04 avril 2022

La Police des Lumières

 

 police-lumieres-vidoni

 

.

Modernes polices - L’Histoire, mensuel 451 - septembre 2018

La Police des Lumières, XVIIe-XVIIIe siècle, Nicolas Vidoni Perrin, 2018, 399 p., 24 E.

Le Noeud gordien. Police et justice : des Lumières à l'État libéral, 1750-1850, Marco Cicchini, Vincent Denis (dir.) Genève, Georg éditeur, 2018, 120 p., 22 E.

« L'admirable police ». Tenir Paris au siècle des Lumières, Vincent Milliot - Ceyzérieu Champ Vallon, 2016, 384 p., 28 E.

https://www.lhistoire.fr/livres/modernes-polices

« Dans un vaste essai, Nicolas Vidoni (université Paul-Valéry Montpellier-III) rappelle que, si la police est souvent réduite à la sécurité et à la répression, la notion évoquait auparavant la question bien plus vaste de l'administration des villes. Dans une plongée au coeur des pratiques policières, l'auteur décrit comment les agents de la lieutenance de police du Châtelet, créée en 1667 pour affirmer le pouvoir du roi sur l'ordre parisien, jouèrent un rôle central dans la mise en oeuvre de nouvelles politiques publiques. A la fois chargés de maintenir l'ordre et de façonner la ville dans sa fonctionnalité matérielle, ces hommes finirent pourtant par pâtir de l'important statut qu'ils avaient acquis ».


- Une « police des Lumières » ?
La « violence » des agents de police à Paris au milieu du XVIIIe siècle
Nicolas Vidon
i
Rives méditerranéennes – 2011
https://journals.openedition.org/rives/4068

publications
https://telemme.mmsh.fr/?membres=nicolas-vidoni

 
- Nicolas Vidoni (Aix-Marseille - TELEMMe / Montpellier)

Réformer la police à Montpellier sous la Révolution : un mouvement contrarié.

Colloque Polices et Révolutionnaires, Caen 1 avril 2022

http://clioweb.free.fr/colloques/Polices-revo-livret.pdf

« Le moment 1789, porteur de changements majeurs et d’espoirs forts, dessine des horizons nouveaux en France.Dans le contexte général de peur qui agite le royaume, une nouvelle catégorie d’acteurs participe à la chose publique et envisage de réformer la police pour la régénérer.

Dans le cas de Montpellier, ces acteurs, frottés au modèle du droit romain, tentent de repenser de manière très large ce que peut être une police nouvelle. Mais ils se heurtent à deux obstacles. D’une part, les divisions politiques qui surgissent très tôt dans une ville pourtant décrite comme calme. D’autre part, en raison de ces oppositions fortes, c’est la question de l’effectuation de la police qui est posée. Elle est résolue par une combinaison entre des formes très traditionnelles de régulation des désordres tant matériels que politiques - qui montrent la captation du pouvoir par un groupe nouveau - et de nouvelles formes de participation à la chose publique, spécialement en matière de maintien de l’ordre.

Dans ce domaine, la participation populaire est plus large. Cette contradiction débouche sur une exacerbation de la conflictualité politique,
qui fait de la police un objet éminemment politique ».

 

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,