17 mars 2016

Germain Tillon : Comprendre pour Lutter

 



« En t’écoutant, nous n’étions plus des Stücks, mais des personnes ; nous pouvions lutter, puisque nous pouvions comprendre. » (Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Lettre à Germaine Tillion, préface à Germaine Tillion, Nous pouvions lutter, puisque nous pouvions comprendre (Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Lettre à Germaine Tillion, préface à Germaine Tillion, La Traversée du mal, 2000.) Ces quelques mots que Geneviève de Gaulle adresse à Germaine Tillion en disent long sur son aura intellectuel, sur son rôle de fédérateur et de passeur.

Ethnologue déjà bien rompue à l’enquête de terrain depuis son séjour dans les Aurès (1934-1940), un peu plus âgée que la plupart de ses camarades de déportation, elle s’attache à décrypter les ressorts et les logiques internes de Ravensbrück. Par divers moyens de fortune – dont la parodie d’opérette Le Verfügbar aux Enfers représente l’une des tentatives les plus emblématiques – elle partage les résultats de son analyse avec ses co-détenues pour les aider à comprendre le fonctionnement du camp, à le surmonter pour mieux lui résister.

L’écriture de l’histoire du camp constitue, parmi d’autres actions plus abouties comme les sabotages, une forme essentielle de résistance au système infernal de négation et de destruction de l’être humain ».


Germaine Tillion : expérience et connaissance. Retour (s) sur une exposition
Cécile Vast
avec la collaboration de Vincent Briand, 13.03.2016
http://ecoleclio.hypotheses.org/520#more-520


.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,