27 mars 2017

La classe inversée, liens

 

 

Liens autour de la classe inversée :

- Dufour, Héloïse. « La classe inversée ». Technologie, sept-oct 2014, n° 193, p. 44-47
http://bit.ly/2npJJY2

Inversons la classe - une association présidée par HD
http://www.laclasseinversee.com/semaine-de-la-classe-inversee-clise/
http://www.classeinversee.com/
dans un  moteur taper : "Héloise Dufour + inversons la classe"


- « Classes inversées : analyses et débats »
Plan national de formation, Cenon (près de Bordeaux) 14-15.10.2015
programme en pdf et vidéos
http://direct.eduscol.education.fr/eps/actualites/plan-de-formation-au-numerique
dont
Héloïse Dufour, présidente de l'association « Inversons la classe »
Olivier Quinet, professeur d'HG en collège en 2015, en lycée depuis.

La biblio fournie lors du PNF : http://bit.ly/2o6yKkD

Dans ce PNF, écouter aussi un excellent André Tricot.
Il remet bcp d'innovations en contexte.


- en SES, le site académiquede Versailles,
http://www.ses.ac-versailles.fr/cours_inverse/cours_inverse_presente.html
1 site spécifique et un travail préparé par les collègues de SES en 2015
http://inverseco.weebly.com/
un article des Cahiers péda, Nicolas Olivier, Christophe Viscogliosi 21.11.2014
http://www.cahiers-pedagogiques.com/Pedagogie-inversee-en-SES

 

- Meirieu : Du bon usage des « innovations » Le Café péda 19.09.2014
à propos d'un dossier « Éduquer au XXIème » dans Sciences humaines 263
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/09/19092014Article635467071520753195.aspx

Explorer les dossiers du Café pédagogique
http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/lesdossiers.aspx
http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/2015/2015_Classeinversee.aspx

- Les leurres ?
http://clioweb.canalblog.com/archives/2016/02/18/33389329.html

Les résultats incertains d'une pédagogie miracle Le Figaro 06.02.2017
http://bit.ly/2npD7ZZ


Pour Freinet, L'école buissonnière, le film de Jean-Paul Le Chanois (1949)
un film incontournable avec Bernard Blier
http://youtu.be/7OnE7tqNJm0
http://clioweb.canalblog.com/tag/buissonniere

un site officiel, à interroger pour repérer des collègues près de chez vous
http://www.icem-pedagogie-freinet.org/
Amis
http://www.amisdefreinet.org/
une structure internationale :
http://www.fimem-freinet.org/

 

.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


27 novembre 2016

Fillon et les pédagogues prétentieux

 

- François Fillon prétend vouloir « bouter les pédagogues prétentieux » hors de l’Éducation nationale.

Face à ce joli coup politique,
Philippe Meirieu évoque « une sottise d’une terrible prétention ».
Il voit dans la formule une méconnaissance du métier d’enseignant,
et un affrontement entre deux conceptions opposées de l'Ecole.

d'un côté une école du dressage, de l’entre-soi, au service de l’individualisme et du consumérisme.
Dans les médias, cela fournit les sujets habituels sur le port de l’uniforme, la baisse de l’orthographe, l'insécurité...

de l'autre, la confiance dans la mission sociale de l’Ecole,
la volonté d’éveiller à la coopération et à la solidarité.

La pédagogie aide à repérer les meilleures conditions possibles
pour mettre le savoir à la portée de ceux qui apprennent.
Dans cette éducation de la raison, Meirieu mentionne d’illustres prédécesseurs :
Pestalozzi, Itard, Decroly, Emilia Ferreiro, Vygotski


Philippe Meirieu : « Modestes remarques sur le rôle des « pédagogues prétentieux » - Le Café pédagogique 25.11.2016
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/11/25112016Article636156526083470927.aspx



.

..

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 octobre 2016

Meirieu : victoire à la Pyrrhus ?

 

« Philippe Meirieu : La victoire à la Pyrrhus des « anti-pédagos »…Le Café pédagogique, 21.10.2016
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/10/21102016Article636126294989227218.aspx


extraits :
« Chez les « intellectuels » comme dans les médias, à droite comme à gauche, [on accuse les pédagogues] d’être les « assassins »… de l’Ecole, des savoirs, de la culture, et même de la France ! Le procédé n’est pas spécifique au champ éducatif : il participe du populisme ambiant... »

« Que reproche-t-on aux pédagogues ? D’être entêtés. Oui, ils le sont : ils ne se résignent jamais à l’échec et à l’exclusion. D’évoluer. Oui, bien sûr : comme tous les chercheurs, ils avancent progressivement et ne prétendent jamais - heureusement - détenir des solutions définitives… On les considère aussi, tout à la fois, comme dogmatiques et inconstants. Simplement parce qu’ils sont fermes sur leurs finalités et inventifs sur les modalités ».

« ... La pensée magique (de la droite) ne fonctionne pas. Nous ne sommes pas à « l’école des sorciers »... On peut exalter les valeurs de la République, cela ne dit pas comment les faire vivre au quotidien. On peut « sauter sur son siège comme un cabri » en disant « les savoirs, les savoirs ! », cela ne permet pas de les transmettre miraculeusement... »

« Alors, bien sûr, notre école et notre société seront atteintes, mais la pédagogie, elle, ne mourra pas. Elle se réfugiera, comme elle l’a fait plusieurs fois déjà dans l’histoire, dans des espaces moins visibles... Elle survivra et continuera même à enrichir un patrimoine qui, de Comenius à Itard, de Pestalozzi à Ferrer, de Makarenko à Freinet, constitue un pan essentiel de la culture humaine et nourrit l’espérance de millions d’humains... »


Les autres chroniques de Philippe Meirieu
http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/Meirieu_chroniques.aspx

 

.

Posté par clioweb à 08:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 août 2016

Changer l'Ecole ?

 

A la veille de la rentrée, plusieurs rencontres d'enseignants,
dont celle des Cahiers pédagogiques à Lorient
http://www.cahiers-pedagogiques.com/Apprendre-et-vivre-ensemble-a-l-Ecole

et Ludovia #13 à Ax-les-Thermes
Présence, attention et engagement en classe avec le numérique
http://ludovia.org/2016/programme-general-2016/


Plusieurs tribunes sont publiées dans la presse :

- Mon idée pour changer l'école - Educatank, Maroc 2014
JF Cerisier Faire mentir le poète Raymond Levesque
B. Devauchelle, les maisons de la connaissance
http://www.educatank.org/2016/



- « Réenchanter le monde » Le Monde Festival
http://www.lemonde.fr/festival/

dont
L’école peut sauver la démocratie,
Philippe Meirieu, 6/6 Le Monde 20.08.2016
http://www.lemonde.fr/festival/article/2016/08/20/la-democratie-passe-par-la-pedagogie_4985398_4415198.html

« Comment se faire entendre de celui qui ne veut rien entendre ?
Ou encore : comment faire entendre raison à celui qui n’a pas choisi la raison ?

La démocratie est assignée à faire de l’éducation sa priorité ... Il faudra y penser en cette rentrée. Pour que nos enfants apprennent patiemment la vertu du débat démocratique. Et pour que les croyances haineuses et les réactions identitaires ne viennent pas balayer tout espoir. A l’école comme ailleurs » .


- rappel :
« Pour le symbolique, nous n’avons pas grand chose en magasin… »
   Philippe Meirieu, Chronique Le Café pédagogique 18.03.2016,
http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/Meirieu_chroniques.aspx

 

.

Posté par clioweb à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 août 2016

Meirieu : Qu'avons-nous à offrir ?

 

« Pour le symbolique, nous n’avons pas grand chose en magasin… »
Philippe Meirieu, Chronique Le Café pédagogique 18 mars 2016,
http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/Meirieu_chroniques.aspx


extraits :
« Notre responsabilité collective de citoyens est, ici, terriblement engagée : ... Comment pouvons-nous tolérer une politique de la ville en telle déshérence et une politique sécuritaire qui s’acharne à masquer les symptômes au lieu de s’attaquer aux véritables causes de ce désastre ? »


La raison destituée
« Comment faire entendre raison à celui qui n’a pas choisi la raison ? », se demande, en d’autres termes, Platon au tout début de La République ?
Car, notre école a fonctionné, depuis sa création, avec un implicite qui, de Descartes à Jules Ferry et jusqu’à Victor Hugo, postulait que « le bon sens »,
« l’explication convaincante » et « la démonstration rationnelle », pouvaient – devaient même ! – faire reculer automatiquement l’ignorance, détruire les préjugés, abolir les superstitions... »

« A la place de l’embrigadement mortifère, qu’avons-nous en offrir à ces jeunes ?»

« Face à cet embrigadement - il faut bien l’avouer -, nous n’avons pas grand chose en magasin :
l’idéal de la Nation et de la Patrie n’est guère prisé par ceux dont les parents et grands-parents en furent victimes, d’autant plus que sa récupération par l’extrême droite lui donne une désagréable odeur de moisi… Les grands récits « de gauche » peinent à se remettre du stalinisme et du maoïsme réunis, et la Corée du nord ne fait pas rêver grand monde… Les démocraties occidentales s’enfoncent dans une improvisation gestionnaire qui cache mal leur assujettissement au marché le plus ravageur… L’Europe s’empêtre dans une technocratie aussi pointilleuse qu’incompréhensible, bien loin du projet généreux de Jean Monnet… »

Meirieu, élu écologiste, propose « une conviction fondatrice : l’avenir du commun, c’est celui de notre Terre-mère et la planète en danger ».
Il ajoute : « je me trompe peut-être sur la réponse, mais je ne crois pas avoir tort de poser la question ».


..

Posté par clioweb à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


10 février 2016

Pour que le numérique fasse Ecole

 

Pour que le numérique fasse Ecole
conférence de Philippe Meirieu
38 minutes pour une longue introduction qui évoque entre autres
la querelle des modèles en 1833 : enseignement mutuel ou méthode simultanée.

Oui, le numérique peut faire Ecole, il faut s'y mettre.
"Pour commencer, il faut simplement du courage" V Jankelévitch
http://www.canal-u.tv/video/eduscol/conference_inaugurale_apprendre_avec_le_numerique_pnf_numerique_14_15_octobre_2015.19706

 

- Ecouter/voir plutôt André Tricot,
« Quelles pédagogies pour quels apprentissages à l'ère du numérique ? »

André Tricot est aussi intervenu à Nancy le 13.01.2016
« Innovation de la pédagogie par le numérique, oui mais… »
http://www.youtube.com/watch?v=6i0Ss6ZIJ34


cenon

 

- Apprendre avec le numérique, Cenon 33 14-15 octobre 2015

Les deux jours du PNF avaient un titre moins ambitieux que l'intervention de Philippe Meirieu.
On y parlé classes inversées, moocs et capsules, espaces et temps scolaires...
(en présence de bcp d'inspecteurs).

Le programme en pdf :
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Numerique/20/0/Programme_PNF_14-15_oct-v2_du_8oct15_483200.pdf

les vidéos en ligne
http://www.canal-u.tv/video/eduscol/ouverture_du_pnf_numerique_14_15_octobre_2015.19758



pm8

Philippe Meirieu, conclusion




.

 

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 mai 2015

Meirieu : Ecole et société

 

Sénat : Commission d'enquête sur le fonctionnement du service public de l'éducation, sur la perte de repères républicains que révèle la vie dans les établissements scolaires et sur les difficultés rencontrées par les enseignants dans l'exercice de leur profession
http://www.senat.fr/commission/enquete/fonctionnement_du_service_public_de_leducation.html
http://videos.senat.fr/video/commissions/commEDUC-p1.html


Audition de M. Philippe Meirieu, chercheur en pédagogie, professeur des universités émérite en sciences de l'éducation, 13.04.2013
http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20150413/ce_education.html#toc4

«... vous avez publié plus d'une vingtaine d'ouvrages parmi lesquels je citerai - sans être exhaustive
- L'École et les parents : la grande explication... (2001),
Faire l'école, faire la classe (2004),
ou encore Lettre aux grandes personnes sur les enfants d'aujourd'hui (2009) »..


Philippe Meirieu voit « dix indicateurs pour illustrer le hiatus entre ce qui est demandé à l'École et ce qui est dominant dans notre société :

- L'École se veut un lieu de pensée, de réflexion et de temps long, alors que la société promeut l'immédiateté et la satisfaction sans délai de la pulsion.
- Elle est le lieu de la construction de l'attention alors que nos enfants vivent dans une société qui pratique la surenchère de la sidération ;
- Elle enseigne la justification raisonnée quand les effets spectaculaires font autorité ;
- L'École se veut le lieu de l'appropriation et du transfert alors que nos enfants vivent dans un monde où la répétition mimétique et la création de réflexes conditionnés font la loi à travers la publicité et toutes les formes de propagande ;
- L'École promeut le respect de la compétence quand beaucoup de médias font triompher la dérision ;
- Elle valorise la parole tenue alors que les élèves font l'expérience au quotidien de la désinvolture généralisée ;
- Elle se veut le lieu de la culture désintéressée alors que, partout, règne l'utilitarisme immédiat ;
- Elle enseigne la richesse et la prééminence de la langue écrite structurée quand l'onomatopée et la « période sans scansion ni fin » alternent au quotidien, dynamitant l'unité sémantique de la phrase ;
- L'école se veut le lieu de l'égalité des droits - et, en particulier, du droit de toutes et tous à accéder aux fondamentaux de la citoyenneté - alors que la société ne propose qu'une trompeuse égalité des chances ;
- Enfin, elle est le lieu de la construction possible du collectif dans une société minée par l'individualisme forcené.

Face à cela, il n'est pas étonnant que les enseignants se sentent acculés à des tâches qu'ils jugent impossibles, et pensent même parfois qu'on leur demande de « vider l'océan avec une petite cuillère » ! Ainsi, pour sortir de cette véritable schizophrénie, je développerai devant vous trois idées fortes à partir desquelles je ferai quelques propositions simples ».

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

17 décembre 2014

JulesFerry 3.0 et les 2 progressismes

 

Le rapport Jules Ferry 3.0 publié par le Conseil National du Numérique en octobre parle d'école en réseau, d’innovation, de pédagogie du projet, d'open data. Il propose 40 recommandations déclinées en 8 axes, dont « Enseigner l’informatique, installer la littératie numérique, oser le bac humanités numériques, lancer un plan de recherche, écouter les profs… »
http://www.cnnumerique.fr/education/

Les réactions sont diverses.
A Rennes, Hervé Le Crosnier en a tiré un éloge du « progressisme pédagogique » (formule de Meirieu) : pédagogie de projet, célébration de la trans-disicplinarité (en finir avec les frontières imposées vers 1880), volonté de coopération et de partage des textes (cf. le précédent de l'imprimerie scolaire et le texte libre de C. Freinet).
http://culturedel.info/grcdi/wp-content/uploads/2014/10/JE-GRCDI_Support_H.LeCrosnier.pdf

D'autres réagissent à l'annonce d'un équipement de collégiens en tablettes. 
Le Figaro donne la parole au … SNALC : il faut que l’Etat (et les collectivités) cesse de jeter l’argent par les fenêtres.

A cela s’ajoute la minorité bruyante de ceux qui veulent débrancher l’Ecole et revenir aux fondamentaux (le thème latin et la version latine ?).
Une forme de schizophrénie existe chez les très médiatiques « pourrisseurs du web ».
Profs et lycéens/étudiants utilisent les mêmes outils connectés
(des profs envoient les messages sur les forums par smartphones,
des lycéens continuent en classe, par sms, les conversations amorcées à la récré).
Ne serait-il pas possible de repérer des situations scolaires
où ces outils pourraient avoir leur place aussi dans un travail intellectuel ?


Deux éléments pèsent très lourd dans les discussions autour du numérique à l'Ecole :

- Le poids du statut de celui qui parle est déterminant :
cf. une table ronde au salon Educatice, compte rendu rédigé par B. Devauchelle pour Le Café
. L'IGEN "note que les recommandations proposées dans un rapport de l'IGEN
   sur la filière du numérique avaient trouvé un commencement de mise en œuvre"
. Le délégué général de Cap Digital veut casser les frontières entre l'Ecole et les entreprises
. Le prof d'IUT vante l'informatique enseignée à l'IUT et la jonction forte entre l'entreprise et l'université (sic).
. La chef du MEN met en avant à l'option ISN au lycée et les micro-entreprises en collège.
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/11/28112014Article635527579474316361.aspx

Si tous ces acteurs se coltinaient les vraies questions au lieu de jouer leur rôle institutionnel, le débat avancerait peut-être.

- Les médias dressent un tableau apocalyptique de l’Ecole, et ramènent tout à une opposition binaire (supprimer les notes). Ils donnent l'impression de vouloir alimenter le fond de commerce des déclinistes, ceux qui ont intérêt à tout noircir aujourd'hui pour mieux démolir demain.

Il faudrait questionner des affirmations trop simplistes : ainsi, à lire Stiegler, un prof ne pourrait pas se servir intelligemment du numérique si un docteur n’a pas exploré au préalable la faisabilité ; pour d’autres, un prof ne saurait pas utiliser de manière pertinente internet s’il n’a pas validé son C2i2e.
Que de mépris ! La réalité du travail intellectuel n’est-elle pas beaucoup plus complexe ? Un prof sait faire preuve de souplesse, ne serait-ce que pour affronter à des situations impossibles dues à des choix politiques du MEN ? De plus, quand Allègre a torpillé la formation continue, il a détruit un levier essentiel de tout changement : la rencontre entre professionnels et les échanges sur le métier.

Le numérique (nom commode de l’informatique ou de la bureautique) est dans tous les programmes Chatel en HG.
Sans attention aux effectifs réels des classes ni aux programmes prétentieux à boucler en moins de 9 mois.
Peillon avait fait du numérique un chantier essentiel de sa refondation (avec la morale dite laïque). Pour l’instant, la page d’accueil Eduthèque sert surtout de vitrine aux grandes structures (IGN, CNRS, RMN…). Ne serait-il pas préférable de mettre la pédagogie et la classe au cœur du site web, à partir des vraies questions posées par les profs et les élèves, et témoigner des difficultés et des réalisations sur le terrain ?
Peu importe que cela soit avec un réseau d’ordis anciens, avec des tablettes ou avec des smartphones...


Un dernier mot : dans un compte rendu d’ouvrages de Jean Houssaye, Philippe Meirieu soulignait en septembre l’opposition entre « progressisme pédagogique » et « progressisme administratif ».

« Le « progressisme pédagogique », en effet, s’inscrit dans la tradition revisitée de l’Éducation nouvelle et promeut une transformation des pratiques de classe par la mise en place de situations d’apprentissage associant découverte et formalisation, cours magistraux, expérimentations, recherches documentaires, travaux de groupes, tutorat entre pairs, appropriations individuelles, exposés d’élèves, etc. ; il développe des projets interdisciplinaires et une évaluation fondée plus sur l’aide à la progression de chacun que sur le classement et la sélection »

« Le « progressisme administratif », lui, se pare de toutes les vertus de la modernité…il mobilise la « théorie des organisations », le management et les théories de l’apprentissage qui, comme le behaviorisme, en rendent les résultats facilement observables et quantifiables. Il gère des cohortes d’élèves et des carrières d’enseignants avec pour finalité essentielle « l’efficacité sociale » dans une perspective purement utilitariste … il regarde la pédagogie comme une sorte de « variable parasite »

Meirieu souligne un paradoxe : « les idées pédagogiques nouvelles ont eu un immense impact sur la rhétorique éducative des formateurs et des intellectuels, des journalistes et des politiques eux-mêmes, mais elles sont devenues progressivement lettre morte. Leur succès médiatique est symétrique de leur défaite pratique »
Alors, pourquoi le progressisme administratif l’emporte-t-il ?
« Parce qu’il a pu se couler dans le lit de la pédagogie traditionnelle, la digérer et la renforcer » !

http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2014/09/05092014Article635454973224499978.aspx
http://www.meirieu.com/actualite_8_09.html


.

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

10 décembre 2014

Meirieu : Socle et innovations

 

Philippe Meirieu assure une rubrique régulière dans Le Café pédagogique.
http://www.meirieu.com/actualite_8_09.html

- « Du bon usage des innovations » 19.09.2014
http://www.meirieu.com/ACTUALITE/chro_cafe_peda_2_V2.pdf
A partir de deux exemples cités dans le dossier « Eduquer au XX » (Sciences humaines 263) l’espace de la classe en maternelle, la classe inversée, il questionne la nature de l’innovation. Selon lui, il faut se méfier « des formules magiques et des simplifications colportées par des publicistes peu scrupuleux ».


- Socle commun et pédagogie : ne confondons pas le tableau de bord et le moteur ! 21.11.2014
http://www.meirieu.com/ACTUALITE/cafe_peda_chro_6.pdf
Dans un autre texte, il replace le socle dans la suite des pistes explorées pour lutter contre l’échec scolaire : les « classes spécialisées », le « soutien » et « l’individualisation ».


- Évaluation du socle : « De (gros) progrès, mais peut (encore) mieux faire… » 05.12.2014
http://www.meirieu.com/ACTUALITE/chro_cafe_peda_7.pdf
« La deuxième mouture du socle, publiée en juillet 2014, représente, au regard de cette première tentative, un progrès significatif ».


- CR  Jean Houssaye (U. Rouen), La Pédagogie traditionnelle (Fabert).
Jean Houssaye, Le triangle pédagogique (ESF, août 2014) - 05.09.2014

« Reste la question que pose Houssaye : pourquoi le progressisme administratif l’emporte-t-il sur le progressisme pédagogique ? « Parce qu’il a pu se couler dans le lit de la pédagogie traditionnelle, la digérer et la renforcer » !

Le « progressisme pédagogique », en effet, s’inscrit dans la tradition revisitée de l’Éducation nouvelle et promeut une transformation des pratiques de classe par la mise en place de situations d’apprentissage associant découverte et formalisation, cours magistraux, expérimentations, recherches documentaires, travaux de groupes, tutorat entre pairs, appropriations individuelles, exposés d’élèves, etc. ; il développe des projets interdisciplinaires et une évaluation fondée plus sur l’aide à la progression de chacun que sur le classement et la sélection ; il tient compte du niveau et des intérêts des élèves, non pour les y enfermer, mais pour les conduire, de manière exigeante, vers des objectifs culturels mobilisateurs.
Le « progressisme administratif », lui, se pare de toutes les vertus de la modernité et ne va guère chercher son inspiration dans la tradition pédagogique du début du XXème siècle. Il mobilise la « théorie des organisations », le management et les théories de l’apprentissage qui, comme le behaviorisme, en rendent les résultats facilement observables et quantifiables. Il gère des cohortes d’élèves et des carrières d’enseignants avec pour finalité essentielle « l’efficacité sociale » dans une perspective purement utilitariste : il faut montrer à l’opinion publique et aux enquêteurs internationaux que l’investissement éducatif est rentable. Il faut donc « rationaliser » la gestion de l’institution scolaire. Les « progressistes administratifs » regardent ainsi la pédagogie comme une sorte de « variable parasite » : ils préfèreraient « neutraliser » les facteurs humains aléatoires (qui constituent la relation pédagogique dans son essence même) pour n’avoir qu’à décider de l’usage des « méthodes scientifiquement validées » et à en évaluer tout aussi « scientifiquement » les résultats.
Reste la question que pose Houssaye : pourquoi le progressisme administratif l’emporte-t-il sur le progressisme pédagogique ? « Parce qu’il a pu se couler dans le lit de la pédagogie traditionnelle, la digérer et la renforcer » !
http://www.meirieu.com/ACTUALITE/cafe_peda_chro_1.pdf


- « Où vont les pédagogues ? »
Regards et perspectives à partir des travaux de Philippe Meirieu
journée d'études le 10 janvier 2015 à l'université Lumière-Lyon 2
« dans une posture de l'entre-deux entre cité savante et cité mondaine, l’oeuvre de Meirieu encourt des polémiques, parfois croisées, dont la violence est révélatrice de la valeur de la place ainsi occupée et de la manière singulière dont Meirieu l’occupe  ».
Le pédagogue des pédagogues
La République et la démocratie dans l’école
Le Pédagogue et la meute
La pédagogie est-elle encore d’actualité ?
http://conditionsenseignantes.fr/event/hommage-meirieu/
Aller en bas

 

Posté par clioweb à 07:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 décembre 2014

Socle commun et pédagogie

 

Socle commun et pédagogie, Philippe Meirieu, Le café péda, 21.11.2014 (source : aggior)
http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2014/11/21112014Article635521514572408974.aspx

« Le problème majeur de l’institution scolaire française était l’écart considérable entre « la démocratisation de l’accès » et la « démocratisation de la réussite ».
« Trois pistes vont être principalement explorées pour résorber cet écart : les « classes spécialisées », le « soutien » et « l’individualisation ». Cette dernière n’est pas récente (cf le plan Dalton aux USA en 1905) ; elle a des défauts : on donne l’impression que l’école passe son temps à évaluer les élèves pour voir s’ils ne seraient pas mieux ailleurs, on externalise le traitement des difficultés.
« Le socle est une autre réponse. Dans celui de 2014, « connaissances et compétences ne s’opposent plus mais contribuent, ensemble, à l’appropriation d’une culture commune ; le socle se présente clairement comme la matrice des programmes futurs ; l’élève est pris en compte dans toutes ses dimensions, y compris la maîtrise des émotions et la créativité ». Le socle fixe des objectifs, il ne dit nullement ce qui est susceptible de mobiliser les élèves ».
Meirieu dénonce le risque de prolétarisation des professeurs : « quand les personnes ne sont plus appelées à chercher et à inventer, mais réduites à obéir à des injonctions technocratiques ; quand les enseignants ne sont pas invités à partager la culture qui les fait vivre, mais réduit à cocher des cases et à remplir des tableaux Excel, quand ils ne sont plus en mesure d’utiliser les outils à leur service, mais doivent se mettre au service de ces outils »
Il plaide en faveur d’une « pédagogie du chef d’œuvre »


Le point de vue de J-M Zakhartchouk, 24.11.2014
http://blog.educpros.fr/Jean-Michel-Zakhartchouk/2014/11/24/

Gabriel Kleszewski suggère la lecture des programmes francophones belges
http://enseignement.be/index.php?page=0&navi=296


.

Posté par clioweb à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,