine reste écrasante (19 entreprises sur les 25 premières sur le marché du logiciel et d’Internet) . http://www.monde-diplomatique.fr/2009/12/SCHILLER/18572

Pour Robert Darnton les industries culturelles vont tomber du « ciel des Lumières » et plonger dans « le marigot du capitalisme global ». Le Web sert  « d’outil de privatisation du savoir public ». Grâce à la numérisation, Google va « se retrouver en position de monopole ». http://www.monde-diplomatique.fr/2009/03/DARNTON/16871

H Le Crosnier analyse les « Mouvements tectoniques sur la Toile : Google, Yahoo et Microsoft à la recherche d’un modèle économique ». Il s'intéresse également à « L’ère de l’ informatique en nuages : une nouvelle division du travail numérique ». Il constate que dans cette « industrie lourde », en 2008, une ferme de serveurs consomme autant d'énergie et d'eau qu'une fonderie d'aluminium.
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/03/LE_CROSNIER/15673
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/LE_CROSNIER/16174
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/LE_CROSNIER/16175

La mise en concurrence des salariés crée de nouvelles précarités : cf le « Télétravail à prix bradés sur Internet » selon P Lazuly (centres d’appel, MTurk d’Amazon). http://www.monde-diplomatique.fr/2006/08/LAZULY/13745

« Aussi longtemps que l'accès à Internet et la capacité de monter un site ne seront pas plus équitablement distribués dans la société, le gouvernement électronique, les forums de quartier et les blogs pourraient bien, à l'inverse de ce qu'escomptent leurs artisans, aggraver la fracture sociale » E Klinenberg, Une révolution en trompe-l'oeil, 2007 (ou Ce rêve envolé d’une information égalitaire : Les bénéficiaires inattendus du miracle Internet). http://www.monde-diplomatique.fr/2007/01/KLINENBERG/14333

.
Le tableau d'ensemble dressé par Le Monde diplomatique depuis plus de dix ans paraît bien sombre. « Pour pertinents qu’ils soient, il est frappant de constater à quel point ces arguments de gauche s’inscrivent dans une longue tradition de critique de la culture de masse ».

Toujours selon ces auteurs, les innovations permises par l’irruption des réseaux restent tâtonnantes et peu organisées : La seconde partie (L’invention d’une culture) s'intéresse au sort de l'intérêt général, à l'avenir des « biens communs » de l'humanité. Joost Smiers interroge le durcissement des règles du droit d'auteur. Pour lui, « les créateurs comme le public auraient tout à gagner d'une remise à plat du système actuel, résultat d'une philosophie dévoyée ».
Les autres articles évoquent la libération de la parole, l’essor sans précédent du travail coopératif (logiciels libres), la chasse menée par les hackers aux dérives et aux atteintes aux droits de l’homme, la diffusion de la culture numérique.
Modeste consolation, même un censeur de Wikipedia se prend à imaginer la transposition sur le terrain politique de la coordination des enthousiasmes individuels. http://www.monde-diplomatique.fr/2009/04/O_NEIL/16985

L’informatique a-t-elle un sexe ? « La persistance des clichés et la rareté des modèles identificatoires amènent trop souvent les filles à penser que ce métier n’est pas pour elles ». Isabelle Collet interroge l'application du genre à Internet (elle a publié L’informatique a-t-elle un sexe ? Hackers, mythes et réalités, L’Harmattan, Paris, 2006).
http://www.monde-diplomatique.fr/2007/06/COLLET/14834

Pour La Science a publié L'ère d'Internet - Les enjeux du réseau global - lire le sommaire en ligne

rappel : Internet, l'effroi (28 mars 2010)


31 octobre 2009

Le Monde a peur

Le Monde a peur et mène campagne contre Google et la numérisation.

L'article L'avenir numérique du livre (26/10/2009)  - [ l'avenir ou le passé de l'imprimé ? ] - oppose
" République Numérique et Universelle des Savoirs et Grand Marché de l'Information selon Google "
Le lundi 26 octobre, l'historien Roger Chartier a été convoqué
. pour lancer la charge contre Google
. pour recenser les menaces qui pèsent selon lui sur le livre et la lecture,
En 2005, Chartier avait publié dans Le Monde "Le droit d'auteur est-il une parenthèse dans l'histoire ?"

L'article prend tout sens avec la double page de ce week-end entre une page de pub pour "un journal offert" :-) et un éloge du dernier livre de NKM :

- Le livre survivra-t-il à Internet ?
  La lecture attentive et critique est menacée de marginalisation
. E-book, la grande braderie
. Tout ce qui est solide se dissout dans le numérique

. Il ne faut pas édifier de ligne Maginot
  Pour un modèle économique durable
  Cette révolution est une chance

Les auteurs ?
Antoine Gallimard PDG des éditions Gallimard.
Rémy Toulouse directeur des éditions Les Prairies ordinaires
Arnaud Nourry PDG d'Hachette Livre
Bruno Racine président de la BNF
Arash Derambarsh directeur du DPPP au Cherche Midi

Nous reviendrons sur les arguments utilisés
et le contexte de cette campagne de presse.
Tout comme sur la journée Cinéma et Guerre Froide (au Mémorial de Caen)

Posté par clioweb à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 septembre 2009

L'édition numérique (Place de la Toile)

3 émissions récentes de radio traitent des relations entre le livre et l'écran,
ou plutôt des enjeux de la numérisation.

- Le dernier Place de la Toile sur l'édition numérique
- Le débat de la Fabrique sur l'histoire des écrivains
- Les Matins sur La numérisation des fonds des bibliothèques
http://clioweb.free.fr/presse/radio.htm

Commençons par Place de la Toile, avec l'aide de Marin Dacos.

Dans Place de la Toile, Marin Dacos se dit très sceptique devant les clichés cultivés cet été dans les médias.
A la suite de Nicholas Carr (Is Google Making Us Stupid ?) Books magazine a titré "Internet rend-il encore plus bête ?" (en tuant le livre et en menaçant la lecture approfondie, (silencieuse et privée) et la réflexion approfondie, en favorisant la lecture de distraction ou la lecture d'information...)
http://clioweb.canalblog.com/archives/2009/07/04/index.html

Pour lui, au contraire, le travail des chercheurs bénéficie pleinement de l'apport énorme du numérique et de l'hypertexte.
Il vante la coopération et voudrait vouloir se développer davantage le travail d'équipe.

Il est très critique sur l'usage des formats fermés et propriétaires,
et sur la censure opérée par Amazon sur un titre d'Orwell
(les annotations archivées en ligne par les lecteurs  ont été effacées en même temps :-).

L'écouter aussi sur les formes privées de censure morale
(pas de Kâmasûtra sur un iphone.. :-) - 52e mn,
sur la distraction que les antis imputent aux seuls écrans
(La distraction des élèves ?
une préoccupation vieille comme le monde.
Les plus anciens se souviennent avoir travaillé dans des salles dont la vitre du bas avait été blanchie : Impensable, le regard sur la cour, pâle esquisse du monde extérieur dans des lieux souvent conçus comme des huis clos ?)

MD oppose la structure du web (par définition multipolaire)
à la tendance au monopole généré par le système éco dominant.
(Benjamin Bayart parle de Minitel 2.0)

MD cite Darnton et sa proposition d'une édition en 5 niveaux,
de la synthèse (courte, l'image de 2 QSJ suggère MD) publiée en livre papier
à l'édition intégrale et en ligne des sources d'un ouvrage.
Sur ce point, lire cette notice bibiographique
http://www.zotero.org/marind/items/59228854

Marin Dacos a aussi mis en ligne une bibliographie sur le sujet pour le Read/Write Book 
http://leo.hypotheses.org/2474 :
http://www.zotero.org/marind/items
et pour l'ouvrage qu'il rédige avec Pierre Mounier (Repères - La Découverte).

A suivre : La lecture comme poison, le n'importe quoi...

Posté par clioweb à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 septembre 2009

La BNF et Gougol - 3

Cette fois, c'est Le Monde qui s'y colle :
- Bibliothèques : faut-il avoir peur de Google ?
  La polémique en France, les enjeux politiques et culturels : le débat

- Google, menace ou chance pour la culture ?
. Le pacte faustien (E Hoog) : Le géant du Net s'enrichit de contenus qui ne lui appartiennent pas
. Posons les termes du débat, sans caricature (Frédéric Mitterrand)
. Les termes de notre contrat avec Google sont équitables (Patrick Bazin)
. Pour l'alliance du public et du privé (Jean Martin)
- Le numérique est un autre univers .  Repensons la notion de copyright (Milad Doueihi)

Google : MM. Mitterrand et Fillon jouent l'apaisement. (Alain Beuve-Méry)
  Le projet de numérisaton des livres du géant américain suscite l'inquiétude des éditeurs en France et dans le monde

.
Résumons ces points de vue, en caricaturant volontairement :
Le ministre parle de son ministère et de grand emprunt,
le patron de l'INA veut faire payer Google,
le patron de Lyon parle de Lyon et se félicite d'une numérisation sans coût,
le néo-libéral se réjouit de la place faite au privé,
et l'informaticien parle des métadonnées.
Etrange débat où politique, idéologie, corporatisme se servent du "bien public" comme d'un paravent,
et où un point de vue majeur, celui des lecteurs et internautes est volontairement ignoré. (insistons : le point de vue des lecteurs, pas ce qu'un journaliste pense que les lecteurs pensent).
Un certain mépris de la culture accessible pour tous pointe dans certains arguments : au moins, avant Google, on pouvait rester entre soi...

Le choix initial de Gallica (scanner en mode image) reposait déjà sur l'ignorance des usages et des pratiques des lecteurs. Les bibliothécaires avaient fait ce choix, au moment où JM Tremblay mettait déjà en ligne le texte des ouvrages. Le plein texte était stigmatisé comme un gros mot (""l'océrisation""). Il y aurait à dire sur la différence entre l'artisanal et la production industrielle de masse...

Un détail : pour tous ceux qui n'habitent pas à proximité de la ligne 14,
l'accès en ligne à une page ou à un chapitre est très utile.
Rien à voir avec une attirance supposée pour "le sexe et le bricolage" :-):-) !!

Si vous avez cependant la possibilité de fréquenter la BNF, faites un essai : commandez la photographie d'une pièce d'archive.
Pensez à vérifier le coût avant de confirmer votre demande... (les appareils photos numériques sont très répandus, et savent travailler efficacement sans flash -et gratuitement- dans les dépôts d'archives qui l'autorisent.) 

"la complexité parfois opaque de leurs algorithmes de classement"... "secret de fabrication bien gardé", Les adversaires de Google lui ont d'abord reproché d'indexer le superficiel et d'ignorer le savoir de référence, celui que eux éditaient et vendaient dans les livres. Quand Google numérise et indexe le contenu de millions de livres, que lui reproche-t-on ?  "de tirer des profits colossaux de contenus qui ne lui appartiennent pas" !

Quant aux discours répétés sur la concurrence non faussée, pourquoi ne les applique-t-on pas à d'autres activités lucratives,
comme la vente forcée des systèmes d'exploitation là où le capitalisme financier produit au quotidien du monopole
(la règle du 80 % - 20 % ?)
Que d'hyprocrisie !!

Le débat avancera quand l'attention intégrera vraiment les pratiques intellectuelles. Surtout pas en opposant globalement le "tout numérique" au "tout imprimé". Ni en feignant d'ignorer que quatre siècles se sont écoulés entre l'invention de Gutenberg et la scolarisation obligatoire sous Jules  Ferry.

La force de Google, elle tient aux choix faits par ses fondateurs.
Ils ont su atténuer le bruit documentaire et concevoir des interfaces qui laissent loin derrière les usines à gaz inventées par les entreprises et les institutions de ce pays.
Ils ont fait le choix de la sobriété de l'affichage, alors leurs concurrents ne croyaient pouvoir gagner de l'argent qu'en faisant ressembler un écran d'ordinateur à Time Square la nuit.
Ils ont aussi financé une infrastructure exceptionnelle dont nous bénéficions à chaque recherche.
La force (et le danger) de Google c'est aussi sa grande attention à la réalité des usages sociaux.

Le tarif d'entrée est devenu exorbitant pour ceux qui ont loupé le coche précédent.
Dommage pour eux, et pour nous tous.

voir aussi :  La BNF et Gougol - 1
                   La BNF et Gougol - 2               

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 septembre 2009

La BNF et Gougol - 2

- Google menace-t-il le livre ?
Le reportage de TF1 montre Daniel J. Clancy (Engineering Director),
Philippe Colombet (il vante les rentrées publicitaires),
un conservateur de la Bibliothèque de Lyon.
Le patron du syndicat de l'édition en France brandit l'ouvrage
" La chaîne graphique : Prépresse, impression, finition " (52 euros),
il retient le nom d'un des 4 auteurs  et asssène "ils tueront monsieur Lundberg"
http://videos.tf1.fr/jt-20h/google-menace-t-il-le-livre-4746466.html

- Google, la bibliothèque nationale et le syndrome du moine copiste
Un patron de France 2 vole au secours de Google Books.
http://tinyurl.com/nnkhso

- L'imaginaire de Google,
la culture d'entreprise vue à travers les propos de Larry Page
un dossier de Multitudes n° 36
http://multitudes.samizdat.net/-Multitudes-36-ete-2009-
et un entretien avec Axel Kayrou
dans Place de la Toile (04/09, 42e mn)
http://clioweb.free.fr/presse/radio.htm

- Delete: The Virtue of Forgetting in the Digital Age
Viktor Mayer-Schönberger
Toujours dans Place de La Toile, 04/09, 38e mn...
[ l'anglais enseigné peut encore progresser... ]
Les outils informatiques sont programmés pour tout mémoriser.
Il serait possible de planifier au préalable la durée de l'archivage.

rappel : La BNF et Gougol

 

Posté par clioweb à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,