08 février 2015

Presse locale et devoir de mémoire

 

1945-ml-granville

« Pendant 40 ans, je n'ai pas pu en parler » - LML 31.01.2015
http://clioweb.free.fr/presse/1temp/1945-ml-granville.jpg


Plusieurs raisons pour mentionner cette page de la presse locale.

- L'omniprésence du discours sur le devoir de mémoire, sur les mémoires
avec l'écart habituel entre le 27 janvier (l'holocauste, le génocide, depuis 2002 en Europe)
et le dernier dimanche d'avril (la mémoire de la déportation, depuis 1954).
Pour ne rien dire de la postérité du 8 mai ou du 9 mai.

Le message essentiel, pour un journaliste qui travaille sur le vécu immédiat :
Le devoir de mémoire - « Ne pas oublier »
« Les témoignages touchent ».
« Le témoignage est authentique »
« Le témoignage vivant est plus porteur ».
« J'aurais aimé avoir plus de témoignages »
« Le témoignage nous permet de nous rendre compte ».


- « L'ouvrage est un texte ».
La critique est surprenante dans un titre de la presse écrite.
Ne pourrait-on plus lire Primo Levi ? Robert Antelme ? les historiens de la 2 GM ?

Dans cette pleine page, les photos (en couleur) occupent environ la moitié de l'espace
(deux grandes d'environ 15*10 et cinq petites pour l'enseignant et ses élèves).
L'info ne semble avoir d'intérêt que si elle peut être associée à un visage
(à la manière des micro-trottoirs de la TV).

Le texte doit être simple. Il peut même être répétitif (« Le témoignage »).

- 1997-1998 - « Les femmes dans la Résistance et la Déportation » - cercleshoah.org
Michèle Agniel témoigne pour le Cercle d'étude, tout comme Anise Postel-Vinay, également résistante et déportée au camp de Ravensbrück
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article414
http://clioweb.free.fr/camps/mullier.htm


agniel

L'article de Ouest-France 27.01.2015
http://www.granville-info.fr/une-rescapee-des-camps-rencontre-les-lyceens/



- Les déportés, témoins ou professeurs d’histoire ?
Annette Wieviorka, INA entretien 2006 chapitre 46
http://clioweb.canalblog.com/archives/2010/04/07/17491914.html

« Quand on fait venir Stéphane Hessel dans sa classe, on est honoré par sa présence... Mais je pense que cela ne remplace pas un cours d'histoire. Le vrai problème, c'est que si les enseignants ont une petite paresse à aborder cette question, ou une petite frayeur à l'aborder, et qu'ils se défaussent sur le témoignage du déporté, ils ne font pas face à ce qui est leur travail, qui est quand même de donner un cours d'histoire à des élèves. Et un ancien déporté ne peut pas donner un cours d'histoire ».

Question de vocabulaire : les résistants déportés ne sont pas seulement des « témoins ». Ce sont avant tout des démocrates et des « acteurs » de la lutte contre la barbarie nazie. Tous n'ont pas survécu à l’enfer planifié par les nazis. Mais ils sont tous beaucoup plus que de simples témoins.

- 3 questions :
. Que pourra écrire un journaliste sur l'histoire de la déportation dans 20 ans ?

. Pourquoi Michèle Agniel a-t-elle été arrêtée et déportée à Ravensbrück ?
La journaliste mentionne Himmler, le IIIe Reich, les SS, Auschwitz-Birkenau «l'usine de mort ».

Hitler, l'Allemagne hitlérienne, la désolation semée en Europe ?
Connais pas.
L'histoire scolaire ?
« Les questions historiques amènent naturellement au devoir de mémoire ».
Les manuels ? [Les ouvrages des historiens ??]
Mais « c'est du texte... » ! [comme une partie des journaux ?]

La meilleure garantie contre l'oubli, n'est-ce pas de Faire de l'histoire
et de l'Enseigner en donnant le temps et les moyens de le faire ?

. Le souvenir de la lutte contre le nazisme est absolument essentiel.
Mais est-ce la seule antidote pour combattre efficacement toutes les formes de barbarie et d'inhumanité ?

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


27 janvier 2015

La TV, les mémoires et l'histoire

 

« Climat de terreur à l’école de Sainte-Frousse.
Un individu aurait été remarqué en train de faire quelque chose juste devant le portail.
L’alerte a été donnée aujourd’hui vers 13h... »
https://edukactus.wordpress.com/2015/01/26/psychose-quelquun-aurait-ete-vu-en-train-de-faire-quelque-chose-devant-lecole/

Voilà une excellente parodie de la médiatisation de toute rumeur.
Et du fonctionnement de la TV actuelle : faire du faits divers à partir d'un accident ou d'une catastrophe, filmer un envoyé spécial du vide pour attester que la TV s'est déplacée (avant le ministre compatissant), faire venir des voisins devant la caméra pour dire qu'ils n'ont rien vu, mais que cela les révolte, déplacer les élus pour certifier qu'ils n'y sont pour rien, mais qu'une cellule d'aide psy va être mise en place...


Cette TV, publique ou commerciale, applique la même recette à l'histoire, - pardon à la mémoire et à l'agenda des commémorations -.
La TV doit se déplacer (aujourd'hui, être à Birkenau), filmer rapidement mais en direct quelques paroles d'un témoin (en se désolant du fait que dans dix ans cela ne sera plus possible), ne pas oublier de demander à la lycéenne (blonde de préférence) son ressenti du jour. Et ne pas négliger le couplet sur tous ceux qui refusent d'apprendre cette histoire mémoire.

Hier soir, sur BFM-TV, le déporté avait un défaut : il ne voulait pas prendre le rythme de la chaîne, la phrase ciselée pour parler comme l'animateur TV en 16 secondes. Et ce matin, sur France 2, Marceline Loridan-Ivens n'était plus que Marceline.. c'est plus familier et plus court.
La lire ou l'écouter plutôt dans A Voix Nue (avril 2012) : http://clioweb.canalblog.com/tag/loridan


Dans cette TV de l'instantané, pas le temps de lire, pas question d'inviter un historien,
pas question de s'interroger, de prendre le temps d'analyser et d'expliquer un processus.
Tout juste de diffuser des documentaires colorisés pour faire commerce de l'émotion.

Ensuite, il sera toujours possible de se lamenter sur les lacunes des lycéens en histoire...

 

A comparer avec le travail d'histoire fait par la presse écrite,
par exemple dans le dossier mis en ligne par Libération :
http://www.liberation.fr/auschwitz,100487

Annette Wieviorka : «Auschwitz est une métonymie pour tout, mais quel tout ?»
«Dans les camps, les différences sociales séparaient la vie de la mort»
Ces mots cachés arrachés au néant

2005 : Auschwitz, la mort industrielle
2005 Sylvie Lindeperg : «L'assassinat dans la chambre à gaz, hors champ terrible»

Au Lutetia, le silence des survivants

Henri Borlant : «Si je suis resté vivant…»
Addy Fuchs : : «Je veux que vous sachiez»

Israël et la Shoah, un lien quasi ombilical
Mémoire de l’Holocauste : un pavé dans la mare munichoise

.

 

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Auschwitz, dossier Libération

 

 

camps-nazis

Les camps nazis, manuel de Terminale, Belin 1983
http://clioweb.free.fr/camps/cartescamps.htm



Dossier Auschwitz, Libération 27.01.2015
http://www.liberation.fr/auschwitz,100487

2005 : Auschwitz, la mort industrielle
2005 Sylvie Lindeperg : « L'assassinat dans la chambre à gaz, hors champ terrible »

Annette Wieviorka :
- «Auschwitz est une métonymie pour tout, mais quel tout ?»
L'historienne décrypte le cheminement de la mémoire de la déportation qui a, en 70 ans, fait du camp le symbole de la Shoah

- «Dans les camps, les différences sociales séparaient la vie de la mort»

- Ces mots cachés arrachés au néant

- Au Lutétia, le silence des survivants

- Henri Borlant : «Si je suis resté vivant…»
- Addy Fuchs : : «Je veux que vous sachiez»

- Israël et la Shoah, un lien quasi ombilical
- Mémoire de l’Holocauste : un pavé dans la mare munichoise


auschwitz-monument

Auschwitz 2001 : le choc des mémoires concurrentes.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 janvier 2015

27 janvier, Holocaust dossier LM


Dans Le Monde, un dossier en ligne (abonnés)
http://www.lemonde.fr/archives/timeline.html

(aucune certitude sur les adresses ci-dessous)

1945 - Au pays de l'horreur, les camps de la mort - Le Monde 21.01.2014
18 minutes d'images tournées en 1945 par les correspondants de guerre,
http://www.lemonde.fr/archives/temps_fort/2014/01/20/liberation-du-camp-auschwitz_4348799_1819218_4351805.html

1945 - Revenir de l'enfer, Rémy Roure, Le Monde - 21.04.1945
Journaliste au Temps " puis au Monde, il a été déporté à Auschwitz.
A son retour, il est confronté à la difficulté de transmettre ce qu'il a vécu et à l'impossibilité d'en faire une description fidèle.
http://www.lemonde.fr/archives/temps_fort/2014/01/20/liberation-du-camp-auschwitz_4348799_1819218_4348836.html

1965 - Les troupes soviétiques libéraient le camp de concentration d'Auschwitz - Le Monde  27.01.1965
Macha Speter-Ravine, déportée, raconte l'ambiance dans le camp pendant les quelques jours séparant le départ des SS et l'arrivée de l'Armée rouge qui viendra les libérer.
http://www.lemonde.fr/archives/temps_fort/2014/01/20/liberation-du-camp-auschwitz_4348799_1819218_4351244.html

2005 - Simone Veil : Nous ne pouvions pas imaginer - Le Monde 29.01.2005
Elle n'avait pas 17 ans quand elle a été déportée à Auschwitz.
Elle est devenue une des porte-paroles de la mémoire de la Shoah.
http://www.lemonde.fr/archives/temps_fort/2014/01/20/liberation-du-camp-auschwitz_4348799_1819218_4351314.html

2014 - Sur la Shoah, les historiens établissent la matérialité des faits - Le Monde 16.01.2014
http://www.lemonde.fr/archives/temps_fort/2014/01/20/liberation-du-camp-auschwitz_4348799_1819218.html
nombre des morts par pays : http://d-d.natanson.pagesperso-orange.fr/carte_victimes.jpg
wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Shoah#Les_victimes_par_pays
.


.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 novembre 2014

Algérie 1954-2014

 

- Une colonisation féroce, JP Rioux, Le Monde 30.06.2002
http://www.lemonde.fr/archives/article/2002/06/30/une-colonisation-feroce_3148510_1819218.html

« En 1954, la réalité des faits a tout balayé et a préparé un temps de sang et de larmes. Près d'un million d'Européens croisent alors en Algérie près de neuf millions de musulmans, avec des taux de natalité respectifs de 19 et 45 pour mille, et un taux de mortalité infantile affreusement échelonnée de 46 pour mille chez les premiers contre 181 pour les seconds : la démographie comparée a ruiné la colonisation dite " de peuplement " et déjà transféré la misère des campagnes algériennes vers les bidonvilles. Tous les enfants d'Européens sont scolarisés dans le primaire mais seul un petit Algérien sur cinq va à l'école et peut profiter de la "civilisation" française. Le salaire journalier moyen dans l'agriculture est de 1 000 francs pour le roumi et 380 pour l'indigène. Le statut politique assez neuf de 1947 n'a jamais été appliqué et les élections sont plus que jamais truquées, ce qui désespère la maigre élite politique algérienne décidée à faire encore un bout de chemin avec la France infidèle. La tradition de violence ruineuse a eu mieux qu'un sursaut avec la terrible répression militaire de l'insurrection du Nord-Constantinois après le 8 mai 1945 ».
« ...L'impuissance coloniale a ainsi conduit une Algérie schizophrénique au bord de l'explosion ».


- Guerre d’Algérie, de la mémoire à l’Histoire, Le Monde 30.10.2014
http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/10/30/guerre-d-algerie-de-la-memoire-a-l-histoire_4515586_3246.html

- « Aujourd'hui, les mythes sont remis en cause » - Le Monde 30.10.2014
Entretien avec l'historien Mohammed Harbi, ex-cadre FLN durant la guerre, le manichéisme historique n'a plus cours

« Dans la presse algérienne, à travers le déballage d'affaires de corruption, de détournements de fonds, de malversations diverses, ce sont tous les mythes développés par les nationalistes qui sont remis en cause. L'attitude mafieuse de certains dirigeants est dénoncée publiquement. On ose évoquer les assassinats et les règlements de comptes du passé (la mort d'Abane Ramdane, par exemple), les purges au sein du FLN, les massacres (comme celui de Melouza). La presse, mais aussi des historiens, comme Anouar Benmalek ou Salah Mekacher, participent à cet éveil des consciences ».
« la révolution algérienne a rempli sa mission, celle de débarrasser le pays d'une domination étrangère. Elle l'en a débarrassé, mais elle l'a remplacée aussitôt par une autre domination, celle des nationaux ».


Egalement dans ce dossier du Monde 30.10.2014
- Sortir du déni et du mensonge
- « Notre idéal a changé de route en  1962 »
- En France, la génération des petits-enfants enfin décomplexée
Les 17-30 ans assument leur double appartenance et leur histoire tout en se sentant désormais étrangers " là-bas ", en Algérie

 .

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,



25 juin 2014

Après le 6 juin 2014

 

Dans un communiqué sur le bilan logistique et humain des commémorations du 70ème anniversaire, la préfecture se félicite du succès des 22 cérémonies officielles et de l'affluence record (800 000 personnes du 5 au 8 juin dans le Calvados). http://normandie.canalblog.com/archives/2014/06/09/30039038.html

Autour du 6 juin, plus d'un millier de cérémonies locales ont eu lieu dans l'ensemble de la région
en présence de vétérans américains (4 à Vire en 2014, 81 en 2004) (ou anglais).
Elles ont prolongé ce qui a déjà été fait en 1994 ou en 2004.
Elles ont permis des retrouvailles ou de nouvelles rencontres.

Elles ont attiré à nouveau l'attention sur l'histoire de la seconde guerre mondiale. La presse locale a publié à nouveau beaucoup de récits et de témoignages. En oubliant souvent qu'elle avait fait de même en 2004, en 1994 ...
http://clioweb.canalblog.com/tag/photosnormandie

Dans les cérémonies internationales conçues pour les médias globalisés, l'histoire n'a pas la priorité.
La TV en continu s'est délectée de l'arrivée des têtes couronnées au château de Bénouville. Les magazines en couleur ont exploité le vert de la reine Elizabeth ou le jaune  de Maxima.
L'histoire bataille se porte aussi bien que les défilés en costumes. Plus de 200 ouvrages sont publiés cette année. L'histoire de l'humanité se limiterait-elle à celle d'une supposée culture de guerre ? N'existerait-il pas d'histoire possible en dehors de celle des témoins (des acteurs ?) des conflits meurtriers ?
Les mémoires submergent le reste. « Nous ne vous oublierons pas ». L'injonction au souvenir est vraiment excessive. Le supposé devoir de mémoire se comprend sur le plan familial ou national. Mais c'est oublier que la meilleure réponse à cette préoccupation, c'est encore de faire une histoire rigoureuse à hauteur d'homme.


Le Nouvel Obs a cherché « les 5 phrases qui resteront dans l'histoire »,
. L'hommage aux civils
. « La France n'oubliera jamais ce qu'elle doit aux Etats-Unis »
. « Omaha Beach. La Normandie. C'était la tête de pont de la démocratie »
. « Le sort de l'humanité s'est joué le 6 juin 44 »
. En Ukraine, « cesser au plus vite de l'effusion de sang ».
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140606.OBS9781/d-day-les-5-phrases-du-jour-qui-resteront-dans-l-histoire.html
L'hommage aux victimes civiles a parfois été présenté comme une nouveauté. Il a existé de telles cérémonies dès 1945 en Normandie. Et dès juin 1954, René Coty, le Havrais leur rendait un hommage national
Dans cette histoire que le magazine voudrait voir écrite par les médias, le DDay est seul mis en avant, comme si le front russe n'avait pas joué un rôle déterminant, comme si la lutte contre le Japon militariste n'avait pas existé dans le Pacifique.


Lors du colloque Le Débarquement, de l'événement à l'épopée, plusieurs intervenants ont rappelé que le cinéma (Le jour le plus long, Ryan) avait plus de poids que les historiens dans la fabrique de l'imaginaire (cf le para de Ste-Mère-Eglise).
http://clioweb.canalblog.com/tag/debarquement
Les musées et mémoriaux se situent à proximité du littoral, en liaison avec le dday.
L'histoire de la bataille de Normandie, longue et meurtrière, attire beaucoup moins les touristes.


« 70 ans plus tard, quel est l’héritage de l’Opération Overlord en termes de liberté (et ...de solidarité) ? »
Les patrons n'ont pas oublié de tirer leur épingle du jeu et de vanter l’Alliance Transatlantique économique.
http://freedomsolidarityforum.amchamfrance.org/programme/
http://www.racailles.info/2014/06/le-70eme-anniversaire-du-debarquement.html

Sur la TV en continu, les chroniqueurs patronaux n'ont pas manqué de chiffrer le coût de ces cérémonies et de se désoler d'une exploitation mercantile trop peu rentable selon eux.

Enfin, L'Est Républicain qui sait repérer l'essentiel dans l'actualité a titré le 09.06.2014 :
Un vétéran de 92 ans victime d’un vol le jour de l’anniversaire du Débarquement
http://www.estrepublicain.fr/guerre-et-conflit/d-day
Tags :Défense/Armée/Montbéliard/A la Une/A la Une Franche-Comté/Diaporama/D-Day

..

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

02 février 2014

L'Ecole et la Shoah

 

L'école en fait-elle trop sur la Shoah ? Le Monde, 31.01.2014
http://www.lemonde.fr/education/article/2014/01/31/entre-histoire-et-morale-le-malaise-des-eleves-face-a-la-shoah_4357782_1473685.html

« On a fait de ce sujet d'histoire un objet prioritaire d'enseignement » estime Christophe Tarricone, agrégé et formateur au Mémorial de la Shoah. Il est mieux traité par exemple que les questions politiques comme la Ve République. « Outre les cours d'histoire, les élèves peuvent aussi aborder la Shoah sous l'angle mémoriel en classe de terminale ES et L, en français, et pourquoi pas en arts plastiques, en musique… Cela peut sans doute donner à certains un sentiment de déjà-vu ».

Pour Benoit Falaize, « L'histoire du génocide des juifs est abordée à trois moments de la scolarité - en troisième, en première et/ou en terminale depuis les années 1980, en CM2 depuis 2002 - et cela peut sans doute donner à certains l'impression d'une récurrence, mais c'est aussi le cas de l'enseignement de la Révolution, des deux guerres mondiales, des sujets symboliques de l'histoire nationale ».

« L'objet historique est omniprésent dans la société, explique l'historien Tal Bruttmann,il se trouve mémorialisé, médiatisé, politisé et in fine sacralisé. Et quoi de plus subversif, pour un jeune, que de s'attaquer à ce que les adultes considèrent comme sacré ? »

« Sur le terrain, tous en conviennent : le meilleur rempart contre les débordements reste la connaissance exacte des faits historiques. En somme, le bon cours ».

PS : En visite en Israël, jeudi 30 janvier, Vincent Peillon a déclaré vouloir « faire davantage » pour lutter contre l'antisémitisme.

.

Posté par clioweb à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 novembre 2012

Yerushalmi, l'histoire et les mémoires

 

Les lundis de l'histoire 12.11.2012 s'intéressent au rôle de l'historien Yosef Hayim Yerushalmi
http://www.franceculture.fr/emission-les-lundis-de-l-histoire

Sylvie Anne Goldberg a publié
Transmettre l'histoire juive (entretiens)
L'histoire et la mémoire de l'histoire. Hommage à Yosef Hayim Yerushalmi

L'émission évoque 4 ouvrages de Yerushalmi :
. Zakhor (Souviens-toi), Histoire juive et mémoire juive - 1984
. De la cour d'Espagne au ghetto italien. Isaac Cardoso et le marranisme au 17e siècle - 1987
. Serviteurs des rois et non serviteurs des serviteurs - 2011
(la quête de l'alliance royale, de la protection par des souverains dont l'action est idéalisée)
. Le Moïse de Freud, Judaïsme terminable et interminable - 1993
(cité par Annette Wieviorka lors de la table ronde avec Pierre Laborie)


Les juifs ont créé une religion complétement historique. Pourquoi faut-il attendre le début du XIXe pour voir apparaitre des historiens juifs écrivant une histoire généraliste et critique ? La ritualisation d'une mémoire de groupe (et la valorisation d'une tradition fondée sur la répétition) a sans doute empêché l'apparition d'une histoire critique.

Roger Chartier cite Paul Ricoeur : « Zakhor (Souviens-toi) a la vertu de donner accès à un problème universel à la faveur de l'exception que constitue la singularité de l'existence juive ».

http://en.wikipedia.org/wiki/Yosef_Hayim_Yerushalmi
http://fr.wikipedia.org/wiki/Yosef_Hayim_Yerushalmi

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

11 novembre 2012

2GM : L'historien et LES mémoires

 

plaw2

Pierre Laborie, Annette Wieviorka, Fraçois Rouquet


Histoire et mémoire : le noeud gordien des historiens
.

Parmi les débats organisés pour la première édition des Mémoriales, un échange entre Pierre Laborie et Annette Wieviorka sur l'attitude de l'historien face aux mémoires.


Audio artisanal en 2 fichiers des 46 premières minutes :
http://dl.free.fr/e29pcwxLr
http://dl.free.fr/enh6WvdgP


Pour Pierre Laborie, il faut en finir avec l'imposture de LA mémoire.
Il insiste très fortement sur le pluriel : LES mémoires.
A côté de la mémoire dominante (qui tend à devenir hégémonique, surtout quand les simplifications scolaires s'n mêlent, d'autres mémoires continuent leur chemin, et jouent souvent un rôle de contre-mémoires.
(cf dans les années 1950, supposées celle d'une "mémoire héroïcisée" le lien des "hussards" avec Paul Morand, et leur regard peu favorable à la Résistance ).

L'écouter sur la pluralité des films produits après 1946 et sur "la fin du futur" (le Père tranquille)

L'ancien étudiant de Godechot et de R Trempé milite en faveur d'une histoire comme examen critique du passé, très attentive au sens des mots utilisés et aux connotations qu'ils portent (épuration "sauvage", "guerre civile")


AW cite de Certeau :  l'histoire vise à séparer les morts des vivants,
à éviter que les morts ne soient des fantômes qui hantent l'existence des vivants.

Selon elle, une mémoire ne peut se développer qu'à partir d'éléments déjà existants.
Le Mémorial de la Shoah fait tout pour oublier ses origines. Pourtant, il ne peut exister qu'après le CDJC et la conviction d'Isaac Schneersohn : le rite est plus fort que la chronique (d'où le tombeau du martyr juif inconnu).
http://www.fndirp.asso.fr/CDJC-memorialmartyrjuif.htm

Le chagrin et la pitié a occupé bcp de place dans la table ronde.
Pour les 2 historiens, il faut s'écarter de la cinéphilie,
et s'intéresser avant tout à la réception d'un film,
qui peut être différente des intentions affichées par le réalisateur.

Rappel du rôle du feuilleton TV Holocaust (1978 aux USA, 79 en Fr),
venant après Roots pour les Afro-américains (77 aux USA, 78 en Fr.

AW a cité Yosef Hayim Yerushalmi (Le Moïse de Freud).
Elle a contesté avec vigueur "Le mythe du grand silence", l'ouvrage récent de François Azouvi (Fayard)

Vision pessimiste des deux historiens en fin de table ronde :
Longtemps, l'université a été le lieu légitime d'écriture de l'histoire,
l'histoire enseignée à l'école et dans le secondaire lui servant de relais.
Aujourd'hui, via les documentaires et les fictions,
les médias occupent une place croissante.
Parfois au mépris du travail des historiens
(cf Colette Beaune face à Jeanne d'Arc échappant au bucher... :-) - http://clio.revues.org/9504
La caution donnée par le MEN à certaines productions mériterait aussi un vrai débat
(cf France 2 inventant ""L'Evasion"" (sic) de Louis XVI).



Laborie (Pierre), Le chagrin et le venin. La France sous l’Occupation, Mémoire et idées reçues, Paris, Bayard, 2011, 355 pages, 21 € - CR par Cécile Vast.
http://aphgcaen.free.fr/chronique/415/Laborie-Vast.pdf

Annette Wieviorka, L'heure d'exactitude - La Fabrique du 09.12.2011 (vers la 39e minute)
http://clioweb.canalblog.com/tag/exactitude


François Azouvi, Le mythe du grand silence, Fayard
La France a-t-elle eu la mémoire qui flanche ? Henry Rousso, Marianne 09.11.2012
http://www.marianne.net/La-France-a-t-elle-eu-la-memoire-qui-flanche.html


.
Les rapports entre l'histoire et les mémoires ont également été abordés lors de la journée du lundi :

mm-1211b

J-C. Monod, P. Nora, E. Laurentin, L. Wirth, C. Bouton

mm-1211a



.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

04 juillet 2012

Algérie, histoire et mémoires

 

L'Algérie et la guerre d'indépendance dans les futurs programmes 2013 :

L’Algérie fête le cinquantenaire de son indépendance.
Dans les futurs programmes 2013, cette histoire figure dans les « ressources » diffusées par le site Eduscol : c’est un support d’étude suggéré en Troisième (III.2 - Des colonies aux États nouvellement indépendants).
http://eduscol.education.fr/pid23208-cid60611/ressources-pour-la-classe-de-troisieme.html
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/college/40/7/08Hist_coll_3_III_th2_coloniesVF_219407.pdf


L’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie, c’est une des études possibles en Terminale ES-L dans le chapitre Les rapports des sociétés à leur passé. (FLN, OAS, cadres militaires français, harkis, anti-colonialistes, immigrants
http://eduscol.education.fr/cid59932/ressources-pour-la-classe-terminale-des-series-es-et-l.html

Face à la concurrence des mémoires divergentes, la volonté de distanciation des historiens n'est pas aisée. Elle implique d'établir les faits (occultés), de les mettre en relation avec les contextes qui les ont produits, de souligner la complexité des situations...
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/lycee/41/0/LyceeGT_Ressources_Hist_02_Th1_Q2_memoires_213410.pdf


Benjamin Stora :
« J’ai longtemps cru que, par le récit d’histoire, on allait empêcher les saignements de la mémoire ; qu’en écrivant l’histoire à deux, ensemble, on dépasserait le stade des mémoires blessées, conflictuelles, se réfugiant les unes contre les autres. Or, ce travail d’histoire est mené par les historiens français et algériens, ensemble, depuis longtemps. Des livres sont déjà parus, ont été diffusés… et cela n’a pas changé grand-chose ».
http://tinyurl.com/stora-2011-refusdudeuil

L'adresse originelle n'est pas un modèle de concision :
http://www.univ-paris13.fr/benjaminstora/articlesrecents/269-guerre-dalgerie-entre-enfermement-et-refus-du-deuil-par-benjamin-stora-intervention-au-colloque-l-langage-violence-r-organise-par-lassociation-primo-levi-17-juin-2011-


La bibliographie est considérable.
Il faut y ajouter les catalogues de deux expositions récentes :
. Algérie 1830-1962. Avec Jacques Ferrandez (au musée de l'armée).
. Engagements et déchirements, les intellectuels et la guerre d'Algérie. L'IMEC s'intéresse à la bataille précoce et intense des idées.

Lors d'une conférence, Anne Simonin a présenté " Le Droit de désobéissance - Les Éditions de Minuit en guerre d'Algérie ". L'ouvrage peut être téléchargé gratuitement en pdf . Selon elle, au lendemain de la 2 GM, le combat des Éditions de Minuit a aidé à donner une légitimité à tous ceux qui combattaient la guerre au nom d'une " certaine idée de la France ".

Pour une histoire critique et citoyenne - Le cas de l'histoire franco-algérienne.
En 2006, un colloque a eu lieu à l'ENS-LSH.
Les actes ont été publiés, et des vidéos sont encore en ligne.
http://ens-web3.ens-lsh.fr/colloques/france-algerie/


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,



  1  2