12 septembre 2016

FIG2016 : Un monde qui va plus vite ?



foulees-sdie

Foulées de Saint-Dié - Vosges Matin 18.10.2015



FIG 2016 : UN MONDE QUI VA PLUS VITE ?

Saint-Dié 30 septembre, 1 et 2 octobre 2016
http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr/geographie/geothema

Géothéma 1 : Transport - gagner ou perdre du temps ? LGV ?
Géothéma 2 : Fast Money - finance et centralités urbaines
Géothéma 3 : Les politiques - maintenant pris de court ?
Géothéma 4 : La ville à toute vitesse - La lenteur pour éviter de perdre du temps ?
Géothéma 5 : La terre s’emballe-t-elle ?
Géothéma 6 : La vitesse en images
Géothéma 7 : Dernier slow ? Slow food, slow science


Le programme en pdf :
http://fig.saint-die-des-vosges.fr/images/programme.pdf



fig2016-belgique

Géothéma 8 : Le pays invité - La Belgique.
Symbole ou contre-exemple de l’Europe actuelle ?

belgique-oppenheimer-tw

- La Belgique vue par Ruben L. Oppenheimer (Twitter lecartographe)
http://www.politico.eu/article/cartoon-carousel-20/
 
http://twitter.com/rloppenheimer


- Les thèmes précédents, dont 1997, Planète nomade
http://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_international_de_géographie

Les Actes du FIG depuis 1999
http://www.reseau-canope.fr/fig-st-die/


- Ateliers numériques - Eduscol
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/_-Sans_nom-_/18/2/FIGateliersnumeriqueseduscol_623182.pdf

L’espace productif d’une métropole : Marseille.
Où faire passer la « ligne nouvelle PACA » ?
Eseigner les transports ferroviaires à grande vitesse
De ma ville à l’espace monde
La Corse, la plus proche des îles lointaines.
Géomatique des transports.

Table ronde : Enseigner la géographie avec le numérique


- Emission Planète Terre -thème à venir)
http://www.franceculture.fr/emissions/planete-terre



 

hochiminville-carnetsgeo

 

Ho Chi Minh Ville, mutations rapides, rêves de modernité, circulation dense.
Sur le bord du trottoir, une femme hésite. Pascal Clerc in



- Géographie(s) de la  LENTEUR
Carnets de géographie no 8,
coordonné par Sylvanie Godillon, Gaële Lesteven et Sandra Mallet
http://www.carnetsdegeographes.org/index.php
http://www.parisgeo.cnrs.fr/IMG/pdf/Appel_8_Carnetsdegeographes.pdf



.
http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_debats/debat_08_01_lenteur.php


Un texte de présentation beaucoup plus développé que le chapeau des Géothéma.

extraits :
« La fascination de la vitesse et de la machine ont parfois servi de preuve irréfutable de la modernité ».

« Si la valorisation de la lenteur s’est construite en opposition à l’accélération, elle n’en est pas seulement l’opposé. La lenteur est une vitesse dont il convient de tenir compte, au même titre que la rapidité ». « Il s’agit de comprendre comment ces deux rythmes, traditionnellement opposés, peuvent être articulés et maîtrisés au sein de la société ».

« Ces banlieusards ne sont pas heureux... Ils peuvent courir pour attraper leur métro en se bousculant et même sauter dans leur train en marche, mais ils ne savent plus marcher, flâner, s’arrêter, respirer. Trop de hâte. Ils ne s’appartiennent plus. Ils dépendent d’un horaire »

deux mouvements sont nés en Italie, Slow Food (1986), voir le site http://www.slowfood.fr
et Slow Città (1999, voir le site http://www.cittaslow.org

« Dans un contexte de métropolisation et de désynchronisation des temps collectifs, les individus cherchent moins le ralentissement que la maîtrise de leurs rythmes personnels »

Face à l’urgence, à l’injonction de publier sans cesse, des chercheurs militent en faveur d’une Slow Science (Berlin 2010) afin de disposer du temps nécessaire au travail sur le terrain,  à la construction de la recherche et à la maturation des idées. Voir aussi le mouvement des Desexcellents (UL Bruxelles)
http://lac.ulb.ac.be/LAC/home.html

. Entretien croisé sur la lenteur dans la science et la pratique actuelle du géographe

. Slow, but fast : le discours de la slow life au coeur d’Ōsaka
. Tensions et compromis dans les valeurs spatiales du slow
. Le petit prince ou comment faire lieu ? Entretien imaginaire avec Antoine de Saint Exupéry
. Maîtriser les rythmes quotidiens : nouvelle revendication ou droit à la ville ? Analyse des temps et espaces ralentisseurs, points d’ancrages et synchronisateurs des échelles et   rythmes de vie métropolitains
. Lenteur et immobilité, un potentiel pour les personnes âgées pauvres de Recife (Brésil) ?

. Heuristique de la lenteur : pour une géographie qui soit mésologie vécue
. Retour à la lagune – l’Albufera de Valencia : quelle place pour le terrain dans un parcours scientifique et dans une recherche lente ?

. Explorer la lenteur par la photographie

CR
. L'homme pressé : impacts et paradoxes socio-spatiaux :
Pierre-Louis Ballot et Roman Rollin
Compte-rendu du douzième colloque de l’association Doc’Géo Bordeaux 9 et 10 octobre 2014
http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_lectures/lect_08_01_Ballot_Rollin.php

. La ville lente : utopie, audace ou régression ? Réflexions libres autour d'écrits de Marc Wiel  
 
. Thierry Paquot, Bibliolenteur
http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_lectures/lect_08_03_Pacquot.php


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


25 juin 2011

Gare à l'idéologie du nomadisme !

Gare à l'idéologie du nomadisme ! analyse de Jean -Louis Amselle, Le Monde Opinions 25/06/2011


« 
L'usage métaphorique des sociétés nomades est en vogue dans les sciences sociales et la philosophie où il revêt la forme de l'errance, du vagabondage, de l'exil, de l'esprit artiste, du flux, de la pensée ou de la raison nomade, en un mot de la nomadologie » .

« Inutile de dire que toute cette glose relève bien souvent du fantasme et du stéréotype et qu'elle n'entretient que de lointains rapports avec les sociétés nomades réelles »

Jean-Louis Amselle parcourt la généalogie d'une configuration idéologique qui est très employée depuis les années 1970…


« On peut ainsi observer une corrélation étroite entre la promotion de l'individu comme élément central et autonome des sociétés contemporaines et les besoins du capitalisme tardif en agents de production flexibles et disponibles. En transposant sur l'individu les caractéristiques de sociétés passées et/ou exotiques, et en réemployant l'anthropologie libertaire des sociétés nomades, l'idéologie néolibérale n'a pas seulement déshistoricisé les communautés de chasseurs-cueilleurs, elle leur a également emprunté, dans une optique new age, certaines de leurs pratiques. Les coachs-chamanes, la sophrologie et le " développement personnel ", par exemple, font désormais partie de la panoplie d'adjuvants accompagnant la proclamation de l'autonomie de l'individu en tant qu'entrepreneur de lui-même ».

« …Dans les sociétés de chasseurs-cueilleurs, comme les Jivaro, on s'approprie le corps de son ennemi en réduisant sa tête pour l'exhiber comme trophée ; dans notre société, c'est le capitalisme qui, en individualisant le travailleur, parvient le mieux à dévorer ses proies. Deux variantes de l'exploitation de l'homme par l'homme, en somme... »

Jean-Loup Amselle, Anthropologue

dans le même dossier, 
- Paradoxes de la mobilité, Marc Augé
Le Monde Opinions 25/06/2011 


Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,