30 décembre 2012

Un Centre national pour l'histoire ?



- Le décret supprimant la Maison de l'histoire de France est paru au JO. Le Monde

Isabelle Backouche et Vincent Duclert qui ont combattu avec vigueur le projet de NS proposent dans Le Monde la création d'un Centre National pour l'Histoire :

« Un Centre national pour l'histoire pourrait être envisagé comme structure légère, innovante et peu coûteuse, capable d'assumer ces différents enjeux que sont aujourd'hui la demande sociale de compréhension du passé, la parcellisation des lieux d'histoire, la transmission du goût de la recherche et de la connaissance ».

« Une telle institution exige pour assumer ces défis de rapprocher les chercheurs et historiens, les professionnels de la conservation et de la muséologie, les acteurs publics et privés, et tous les représentants de la grande diversité des publics ».

« Le Centre pourra en conséquence tenter de répondre aux questions essentielles aux sociétés contemporaines : qu'est-ce que l'histoire ?, qu'est-ce que l'histoire d'une nation ?, qu'est-ce que l'histoire de France ?, quelle politique publique imaginer à l'échelle d'un pays, à l'échelle de l'Europe ? »



- Pendant qu'on enterre la Maison de l’identité nationale,
Peillon rêve d’une éducation patriotique et militaire
- blog Rue 89
http://blogs.rue89.com/journal.histoire/2012/12/30/pendant-quon-enterre-la-maison

« La prochaine loi d’orientation sur l’école s’accompagnera de nouveaux programmes dont la responsabilité reviendrait à un conseil supérieur des programmes. Pourtant, le ministre ne cesse d’intervenir brutalement dans le débat, en dehors des structures de concertation, imposant ses vues sans aucune considération pour les acteurs de l’éducation ».

« Pour ce qui touche à l’enseignement de l’histoire, Peillon le voudrait national, « patriotique », mais aussi militarisé. Quelque chose qui nous ramène loin en arrière, aux débuts la troisième République, période sur laquelle le ministre de l’Education semble faire une étrange fixation ».


.


.

 

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


08 septembre 2012

L'exécution sommaire ...

 

- Jean-Pierre Rioux dénonce l'exécution sommaire de la Maison de l'histoire de France - AFP
http://tinyurl.com/obs-mhf-rioux ou

http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20120907

L'exécution sommaire du brave soldat Rioux...

La CGT Archives lui répond sur Médiapart :
http://blogs.mediapart.fr/edition/usages-et-mesusages-de-lhistoire/article/080912/lexecution-sommaire-du-brave-soldat-rio


- Le sujet a été abordé au début de la Fabrique de l'histoire, ce vendredi matin.
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire


- Exit la Maison de l’histoire de France - F. Evin, Le Monde, 26-27 août 2012
Aurélie Filippetti enterre le projet controversé.
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article5677

« Vouloir montrer une manière de raconter l’histoire de France est un projet daté, ajoutait la ministre de la culture. On s’oriente sur une formule plus souple, sur une mise en réseaux de nos musées d’histoire à travers un organe pilote incarné par un site internet ».
« L’affaire semble aujourd’hui tranchée. Seule question à régler, celle de l’établissement public « Maison de l’histoire de France » créé le 1er janvier avec à sa tête Maryvonne de Saint-Pulgent ».

- dans un entretien du Monde avec Aurélie Filippetti - 10.09.2012
« Pour réduire ce budget, où faites-vous porter l'effort ?
D'abord sur certains projets, annoncés avec légèreté et, pour l'essentiel, non budgétés par l'équipe Sarkozy. Le total de ces projets dépasse le milliard d'euros. Nous en arrêtons certains, nous en suspendons ou en reportons d'autres. La Maison de l'histoire de France, dont le principe était contestable, la localisation problématique et le coût excessif, est arrêtée... De même, la création d'un musée de la photo à l'hôtel de Nevers, à Paris, annoncée sans préparation, est interrompue... Lascaux 4, autrement dit le Centre d'art pariétal, 50 millions d'euros pour un projet non prioritaire, nous l'arrêtons... Idem pour la salle supplémentaire de la Comédie-Française, à la Bastille … »


- Maison de l'histoire de France, les raisons d'un abandon
Marianne évoque le choc de deux visions de l'histoire  - Marianne 802, 09.09.2012
http://www.marianne2.fr/Maison-de-l-histoire-de-France-les-raisons-d-un-abandon_a222288.html


.

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 juillet 2012

MHF : moratoire annoncé le 11.07


La ministre de la Culture a annoncé un "moratoire" sur ce dossier, projet culturel phare et contesté du sarkozysme.

L'avenir de la Maison de l'histoire de France est désormais en suspens.
La ministre donne satisfaction aux historiens qui dénonçaient un projet politique, partisan et imposé et qui plaçaient beaucoup d'espoirs en l'alternance. La décision d'Aurélie Filippetti "est un choix de responsabilité et de raison", se félicite Vincent Duclert.

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120716.OBS7360/coup-dur-pour-la-maison-de-l-histoire-de-france.html

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 juin 2012

rentrée 2012 : L'HG en Terminale S

 

- Réforme du lycée. Au lycée, la réforme est maintenue.
Mais les ministres entendent rétablir l'histoire-géo en terminale S : « L'enseignement facultatif d'histoire-géographie prévu par les textes en vigueur sera obligatoirement proposé à tous les élèves de terminale de cette série ».


Formation des enseignants - "des mesures d'aménagement de service pour les stagiaires nouvellement recrutés en septembre 2012 seront mises en place dès cette rentrée, les écoles supérieures du professorat seront opérationnelles dès la rentrée 2013".
L'Express - http://www.lexpress.fr/education/ce-qui-va-changer-a-la-rentree-scolaire-2012_1125896.html


- Rentrée 2012 : pas de profs débutants en CP et de l'histoire proposée en terminale S - Le Monde

Pour tenir un engagement de François Hollande, l'histoire-géographie, qui était devenue optionnelle en terminale scientifique, va le rester mais sera obligatoirement proposée à tous les élèves de cette série ".
De quoi amuser les proviseurs en train de concocter les emplois du temps de rentrée ! écrit  Le Monde Education



Une autre voie est possible pour la Maison de l'histoire de France 

 

« Ce projet de Maison de l'histoire de France a été mené de manière si partisane, avec une brutalité administrative élevée, dans l'exclusion d'une majorité de spécialistes de la recherche en histoire et de la connaissance des musées, en faveur des seuls intérêts politiques de l'ancien gouvernement

... seuls l'examen de tous ces problèmes, l'élaboration d'un savoir critique sur l'ensemble des questions soulevées et la définition d'une ambitieuse politique culturelle et scientifique, sous l'égide de tous les ministères compétents en la matière, donneront aux nouvelles perspectives muséographiques une légitimité autant qu'une efficacité. C'est l'unique moyen, selon nous, de sortir par le haut d'une telle situation de tension et de conflits.
Une autre voie est effectivement possible. Elle est urgente... »

 

Isabelle Backouche, Ariane James-Sarazin, Gérard Noiriel, Le Monde Opinions


 

Posté par clioweb à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 mai 2012

La MHF soudain fréquentable ?

 

La Maison de l'histoire de France est soudain fréquentable !
Antoine Perraud - Médiapart 28.05.2012
La Maison de l'histoire de France, naguère honnie, apparaît comme une métaphore de la politique de François Hollande concernant l'héritage de Nicolas Sarkozy : liquider ou « redéployer » ?..
doc temporaire

extraits :

« Toutefois, derrière l’impassibilité administrative [de la patronne de l’EPA Maison de l’Histoire de France] , se devinent d'une part le pressentiment que la gauche va se réapproprier la Maison, d'autre part la conviction que ne sera pas liquidé l'EPA (l'établissement public administratif). Une réorientation était déjà subtilement suggérée par François Hollande, dès l'été 2011, lorsqu'il manifestait un certain enthousiasme – Le Rêve français (Ed. Privat) – pour une Maison d'histoire « en » France. Ce flou sémantique étudié annonçait donc un élargissement, capable d'extraire de l'ornière du roman national sarkozien ce projet, adoubé ou peu s'en faut ».

Antoine Perraud termine en citant Benjamin Stora :
« Sarkozy voulait une histoire emplie de lumière, chassant toute repentance. Grâce à un comité d'orientation scientifique indépendant, nous pouvons au contraire introduire des parts d'ombre et, au lieu de chercher de vagues synthèses, mettre en scène une histoire parfois tragique avec ses interprétations divergentes. Au fond, la question demeure, pour la gauche, celle du rapport à la nation. Faut-il jeter l'histoire de France par-dessus bord au nom d'une approche globale ? Faut-il la laisser à la droite – et donc à l'extrême droite en embuscade – pour ne plus avoir, dans cinq ans, que nos yeux pour pleurer ?... »


- Ce Soir ou Jamais 29.05.2012
L'émission peut longuement débattre de déontologie à propos de la situation professionnelle de 4 femmes journalistes.
Rien n'est dit sur la promiscuité et les liens entre certains politiques, une presse et des marchands d'arme vivant des commandes de l'Etat.
cf Acrimed en 2001 : Journalistes et entreprises : promiscuité et passivité
http://www.acrimed.org/article432.html

dans la même émission, Justice de droite, justice de gauche.
Adroite création d’un nouveau syndicat de magistrats (MPJ, en 1981, l'APM avait été créée au lendemain de la victoire de la gauche, avec Robert Badinter nommé au ministère)
http://libertes.blog.lemonde.fr/2012/05/12/
Les magistrats qui ne militent pas à la droite de la droite se battaient-ils pour l'Injustice ?
.

Posté par clioweb à 07:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


24 avril 2012

MHF - Enquête critique

 

«Maison de l’histoire de France» - Enquête critique
Isabelle Backouche & Vincent Duclert
A télécharger sur le site de la Fondation Jean Jaurès

Le sommaire :

Introduction
S’intéresser à la « Maison de l’Histoire de France »
Une enquête critique
Sur la méthode
Vertus de la controverse
Politique de la fuite en avant et du fait accompli
L’échec d’un projet
Urgence d’un moratoire, devoir de connaissance

Pour un musée d’histoire en France
A la recherche d’un musée d’histoire de France
L’expérience des grands musées d’histoire de France au XIXe siècle
Le paysage parcellisé des musées d’histoire
L’impératif de la recherche
L’objet de l’histoire de France

Pour une connaissance du dossier « Maison de l’Histoire de France »
Des pratiques documentaires insuffisantes et superficielles
La nécessité d’une recension documentaire
La réintégration des ressources scientifiques
Une définition instable du projet
Historique d’un dessein présidentiel
L’ordre du discours

Idéologie, pratiques et représentations.
Sur les discours et les méthodes d’un projet présidentiel
L’ « origine impure et strictement politicienne » de la « Maison de l’Histoire de France »
Une préfiguration ignorante et militante
sur un refus de concertation… pourtant proclamée
le mépris pour l’institution des archives
les ressorts d’une propagande ministérielle

Autopsie d’une ambition régressive et autoritaire
L’histoire assignée, des historiens rejetés
Des musées niés, des professionnels exclus
Les archives nationales menacées
L’Etat désavoué ? des autorités mercenaires
Aux avant-postes de la présidentielle : un calendrier révélateur
La science instrumentalisée. le destin malheureux du comité d’orientation scientifique

L’histoire spectacle, l’histoire marchandise
Le décret de création de l’établissement public, un pas de plus vers l’irréversible
Une préfiguration contraire aux recommandations de la cour des comptes
Qui sont les « experts historiens » ?
Un « avant-projet » rhétorique
Les « rencontres régionales » : un simulacre de concertation
Le site inconsistant de la «Maison de l’Histoire de France»
« La France en relief » au grand palais
Le « projet » de la «Maison de l’Histoire de France » :
Fausses garanties et mirage de la modernité

Dévalorisation du savoir et dérive républicaine
Une attaque multiforme contre l’enseignement de l’histoire
Communiquer pour imposer
La démocratie en question

Annexes (en téléchargement sur le site http://www.jean-jaures.org

Bibliographie. sources pour l’histoire de la «Maison de l’Histoire de France»
Travaux de recherches. bibliographie indicative
Chronologie du projet de «Maison de l’Histoire de France»

 

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mars 2012

Non à la MHF - réunion 29.03

 

CFDT-CFTC-CGT Archives de France

 NON À LA MAISON

DE L’IDENTITÉ NATIONALE !

 

Reunion publique
Bourse du Travail de Paris, salle Ambroise Croizat,

3, rue du Château d’Eau 75010 Paris – Métro République
Jeudi 29 mars 2012, 20 h


Ont d’ores et déjà annoncé leur participation :
Karine GLOANEC MAURIN et Alain VAN DER MALIERE, PS, représentant François HOLLANDE
Benoît SCHNECKENBURGER, FdG, représentant Jean-Luc MELENCHON
Jacques BOUTAULT, EELV, représentant Eva JOLY
Gaël QUIRANTE, NPA, représentant Philippe POUTOU
Arlette FARGE, historienne, directrice de recherche à l’EHESS
Nicolas OFFENSTADT, historien, Université Paris 1
Jean BOLLACK, philosophe, Université Lille 3
Otar IOSSELIANI, cinéaste
Didier ALAIME, secrétaire général de la CGT Culture
Michel THIBAULT, représentant de la CFDT-Archives
Béatrice HEROLD, représentant de la CFTC-Archives
Wladimir SUSANJ, secrétaire général de la CGT-Archives

 

Le 19 mars dernier, l’intersyndicale CFDT-CFTC-CGT des Archives de France s’est adressée, par une lettre ouverte, à Nicolas Sarkozy, dans l’intention de lui remettre la pétition nationale qui a recueilli près de 30 000 signatures contre son projet de Maison de l’histoire de France.
Historiens, chercheurs, étudiants, élus, syndicalistes, salariés, citoyens ont signifié massivement leur refus de création d'une Maison de l’histoire de France irréaliste et sans nécessité.

 Ce projet est illégitime à plus d’un titre

- Illégitime sur le plan scientifique

Une écrasante majorité d’historiens et d’intellectuels a qualifié ce projet de « dangereux », « inutile », « coûteux », de même qu’elle considère que cette Maison de l’histoire de France aura « beaucoup de mal à se remettre de son origine impure et strictement politicienne (…) de son péché originel », (déclarations des historiens Jacques Le Goff, Pierre Nora, Arlette Farge, Nicolas Offenstatdt, Roger Chartier et Daniel Roche au débat sur l’identité nationale de 2009). Interroger l'histoire, valoriser les fonds et collections, font déjà partie des missions propres des Archives nationales.

 - Illégitime sur le choix de l’implantation

Cette Maison de l’histoire de France, si elle voyait le jour, remettrait en cause brutalement l’existence même des Archives nationales parce qu’elle est prévue sur le quadrilatère parisien de cette institution issue de la Révolution Française que sont les Archives nationales. L’installation de la Maison de l’histoire de France, à cet endroit, priverait au bas mot, les Archives nationales, pourtant véritable mémoire de la Nation, de 13 500m², environ le tiers de leur surface.

 - Illégitime sur le plan financier

Il est prévu d’investir pour cette « Maison » 80 millions d’euros en lieu et place des 100 millions d’euros qui sont nécessaires à la rénovation, pourtant prévue depuis 2004, des dépôts du site parisien des Archives nationales. A l’heure où, au nom de la crise, on enjoint à l’État d’être « économe » et aux citoyens de se « serrer la ceinture », on constate que la crise est une notion à géométrie variable.

 C’est pourquoi l'intersyndicale appelle les candidats à l’élection présidentielle ainsi que tous les historiens, syndicalistes, étudiants, salariés, citoyens à la réunion publique du jeudi 29 mars 2012 à la Bourse du travail

 

NON A LA MAISON DE L’HISTOIRE DE FRANCE DE SARKOZY

RENFORCEMENT ET RENOVATION DES ARCHIVES NATIONALES
(CREATIONS D’EMPLOIS STATUTAIRES, RENOVATION/REHABILITATION DES MAGASINS…)

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 décembre 2011

Saint-Pulgent à la tête de la MHF

 

« Maryvonne de Saint Pulgent, actuelle présidente de l'Opéra comique, va selon nos informations prendre la tête
de la Maison de l'Histoire de France, dès la parution de ses statuts au JO prévue le 1er janvier ». Les statuts prévoient un mandat de 5 ans.
http://www.liberation.fr/culture/maryvonne-de-saint-pulgent-va-prendre-la-tete-de-la-mhf

Libération parle d’une « femme à poigne », de « la direction du patrimoine où elle a laissé quelques souvenirs cuisants en raison de son caractère ». Le quotidien rappelle un échange vif entre JJ Aillagon (« un petit projet qui ne saurait satisfaire une grande idée »)
et JF Hébert (« ces personnalités brillantes qui ne sauraient concevoir qu'on réussisse là où elles ont échoué »
A lire vendredi en ligne.
http://www.liberation.fr/culture/mhf


L’annonce sur le site web de Didier Rykner
http://www.latribunedelart.com/maryvonne-de-saint-pulgent

picouly


.


.

Posté par clioweb à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 septembre 2011

MHF : Pourquoi nous ne débattrons pas

 

sauvons2

 

Pourquoi nous ne débattrons pas de l'Avant-projet de la Maison de l'histoire de France
Isabelle Backouche et Vincent Duclert -  Le Monde 14/09/2011

Le texte en version intégrale (10 pages)http://clioweb.free.fr/debats/mhf/duclert-backouche-09-2011.pdf

 
 Annoncées à grand renforts de communication institutionnelle, de mailings aux historiens et d'appels aux citoyens, les rencontres régionales de la "Maison de l'histoire de France" ont pour vocation de présenter l'avant-projet élaboré par le Comité d'orientation scientifique et de recueillir remarques et contributions, avant que le texte définitif ne soit rendu "à la fin de l'année 2011".
 
 
 Pour les préparer, le document remis à Frédéric Mitterrand le 16 juin a été largement diffusé afin de le soumettre "aux avis et aux remarques de professionnels du monde de l'histoire et de la culture en France" (lettre du 31 août).
Mais débattre sur quoi ? Débattre comment ? Débattre pourquoi ?
 
 Le débat appelé de ses vœux par le Comité d'orientation scientifique concerne non pas le projet de Maison d'histoire de France mais seulement l'avant-projet du Comité d'orientation scientifique, lequel ne discute pas du bien-fondé d'un tel projet depuis longtemps acté – et sans concertation. Il se plie même aux décisions les plus brutales, à commencer par l'installation de cette "maison" aux Archives nationales – qu'une grande partie du personnel rejette toujours.
 
 Sur le fond, le texte souffre d'un double défaut. L'alignement de grands concepts souvent vides de sens est tel qu'on se demande comment tirer des lignes directrices d'un pareil discours et comment ensuite imaginer un musée, que ce dernier s'appelle ou non "maison". L'exposition de préfiguration, "La France, quelle histoire !", décrite succinctement sur deux pages, ne lève pas les inquiétudes et illustre au contraire la seconde faiblesse du rapport. Car le souci de faire populaire, d'attirer le grand public et les jeunes particulièrement, conduit à adopter les seules postures de la communication.
 
 Quant à la scientificité proclamée, elle souffre de multiples entorses. Aucun état des lieux de l'acquis des musées d'histoire, aucune synthèse sur l'état de la recherche en matière d'histoire au musée, aucune bibliographie analytique, des
citations issues d'où l'on ne sait, des fiches didactiques en lieu et place de véritables problématisations, etc. Il ne suffit pas d'invoquer la "rigueur scientifique", la "connaissance authentifiée du passé" ou la "valorisation de la recherche" pour s'y tenir effectivement. Comment donc un débat approfondi pourrait-il s'enclencher sur de telles bases ?
 
 Les conditions de la consultation ne peuvent qu'inquiéter aussi. Le programme type d'une rencontre concentre des interventions de responsables de l'Association de préfiguration de la Maison de l'histoire de France et du Comité d'orientation scientifique. Les "interventions de personnalités de la culture et de l'histoire" et le "débat avec la salle" sont renvoyés en fin de séance. On aurait pu imaginer qu'au contraire, les membres du comité d'orientation affronteraient un véritable débat critique. Et si l'on souhaite contribuer par l'envoi de textes, il faut savoir que ceux-ci ne feront pas l'objet de réponse individuelle. Là encore les échanges sont verrouillés. Le Comité indique certes que "les propositions et les commentaires exprimés seront pris en compte lors de la rédaction du projet définitif".
 
 Pour mémoire l'avant-projet sur lequel porte la consultation n'a intégré aucun avis extérieur au Comité ni examen des critiques pourtant fondées qui se sont développés depuis l'annonce présidentielle de la création de cet établissement (12 septembre 2010). L'avant-projet aurait pu rassurer quant à la méthode de débat, en restituant les avis divergents et motivés, et en y répondant. Aucune de ces bonnes pratiques intellectuelles n'a été assumée. La question qu'il faut désormais se poser, c'est de savoir qui, dans les faits, refuse le débat ?
 
 Pourquoi enfin débattre du projet alors que sa préfiguration scientifique se révèle être le paravent de choix politiques et l'alibi d'une programmation technique largement engagée, notamment pour remodeler le site des Archives nationales. Depuis la décision du 12 septembre, la construction de l'entité "MHF" avance en effet à marche forcée. Les Archives nationales sont placées devant le fait accompli de leur spoliation d'espaces indispensables à leur modernisation et à leur rayonnement ; l'établissement public de la Maison de l'histoire de France sera créé le 1er janvier 2012 entrainant avec lui la fédération de neuf musées nationaux et la perte de leur autonomie singulière.
 
 Que l'on envisage un nouveau musée d'histoire en France est une idée ancienne et pertinente. Que l'on en fasse l'instrument d'une politique d'étouffement du réseau muséographique et de nivellement du savoir scientifique n'est pas acceptable, pas plus que ne l'est le comportement d'un ministère prêt à tout pour arriver à ses fins et complaire à l'autorité présidentielle, excluant du programme tous les grands professionnels du secteur (comme le rappelait ici même Laurent Gervereau le 6 septembre), dépossédant les directions centrales de leurs prérogatives régulières au profit de cellules de cabinet, refusant le débat puisqu'avec les premiers rapports pro domo se serait donc achevé le "temps de la réflexion et de la concertation avec la communauté des historiens".
 
 Les historiens que nous sommes n'ont rien à voir avec ces pratiques. Reste qu'une habile communication présente la Maison de l'histoire de France comme un projet évident dont il faut en être. Surplombant ces illusions de pouvoir, demeure le devoir de questionner les évidences qu'on promeut comme l'incarnation de la modernité. Nous ne tenons pas, avec bien d'autres, à renoncer à cette habitude professionnelle, à cette responsabilité intellectuelle.
 
Isabelle Backouche et Vincent Duclert ont dirigé avec Jean-Pierre Babelon et Ariane James-Sarazin) l'ouvrage Quel musée d'histoire pour la France ? (mars 2011, Armand Colin).
 

.
- Une mise au point, assortie d’une analyse critique de l’Avant-projet
(10 pages au format pdf) : 
http://clioweb.free.fr/debats/mhf/duclert-backouche-09-2011.pdf

- L'appel à pétition lancé par l'Intersyndicale :
http://clioweb.free.fr/debats/mhf/non-mhf-an.doc

- Le groupe Musée-Histoire-Recherche :
http://www.facebook.com/pages/Groupe-Musée-Histoire-Recherche/119318451476117

.

 sauvons1

photo Clioweb - 17/09/2011

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 juillet 2011

L'inquiétante Maison ...

L'inquiétante Maison de l'histoire de France.
sous ce titre, Libération publie une tribune de Vincent Duclert et Isabelle Backouche (12/07/2011). source : ldc
http://www.liberation.fr/culture/01012348459-l-inquietante-maison-de-l-histoire-de-france

« La question qui se pose est celle d’un marché de dupes entre les professionnels réunis dans le comité (présidé par Jean-Pierre Rioux) et les responsables qui, au ministère, à l’Elysée et dans l’association de préfiguration, mènent une politique du fait accompli et du passage en force… les experts sont démunis devant les instrumentalisations de la belle idée d’un musée d’histoire de France, à commencer par la soumission aux calendriers électoraux

Rapporté à ces contextes, l’avant-projet scientifique confirme les inquiétudes initiales sur les risques d’opération politicienne, de brutalité administrative et d’indifférence à la complexité » de l'histoire scientifique .

La tribune mentionne un avant-projet rendu le 16 juin.
Celui-ci peut être téléchargé et commenté (75 pages) :
http://www.maison-histoire.fr/avant-projet_MHF_francais.pdf

Faire parvenir votre contribution par voie électronique, à l’adresse concertation@maison-histoire.fr

«  Le site Internet de préfiguration de la MHF sera mis en ligne en septembre 2011 ».
http://www.maison-histoire.fr/
http://www.culture.gouv.fr/mcc/Actualites/Dossiers/La-Maison-de-l-histoire-de-France


Sommaire de l'avant-projet :

I. UNE MAISON COMMUNE

II. DES APPROCHES DU PASSÉ RENOUVELÉES
Durées et filiations
Homme et nature
Faits religieux, politiques symboliques
Entreprises, guerres, colonies
L’histoire des arts, des oeuvres et des créations
Images et sons

III. ACCUEILLIR TOUS LES PUBLICS

De « musée » à « maison »
Des conditions de l’accueil
Quatre publics à fidéliser

IV. UNE OFFRE NUMÉRIQUE AMBITIEUSE

Un site de préfiguration en septembre 2011
Un portail dans le courant de 2012

V. UNE GALERIE DES TEMPS

Pourquoi une galerie des temps ?
La dorsale des temps et des espaces
Les moments : des « arrêts sur histoire »
Documents, objets etc. : que verra-t-on dans la galerie ?

VI. DES EXPOSITIONS ET AUTRES RENCONTRES

L’exposition temporaire de questions d’histoire
Des rencontres multiformes

VII. UNE OUVERTURE A L’EUROPE ET AU MONDE

Nécessairement européenne
Dans l’action culturelle extérieure
La mise en synergie

VIII. UNE VALORISATION DE LA RECHERCHE

IX. UN RÉSEAU DE PARTENAIRES

Les « partenaires premiers »
Les grandes institutions de référence
Les « mille lieux d’histoire et de mémoire »
Les liens européens et internationaux

X. UNE EXPOSITION DE PRÉFIGURATION

XI. DES AVANCÉES NÉCESSAIRES

mhf-avt-propos

source : 
http://www.maison-histoire.fr/


Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,