18 septembre 2015

A quoi peut servir la morale scolaire ?

 

- La morale, à l'Ecole et à l'Assemblée. Nicole Ferroni, France-inter 16.09

dans le texte officiel, la morale enseigne à
« s'affirmer dans un débat sans imposer son point de vue aux autres »
« coopérer en vue d'un intérêt commun »
« distinguer l'intérêt particulier de l'intérêt général »
http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=90158

Ce texte ordonne « Aborder la laïcité comme liberté de penser et de croire ou de ne pas croire ».
Dans la loi de 1905, « La République assure la liberté de conscience ».
Pas la liberté de croire ou de ne pas croire
http://clioweb.free.fr/dossiers/1905/1905.htm


Pourquoi enseigner à des enfants ce que les députés ne pratiquent pas entre eux à l'Assemblée nationale ? poursuit N. Ferroni. Avec l’oeil sur la présidentielle 2017, le gouvernement met en place des choses concrètes, même quand elles sont bâclées
http://tinyurl.com/pxx9hbb
http://www.franceinter.fr/emission-le-billet-de-nicole-ferroni-lenseignement-moral-et-civique-lheure-qui-contrebalance-le-rest


- Est-il moral d’enseigner la morale à l’école ? L'Humanité 09.09.2015
Implications philosophiques d’une mesure gouvernementale - 4 tribunes contradictoires.
http://www.humanite.fr/est-il-moral-denseigner-la-morale-lecole-583460

Pour Pierre Kahn un des concepteurs, « c’est un programme assurément ambitieux, mais à la hauteur des enjeux actuels de la formation de l’homme et du citoyen ».  Pour Catherine Chabrun, « la morale ne s’enseigne pas, elle se vit »

Pour Ruwen Ogien, l’éducation civique répondait aux besoins.
« En 2012, Vincent Peillon a voulu imposer l’enseignement de la morale « laïque » à l’école républicaine comme remède à tous ses maux supposés : incivilités, rejet de l’autorité, échec scolaire, etc... [le ministre voulait ausser donner des heures supplémentaires à ses collègues profs de philo] Après son départ, cette idée avait sombré dans une sorte de coma... Elle a ressurgi après les tueries de janvier 2015 ».

Dans toutes les écoles de la République, une instruction civique est dispensée. Personne n’a jamais contesté l’utilité de ce programme. Pourquoi faudrait-il lui ajouter des cours de morale, une discipline dont il n’existe aucune définition qui fasse l’unanimité et dont on se demande, depuis Platon, si elle peut vraiment s’enseigner ? [en primaire, la leçon de morale a été discréditée et abandonnée au milieu des années 1960]

Personne n’a jamais contesté l’utilité de ce programme. Pourquoi faudrait-il le compléter par des cours de morale, une discipline dont il n’existe aucune définition qui fasse l’unanimité et dont on se demande, depuis Platon, si elle peut vraiment s’enseigner ?

L’éducation civique visait un ennemi extérieur contre lequel il fallait former de futurs soldats. Avec la morale, l’ennemi est intérieur. « Pour les conservateurs, le problème principal de notre société, c’est le soi-disant conflit de valeurs entre « civilisés » et « barbares » et non l’existence d’un système économique et social particulièrement injuste qui exclut des milliers de jeunes n’ayant pas la « chance » d’avoir la couleur, le nom ou la religion qu’il faut ». Le ministère peut-il, avec une  certaine forme de paranoïa, prendre le risque de consacrer l’hégémonie de ces idées conservatrices ?

Pour Bernadette Groison (SNES), le ministère a imposé un texte insuffisamment abouti. L’objectif est de rassurer les familles et l’opinion après les attentats de janvier dernier. « Le temps politique, une fois encore, a été privilégié au détriment du temps éducatif nécessaire pour stabiliser ces programmes ».
« Les conditions de mise en œuvre sont loin d’être réunies : où sont par exemple les formations et les ressources ? Comment évaluer l’esprit critique et la réflexion éthique personnelle ? »


.

Posté par clioweb à 13:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


13 juin 2015

Poitiers-Berlin en Falcon

 

Manuel Valls, mauvaise passe, Libération 09.06.2015
http://www.liberation.fr/politiques/2015/06/09/mauvaise-passe_1326334

« en quatre jours, à force d’amender sa version sur son aller-retour express Poitiers-Berlin,
samedi, le Premier ministre a commis son premier écart de conduite ».

Arrivé vendredi soir à Poitiers, Valls « parle à sa gauche et fait applaudir François Hollande trois longues minutes »
Samedi, à l’heure du dîner, il s’envole en Falcon pour Berlin. « J’y vais parce que Michel Platini m’a invité ».

Dimanche, de retour à Poitiers, Valls assiste au sacre de Cambadélis avant… de filer à la finale de Roland-Garros.

Lundi, Hollande confirme la « réunion » entre Valls et Platini, qui vient à Paris le mercredi.
A Matignon, devant des sportifs, Valls parle de « passion »

Mardi, on apprend que deux fils Valls étaient à bord du Falcon.
Valls : aller à Berlin, c’était important pour l’image du pays et les emplois.
Valls va rembourser 2500 euros (sur les 20 000 dépensés)

La droite voudrait pilonner celui qui passe son temps à donner des leçons de morale.
Les allusions fusent, mais elle retient ses coups.

« Il est vrai qu’en matière de voyages luxueux et de mélange des genres, l’ex-chef de l’Etat avait placé la barre très haut. De sorte qu’en comparaison, Valls fait encore figure d’amateur, malgré de prometteurs efforts.
En mai 2007, après avoir célébré sa victoire au Fouquet’s, Sarkozy s’était envolé pour une croisière au large de Malte sur le yacht du milliardaire Vincent Bolloré. Trois mois plus tard, il s’envolait pour quinze jours de vacances aux Etats-Unis, dans une villa hors de prix louée par des amis fortunés. En décembre de cette même année 2007, c’est encore le Falcon de Bolloré qui le portait dans le plus bel hôtel de Louxor, au bord du Nil. Tout le quinquennat sera ponctué de ces escapades luxueuses qui défraieront la chronique. « Après cette affaire du Poitiers-Berlin, la gauche devra en rabattre dans son procès du bling-bling sarkozyste», se réjouit un député sarkozyste »...

Valls, une faute éthique et politique
La droite mal placée pour attaquer
En Suède, on ne badine pas avec la morale
Valls, un mea culpa contre nature

rappel :
le Voyager modeste du président normal de mai 2012 (l'auto, le TGV, le pédalo, la trottinette plutôt que le #Falcon ?)
Paris-Bruxelles 2*5972 euros ou 60 000 euros ?
Paris-Le Havre 2015 pour un patron de parti politique, cela coûte combien ?
http://www.leparisien.fr/politique/le-cout-de-bruxelles-25-05-2012-2016236.php

[ Cahuzac, Thevenoud, Poitiers-Berlin... Les dirigeants actuels de gauche ont une énorme capacité : celle  de fournir des armes exceptionnelles à ses adversaires (ennemis ?) qui peuvent s'en servir pour tenter de faire oublier leur goût prononcé pour le grand luxe et leurs malversations inutiles dans le financement de leurs campagnes électorales ].

.

Posté par clioweb à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 janvier 2015

Laïcité, croyances et raison

 

« Allez les gars, ne vous laissez pas abattre »
titre Le Canard qui rend hommage à Cabu.
(Le Canard n’a pas la promotion intense faite à Charlie par les médias).


Le café
publie un article
Michel Lussault : L'Ecole doit aborder frontalement la question des croyances
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/01/14012015Article635568183764307972.aspx

extraits et commentaires :
Q - L'école a-t-elle une part de responsabilité dans les attentats ?
R - La responsabilité est bien sur beaucoup plus globale.


Normal que le président du CSP parle de l’Ecole.
Mais le géographe Philippe Pelletier insiste beaucoup sur la colonisation,
nettement moins sur une version délirante de la mondialisation incarnée par les tueurs.
En 2001 également, un pays arabe allié des USA avait disparu de l’écran des médias.

R - « Aujourd'hui l'instruction civique est une matière froide »

L'ECJS était-elle vraiment froide autour de 2002 ?
A voir tout ce que font les acteurs de cette liste, l’ECJS n’est froide que lorsque la hiérarchie bride les initiatives des profs.
Rien que sur les médias, le boulot ne manque pas pour une lecture distanciée.
L'argument a déjà servi en 2012, quand Vincent Peillon voulait remplacer l'EC par la morale.

Q - Il faut revoir les programmes d'enseignement moral et civique ?
R - « le programme du lycée est très orienté sur la tolérance, l'emprise mentale. 
Mais on ne peut pas rester inerte. Le Conseil supérieur des programmes (CSP) va attendre la fin de la consultation
mais à l'évidence on amendera le programme d'enseignement moral et civique en renforçant les questions de la laïcité, du pluralisme ».


A relire la loi de 1905 (« la République reconnaît la liberté de conscience », à lire JP Scot,
une tendance actuelle lourde consiste à restreindre la laïcité à la seule liberté religieuse,
à la confondre avec le choix d’une religion parmi l’offre actuelle.

Un détail semble révélateur : le projet d’EMC (ou d’ECM) pour le lycée ne fait jamais mention de la raison
ou d’une lecture scientifique et rationnelle du monde. Par contre, elle insiste lourdement sur les croyances,
sur leur pluralité des convictions religieuses et la diversité des pratiques religieuses.

Le vocabulaire ne facilite pas les choses.
JP Scot parle des « athées », des « agnostiques », des incroyants.
Sand se dit « laïc athée », parle de « voltairiens », des athées et des croyants.
Il manque de toute évidence des termes simples, sans connotation
pour tous ceux qui ont des convictions sans besoin de croire à une révélation et à une transcendance,
et font souvent preuve d’un sens de l’humanité qui manque cruellement à beaucoup de fanatiques.

Q - Le gouvernement va débloquer des fonds pour la formation ?
Q - Faut-il faire évoluer notre conception de la laïcité ?
« la notion de laïcité a évolué ...
Aujourd'hui il faut inventer une laïcité ouverte, compréhensive, apaisante et offensive.
On ne peut plus faire comme si la question de la croyance n'était pas centrale.
Il ne s'agit pas de proposer un enseignement des religions
mais que dans les programmes scolaires la question de la croyance soit abordée frontalement »


En 2003, dans « Qu’est-ce que la laïcité ? » Henri Pena-Ruiz refusait d’ajouter des adjectifs à la laïcité.
Il marquait ainsi son désaccord avec Régis Debray ou avec Jean Baubérot.
http://clioweb.free.fr/debats/laicite.htm

Un numéro de Sciences humaines abordait la dimension anthropologique et politique
quel sens pour une religion du livre avant la généralisation de l'instruction ?
pourquoi la transcendance et le monothéisme seraient-ils les seules réponses ?

rappelons une formulation de 2007, juste avant l'homme africain...
« dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal,
l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé
parce qu’il lui manquera toujours... la radicalité du sacrifice de sa vie
et le charisme d’un engagement porté par l’espérance »


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 décembre 2014

Une Laïcite sans Raison ?

 

Le projet de programme de l'EMC (enseignement moral et civique) est en ligne sur le site du MEN :
http://www.education.gouv.fr/cid75495/le-conseil-superieur-des-programmes.html
http://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/13/9/Projet_de_programme_pour_l_enseignement_moral_et_civique_niveau_lycee_379139.pdf
http://tinyurl.com/csp-emc-12-2014

Une vérification simple :
Dans ce projet officiel, la laïcité semble réduite à la pluralité des convictions religieuses, à la diversité des croyances et des pratiques.
En 2014, au temps d'un pouvoir de gauche, la science, la raison, le rationnel et le rationalisme n'ont plus de place dans un texte officiel. Raison n'existe qu'à travers le mot comparaison.

Cherchez l'erreur.
Et remerciez Vincent Peillon, le député européen ex-ministre et prof de philo morale religieuse à l'université de Neufchatel


.

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 septembre 2014

coll : Vertu et politique

 

vertu

Bertrand Barère de Vieuzac (1755-1841)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bertrand_Barère

Jean-Louis Laneuville, Portrait de Bertrand Barère de Vieuzac (1793-94), Neue Pinakothek, Munich
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/l/laneuvil/index.html

- Vertu et Politique : les pratiques des législateurs (1789-2014)
http://ser.hypotheses.org/1133

Colloque international
 Organisé par le Club des amis de l’Incorruptible (Assemblée nationale)
 la Société des études robespierristes et le programme ANR Actapol
 Sous la direction de Alain Tourret, Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers
 Paris – Assemblée nationale – Salle Victor Hugo
 Jeudi 18, vendredi 19 et samedi 20 septembre 2014

Formuler la vertu comme exigence politique
La Révolution française et la vertu (1). La vertu et la politique
La Révolution française et la vertu (2). La vertu publique malmenée ?
Corriger ou instrumentaliser le manque de vertu (XIX-XXe siècle) ?


- Déclaration de phobie administrative, blog de Paul Jorion
http://www.pauljorion.com/blog/2014/09/11/phobie-administrative/

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


03 février 2014

Vichy, le pire et la morale

 

Dans La parenthèse inattendue, Alexandre Jardin évoque l'ouvrage Des gens très bien, paru chez Grasset en 2011 (vers 1h32). http://www.france2.fr/emissions/la-parenthese-inattendue
http://www.grasset.fr/nouveautes/20110102.html

vers 1h33 : « Vichy, ça dégouline de morale. Pour commettre le pire, il faut toujours manipuler de la morale et être convaincu que l'on fait le bien ; d'où l'absence de culpabilité des dirigeants du régime de Vichy.
Aux yeux des membres du cabinet Laval, la souveraineté nationale, c'est une valeur cardinale : même dans un pays occupé par les Nazis, ils préfèrent que ce soient des flics français qui arrêtent les juifs plutôt que la Gestapo. Pour eux, cela veut dire (cela leur donne l’illusion) qu'il existe encore un Etat français.
Le jour où j'ai décidé de publier ce bouquin, la joie est revenue ».


« Mon grand-père, Jean Jardin, dit le Nain jaune, fut, du 20 avril 1942 au 30 octobre 1943, le principal collaborateur du plus collabo des hommes d'Etat français : Pierre ­Laval, chef du gouvernement du maréchal Pétain. Le matin de la rafle du Vél' d'Hiv, le 16 juillet 1942, il était donc son directeur de cabinet ; son double. Ses yeux, son flair, sa bouche, sa main. Pour ne pas dire sa conscience. »
http://www.telerama.fr/livres/des-gens-tres-bien,64352.php

« D'autres écrivains, comme Marie Chaix, Frédéric Vitoux, Dominique Jamet ou encore Dominique Fernandez, fille et fils de collaborateurs, ont tenté de comprendre les fourvoiements de leur père. Alexandre Jardin, lui, a fait l'économie d'une telle démarche. Dommage. Car celle-ci lui aurait peut-être permis d'éviter quelques raccourcis historiques, voire des jugements anachroniques qui affaiblissent son propos. Mué en procureur, il cherche à démontrer coûte que coûte que Jean Jardin fut l'un des acteurs principaux de la rafle du Vél' d'Hiv ».
« pour la nôtre, l'obsession du passé, de ce passé-là, n'est qu'un substitut aux urgences du présent. Ou, pis encore, un refus de l'avenir ». Rousso, Conan, Vichy, un passé qui ne passe pas.
http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/01/06/des-gens-tres-bien-d-alexandre-jardin_1461623_3260.html

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 décembre 2013

Peillon, le politique et la morale

 

Peillon-canard18122013

Peillon sur le point de nommer son ex ?
Le Canard enchaîné
, 18.12.2013 - source http://www.mezetulle.net/


« Le ministre est en mesure de bombarder, d'un jour à l'autre, son ex-épouse Brigitte Sitbon-Peillon, (spécialiste de Bergson au CNRS) au poste d'inspecteur général de philo ».

« Elle figure parmi trois candidats, à côté d'un prof de khagne du lycée Fénélon, également proche du ministre ».

« En décembre 2012, Peillon avait propulsé au tour extérieur Laurence Loeffel, une des trois membres de la Commission chargée de ressusciter la morale laïque à l'école ».

.

 

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mai 2013

L'État nous rend-il meilleurs ?

 

L'État nous rend-il meilleurs ?
Ruwen Ogien invité de Sylvain Bourmeau, dans La suite dans les idées 11.05.2013
http://www.franceculture.fr/emission-la-suite-dans-les-idees-essai-sur-la-liberte-politique-2013-05-11
version mp3 à venir à l'adresse
http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_16260.xml

L'écouter sur l'utilisation de la morale pour légitimer les inégalités et refuser toute possibilité de politique sociale (cf ce que Wauquiez stigmatise comme un cancer de l'assistanat).
Non seulement les conservateurs utilisent cette morale pour contester toute avancée dans les droits sociaux,
mais dans la compétition politique, la gauche n'oppose plus des valeurs de solidarité à des valeurs pétainistes,
elle se contente d'affirmer qu'elle défend mieux les valeurs (conservatrices) que ses adversaires.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 mai 2013

Une morale du flou ?

 

Morale laïque : que c’est flou !
Monique Dagnaud, Télos 7 mai 2013
http://www.telos-eu.com/fr/societe/education/morale-laique-que-cest-flou.html

Le rapport commandé par Peillon dresse un constat d’échec de l’Education civique.  Pourtant, « …si l’on met bout à bout toutes les occasions de décliner et rappeler les principes qui organisent la vie collective, l’école paraît innervée par l’esprit civique. Doit-on alors ajouter un cours supplémentaire pour pallier certains dysfonctionnements, pour affirmer des valeurs communes – dignité, liberté, égalité, solidarité, laïcité, esprit de justice, respect et absence de toute forme de discrimination –, alors que tout professeur qui se respecte est, par essence, nourri et animé par ce vade-mecum intellectuel ? Doit-on tout revoir à zéro pour rajouter une profondeur conceptuelle au champ de l’éducation civique ? »

« Développer l’esprit critique, intention martelée par Vincent Peillon, n’est-ce pas la force motrice qui est censée orienter toute la formation scolaire ? »

« Ne devrait-on pas plutôt conforter, rationaliser et aménager l’existant, en particulier en faisant évoluer le rôle et le statut de l’enseignant, plutôt que de céder à la tentation habituelle de la rue de Grenelle : empiler les disciplines »


[ Plutôt d'accord sur l'analyse de la tactique utilisée par Peillon (Pas de bilan sérieux, confrontant intentions initiales et les conditions concrètes de travail, impression de corporatisme, profs de philo contre profs d’HG).
D’accord aussi sur l’alternative proposée (d’abord « aménager l'existant » et lui donner les moyens de plus d’efficacité).

La charge serait plus crédible si le « flou » ne déformait pas la réalité.
Ainsi, pourquoi parler d'ECJS en collège, et non d'Education civique ?
Classe de 3e, Education civique, la citoyenneté démocratique dont « Enseigner les valeurs »
http://eduscol.education.fr/cid60611/ressources-pour-classe-troisieme.html

Pourquoi ne pas rappeler les débuts de l’ECJS, le travail en groupe, la recherche documentaire, le débat argumenté,
et un programme qui prenait appui sur plusieurs disciplines déjà enseignées, dont les SES, la philo, l’HG afin déviter toute forme de bachotage ? Pourquoi ne pas rappeler le refus de noter les opinions des lycéens lors du bac ?
Sans oublier le fait qu’au lycée, l’ECJS sert souvent à compléter les services des enseignants.
https://eduscol.education.fr/cid56547/ressources-pour-l-ecjs-au-lycee-general.html ]


Monique Dagnaud enseigne à l'EHESS : Industries de l’image et culture de masse : de la télévision à Internet. Elle a écrit sur la TV, sur la Teuf, sur la génération Y. Elle plaide en faveur d'une mutation radicale du métier de professeur.
http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/286/

Le « flou », la « gare de triage » sont des expressions présentes dans d’autres articles :
La réforme des rythmes scolaires : le cas d’école de l’impuissance politique - 25.01.2013
« 4 . Une école dans laquelle les enseignants seraient plus présents dans le quotidien et dont le service s’étalerait sur davantage de mois durant l’année »
http://www.slate.fr/story/67587/rythmes-scolaires-reforme-peillon-impuissance-politique
http://www.slate.fr/source/monique-dagnaud

La vraie crise de l’école, Télos, 27 février 2013
« Cette stratégie floue aboutit à perdre sur tous les tableaux »
« le système fonctionne comme une gare de triage »
http://www.telos-eu.com/fr/societe/education/la-vraie-crise-de-lecole.html

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 mai 2013

Aimer l'entreprise, une compétence ?


- “Aimer l'entreprise” n'est pas une compétence ! (et encore moins un savoir...)
Philippe Watrelot, mardi 30 avril 2013
http://philippe-watrelot.blogspot.fr/2013/04/aimer-lentreprise-nest-pas-une.html

«Notre premier devoir, c’est de stimuler l’esprit d’entreprise dans notre pays. C’est d’abord le rôle de l’école», a déclaré lundi 29 avril François Hollande, lors d’une réception de 300 entrepreneurs à l’Élysée.  Et le président propose, «de la sixième à la terminale», un programme sur l’entrepreneuriat.
[...]
Plutôt que de donner prise à des affirmations gratuites et aux manœuvres de groupes de pression bien structurés et aux moyens importants (après le « mur de l’argent », le « mur de la com’ »…), il serait souhaitable de ne pas aggraver le risque de déconnexion avec le monde enseignant en ignorant ce qui se fait déjà et en se livrant à des intrusions dans l’élaboration des programmes qui n’ont pas plus leur raison d’être aujourd’hui qu’hier…


- Entrepreneuriat à l’école : «Une vision réductrice» - Libération économie, 29.04.2013
Libération s'entretient avec Marjorie Galy, présidente de l'APSES

. Q - Certains milieux patronaux considèrent que vous présentez l’entreprise sous un angle trop négatif…

. R - On nous a effectivement reproché de ne pas faire aimer l’entreprise, de trop parler, par exemple, du chômage. Mais nous ne sommes pas là pour faire aimer ou non l'entreprise, mais pour la faire comprendre. Cette obsession émane d’ailleurs plus d’une minorité de dirigeants, ceux des grandes entreprises. Pour tous les autres, patrons de PME, le souci principal, c’est de trouver des salariés formés et compétents.
http://www.liberation.fr/economie/2013/04/29/entrepreneuriat-a-l-ecole-une-vision-reductrice_899967


- Esprit d'entreprise et morale laïque - Philippe Frémeaux
http://www.alternatives-economiques.fr/doc63827
«  Entreprise, morale, dans les deux cas, face à un problème, la première réaction de nos décideurs demeure d'ajouter encore une nouvelle discipline et de croire que par une décision prise d'en haut, ils vont modifier le comportement du corps social ».
.

 

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,