19 août 2017

Les Jeanne d'Arc de papier

 

Les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle
Agnès Sandras, L'Histoire à la BnF  16.08.2017
http://histoirebnf.hypotheses.org/892

Vers 1900, la Pucelle a divisé les Français.
Pour les uns, à droite, Jeanne fut la Pucelle et la Sainte de la Patrie
Pour les autres, à gauche, elle fut l’héroïne nationale, trahie par son roi et brûlée par l’Église
L'auteur présente la production éditoriale qui a accompagné la fabrication de ces Jeanne d’Arc,
puis étudie la réception des écrits et des polémiques.

 

jda-lerire-23111899

Willette, Le rire 23.11.1899
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k11731708/f1.item.r=le%20rire%201899.zoom

Le texte : « Un chroniqueur, ami des Anglais, les charge ici cruellement. Ils voulaient, si on l'en croit, que, la robe étant brûlée d'abord, la patiente restât nue,
« pour oster les doubtes du peuple » ; que le feu étant éloigné, chacun vînt la voir, « et tous les secrez qui povent ou doivent estre en une femme » ;
et qu'après cette impudique et féroce exhibition, « le bourrel remist le grand feu sur sa povre charogne... ».

Michelet, Histoire de France, t II chap 3
http://www.la-croix.com/Archives/2009-07-28/Le-Moyen-Age-en-crise-_NP_-2009-07-28-350387


Colette Beaune, Jeanne d’Arc, Perrin, 2004 réed Tempus, 2009.
Colette Beaune, Jeanne d’Arc. Vérités et légendes, Perrin, 2008
http://clio.revues.org/9504 


.

.

 

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


31 décembre 2015

P. Boucheron, Ce que peut l’Histoire 4

 

Patrick Boucheron, Ce que peut l’histoire
Leçon inaugurale, Collège de France, 17 décembre 2015

L'audio et la vidéo de la Leçon inaugurale sont en ligne.
http://www.college-de-france.fr/site/patrick-boucheron/inaugural-lecture-2015-12-17-18h00.htm


Le texte en accès libre sur Open Edition
http://books.openedition.org/cdf/4507



Notes (à relire et corriger) à partir de la leçon de Patrick Boucheron.
http://clioweb.free.fr/debats/notes-boucheron.pdf

http://clioweb.free.fr/debats/notes-boucheron.doc
Le texte officiel sera publié et disponible en ligne


« Nous avons besoin d’histoire car il nous faut du repos. Une halte pour reposer la conscience, pour que demeure la possibilité d’une conscience - non pas seulement le siège d’une pensée, mais d’une raison pratique, donnant toute latitude d’agir. Sauver le passé, sauver le temps de la frénésie du présent : les poètes s’y consacrent avec exactitude. Il faut pour cela travailler à s’affaiblir, à se désœuvrer, à rendre inopérante cette mise en péril de la temporalité qui saccage l’expérience et méprise l’enfance. « Étonner la catastrophe », disait Victor Hugo, ou avec Walter Benjamin, se mettre en travers de cette catastrophe lente à venir, qui est de continuation davantage que de soudaine rupture.

Voici pourquoi cette histoire n’a, par définition, ni commencement ni fin. Il faut sans se lasser et sans faiblir opposer une fin de non recevoir à tous ceux qui attendent des historiens qu’il les rassurent sur leur certitudes, cultivant sagement le petit lopin des continuités. L’accomplissement du rêve des origines est la fin de l’histoire - elle rejoindrait ainsi ce qu’elle était, ou devait être, depuis ces commencements qui n’ont jamais eu lieu nulle part sinon dans le rêve mortifère d’en stopper le cours. Car la fin de l’histoire, on le sait bien, a fait long feu. Aussi devons-nous, du même élan, revendiquer une histoire sans fin, parce que toujours ouverte à ce qui la déborde et la transporte, et sans finalité, une histoire que l’on pourrait traverser de part en part, librement, gaiement, visiter en tous ses lieux possibles, désirer comme un corps offert aux caresses, oui, demeurer en mouvement.»


01.01.2016
Boucheron, une histoire sans fin Le Monde 01.01.2016
http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/01/une-histoire-sans-fin_4840746_3232.html

Boucheron, extraits
http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/01/ce-que-peut-l-histoire_4840743_3232.html

 


rappel :
http://clioweb.canalblog.com/tag/Boucheron

articles et entretiens
http://www.college-de-france.fr/site/patrick-boucheron/Principaux-entretiens__1.htm

Les empires, vecteurs de la mondialisation, RDV histoire Blois 2015
« La recherche de l’identité est contraire à l’idée même d’histoire », Le Monde 24.09.2015
« L’hospitalité n’est pas un devoir, elle est un droit », La Croix, 17 septembre 2015
« Les historiens se doivent d’être indisciplinés », Télérama, 8 mars 2015
l'Atlas gobal (Les arènes) - Planète Terre 07.01.2015
« Combat avec une fresque dans un tunnel, la nuit », Le rideau, 26 mars 2014
«Un médiéviste est bien armé pour comprendre le présent » - Libération  26.12.2013
« L’histoire pour espacer le temps », Écrire l’histoire, 11, 2013
« Apologie pour une histoire inquiète », Nonfiction.fr, 12, 19 et 26 juin 2012 (entretien avec Pierre-Henri Ortiz)
« Entretien », Histoire pour tous, 25 janvier 2011
« L’invention de la mondialisation », La vie des idées, 19 mars 2010


Articles dans le magazine L'Histoire
http://lecercle.histoire.presse.fr/index/?motClef=&motClef2=&auteur=Boucheron

Jacques Le Goff, révolutionnaire heureux 409
Georges Duby a-t-il inventé Bouvines ? 399
Les gargouilles, ces monstres qui nous regardent 368
L'orientalisme est né au Moyen Age 367
Qui a inventé les Grandes Découvertes ?
Et Alberti inventa la peinture... 309
Florence au temps des Médicis 274
Rome, le pape et Michel-Ange n°234
Princes et architectes de la Renaissance 197
Machiavel, l'inquiétude en héritage, coll 4.3 et 44
Michelet, prophète de la nation coll 44


.

.

19 juillet 2013

La hantise des origines

 

venayre-origines


Les Origines de la France. Quand les historiens racontaient la nation,
Paris, Le Seuil, collection L’Univers Historique, 2013, 430 p


Le mythe de la nation française
- La Vie des idées, 12.07.2013
Lecture de l'ouvrage de Sylvain Venayre par Anne-Marie Thiesse
http://www.laviedesidees.fr/Le-mythe-de-la-nation-francaise.html

« La monarchie française avait été pensée en instrument de la Providence... Le siècle post-révolutionnaire cultive intensément la recherche des origines (du langage, des nations, du christianisme, des espèces) qui doit éclairer - sur leur nature, leurs droits et leurs devoirs - des sociétés désormais vouées à la liberté ».

Pour vanter la nation, les monarchistes inventent « la fille aînée de l’église », les républicains lui opposent « la fille chérie de la nature » (cf la géographie).
« Un agrégat inconstitué de peuples désunis » : l’historiographie dégage des origines multiples pour la nation France, mais cette diversité est présentée comme ayant vocation à l’unité. Pour Michelet, la France est une personne, elle est « l’esprit de la liberté qui s’est incarné dans une nation auto-engendrée ». La raciologie est convoquée jusqu’en 1870 ; elle est ensuite récusée comme science allemande. Renan illustre ce revirement dans son célèbre discours de 1882 : « L'existence d'une nation est (pardonnez-moi cette métaphore) un plébiscite de tous les jours, comme l'existence de l'individu est une affirmation perpétuelle de vie ».
http://classiques.uqac.ca/classiques/renan_ernest/qu_est_ce_une_nation/qu_est_ce_une_nation.html
http://fr.wikisource.org/wiki/Qu'est-ce_qu'une_nation_?
http://mjp.univ-perp.fr/textes/renan1882.htm

« Bannie depuis longtemps des colloques et des thèses, la hantise des origines a bien prospéré en d’autres territoires. L'idole règne aujourd’hui sur un vaste et rentable marché de films, jeux, spectacles, publications de vulgarisation ». Face à la persistance des conceptions essentialistes, le métier de l’historien est la meilleure des réponses.


Egalement,
Edward Baring, The Young Derrida and French Philosophy, 1945-1968, Cambridge : Cambridge University Press, 2011, 326 pp.
http://www.laviedesidees.fr/Derrida-un-intellectuel-marginal.html


.
 

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

09 janvier 2012

Les voix de Jeanne

 

- Ils veulent tous les voix de Jeanne
C dans l'air, 06/01/2012 avec Christophe Barbier - Nicolas Offenstadt - Dimitri Casali - Jean Garrigues
Parmi les poncifs de la TV, l'armoire blindée à Orléans pour archiver des manuscrits - qui sont consultés sans les habituels gants médiatiques.
http://www.france5.fr/c-dans-l-air/culture-medias/ils-veulent-tous-les-voix-de-jeanne-35133


- A qui appartient Jeanne d'Arc ? - Ariane Chemin,  Le Monde 05.01.12
http://www.lemonde.fr/presidentielle-2012/2012/01/05/

Jeanne d'Arc a pourtant été longtemps exclue de l'imaginaire national. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la petite bergère qui entendait des voix l'invitant à se battre contre les Anglais n'est encore qu'"une pure légende"... Voltaire ne la ménage pas. C'est Jules Michelet qui en fait à la fois la fille du peuple et une héroïne patriote." Une sainte laïque se dessine face à Jeanne la catholique.
En 1920, l'Eglise la canonise, dans les années 30, l'extrême-droite en fait un symbole de l'ultra-nationalisme. Le FN s'en sert pour squatter le 1er mai.


- Jeanne d'Arc, l'internationale, Point de vue de l'historien Gerd Krumeich - Le Monde 07.01.12
http://www.lemonde.fr/idees/2012/01/07/jeanne-d-arc

Dupanloup, l'évêque d'Orléans de 1849 à 1878 s'inspire de Guido Görres pour tenter d'en faire une sainte de l'Eglise universelle, là où les romantiques de gauche en faisaient une Sainte de la patrie. La canonisation de 1920, au temps du Bloc national, est l'aboutissement d'une demande de l'épiscopat français... en 1874 (le temps où l'Ordre moral tentait d'imposer le retour à la monarchie).

Colette Beaune était invitée de NS tout comme Philippe Contamine.
Un rappel : l'histoire peut servir de support de propagande, y compris à ceux qui ont voulu supprimer l'HG en Term S

jda-caen-oran

Statue de Jeanne d'Arc à Caen, place de la Résistance
Oran 1931 - Caen 1964 - source : canalblog

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,