08 janvier 2020

Le management, du nazisme à aujourd'hui

 

chapoutot-libres-obeir-hohn


Libres d’obéir,
Le management du nazisme à aujourd’hui
Johan Chapoutot, Gallimard, 2020
http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/NRF-Essais/Libres-d-obeir

 


- Le management, une modernité nazie

Par Johann Chapoutot, AOC, 07.01.2020

1/2 Relire l’histoire des pratiques nazies.
S’éloigner de la vulgate accréditée par le « totalitarisme » :
En politique et en éco, le régime nazi ne fut pas tout uniment répressif.
Il achète le soutien de ceux qu’il voit comme des « seigneurs » et veut éradiquer le marxisme.

2/2 - Après 1945, Reinhard Höhn (1904-2000), un général SS, proche de Heydrich, profite de l’amnistie.
En RFA, il impose aux entreprises le modèle de Bad Harzburg, le « management par délégation de responsabilité ».


Johann Chapoutot : « Le nazisme a été une matrice du management moderne »

Dans son essai «Libres d’obéir», l’historien met en lumière la conception non autoritaire du travail
qui a prévalu lors du IIIe Reich, à l’opposé de son image uniquement policière et répressive.
Ce système, fondé sur le consentement et la délégation de responsabilité,
fait écho aux principes actuels de l’organisation du travail.

Libération, 06.01.2020
http://clioweb.free.fr/presse/1temp/libe/chap-managt1.jpg

http://clioweb.free.fr/presse/1temp/libe/chap-managt2.jpg

http://clioweb.canalblog.com/tag/chapoutot


rappel : Etudier le nazisme pour comprendre le droit
Esprit de justice, Antoine Garapon, 30.10.2014
http://clioweb.canalblog.com/tag/reinhardhohn

 

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


28 février 2019

Le crépuscule des services publics

 

- Le crépuscule des services publics
Nadège Vezinat, La vie des idées 26.02.2019
http://laviedesidees.fr/Le-crepuscule-des-services-publics.html

 « Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? À l’inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ? » E. Macron,  « questions rapides » du débat 2019
Les Gilets jaunes réclament à la fois un allègement fiscal et le maintien de leurs services publics

extrait :

La dégradation des services publics suit un mécanisme relativement similaire d’un monde à l’autre.

« Ce mécanisme peut être décomposé en plusieurs étapes dont la succession entraîne un sentiment d’inéluctabilité dans la détérioration des services publics, alors qu’une étape pourrait ne pas conduire automatiquement à une autre si une volonté politique en décidait.

Leur point de départ consiste à exiger une rentabilité difficile à atteindre au regard des missions de service public dont ils sont en charge. L’étape suivante est celle d’un délaissement progressif de l’entretien des infrastructures conduisant à une dégradation des services fournis. Ce délaissement produit alors une moindre rentabilité, motif invoqué pour à ouvrir à la concurrence, à défaut de privatiser, le service ou l’entreprise en question.
Les dernières étapes de la détérioration des services publics consistent à détourner les derniers usagers ou à dualiser ces services en proposant plusieurs gammes de prestations, allant de « l’entrée de gamme » (du « low cost ») au « haut de gamme ».
Cette dualisation produit une segmentation des usagers – et donc une rupture de l’égalité entre eux – qui crée une perte de sens. Cette dernière accroît à nouveau l’exigence de rentabilité en la faisant passer d’un moyen visant à assurer une mission d’intérêt général à une fin en soi ».


- Nadège Vezinat  « Les trois âges de l’intermédiation financière de la Poste (1881-2010) : révélateurs des mutations des rapports sociaux », Revue de la régulation 2017


- Quel avenir pour nos bureaux de poste ?
émission C’est dans l’air, 1 sept 2018
http://twitter.com/search?q=nad%C3%A8ge%20vezinat&src=typd


- De l'État-providence à l'État manager
Vendre à la découpe les services publics ?
Laurent Bonelli - Willy Lepelletier, Le monde diplomatique 12 2009
http://www.monde-diplomatique.fr/2009/12/BONELLI/18585
http://clioweb.free.fr/debats/decoupe-public.htm

 

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 juin 2018

Affordance : ma thèse en 180 secondes

 

Ma thèse en 180 secondes. Et ma main dans ton pitch à la con.
Olivier Ertzscheid Affordance 15.06.2018
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2018/06/ma-these-en-180-secondes.html

« Ce concours m'énerve car ce concours est un symptôme ».

« Comment ne pas frémir de plaisir à l'idée de voir tant de savoirs complexes
et celles et ceux qui les portent faire ce pas vers un public ravi et gourmand de science ? »

« 3 minutes pour - au moins - 3 ans de boulot, mais une fracture profonde
entre ce qu'est un travail de recherche et ce que la start-up nation souhaite en voir pour en sourire ».

« Accepter de pitcher c'est accepter une humiliation d'autant plus perverse et retorse
qu'elle est en apparence librement consentie »

« Ce concours "ma thèse en 180 secondes" est un exemple parmi tant d'autres de ce "divertissement" au sens littéral qu'exerce ce *** de management par le happening et l'événementiel qui est une véritable gangrène mise en place pour détourner l'université de sa mission première et accompagner sa relégation dans les limbes d'un service qui n'a plus de "public" que l'assignation qui lui est faite d'en accueillir toujours davantage avec toujours moins de moyens et d'ambition »



.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 octobre 2014

Chapoutot : Penser et agir en nazi

 

- Etudier le nazisme pour comprendre le droit
Esprit de justice, Antoine Garapon, 30.10.2014
http://www.franceculture.fr/emission-esprit-de-justice
http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_13952.xml

Droit et nazisme : voilà deux notions qui semblent à priori incompatibles. C'est pourtant ce rapprochement insolite que fait Johann Chapoutot dans son dernier ouvrage. En étudiant les fondements normatifs et juridiques de l'idéologie nazie, ce livre nous ouvre de nouvelles perspectives pour penser le droit aujourd'hui.

invités :
Johann Chapoutot, Paris 3, a publié  "La Loi du sang : penser et agir en nazi" (Gallimard, oct. 2014)
Rainer Maria Kiesow EHESS
Comment les philosophes, juristes, historiens, médecins ont élaboré les théories qui faisaient de la race le fondement du droit nazi et de la loi du sang la loi de la nature qui justifiait tout : la domination, la procréation, l’extermination


- Christian Ingrao évoque le cas de Reinhard Höhn
Un des artisans de la théorisation nationale-socialiste du mouvement Völkisch
il réapparait comme directeur d'une académie pour chefs d'entreprise qu'il fonde en 1956 à Bad Harzburg.
Il publie en 1963 L'armée comme éducatrice de la nation
https://fr.wikipedia.org/wiki/Reinhard_H%C3%B6hn
http://de.wikipedia.org/wiki/Harzburger_Modell
Christian Ingrao, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS
http://www.lemonde.fr/livres/article/2010/09/30/croire-et-detruire


- La bonne conscience des bourreaux, café littéraire, RDV Blois 2014
Johann Chapoutot est interrogé par Christian Ingrao
l'audio est en ligne :
http://www.rdv-histoire.com/IMG/mp3/11-10_-_17h15_a_18h_-_la_bonne_conscience_des_criminels_-_penser_et_agir_en_nazi.mp3


rappel : Les médecins acteurs de l’eugénisme nazi, conférence de Benoît Massin, Cercleshoah, 2001
Les médecins furent la catégorie socioprofessionnelle la plus nazifiée en Allemagne, (69%). Les théories nazies étaient largement acceptées dans les milieux scientifiques, de tout bord politique, et ce, dès avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir. La mise en œuvre de cette politique n'a été possible qu'avec l’active participation des médecins.
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article31

..

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

08 février 2013

Un poisson pourrit par la tête

 

Europe : Une bureaucratie arrogante et irresponsable.


A Bruxelles, la grande déprime des eurocrates – Jean Quatremer, Libération 06.02.2013
http://www.liberation.fr/monde/2013/02/06/a-bruxelles-la-grande-deprime-des-eurocrates_879877


A Bruxelles, les 56 000 eurocrates cumulent les défauts et se sentent mal aimés.

Ils coûtent cher : 7000 euros brut de salaire moyen, une prime d’expatriation de 16%...

Ils sont arrogants : « J’ai assisté à une rencontre entre nos agents et la direction du Trésor français. C’était hallucinant : ils se comportaient comme un maître d’école expliquant à un mauvais élève ce qu’il devait faire. J’ai été très admiratif du directeur du Trésor qui a gardé son calme. On ne parle pas ainsi à un gouvernement démocratiquement élu ».

Ils sont irresponsables : la Commission … ne peut être renversée que par une majorité des deux tiers du Parlement. Aucune administration nationale ne flotte dans un tel no man’s land politique.

A Bruxelles, ils ont créé dans la ville une société à deux vitesses : d’un côté les Belges, de l’autre les eurocrates que l’on reconnaît facilement : leur badge d’accès autour du cou, habillés luxueusement, fréquentant les meilleurs restaurants et les boutiques chics, de belles berlines, des enfants dans des écoles réservées, payées par le contribuable …

Ils ne sont plus recrutés sur leur engagement européen, mais sur leurs management skills. Les procédures de recrutement du privé (quotient intellectuel, quotient émotionnel, jugement situationnel) ont remplacé les concours à la française. Avec Neil Kinnock, on est passé d’une logique de service public à une logique de management privé. L’obsession de la fraude a accru cette dérive : 50% du personnel se consacre à la gestion interne.

L’accumulation de réformes malheureuses, la nomination de présidents faibles et de commissaires souvent médiocres a concouru à affaiblir l’institution. « Un poisson pourrit par la tête »...

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,