02 septembre 2015

Sedan 1870, capitulation de Napoléon III

 

sedan-1870

Sedan le 2 septembre 1870 : Reddition de l'empereur Napoléon III
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Sedan
http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Battle_of_Sedan

http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_franco-allemande_de_1870
http://fr.wikipedia.org/wiki/Catégorie:Mémoire_de_la_Guerre_franco-allemande_de_1870_en_France


sedan-napo

« L'ex-Empereur Napoléon III se fait prendre (sic) à Sedan
et livre aux Prussiens une armée française de 80.000 hommes ».
C'est le désastre de Sedan traduit dans les mots de L'histoire par l'image
http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=893
http://www.histoire-image.org/site/rech/resultat.php?mots_cles=Bataille+de+Sedan


Le 4 septembre, Léon Gambetta fit acclamer la déchéance de l’empereur dans l’enceinte du Corps législatif, envahie par la foule.
Au balcon de l’hôtel de ville, accompagné de Jules Ferry, Jules Favre et d’autres députés, Gambetta proclama la République.
Un gouvernement provisoire dit « de défense nationale » fut instauré. La guerre contre la Prusse continue.
La médaille avec le nom des 12 membres de ce gouvernement :
http://www.carnavalet.paris.fr/fr/collections/proclamation-de-la-republique-4-septembre-1870

empire-paix

« L'Empire, c'est la paix ».
Louis-Napoléon Bonaparte, discours de Bordeaux, 9 octobre 1852
dessin de Daumier
http://expositions.bnf.fr/daumier/images/3/148.jpg


.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


14 juin 2015

Baudelaire, Les Fleurs du mal

 

b-fleurs

Baudelaire, épreuves d’imprimerie
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86108314/f23.image

 

Les épreuves corrigées des Fleurs du mal sont éditées par Les saints pères (189 euros l'exemplaire)
http://lessaintsperes.fr/manuscrits/manuscrits/23-les-fleurs-du-mal-epreuves-corrigees-9782954268774.html
La présentation très marketing est silencieuse sur le procès de 1857 et l'histoire de l'Empire autoritaire.


Baudelaire, Les Fleurs du mal, épreuves d’imprimerie
Consulter la version gratuite sur Gallica
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86108314/f23.image


Charles Baudelaire (1821-1867)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Baudelaire


Le recueil de poèmes est violent attaqué par Gustave Bourdin, Le Figaro, 05.07.1857
« L'odieux y côtoie l'ignoble ; le repoussant s'y allie à l'infect… ».

Au plus fort de l’Empire autoritaire, Ernest Pinard, le substitut au procureur du Parquet de la Seine, mène des procès contre trois écrivains :
. Flaubert pour Madame Bovary
. Baudelaire, Les Fleurs du mal
. Eugène Sue, Les Mystères du peuple.

Baudelaire est condamné à 300 F d’amende, 6 poèmes sont interdits : Les Bijoux ; Le Léthé ; À celle qui est trop gaie ; Lesbos ; Femmes damnées [Delphine et Hippolyte] ; Les métamorphoses du Vampire. Ils seront publiés à Bruxelles en 1866 avec 16 nouveaux poèmes sous le titre Les Epaves. Le jugement de 1857 ne sera annulé qu'en 1949.
En 1868, Pinard devient ministre de l'intérieur ; il fait preuve de sectarisme, il fait condamner Henri Rochefort... Après Sedan, il milite en espérant le retour de l'Empire (qui a mené au désastre de Sedan). http://fr.wikipedia.org/wiki/Ernest_Pinard

Rodin et Baudelaire
Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal
Édition originale de 1857, illustrée par Rodin en 1887-1888 en frontispice ou dans le texte des poèmes (dessins au trait ou ombrés, au fond hachuré et aux cinq lavis sur papier japon, chargés d’encre et de gouache)
http://www.musee-rodin.fr/fr/collections/archives/les-fleurs-du-mal

La poésie de Baudelaire a précocement et profondément inspiré le sculpteur
http://www.musee-rodin.fr/fr/rodin/fiches-educatives/rodin-et-charles-baudelaire

« Rodin éprouvait une immense admiration pour le poète ; il s'attacha à condenser tout le génie de Baudelaire dans la tête seule : "Ce n'est pas Baudelaire mais c'est une tête de Baudelaire" »
http://www.musee-rodin.fr/fr/collections/sculptures/charles-baudelaire-0


La Fabrique, 03.03.2011 (l'émission n'est plus en ligne)
http://www.franceculture.fr/oeuvre-accuses-baudelaire-flaubert-levez-vous-de-emmanuel-pierrat.html

 

 

b-maladives

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86108314/f31.image

 

b-bijoux1      b-bijoux2

                                                                 pages 118 et 119

                  
                             Les bijoux
(un des poèmes interdits par la censure napoléonienne)


La très chère était nue, et, connaissant mon cœur,
Elle n’avait gardé que ses bijoux sonores,
Dont le riche attirail lui donnait l’air vainqueur
Qu’ont dans leurs jours heureux les esclaves des Mores.

Quand il jette en dansant son bruit vif et moqueur,
Ce monde rayonnant de métal et de pierre
Me ravit en extase, et j’aime à la fureur
Les choses où le son se mêle à la lumière.

Elle était donc couchée et se laissait aimer,
Et du haut du divan elle souriait d’aise
À mon amour profond et doux comme la mer,
Qui vers elle montait comme vers sa falaise.

Les yeux fixés sur moi, comme un tigre dompté,
D’un air vague et rêveur elle essayait des poses,
Et la candeur unie à la lubricité
Donnait un charme neuf à ses métamorphoses ;

Et son bras et sa jambe, et sa cuisse et ses reins,
Polis comme de l’huile, onduleux comme un cygne,
Passaient devant mes yeux clairvoyants et sereins ;
Et son ventre et ses seins, ces grappes de ma vigne,

S’avançaient, plus câlins que les Anges du mal,
Pour troubler le repos où mon âme était mise,
Et pour la déranger du rocher de cristal
Où, calme et solitaire, elle s’était assise.

Je croyais voir unis par un nouveau dessin
Les hanches de l’Antiope au buste d’un imberbe,
Tant sa taille faisait ressortir son bassin.
Sur ce teint fauve et brun, le fard était superbe !

– Et la lampe s’étant résignée à mourir,
Comme le foyer seul illuminait la chambre,
Chaque fois qu’il poussait un flamboyant soupir,
Il inondait de sang cette peau couleur d’ambre !

.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 juin 2011

Le monde perdu de Maurice Lachâtre

 

La Fabrique de l'histoire a consacré une semaine à l'histoire des dictionnaires.

- Ecouter Alain Rey le lundi. (il vient de publier le Dictionnaire amoureux des dictionnaires, Plon, 2011)
 
9e mn :
 il a proposé à une grande université une assez grande bibliothèque sur la linguistique et son histoire . On lui a demandé de la classer au préalable, de la transporter, et quasiment d'offrir les étagères pour l'installer !!!

24e mn : Il cite une phrase fautive mais admirable de Cocteau : un chef d'oeuvre n'est jamais qu'un dictionnaire en désordre ; pour lui, c'est tout le contraire, un dictionnaire, c'est la mise en désordre des chefs d'oeuvre. 
L'émission au format mp3

.
- Le documentaire sur  
Le dictionnaire provençal-français de Frédéric Mistral a déclenché une copieuse polémique, un intervenant prolixe se cachant sous l'identité Anonyme


- Le mercredi, La Fabrique a aussi évoqué Le monde perdu de Maurice Lachâtre (1814-1900), à partir de l'ouvrage coordonné par François Gaudin (U Rouen) pour Honoré Champion (2011).

Sur le site de l’université de Cergy, Anne-Marie Hetzel propose une biographie, une bibliographie et une entrée Dictionnaire Universel, Panthéon littéraire et Encyclopédie illustrée (1852)
http://www.u-cergy.fr/dictionnaires/auteurs/la_chatre.html

Lire également l'article que Wikipedia consacre à Maurice Lachâtre
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Lachâtre

.
d'après ces deux sources

Maurice La Châtre (ou Lachatre, La Chastre), est né à Issoudun le 14 octobre 1814, d'un père baron d'Empire. Après avoir entamé une carrière militaire au Prytanée de la Flèche, il décide d'adhérer au saint-simonisme et, dans cette optique, il devient d'abord menuisier ; puis en fourieriste, il s'installe en Gironde avec sa famille, fondant d'abord sa propre école, bientôt fermée faute d'autorisation, puis achetant à Arbanats un domaine dont il fait un phalanstère… 

En 1842 et 1857, il rédige une Histoire des papes, crimes, meurtres, empoisonnements, parricides, adultères, incestes des pontifes romains... De 1852 à 1856, il dirige le Dictionnaire universel, Panthéon historique, littéraire et encyclopédie illustrée. En 1857, 60 000 exemplaires des Mystères du peuple d'Eugène Sue sont saisis chez l’éditeur. Il est condamné à deux reprises par la justice impériale, la seconde fois en 1858 à 6 000 francs d’amende et cinq ans de prison. Il doit se réfugier à Barcelone.

En novembre 1864, Lachâtre revient à Paris et fonde les Docks de la librairie, fait paraître son Nouveau Dictionnaire universel en 1865 (livraison en feuillets de 8 pages, une formule bon marché). 

Il participe à la Commune de Paris (journal Le Vengeur de Félix Pyat). Il s’exile en Espagne et commence l’édition de la traduction française du Capital. Gracié en mai 1879, il revient à Paris, et reprend ses activités d’édition : Histoire de l'Inquisition, Le Capital. En 1881, il réédite son Nouveau Dictionnaire universel

A la fin de sa vie, il se rapproche des milieux anarchistes. Il meurt à Paris en 1900. 
 

lachattre

Maurice Lachâtre (1814-1900) -  source : Wikimedia Commons

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,