30 octobre 2015

Carlo Ginzburg et la vérité


« La notion de vérité fait partie de nous », Entretien avec Carlo Ginzburg, La vie des idées
http://www.laviedesidees.fr/La-notion-de-verite-fait-partie-de-nous.html


« Mon livre Le Fromage et les Vers (1976), qui a parfois été considéré comme typique de la microstoria, a été écrit avant la théorisation de celle-ci. La théorie est venue après-coup, comme c’est souvent le cas ».

« Un malentendu possible et assez répandu consiste à croire que la micro-histoire porte sur des personnages marginaux, des événements mineurs, etc. En fait, le préfixe « micro » indique l’aspect analytique. La micro-histoire permet de travailler sur n’importe quoi et n’importe qui, y compris un peintre célèbre comme Piero della Francesca, qui a été l’objet d’un de mes livres » 

« Pourquoi un tel retentissement pour cet ouvrage ? À mon avis, la réponse est liée au personnage lui-même, qui est quelqu’un de tout à fait extraordinaire. D’autre part, il y a deux sujets, deux problèmes qui sont au cœur du rapport entre Menocchio et la société où il vivait, et qui sont aussi au cœur de mon travail. Le premier : le défi aux autorités, qu’elles soient politiques ou religieuses.... le second : les rapports – disons les croisements – entre culture écrite et culture orale »

Lire aussi l’analyse du linguistic turn (Hayden White) : on ne peut « pas souscrire à une attitude qui empêchait de dire que les négationnistes étaient des menteurs ».

La longue durée à la loupe : Ginzburg revendique un modèle qui se rattache plus à Marc Bloch qu’à Braudel.
« On perçoit toujours le passé, et même les ombres du futur, à travers le présent.. Mais la longue durée est plus présente que jamais ».


.

Posté par clioweb à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,