03 janvier 2014

14-18 : les hommes d'Aubusson

 

aubusson2

Jean-Christophe et Jean-Claude Ruppé, Les hommes d'Aubusson au temps de la Grande Guerre
publié par la commune d'Aubusson, infographie : imprimerie Mouturat (Flers)


Jean-Christophe et Jean-Claude Ruppé, deux professeurs d'HG, ont exploité les archives disponibles, civiles et militaires, pour restituer le parcours de 172 hommes, qui sont nés ou ont résidé à Aubusson.
Cette commune rurale de l'Orne, au nord de Flers, comptait 600 habitants en 1836, au temps de la proto-industrie (tisserands), mais seulement 214 en 1911 (un niveau bas qu'elle garde jusqu'en 1975).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Aubusson_(Orne)


Le monument au morts, réalisé par le sculpteur Marcel Pierre et inauguré le 13 novembre 1921, comporte 7 noms (le 7ème a été ajouté à la suite d'une étude menée par Jean-Christophe Ruppé en 2009). 

L'un d'eux, Eugène Benoni Montaufray, un journalier agricole né en 1880, est mobilisé le 2 août 1914. Il fait partie des 61 soldats et des 5 officiers tués devant Aubérive, en Champagne, le 25 septembre 1915. Sa femme l'a attendu en vain : il avait annoncé par lettre son arrivée en permission le même jour. Sa fille, née en décembre 1913, ne l'a pas vraiment connu. En 1996, ses petites-filles ont découvert la lettre de Victor Auvray, un camarade, qui décrit les circonstances de son décès.


aubusson3

de gauche à droite : Hector Duval, Alcide Gauquelin (?), Eugène Montaufray, Joseph Filoche (?).
Seul Gauquelin célèbre l'armistice en 1918 -  collection Yvonne Montaufray-Patry

De 1914 à juin 1917, 43 988 Ornais âgés de 18 à 49 ans seront mobilisés.
10 476 ne reviendront pas. Le département comptait 307 000 habitants en 1911.
Gérard Bourdin, Les Ornais face au feu (1914-1918), Le Pays Bas-Normand 3-4/2011


Parmi les nombreux documents de qualité reproduits, une photo de groupe des poilus et des élus a été prise lors de l'inauguration : en 1979, les habitants savaient encore mettre des noms sur tous les visages présents (cf. la photo en bas à gauche de la couverture).



Le sommaire de l'ouvrage à télécharger au format pdf :
http://clioweb.free.fr/dossiers/14-18/aubusson-sommaire.pdf

   
ou en direct : Avant-propos

    INTRODUCTION : « 1914-2014 : UN SIÈCLE »

    CHAPITRE I - AUBUSSON AVANT LA GRANDE GUERRE
            Le crépuscule du tissage à main1
            La nostalgie de l'union du métier à tisser et de la charrue
            Le glas avant le tocsin : émigration et déficit naturel
            De la résistance du cléricalisme à l'union sacrée
            La prééminence de l'écharpe ou du rabat au tournant des XIXe et XXe s. ?
            Vers une lente conversion à la République

    CHAPITRE II - CONFRONTER LES SOURCES,
    DÉFINIR LES « HOMMES    D'AUBUSSON »
            Diversité des sources, diversité des approches
            Les sources civiles
            Les sources militaires
            La presse écrite.4
            Identifier, nommer,  classer : définir les « hommes d'Aubusson »
            Catégorie n° 1 : les « natifs domiciliés »
            Catégorie n° 2 : les « domiciliés »
            Catégorie n° 3 : les « natifs non domiciliés »
            Catégorie n° 4 : les « non-natifs de passage avant 1914 »
            Catégorie n° 5 : les « hommes arrivés après 1918 »

    CHAPITRE III - LA GUERRE EN MARCHE,
     LE PARCOURS DU COMBATTANT
            La mobilisation générale : le rappel massif de l'été 1914
            « La crainte de la guerre...»
            Les hommes d'Aubusson entrent en guerre
            L'histoire d'une photographie
            Les hommes d'Aubusson dans la guerre : quelques données statistiques
            Un contingent relativement âgé et des classes creuses
            La logique prédominance du monde rural
            La situation maritale des mobilisés d'Aubusson
            Rester quand les autres partent
            Les exemptés, des profils bien différents
            Constitution générale mauvaise et infirmités
            Faiblesse des corps, non des esprits

    CHAPITRE IV - AU CŒUR DE LA GUERRE TOTALE
            Réformer l'armée, unir « petites patries » et grande Nation
            Les mobilisés d'Aubusson ou la mobilité du soldat
            Le grand panachage
            Les Aubussonnais :  fusils, canons
            Crayons et cuirassés
            Grades et spécialités
            Optimiser l'effort de guerre : la fourche et le fusil
            De la définition « d'apte au combat »
            De Paris à Aubusson : l'application des lois Dalbiez et Mourier
            « Les jeunes à l'avant, les vieux à l'arrière »

    CHAPITRE V - « LA DOULEUR EST UN SIÈCLE, ET LA MORT UN MOMENT »
            La prédominance de l'obus
            Fréquences des évacuations
            Les motifs d'évacuation : la chair et l'acier
            Dispersion spatio-temporelle et conséquences démographiques 
            De l'été 1914 à l'automne 1918, des rives de l'Orne
            Séquelles de guerre et âge au décès : une causalité peu évidente

    CHAPITRE VI - COMBATTRE ET MOURIR : LE SACRIFICE D'UNE JEUNESSE.
            Le profil du martyr - Une relative uniformité statistique
            De l'âge des soldats
            Mobilisation précoce, mobilisation dans l'infanterie
            Des mornes plaines de Belgique à la côte basque
            Mourir sur la « terre de personne »
            Le brouillard se lève : Ethe
            Les blés ensanglantés
            Le tombeau des espoirs
            Verdun, Somme, Chemin des Dames : boucherie, massacre, désastre
            1918, un été meurtrier

    CONCLUSION : « D'UNE GUERRE, L'AUTRE...»
            Le sursaut démographique d'une commune endeuillée
            Aubusson, exemple ou exception ?
            Une guerre qui dure
            Inaugurer pour commémorer : le poilu d'Aubusson
            1914-1945 : la guerre de trente ans ?
    Biographies
    Sources et bibliographie


L'ouvrage présenté dans la presse locale :
Ouest-France : http://www.ouest-france.fr/un-livre-sur-les-hommes-daubusson-et-la-grande-guerre-1827594
L'Orne combattante : http://www.lornecombattante.fr/2013/12/29/soldats-aubusson-14-18

 

aubusson-monument

Aubusson (61) : Le monument aux morts (avant l'ajout du 7ème nom)
source : http://www.monumentsauxmorts.fr/cariboost1/crbst_948.html
également : http://monumentsauxmorts.fr/crbst_948.html

.

Posté par clioweb à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


15 septembre 2013

Monuments historiques : l'impasse

 
- Une loi sur les patrimoines devrait en décembre 2013 prendre la suite de la loi de 1913. Une catégorie unique, la cité historique remplacerait les périmètres de protection existants.
http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/09/13/une-cite-historique-pour-remplacer-les-systemes-de-protection-existants_3477074_3246.html


- Monuments historiques : l'Etat dans l'impasse
- Le Monde opinions, 13.09.2013
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/09/13/monuments-historiques-l-etat-dans-l-impasse_3477422_3232.html

La loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments historiques a 100 ans. L'occasion de s'interroger sur la pertinence de cette législation, destinée à renforcer la réglementation qui protégeait, jusque-là, un patrimoine exclusivement limité à la période médiévale.
« Le XIXe siècle, inventeur de la notion de " Monuments historiques ", se donnait un recul de plusieurs siècles avant d'inscrire tel ou tel édifice (134 monuments en 1840). En 1913, de nouveaux critères furent établis. Plus de 8 000 édifices entrèrent alors sur la liste, soit classés, soit inscrits ». Le Louvre est classé en 1889, le jardin des Tuileries en 1914, L'Opéra Garnier attend 1923, la tour Eiffel 1964… 6 000 classements et inscriptions dans les années 1980, 7000 dans les années 1990.
Aujourd'hui, la moitié des édifices classés ou inscrits appartiennent à l'Etat ou aux communes, l'autre moitié au privé.
Et l’argent manque.
« La loi de 1913 pose désormais plus de problèmes qu'elle n'est susceptible d'en résoudre. L'abolir aggraverait sans doute le mal. Réfléchir aux critères de sélection devient en revanche un impératif  ».

- Cent ans de loi sur le patrimoine, dix ratés - Le Monde culture 13.09.2013
dix édifices français qui révèlent, chacun à ses dépens, les limites, voire les carences des mécanismes de conservation du patrimoine. Qu'il s'agisse de bâtiments anciens, industriels ou du XXe siècle, ils ont connu ou risquent de connaître la boulimie des pelleteuses, signe avant coureur d'une irréparable disparition, d'un irrémédiable oubli. A l'occasion des Journées du patrimoine et des 100 ans de la loi qui lui est attachée, voici dix ratés.
(dont les Halles de Baltard, détruites au temps de Pompidou (1971-1973).
Un seul pavillon (le numéro 8) a survécu,  il a été installé à Nogent sur Marne
http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/09/13/loi-sur-le-patrimoine-dix-rates_3477199_3246.html

halles-baltard
vue des Halles de Baltard depuis Saint Eustache (vers 1870-1880)
https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Victor_Baltard


.

Posté par clioweb à 08:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,