27 octobre 2015

Des soldats noirs face au Reich

 

soldatsnoirs

Des soldats noirs face au Reich : les massacres racistes de 1940
dir. Johann Chapoutot  et Jean Vigreux
http://www.puf.com/Autres_Collections:Des_soldats_noirs_face_au_Reich


Ecouter Johann Chapoutot dans la Fabrique du 26.10 à partir de la 29e minute
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-des-soldats-noirs-face-au-reich-ed-puf-et-la-revue-geneses-numero

179 000 soldats ont été mobilisés , dont 40 000 en métropole.
17 000 meurent pour la France dont 3 000 massacrés par les nazis
Chasselay témoigne de ce déchainement de haine et de violence de la 3e Waffen SS Totenkopf
http://fr.wikipedia.org/wiki/3e_Panzerdivision_SS_Totenkopf


Des soldats noirs face au Reich : les massacres racistes de 1940
table des matières :


La Force Noire : mythes, imaginaires et réalités, par Julien Fargettas
La Force noire, aux origines de l'expression - Les tirailleurs sénégalais au service de la France - Devenir tirailleur - Combattre - Crimes de guerre - Les Français et les tirailleurs - Mémoires et reconnaissance

Le nazisme et les noirs : histoire d'un racisme spécifique, par Johann Chapoutot
Généalogie d'un racisme anti-Noir - Grande Guerre et occupation rhénane : la catalyse du racisme anti-Noir - Un racisme anti-Noir classique ? - Noirs, Slaves et Juifs

Les massacres de prisonniers noirs par l'armée allemande en 1940, par Raffael Scheck
Les faits - Les ordres et lois - Comment expliquer les massacres ? - L'importance de la propagande anti-Noir pour le régime nazi - Les enquêtes juridiques

Une étrange captivité : le trajet des prisonniers de guerre coloniaux et nord-africains après 1940, par Raffael Scheck
Le premier transfert en Allemagne - Les prisonniers de couleur en France - Le deuxième transfert en Allemagne

La nazification de la Wehrmacht durant la campagne de France (1940), par Claire Andrieu
Un produit croisé du militarisme prussien et du national-socialisme - Les prudences de la Wilhelmstrasse, 1940-1942 - La politique de répression menée par les tribunaux de la Wehrmacht, 1940-1941 - Le traitement nazi des prisonniers de guerre de l'armée française, 1940-1941

Le 11 novembre 1943 et la mémoire du massacre de Clamecy, par Jean Vigreux
Retour sur les événements tragiques de juin 1940 - Le 11 novembre 1943 à Clamecy : une mobilisation générale. 

« Les Allemands réservent un traitement particulièrement dur aux soldats noirs, dont des centaines sont abattus sommairement (à Airaines les 6 juin, Erquinvillers le 10 et surtout Chasselay près de Lyon avec le massacre de 188 Européens et Africains du 25e RTS). L'historien américain Raffael Scheck dénombre à partir des archives militaires environ 3 000 tirailleurs assassinés de la sorte »

208. C.A.M.P.: Hosties noires - L'histogeobox 2010
http://lhistgeobox.blogspot.fr/2010/05/208-camp-hosties-noires.html


.

 

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,


24 octobre 2015

Netanyahou, Hitler et le mufti

 

- Les nouveaux nazis de Netanyahou, Elie Barnavi, i24news.tv 21.10.2015
http://i24news.tv/fr/opinions/89747-151021-netanyahou-fait-de-l-histoire

« Ainsi parla Benyamin Netanyahou, le Premier ministre de l’Etat juif, devant le 37e Congrès sioniste réuni en sa capitale, Jérusalem: « Hitler ne voulait pas exterminer les Juifs à l'époque, il voulait les expulser ». Hadj Amine al-Husseini est allé voir Hitler [en novembre 1941] et lui a dit: « Si vous les expulsez, ils viendront tous en Palestine ». Hitler lui a demandé : « Que dois-je en faire alors ? »  Et le mufti lui a répondu : « Brûlez-les ».

« ... cette fois, Netanyahou atteint des bas-fonds où même ses pires adversaires n’imaginaient pas qu’il pût plonger... il offre un cadeau inespéré aux négationnistes de tout poil : si lui le dit, c’est que c’est vrai, Hitler n’est pas si coupable que cela. Cette fois, il dédouane du même coup tout ce que l’Europe compte d’extrême-droites plus ou moins nostalgiques du fascisme, voire du nazisme »


- Netanyahu’s fairytale about Hitler and the mufti is the last thing we need, Tom Segev, The Guardian 21.10.2015
http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/oct/21/netanyahu-faitytale-hitler-mufti-holocaust


- Pour Nétanyahou, « Hitler ne voulait pas exterminer les Juifs » - Libération 21.10.2015 - avec l'aide de NM -

« Plusieurs autres personnalités accusent le Premier ministre de «raconter n’importe quoi parce qu’il est aux abois» et «d’absoudre Hitler pour de basses raisons de politique politicienne». Quant à Tom Segev, l’un des historiens les plus sérieux de l’Etat hébreu, il qualifie les propos du Premier ministre d’«absurdes».
http://www.liberation.fr/planete/2015/10/21/pour-netanyahou-hitler-ne-voulait-pas-exterminer-les-juifs_1407762
http://www.liberation.fr/planete/2015/10/21/l-allemagne-insiste-sur-sa-responsabilite-dans-la-shoah-apres-des-propos-de-netanyahu_1407834


« Si certains Arabes, pour des raisons variées, ont soutenu le régime nazi, d’autres, et en plus grand nombre, ont pris parti pour les Alliés et se sont élevés contre l’antisémitisme ».
http://www.laviedesidees.fr/Hitler-les-Arabes-et-les-Juifs.html


- « Le Proche-Orient était tout à fait extérieur aux plans d’Adolf Hitler », Christian Ingrao, Le Monde 22.10.2015
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/10/22/christian-ingrao-le-proche-orient-etait-tout-a-fait-exterieur-aux-plans-d-adolf-hitler_4794851_3218.html


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

07 septembre 2015

Arte - Spoliation nazie

 

schiele-soleil

Schiele, Soleil d'automne (Grünwald)

 

Après l'invasion de la France par l'armée allemande en 1940, les nazis - via l'ERR Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (« Équipe d'intervention du Reichsleiter [Alfred] Rosenberg ») - pillent de façon systématique les biens juifs. La collection d'œuvres d'art d'Édouard de Rothschild est tout particulièrement visée, et celui-ci se voit spolié en novembre 1940 des 5 003 pièces qui la composaient. Les œuvres saisies sont d'abord réunies et exposées au musée du Jeu de Paume, dans les jardins des Tuileries à Paris, avant d'être envoyées en Allemagne ou en Autriche. Elles sont réparties entre Hitler et Hermann Göring. Wikipedia articles L'astronome (Vermeer)  + ERR  
Pour la France, 100 000 œuvres volées ont été recensées, 60 000 ont été rapatriées juste après la guerre, dont 45 000 ont été restituées très vite à leurs propriétaires. Des 15 000 restantes, entre 12 et 13 000 ont été vendues par les Domaines (qui dépendaient des Finances), et 2 000 entreposées dans les musées sous l'étiquette MNR (Musées nationaux récupération). Le Monde


Spoliation nazie, documentaire d'Olivier Lemaire 2015,
Arte 06.09.2015

Parcours de 3 tableaux volés :
Matisse, Profil bleu devant la cheminée (le tableau appartenait à Paul Rosenberg)
Schiele, Soleil d'automne (Karl Grünwald) ;
Braque, L'Homme à la guitare (Alphonse Kann)
http://television.telerama.fr/tele/programmes-tv/spoliation-nazie,96079801.php

Braque à Pompidou en 1981,
Google images : http://tinyurl.com/oy6zhrk

Georges Braque (1882 - 1963) L'homme à la guitare
(Le Joueur de guitare; Homme au violon; Le Guitariste) printemps 1914, 130 x 72,5 cm
Achat avec un crédit spécial de l'Etat et la participation de la Scaler Foundation, 1981
http://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/cMejMnk/rrbRbx8

Le Schiele a été retrouvé dans l'Est de la France en 2005

Matisse, Profil bleu devant la cheminée
Un musée norvégien rend un Matisse volé par les nazis, Le Monde 21.03.2014
http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/03/21/un-musee-norvegien-restitue-un-matisse-vole-par-les-nazis_4387476_3246.html

Le casse-tête des tableaux volés Télérama 28.02.2014
http://www.telerama.fr/scenes/le-casse-tete-des-tableaux-voles,110380.php


rappel : Le Musée disparu - Le Monde 15.03.2014
http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/03/16/29447267.html


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

09 juin 2015

Paris : une promenade Dora Bruder

 

dora

Patrick Modiano lors de l'inauguration de la promenade
photo Henri Garat, mairie de Paris
http://www.paris.fr/accueil/culture/une-promenade-dora-bruder-a-paris/rub_9652_actu_156060_port_24330

 

Dora Bruder est une jeune juive parisienne de 15 ans déportée le 18 septembre 1942 et assassinée par les nazis
(son père est dans le même convoi, sa mère est déportée le 11 février 1943)
Le Conseil de Paris a attribué son nom à une promenade dans le 18e arrondissement
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article463


Patrick Modiano lui a consacré un ouvrage publié en 1997 par Gallimard.

Au départ, un texte paru dans Paris-Soir, le 31 décembre 1941, à la suite d'une fugue.
« On recherche une jeune fille de 15 ans, 1m55, visage ovale, yeux gris-marron, manteau sport gris, pull-over bordeaux, jupe et chapeau bleu marine, chaussures sport marron ».

Enquêter, consigner les traces d'une existence détruite par les nazis.
analyse de l'ouvrage Dora Bruder par JF Hervieu pour le Cercle d'étude
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article390


.

 

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 mars 2014

Le Musée disparu : pillage et spoliations



«  Les politiques ont longtemps évité la question des spoliations ». Le Monde Culture 15.03.2014
Entretien avec l’historienne et galériste Elizabeth Royer

En France, 45 000 œuvres d'art volées durant la guerre par les nazis, principalement à des familles juives, ont été restituées, à partir de 1947, à leurs propriétaires. 2000 œuvres non réclamées ont été classées " Musées nationaux récupération " (MNR) et ventilées dans divers musées. Le reste (près de 14 000 œuvres) a été mis en vente par les Domaines.

En 1996, Le Musée disparu *, le livre d’enquête du journaliste Hector Feliciano a créé un choc salutaire, juste avant les travaux de la commission Mattéoli
(* Le Musée disparu, Enquête sur le pillage d'oeuvres d'art en France par les nazis, Austral 1995, Gallimard 2009) .

manet-soldats-merkers

Le Parisien publie en noir et blanc la photo des soldats alliés découvrant un Manet dans la mine de sel de Merkers (25.04.1945).
http://leparisienmagazine.fr/histoire-la-chasse-aux-tresors-voles-111055/
Le Monde a préféré publier une version colorisée de la photo.

manet-serre-1879

Manet, Dans la serre, 1879, Alte Nationalgalerie, Staatliche Museen, Berlin
Reproduction Wikimedia Commons - Web Gallery of Art
Analyse en allemand (de.wikipedia.org)

 

Un exemple développé lors de l’entretien :  L'Homme à la guitare, le tableau de Braque exposé à Beaubourg.
Il a été volé, comme bien d'autres, au domicile d'Alphonse Kann, à Saint-Germain-en-Laye, en octobre 1940. Il apparaît en photo sur le mur de la " salle des martyrs " du Musée du Jeu de paume, qui abritait les œuvres volées. Après la guerre, il réapparaît dans la collection André Lefèvre. Il est ensuite exposé en octobre 1948 à Fribourg sans que l'on mentionne la provenance Alphonse Kann. Il intègre en 1981 les collections du Musée national d'art moderne, sans recherche ni mention de son origine. En 2005, les héritiers ont été indemnisés, le tableau continuant d’être exposé à Beaubourg.

braque_l-homme-a-la-guitarre_1914_80x140

Georges Braque (1882-1963), L'homme à la guitare, 1914, 80x140cm, huile, sciure sur toile
http://www.ac-creteil.fr/colleges/94/jvallesvitry/Enseignements/Histoire-des-arts/3/beaubourg.html

voir aussi l'article Braque dans la Wikipedia en anglais
et l'analyse sur le site web de Beaubourg

.

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

07 février 2013

Hans Fallada (1893-1947)

 

Rudolf Ditzen, alias Hans Fallada (1893-1947) - source Nicole
De l’Allemagne de Guillaume II à la défaite du nazisme et à l'occupation du pays, « Hans Fallada est un personnage qui connut plusieurs vies, de l’adolescent dépressif à l’administrateur de domaines agricoles, du morphinomane au mari infidèle, du père attendrissant au conteur extraordinaire ».


En 2007, Denoël a publié Quoi de neuf, petit homme ?, une nouvelle traduction par Laurence Courtois de Kleiner Mann, was nun ? (édité en 1932 et traduit par Gallimard sous le titre : Et puis après ?)

« Et après ? après l’amour sur la plage, après le mariage, après la naissance du mouflet, après le licenciement du môme… Et après, que devient le petit homme ? Cette chronique de la vie ordinaire d’un petit employé dans l’Allemagne d’avant-guerre, confronté au chômage et à la dégradation inexorable de ses conditions de vie n’est cependant pas totalement désespérée, grâce au personnage féminin de Bichette qui éclaire de sa présence tout le roman ».
http://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20071022.BIB0009/quoi-de-neuf-petit-homme-de-hans-fallada.html


Seul dans Berlin

Après guerre, Johannes R. Becher lui confie un dossier expurgé de la Gestapo pour écrire un roman sur Otto und Elise Hampel, un couple de résistants exécutés par les Nazis.
http://en.wikipedia.org/wiki/Otto_and_Elise_Hampel

L’éditeur, la maison Aufbau a fortement remanié le texte, pour des raisons politiques mais pas seulement. Il enlève un chapitre qui minorait la vision héroïque d’Elise d’Hempel (son engagement dans ligue des femmes nazies) ou un passage donnant une vision défavorable d’un militant communiste. En amont, le dossier avait été expurgé : la mention des recours en grâce où Otto et Elise se dénoncent l’un l’autre a été enlevée des archives données à Fallada.

Fallada a fait d’Ursula Losch, sa seconde épouse, son héritière. « Ce n’était pas la meilleure personne pour s’occuper de la succession ». En 1954, elle vend tout à Emma D. Hey à Braunschweig. En 1978, la RDA rachète le fond et le confie au Centre de Littérature du Neubrandenburg.


L’émission Une vie, une œuvre du 26.01.2013 diffuse le documentaire de Laurence Courtois qui retrace la vie et le parcours d’un écrivain plutôt isolé du monde littéraire.
http://www.franceculture.fr/emission-une-vie-une-oeuvre-rudolf-ditzen-alias-hans-fallada-1893-1947-2013-01-26

La suite du documentaire, dans la Fabrique de l’histoire du 29.01.2013, traite de la postérité de l’œuvre, de son exploitation politique en RDA, de sa réception actuelle et sa récupération dans une logique régionale et patrimoniale par le Mecklembourg.
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-resister-au-nazisme-24-2013-01-29


fallada

How I became a writer, by Hans Fallada
http://www.mhpbooks.com/pdfs/Drinker_Illuminations.pdf


- Helen Dunmore, Rereading: Hans Fallada's Alone in Berlin - The Guardian 07.01.2011 -
http://www.guardian.co.uk/books/2011/jan/07/hans-fallada-alone-berlin-rereading
traduction et commentaires :
http://etpuisapres.hautetfort.com/archive/2011/02/19/relectures-seul-dans-berlin.html


- France 3 a diffusé Seuls contre Hitler, le docu fiction de Michaël Gaumnitz.
De septembre 1940 à leur arrestation le 20 octobre 1942, Otto et Elise Hampel ont écrit et distribué dans Berlin plus de 200 cartes dénonçant le nazisme. Ils sont condamnés à mort et guillotinés le 8 avril 1943.
« Archives filmées peu ou pas du tout connues, images graphiques propres au style de Michaël Gaumnitz, extraits (muets) de l'un des trois films adaptés du roman ... »  (Télérama)
http://pluzz.francetv.fr/videos/docs_interdits_case_f3_,76730451.html

hampel-carte

Carte postale trouvée le 27.09.1942 - source M. Gumnitz- France 3

hampel

Otto et Elise Hampel - source : M. Gumnitz- France 3


.
.

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

29 janvier 2013

Je n'ai rien dit

 

A quels groupes persécutés par les Nazis
Martin Niemöller fait-il référence ?

Communistes, socialistes, syndicalistes ?
Als die Nazis die Kommunisten holten,
habe ich geschwiegen;
ich war ja kein Kommunist.
Als sie die Sozialdemokraten einsperrten,
habe ich geschwiegen;
ich war ja kein Sozialdemokrat.
Als sie die Gewerkschafter holten,
habe ich geschwiegen,
ich war ja kein Gewerkschafter.
Als sie mich holten, gab es keinen mehr,
der protestieren konnte.”
http://www.martin-niemoeller-stiftung.de/4/daszitat/a31

http://mapage.noos.fr/cercle/webquinet/niemoller.html

Par la suite, la liste s'est étoffée, en fonction des groupes qui revendiquent une formulation très efficace :

Then they came for the Catholics,
and I didn’t speak up,
because I was a Protestant.

Lorsque ils sont venus
chercher les juifs
Je n'ai rien dit
Je n'étais pas juif.
http://www.martin-niemoeller-stiftung.de/4/daszitat/a46


Sur cette question, lire ce qu'a écrit Harold Marcuse (UC Santa Barbara), entre 2000 et 2012 :
http://www.history.ucsb.edu/faculty/marcuse/niem.htm


niemoller

Martin Niemöller (1892-1984)
http://www.reformiert-info.de/

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 avril 2012

Simone Michel-Lévy, Résistante

 

sml-pequeriau

Jacques Péqueriau, Simone Michel-Lévy
Héroïne et martyre de la Résistance PTT, Compagnon de la Libération - Cêtre édition - 2007
[ La couverture en couleurs de l'ouvrage est à comparer avec la photo en tenue de déportée,
imposée par les bourreaux et majoritaire sur Google Images
Sur le web, les Éditions Cêtre deviennent Cèdre ou Cètres, Flossenbürg devient Flensburg...]


CNRD 2012 - Résister dans les camps nazis -

La brochure du Musée de Besançon * rappelle le combat de Simone Michel-Lévy.
Cette résistante participe à la fondation du réseau Action-PTT. Elle est arrêtée le 5 novembre 1943 à la suite d'une dénonciation. Elle est déportée en février 1944 au camp de Ravensbrück… Elle poursuit son combat dans les camps ; elle est pendue par les nazis à Flossenbürg, quelques jours avant la libération du camp.
http://www.besancon.fr/gallery_files/site_1/346/353/781/47891/livret_resistance2012web.pdf

La biographie de la résistante figure sur le site de l'Ordre de la Libération
http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/678.html

Elle figure également sur le site de la Mairie de Chaussin, sa ville natale.
http://www.ville-chaussin.fr/


Un timbre-poste a été émis en hommage le 19 avril 1958, dessiné par Albert Decaris.
http://www.leportaildutimbre.fr/af/laposte/dicotimbre/

La feuille Premier Jour avec la marque de la poste de Chaussin :
http://gravtoz.e-monsite.com/pages/decaris-albert/1159-simone-michel-levy-1906-1945.html
.

simone-michel-levy

Simone Michel-Lévy - timbre gravé par Albert Decaris - 19.04.1958
source http://gravtoz.e-monsite.com


Le web permet d'accéder très simplement aux sources, en texte ou en images.
Trouver la bonne porte pour demander un droit de reproduction est beaucoup plus compliqué. :-):-)


besancon-cnrd2012

* Résister dans les camps nazis - service éducatif du Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon.
source : http://www.besancon.fr/gallery_files/site_1/346/353/781/47891/livret_resistance2012web.pdf

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07 février 2012

L'historien et ses grands-parents

 

jablonka

source : Le Seuil


Dans une semaine sur l'histoire de la Pologne dans la 2GM, E Laurentin s'entretient le lundi 6 février
avec Ivan Jablonka, l'auteur de « Histoire des grands-parents que je n'ai pas eus » (Matès et Idesa Jablonka) (éd. du Seuil).

l'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10076-06.02.2012-ITEMA_20342569-0.mp3


Vers la 17e minute,
Le triple JE de l’historien :
- le JE de la quête de filiation (la recherche des grands parents assassinés par les nazis)
- le JE de l’historien dans son atelier, qui expose sa fréquentation des archives, ses intuitions, ses trouvailles, ses doutes
- le JE de l’homme historien qui ne tait pas ses sentiments, sa tristesse ou sa joie, sa colère ou sa déception…

vers la 22e : évocation du monde du Shtetl avant sa destruction par les nazis
http://en.wikipedia.org/wiki/Shtetl

vers la 25e minute, la capacité à trouver des archives

- Un paradoxe : un sans-grade, un inconnu laisse beaucoup de traces dans les archives d'un état moderne :

Matès, son grand-père était communiste (pro-stalinien) ; lui et ses compagnons ont été pourchassés dans la Pologne de Pilsudski, fichés et envoyés en prison.

dans la France de 1937, il est traité comme étranger, indésirable ... il est sans papiers mais il échappe à l’application des arrêtés d’expulsion ... il est peut-être arrivé deux ans trop tard ; il vit dans un taudis du XXe ; il bénéficie du soutien de milieux anarchistes ;

Il s’engage en 1939 dans la légion étrangère ; il est démobilisé dans le Tarn et Garonne, il rentre à Paris.

Le régime de Vichy voit en lui le juif étranger et la police vient l’arrêter lui et sa femme en février 1943. Leurs enfants (le père et la tante de l’historien) échappent à la déportation : ils dormaient chez des amis.
A Birkenau, il n’a pas été gazé immédiatement. Une certitude que l’historien chérit, préférant la quête de la vérité aux discours du linguistic turn sur l’histoire comme récit et invention…

Ecouter également les multiples interrogations : pourquoi la France plutôt que l’URSS ? La France comme étape ou comme destination finale ? quel rôle dans la guerre de 1940 ?

- Les disparus de la photo de famille, Libération 05.01.2012
http://www.liberation.fr/livres/01012381342-les-disparus-de-la-photo-de-famille


jablonka2

Ivan Jablonka - source : http://www.laviedesidees.fr/_Jablonka-Ivan_.html

- Le mardi, un documentaire sur la pièce de théâtre mise en scène par Arthur Nauzyciel à partir de Karski et Haenel.
Comment parlerons-nous de la Shoah ? Jan Karski (mon nom est une fiction)

http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique
.

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,