31 juillet 2016

Le cartable de Clio 1-7

 

Les fichiers pdf des 7 premiers numéros de la revue Le cartable de Clio
ont été mis en ligne sur le site web A l'école de Clio
http://ecoleclio.hypotheses.org/625


Les sommaires des 13 numéros au format html :
http://clioweb.free.fr/revues/cartabledeclio/cartableclio.htm

13 - 2013 - Dossier: Le genre en histoire. La construction du féminin et du masculin
12 -2012 - Dossier: L'usage social et politique des peurs. La stigmatisation de l’altérité
11- 2011 - Dossier: Musées d'histoire et de mémoire
10- 2010 - Dossier: Les imaginaires alimentaires
9 - 2009 - Dossier: Orient-Occident. Transmission, rencontre, altérité
8 - 2008 - Dossier: Espace-temps - La Méditerranée

7 - Le cinéma dans l’enseignement de l’histoire
      Dossier: Concepts, modèles et récits : qu'est-ce que l'histoire enseignée ?
6 - Dossier: Les échelles de l'histoire, à travers le temps, d'ici et d'ailleurs
5 - « Je nous et les autres » : l'identité et l'altérité à travers l'histoire
4 - L'histoire orale et le témoin en classe d'histoire
3 - Qu’est-ce que je n’enseigne pas ? Qu’est-ce que je n’enseigne plus ?
2 - Le témoignage oral - Périodisations
1 - Usages publics de l'histoire - Les sources photographiques

.

 

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


06 mars 2016

Musées : collectionner les touristes

 

Collectionner les touristes, un défi pour les grands musées - Le Monde 03.03.2016
L'explosion du nombre de visiteurs étrangers force les institutions culturelles à s'adapter. Paris reste à la traîne

http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/03/03/collectionner-les-touristes-un-defi-pour-les-grands-musees_4876015_1655012.html
http://www.lemonde.fr/arts/

extraits :

« Queues interminables, salles d'exposition saturées, toilettes embouteillées, vestiaires complets… Les conditions de visite des grands musées parisiens n'ont cessé de se détériorer, mises à mal par le boom du tourisme global, qui a doublé entre 2000 et 2014. Parallèlement, les tarifs d'entrée ont doublé, voire triplé, ce qui a un effet repoussoir sur le public local.
" La priorité est donnée désormais aux touristes qui ont un fort pouvoir d'achat ou qui sont captifs, car ils viennent de loin et n'ont d'autre choix que d'accepter les tarifs imposés, soupire Bernard Hasquenoph, fondateur du site Louvre pour tous. La touristification intensive de nos musées se fait au détriment de leur mission de démocratisation. Le public de proximité est négligé. "
Les rapports d'activité 2014 de certains grands établissements parisiens lui donnent raison : le nombre de visiteurs français a baissé de 1 % à Versailles, de  6 % au Louvre »


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 juin 2014

Après le 6 juin 2014

 

Dans un communiqué sur le bilan logistique et humain des commémorations du 70ème anniversaire, la préfecture se félicite du succès des 22 cérémonies officielles et de l'affluence record (800 000 personnes du 5 au 8 juin dans le Calvados). http://normandie.canalblog.com/archives/2014/06/09/30039038.html

Autour du 6 juin, plus d'un millier de cérémonies locales ont eu lieu dans l'ensemble de la région
en présence de vétérans américains (4 à Vire en 2014, 81 en 2004) (ou anglais).
Elles ont prolongé ce qui a déjà été fait en 1994 ou en 2004.
Elles ont permis des retrouvailles ou de nouvelles rencontres.

Elles ont attiré à nouveau l'attention sur l'histoire de la seconde guerre mondiale. La presse locale a publié à nouveau beaucoup de récits et de témoignages. En oubliant souvent qu'elle avait fait de même en 2004, en 1994 ...
http://clioweb.canalblog.com/tag/photosnormandie

Dans les cérémonies internationales conçues pour les médias globalisés, l'histoire n'a pas la priorité.
La TV en continu s'est délectée de l'arrivée des têtes couronnées au château de Bénouville. Les magazines en couleur ont exploité le vert de la reine Elizabeth ou le jaune  de Maxima.
L'histoire bataille se porte aussi bien que les défilés en costumes. Plus de 200 ouvrages sont publiés cette année. L'histoire de l'humanité se limiterait-elle à celle d'une supposée culture de guerre ? N'existerait-il pas d'histoire possible en dehors de celle des témoins (des acteurs ?) des conflits meurtriers ?
Les mémoires submergent le reste. « Nous ne vous oublierons pas ». L'injonction au souvenir est vraiment excessive. Le supposé devoir de mémoire se comprend sur le plan familial ou national. Mais c'est oublier que la meilleure réponse à cette préoccupation, c'est encore de faire une histoire rigoureuse à hauteur d'homme.


Le Nouvel Obs a cherché « les 5 phrases qui resteront dans l'histoire »,
. L'hommage aux civils
. « La France n'oubliera jamais ce qu'elle doit aux Etats-Unis »
. « Omaha Beach. La Normandie. C'était la tête de pont de la démocratie »
. « Le sort de l'humanité s'est joué le 6 juin 44 »
. En Ukraine, « cesser au plus vite de l'effusion de sang ».
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140606.OBS9781/d-day-les-5-phrases-du-jour-qui-resteront-dans-l-histoire.html
L'hommage aux victimes civiles a parfois été présenté comme une nouveauté. Il a existé de telles cérémonies dès 1945 en Normandie. Et dès juin 1954, René Coty, le Havrais leur rendait un hommage national
Dans cette histoire que le magazine voudrait voir écrite par les médias, le DDay est seul mis en avant, comme si le front russe n'avait pas joué un rôle déterminant, comme si la lutte contre le Japon militariste n'avait pas existé dans le Pacifique.


Lors du colloque Le Débarquement, de l'événement à l'épopée, plusieurs intervenants ont rappelé que le cinéma (Le jour le plus long, Ryan) avait plus de poids que les historiens dans la fabrique de l'imaginaire (cf le para de Ste-Mère-Eglise).
http://clioweb.canalblog.com/tag/debarquement
Les musées et mémoriaux se situent à proximité du littoral, en liaison avec le dday.
L'histoire de la bataille de Normandie, longue et meurtrière, attire beaucoup moins les touristes.


« 70 ans plus tard, quel est l’héritage de l’Opération Overlord en termes de liberté (et ...de solidarité) ? »
Les patrons n'ont pas oublié de tirer leur épingle du jeu et de vanter l’Alliance Transatlantique économique.
http://freedomsolidarityforum.amchamfrance.org/programme/
http://www.racailles.info/2014/06/le-70eme-anniversaire-du-debarquement.html

Sur la TV en continu, les chroniqueurs patronaux n'ont pas manqué de chiffrer le coût de ces cérémonies et de se désoler d'une exploitation mercantile trop peu rentable selon eux.

Enfin, L'Est Républicain qui sait repérer l'essentiel dans l'actualité a titré le 09.06.2014 :
Un vétéran de 92 ans victime d’un vol le jour de l’anniversaire du Débarquement
http://www.estrepublicain.fr/guerre-et-conflit/d-day
Tags :Défense/Armée/Montbéliard/A la Une/A la Une Franche-Comté/Diaporama/D-Day

..

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

20 mars 2014

Les musées et le numérique

 

Les musées et le numérique
Place de la Toile, 15.03.2014
intentions annoncées : dresser un panorama des questions (rencontre avec le public, conservation des œuvres), imaginer le musée de demain ... http://www.franceculture.fr/emission-place-de-la-toile-les-musees-2014-03-15


D'accord sur l'expérience sensible face à un tableau ou une sculpture.
Le musée, est-ce seulement l'histoire de l'art (et de la peinture) ?

Mais pour l'art, le détour par la reproduction est nécessaire.
Pour éviter de parcourir le monde en permanence.
Et en lycée, il est compliqué d'emmener toutes les classes au musée ; 36 élèves devant un tableau de 50*50 cm, cela ne marche pas... Encore faut-il que les conservateurs l'autorisent. La politique actuelle du patron du Musée d'Orsay est connue. Et à propos de spoliations, on a cité Braque, l'homme à la guitare. Cherchez l'image sur le site de Beaubourg...


Sur le fond, l'opposition entre offre et demande est essentielle.
Pour un musée, le web ou Facebook, ce sont d'abord des vitrines permettant la promotion institutionnelle, des mises en scène et une communication descendante. Pour un internaute, le web, c'est une source d'images et d'analyses, disponibles à distance, pas seulement en français.


Un problème de support ensuite : la culture visuelle a toute sa place sur le web.
Jusqu'en 2003, il existait un portail de l'association des webmestres en histoire de l'art
http://clioweb.free.fr/art/arthist.htm
Nous savons que la TV s'occupe trop peu d'histoire de l'art en dehors des JT et joue trop souvent à la radio filmée. La radio dispose du temps d'antenne, mais elle fait souvent de la TV sans les images : quand F-C invite Daniel Arasse en 2003, seul le Web Gallery of Art permet de voir les oeuvres étudiées. http://clioweb.free.fr/art/arasse.htm

La course au gadget est souvent contre-productive : l'option 360 ° est intéressante en sculpture,
mais à quoi sert-elle quand les tableaux sont accrochés sur trois murs dans une salle ?

Lors d'une expo, une source utile pour un professeur, c'est le dossier de presse (décalque du catalogue) :
les oeuvres majeures y sont généralement présentées.
Taper par exemple Gustave Courbet, un artiste engagé, l'expo de 2008 au Musée Fabre

En 1993, le temps de travaux à Merion, des oeuvres de la fondation Barnes ont été exposées à Orsay et à Munich.
Un cédérom simple rendait de grands services (accès aux oeuvres, correspondance, audio du marchand Ambroise Vollard)

Deux autres exemples, abordés dans la Fabrique de l'histoire :
La Vierge au chancelier Rolin.
Le site du Louvre comporte une analyse très intéressante.

Le portrait de Zola par Edouard Manet.
C'est une des oeuvres reproduites sur wikimedia commons pour wikipedia
La présentation sobre en planche-contact est très utile pour un repérage rapide.

A consulter également, parfois en extrait sur les sites de vidéo en ligne :
- La série Palettes d'Alain Jaubert (18 dvd avec notices)
- Les films d'Hector Obalk (Ingres, Le Titien...).

.

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

19 décembre 2013

Google, le meilleur des mondes ?



- L’avis très privé de Vinton Cerf, Libération Ecrans, 12.12.2013
Vinton Cerf est le père, avec Bob Kahn au début des années 70, du protocole TCP/IP. Depuis 2005, il est  «chef évangéliste» chez Google. « La vie privée est peut-être réellement une anomalie » vient-il d'affirmer.
Il aurait pu s'abstenir.
http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2013/12/12/l-avis-tres-prive-de-vinton-cerf_966159


- Le projet Google est-il totalitaire ? Du Grain à moudre, 18.12.2013 -
avec Vincent Puren, Gilles Babinet, Ariel Kyrou
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-0

L'entreprise est devenue un monopole mondial, à cause des services offerts, mais surtout du fait des choix et des usages internautes (surtout en France). La force de G, c'est la capacité à s'insinuer partout (cf Android), la plateforme, un moteur d'innovation et un pari financier permanent. G., c'est une marque commerciale vivant de la publicité ; son existence dépend donc des consommateurs.
Les profits de Google viennent aussi de l'évasion fiscale et l'entreprise tient un discours libertarien, voisin de ceux du tea-party : l'Etat est toujours l'ennemi.

Ces gens portent conviction de la technologie est bonne par nature. Avoir inventé un moteur de recherche très efficace, avoir développé des services utiles ne donne pas légitimité à imposer à l'ensemble de l'humanité une idéologie à tonalité religieuse.

33e mn : L'entreprise prétend connaître les internautes mieux qu'eux-mêmes grâce à la collecte et à la commercialisation des données personnelles. Google crée pour chaque internaute un avatar de données. Il faut juste éviter de se prendre pour son double, pour son ombre d'information

Si G. ne s'était pas hors la loi pour la numérisation des livres, le contenu de millions de livres ne serait indexé que localement, dans quelques bibliothèques.


- Le Google Art Project divise les patrons des musées. France-Culture
« Si le château de Versailles ou le musée d’Orsay ont déjà conclu un accord avec Google, d’autres institutions restent rétives. Le Louvre et le Centre Pompidou ont jusqu’à présent refusé les propositions du groupe californien ».
Un prétexte : la pub ne va-t-elle pas bientôt submerger la consultation des pages web ?
http://www.franceculture.fr/2013-12-10-numerisation-google-joue-sur-tous-les-tableaux

- Aurélie Filippetti a refusé de servir de caution à Google.
Fleur Pellerin l'a remplacée.
http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/aurelie-filippetti-refuse-de-servir-de-caution-a-google-pour-une-inauguration_419676.html

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

29 novembre 2012

Musées et domaine public

 

gerome-cesar-walters
Jean-Léon Gérôme, La mort de César.
Sur le site du Musée d'Orsay, une reproduction du Walters Art Museum (en accès libre)...
source Google images - reproduction de qualité sur wikimedia commons


« A qui appartiennent les données culturelles publiques ? »
du grain à moudre, 20 novembre 2012
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre
Roei Amit (RMN), Anne-Laure Stérin (juriste) et Rémi Mathis (Wikimedia France)


Les œuvres présentées dans les musées appartiennent au domaine public. Mais leur reproduction est considérée comme relevant du droit privé ; elle est de plus en plus restreinte en France. Ainsi, au Musée d'Orsay, il est strictement interdit de prendre des photos, alors que Google estime à 1,6 M le nombre de clichés en ligne de La Joconde (Le Louvre). A l'étranger l'accès libre est beaucoup plus fréquent : cf dans la page de liens, la mention de 100 000 reproductions du Rijksmuseum ...
https://www.rijksmuseum.nl/en/api

goo-joc


Parmi les prétextes avancés pour interdire la photo :
. L'oeuvre est dans le domaine public, pas sa reproduction photographique !
. Et aussi : la numérisation coûte cher, surtout en période de vagues maigres.
Plusieurs allusions sont faites à la photothèque de la RMN. Le portail Arago ?


Cela aboutit à des aberrations et à des absurdités :

- Orsay, c'est le musée qui interdit les photos
Mais si vous réussissez comme Shakira à en prendre une avec votre téléphone,
rien ne peut empêcher sa diffusion sur le web...
http://clioweb.canalblog.com/tag/shakira

- walters-logo  Walters Art Museum uploads 19,000 photos to Wikimedia Commons
http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:French_paintings_in_the_Walters_Art_Museum

Sur le web, l'oeuvre de Jean-Léon Gérôme existe surtout grâce aux tableaux de la collection du Walters Museum à Baltimore. Alors que l'essentiel se trouve au Musée d'Orsay

gerome-walters




- cf aussi l'épisode Rothko Yellowism Wright et l'imbroglio possible dans la gestion des droits.
http://clioweb.canalblog.com/tag/rothko


- Rémi Mathis plaide lui pour un accès libre et ouvert aux oeuvres et à leurs reproductions.
Plutôt que d'inventer des couches multiples d'interdits, et de dépenser beaucoup pour tarifer au cas par cas,
il préfère la solution de la BNU de Strasbourg : à terme, elle offrira un accès libre à l'ensemble de ses collections numérisées. http://fr.wikipedia.org/wiki/BNU-Strasbourg

cf la mention placée sous la reproduction de L'Origine du monde, le tableau de Courbet
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Origin-of-the-World.jpg
11e mn : La position officielle de la Fondation Wikimedia est que « les représentations fidèles des œuvres d'art du domaine public en deux dimensions sont dans le domaine public et les exigences contraires sont une attaque contre le concept même de domaine public »


 wga-courbet

Pour tous les passionnés de l'histoire de la peinture,
le Web Gallery of Art est une base exceptionnelle. Elle existe depuis 1996.
Elle propose plus de 30 000 reproductions d'oeuvres du XIVe au milieu du XIXe siècle.
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/


.


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

19 octobre 2011

Le Cartable de Clio no 11

 

cartable11


Plusieurs versions pour accéder au sommaire :

- le fichier ci-dessous
- une version pdf : http://clioweb.free.fr/revues/cartabledeclio/cartable11.pdf
- un fichier à venir sur le site http://www.didactique-histoire.net/

Les sujets traités dans les 10 premiers numéros :
http://clioweb.free.fr/revues/cartabledeclio/cartableclio.htm


Cartable de Clio, no 11/2011 -  sommaire détaillé

Éditorial
Histoire, école et société, il y a encore à débattre! (p.9)

Charles Heimberg, Université de Genève
Einige Bemerkungen zum Plan d’études romand hinsichtlich
der inhalte Geschichte und politische Bildung (traduit par Béatrice Ziegler) (pp.10-13)

Béatrice Ziegler, Haute École pédagogique du Nord-Ouest de la Suisse, Aarau
L’éducation à la citoyenneté dans le LP21 (plan d’études suisse alémanique)
(traduit par Nadine Fink) (pp.14-17)

un dossier - Musées, histoire et mémoires
Charles Heimberg et Mari Carmen Rodríguez, Université de Genève
Musées, histoire et mémoires. En guise d’introduction (pp.21-23)

Yannis Thanassekos, Université libre de Bruxelles
Pluralité de mémoires, pluralité de musées (pp.24-32)

Julien Mary et Frédéric Rousseau, Université de Montpellier
Visiter des musées d’histoire des conflits contemporains.
Premiers éléments pour une muséo-histoire (pp.33-43)

Mari Carmen Rodríguez, Université de Genève
Tourismes mémoriels et espaces muséifiés (pp.44-57)

Alain Battegay, LAMES, Université de Provence
et Centre Max Weber, Lyon et Saint-Étienne
Espaces muséaux entre vitrine et paysage mémoriel et historique.
L’expérience du réseau Memorha et le redéploiement des mémoires et de l’histoire de la Résistance et de la guerre (1939-1945) en région Rhône-Alpes (pp.58-71)

Geneviève Erramuzpé, Maison d’Izieu
Présentation de la Maison d’Izieu, mémorial des enfants juifs exterminés (pp.72-79)

Philippe Hanus, Université de Grenoble 2
Clio au pays des terroirs…
La Seconde Guerre mondiale dans le Parc naturel du Vercors (pp.80-90)

Philippe Olivera, Crid 14-18
«Marne 14-18» à Suippes: la réalisation d’un «musée» local du front (2005-2007) (pp.91-100)

Sabrina Moisan, Centre commémoratif de l’Holocauste à Montréal
Naviguer entre mémoire, histoire et éducation.
Le périple d’un musée d’histoire de l’Holocauste au Québec (pp. 101-108)

Christophe Mauron, Musée gruérien
Le nouveau Musée gruérien. Une région dans le miroir de son patrimoine (pp.109-112)

La nouvelle exposition sur l’histoire nationale au Landesmuseum de Zurich.
Entretien avec Erika Hebeisen (Julia Thyroff) (traduit par Nadine Fink) (pp.113-118)

Charles Heimberg, Université de Genève
Musées, histoire et mémoires, avec des élèves (pp.119-132)


Actualité de l'histoire
Daniela Delmenico, Université de Lausanne
Étudier l’émigration du point de vue de ceux qui l’ont vécue:
une analyse de lettres de migrants (présenté et traduit par Charles Heimberg) (pp.135-141)

Usages publics de l'histoire
Nadine Fink, Université de Genève
La pensée historique à l’épreuve des nouveaux «récits nationaux»:
enjeux et défis pour l’enseignement de l’histoire de la Suisse (pp.145-152)

Pierre-Philippe Bugnard, Université de Fribourg
Faut-il confiner le grand public à l’écume des vagues de l’histoire?
Le cas de L’histoire de la Suisse pour les nuls (pp.153-165)

Didactiques de l'histoire
Charles Heimberg, Université de Genève
Quelles sont les pratiques enseignantes et que dit la recherche ?
Introduction à un état des lieux de la didactique de l’histoire (pp.169-173)

Joan Pagès i Blanch, Université autonome de Barcelone
Quelle est la place de l’identité nationale dans les apprentissages
des élèves en histoire? (traduit par François Audigier) (pp.174-181)

Béatrice Ziegler, Haute École pédagogique du Nord-Ouest de la Suisse
Le récit d’une histoire de la Suisse et les manuels les plus récents (pp.182-188)

Pierre-Philippe Bugnard, Université de Fribourg
La problématisation en histoire enseignée (pp.189-203)

Mostafa Hassani Idrissi, Université Mohamed V de Rabat
Un état des lieux de la didactique de l’histoire.
Quelles sont les pratiques enseignantes et que dit la recherche? Le cas du Maroc (pp.204-210)

Antonio Brusa, Université de Bari
Les didactiques difficiles. Événements du passé lointain et du temps présent
(traduit par Charles Heimberg) (pp.211-224)

Nicole Tutiaux-Guillon, IUFM. Université d’Artois, Arras et Université de Lille 3
Quelle place pour les questions socialement vives et/ou controversées en histoire ? (pp.225-234)

François Audigier, Université de Genève
Regards personnels sur une journée d’échanges et quelques thèmes de débat (pp.235-240)

Sébastien Ledoux, Paris I, Centre d’histoire sociale du XXe siècle
L’esclavage, objet scolaire polysémique (pp.241-247)

Citoyenneté à l'école
Comment transmettre les passés traumatiques? Pour quels effets démocratiques? (p.251)

Yannis Thanassekos, Université libre de Bruxelles
Auschwitz. Connaissance du passé et critique du présent (pp.252-257)

Benoît Falaize, Université de Cergy-Pontoise et IUFM de Versailles
Quel enseignement de la Shoah dans le cadre du curriculum français? (pp.258-262)

Monique Eckmann, Haute École de travail social, HES-SO
et Charles Heimberg, Université de Genève
Une recherche autour de la transmission de la destruction des Juifs d’Europe (pp.263-265)

Histoire de l'enseignement
Marguerite Figeac-Monthus, Université de Bordeaux
Les plans d’éducation français des XVIIIe et XIXe siècles:
une source originale pour une approche des disciplines? (pp.269-278)

Un nouveau site web:
«Entre mémoire et histoire: le patrimoine aquitain de l’éducation» (p.279)

Comptes rendus, annonces et résumés en allemand (pp.280-303)
 

- Ils ne savent plus l’histoire !

En septembre 2011, PP Bugnard analyse la campagne menée par les droites néo-conservatrices dans les médias pour imposer le retour une histoire nationaliste exaltant le rôle des rois et grands chefs militaires, de Clovis à du Guesclin, de Louis XIV à Turenne ou à Louvois, de Napoléon à Pétain...

Dans cette célébration de l'histoire-bataille, les polémistes se servent de la chronologie (cf 1515 préféré à toute autre date) comme bélier, avec parfois le soutien d'historiens dont l'oeuvre a marqué une histoire plus structurale, nettement moins événementielle.
 
PP Bugnard plaide pour une histoire scolaire moins frileuse, plus globale, plus sociale, plus critique.
http://www.didactique-histoire.net/article.php3?id_article=200


- Rappel , un 17 octobre 2011 :

. Octobre à Paris - 17 octobre 1961, film de Jacques Panijel, 1962
. La conférence (passée) de Jim House : Du silence faisons table rase ? Le 17 octobre 1961, histoire d'une réapparition.
. L'entretien de la Fabrique avec Mehdi Lallaoui
.
17 octobre 1961 - Nanterre ne veut pas oublier. Le colloque a eu lieu vendredi 14 et samedi 15 octobre à Nanterre.

Jeudi dernier, sur Europe, Franck Ferrand recevait Gilles Manceron - le fichier au format mp3 pour esquiver la pub

http://clioweb.canalblog.com/tag/17octobre1961

 

Posté par clioweb à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

08 mai 2011

La massification du culturel

.
La massification du culturel a remplacé l'ambition de la démocratisation Le Monde - 06/05/2011

Conservateur général du patrimoine, écrivain et volontiers polémiste, Jean Clair déplore la transformation de l'art en industrie du divertissement, la main-mise des nouveaux riches sur le marché et le dépérissement des musées.
 
Extraits : 
Vous pensez que " la transmission est devenue impossible "...
Elle ne se fait plus. Certainement plus par l'éducation nationale. Et l'éclat éblouissant du domaine culturel n'est que le cache-misère de cet effondrement de la volonté d'un savoir classique.

Comment voyez-vous ce " culturel " que vous dénoncez ?
« La volonté de culture a cessé d'être un mouvement transcendant - que ce soit la foi envers les dieux, l'appétit du savoir des Lumières, la spiritualité ou bien encore un idéal révolutionnaire. En un mot, l'aspiration à un monde supérieur - sublimé , disait Freud -, qu'il soit d'ordre divin ou d'ordre social, a disparu. Reste le culturel, comme divertissement profane, éphémère, trompeur et décevant. Je semble railler les foules qui se précipitent aux expositions, mais il ne s'agit pas d'élitisme : je me demande, inquiet, ce que ces gens innombrables attendent de la vision d'une oeuvre ».

« Une certaine bourgeoisie riche et cultivée a été remplacée par des nouveaux riches sans culture et sans goût, un milieu étroit de spéculateurs qui ne collectionnent pas pour le plaisir mais pour afficher un statut social, avec une nécessité de rentabilité à court terme qui n'a jamais existé en art. Ils exposent, non sans morgue et mépris, leurs collections dans des sortes de showrooms comme on le fait dans le domaine de la mode. Et quand les musées entrent dans ce système pour apporter leur caution publique, on est près de la fin... »

Vous êtes sévère avec les musées...
« On a donné l'autonomie de gestion aux puissants - le Louvre, Orsay, Beaubourg, Versailles - en abandonnant tous les autres... Les crédits publics sont allés massivement alimenter ces quatre machines à faire de l'argent avec des résultats plutôt mitigés ... »

« Ironie des temps : l'ancien corps des conservateurs, mis sur la touche et humilié au profit de nouveaux gestionnaires, énarques, polytechniciens, diplômés HEC, gérait finalement mieux les musées et accomplissait mieux ses devoirs civiques que ces comptables de la [supposée] rationalité économique »...
 

jeanclair

source : http://www.accordphilo.com/article-32861686.html

Discours de réception à l'Académie française, 18 juin 2009

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Clair

 

 

 

 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 février 2011

Orsay Commons

nophot_mo
source Louvrepourtous

Pourquoi ne peut-on plus prendre de photos au musée d'Orsay ?
Hélène David - Rue 89 - 05/02/2011

Depuis juin 2010, vous ne pouvez plus prendre de photos au musée d'Orsay.
Pourquoi cette interdiction ?
Pour protéger les œuvres ?
Pour préserver le confort de la visite ?
Pour faire marcher les boutiques ?

Huit mois après l'interdiction, le livre d'or en ligne du musée regorge de protestations.
Et le phénomène prend de l'ampleur : certains ont décidé de se mettre ostensiblement hors la loi. Pour la deuxième fois, le dimanche 6 a eu lieu l'opération OrsayCommons. L'idée : se donner rendez-vous à Orsay et pousser un coup de gueule en photo.

Sur ce sujet, lire également :
http://www.louvrepourtous.fr/Action-au-musee-d-Orsay-contre-l,627.html

ORSAYCOMMONS sur Facebook
http://www.facebook.com/event.php ?eid=172306876127907


-----------------------------------------------------------

. Un lecteur du blog a été interdit de croquis dans des musées romains.
. Qu'en est-il dans les musées parisiens ? Peut-on croquer au crayon ? (J'ai souvenir de crayons de couleur interdits par un gardien dans le musée des Beaux-Arts de Vienne)
. S'il lit ce message, veut-il bien renvoyer son commentaire ; il a été effacé par inadvertance. Merci d'avance.

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,