06 avril 2014

L'université 2.0, l'avenir ?

 

L'université 2.0, l'avenir de la Fac ? - Le Monde Education 05.04.2014
http://www.lemonde.fr/enseignement-superieur/article/2014/04/03/l-universite-2-0-avenir-de-la-fac_4395132_1473692.html


Pour ou Contre les MOOC ?
Aux Etats-Unis, des centaines de milliers d'étudiants suivent des cours en ligne gratuits.
Partage universel du savoir ou éducation au rabais ?


extrait :
« Grand adepte de ces flipped classrooms ("classe inversée), Jeremy Adelman, professeur d'histoire à Princeton (New Jersey), milite pour que les MOOCs, loin de se limiter aux sciences dures, soient mis au service d'une réinvention de l'enseignement des sciences humaines.

Avec son cours en ligne Une histoire du monde depuis 1300, autre grand succès planétaire - plus de 1 million de consultations -, ce pionnier des MOOCs caresse trois rêves  : enseigner l'histoire à une audience mondiale, ouvrir ses étudiants de Princeton à la diversité des lectures de l'histoire selon les cultures et, une fois le cours mis en ligne, exercer sa créativité sur les interactions avec et entre les étudiants. L'immensité de l'audience oblige les créateurs des cours massifs en ligne à réinventer les modes d'évaluation  : questionnaires traités informatiquement, devoirs écrits fréquents, évaluation des étudiants entre eux sont la règle. En retour, les MOOCs permettent d'enregistrer et d'analyser les comportements, les erreurs et les succès de grandes masses d'apprenants, dans le but d'améliorer les méthodes ».

« Aujourd’hui, il cherche à utiliser le fonctionnement des medias sociaux pour aider les étudiants à produire eux-mêmes des connaissances ", mais il compare Coursera à une Budweiser - bière bas de gamme - de l'interactivité. Selon lui, la course à l'audience s'exerce au détriment de l'interactivité et donc de la qualité pédagogique. En outre, plusieurs mésaventures lui font craindre que, comme avec Google, les enseignants ne finissent par perdre les clés de l'université en ligne ».

« Quelles spécificités opposer aux MOOC  ? »
Le lien entre enseignement et recherche, le tutorat et la personnalisation, les avantages du campus (un cadre de vie, un espace de rencontres et de quête d’un statut social), etc.

L'université du Michigan a signé un accord de partenariat avec Coursera, un des 2 fournisseurs privés aux USA. Les vrais étudiants paient jusqu'à 43 000 dollars par an (31 400 euros) pour décrocher un diplôme. Le campus héberge 43 000 étudiants.

« Pour l'heure, expliquent plusieurs sources, le monopole que gardent les universités sur la délivrance des diplômes les protège d'un assaut des fournisseurs de cours en ligne et des entreprises à prix cassés ».



.

 

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


27 novembre 2013

L'UE, intrusive dans la VQ

 

- La crise aura-t-elle raison du projet européen ? Strasbourg, Forum de la démocratie, 23.11.2013
débat avec Martial Libera (labo FARE), François Heisbourg et Mathieu Devoluy

Diffusion dans l'émission Cultures monde 26.11.2013
http://www.franceculture.fr/emission-culturesmonde-0

Martial Libera, vers la 38e :
« L'UE apparaît très intrusive dans la vie quotidienne, mais presque passive sur les grands enjeux mondiaux »


- Travailleurs détachés : l’harmonisation des normes sociales en Europe, un combat de longue haleine, contre les politiques ultra-libérales et le choix de salariés low cost.
http://blogs.rue89.com/karima-delli/2013/11/15/
Les « travailleurs détachés » au sein de l'Union européenne menacent l'économie - Le Figaro 29.05.2013
http://tinyurl.com/ob365v4

Le débat du jour rappelle la controverse autour du projet de directive Bolkestein (2005-2006)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bolkestein

Travailleurs détachés : http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=471

.

.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05 août 2012

Qui paie le low cost ?

 


- La SNCF est un automate !  Marianne, 797, 28.07.2012
Alain Rémond interpelle la tarification compliquée et arbitraire de la SNCF.
Selon lui, pour espérer comprendre la grille tarifaire actuelle, il faut avoir au moins fait l'ENA, Polytechnique, l'Ecole des mines, l'Ecole des Ponts et Chaussées et l'Ecole supérieure en automates...
http://clioweb.free.fr/presse/1temp/marianne/remond-sncf.jpg


- Qui paie le prix du low cost ?
L'émission Les Matins de l'été du 26.07.02012 décrivait la politique commerciale des compagnies aériennes : 2 passagers paient rarement le même prix, et les écarts peuvent être surprenants.

http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10837-26.07.2012-ITEMA_20387865-0.mp3

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 février 2012

Low-cost et délocalisations

 

- Renault-PSA : le losange aux anges, le lion rougit
Low-cost contre berlines
Les délocalisations face au «made in France»
L’alliance ou l’indépendance
http://www.liberation.fr/economie,13
http://www.liberation.fr/economie/01012390528-renault-psa-le-losange-aux-anges-le-lion-rougit

Les cinq petits nègres
Tous les patrons du secteur automobile insistent sur le fait qu'il devient impossible pour un constructeur de gagner de l'argent en Europe - Le Monde opinions

Renault - Polémique autour de la stratégie low cost

Pour l'instant, la gamme entry - Logan, Sandero, Duster - du constructeur est un succès : 813 000 véhicules, produits dans dix usines hors de France, ont été écoulés dans le monde, dont 10 % en France.
http://www.lemonde.fr/economie/2012/02/10/


- Fais sauter la banque !
Portrait de Bernard Maris. L’économiste antilibéral et pédago de Charlie Hebdo débarque au conseil général de la Banque de France. (1 700 euros mensuels le jeton de présence, sans compter le repas et le meursault).
http://www.liberation.fr/economie/01012390439-fais-sauter-la-banque

 
bm-anti-m1                  bm-anti-m2

.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 mars 2011

L’information low cost


3 sources différentes pour une même réalité : comment faire du fric sur le web en mettant en ligne du contenu low cost développé à la va-vite par des précaires payés au lance pierres
.


Automates de l'information
Le Monde diplomatique 03/2011 publie les bonnes feuilles du dernier ouvrage d'Ignacio Ramonet, L'Explosion du journalisme, paru aux éditions Galilée.
http://www.monde-diplomatique.fr/2011/03/RAMONET/20221

http://www.editions-galilee.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=3333.
Les pages 11 à 15 sont en ligne au format pdf sur le site de l'éditeur )

« ...l'ensemble de l’écosystème médiatique est dynamité par les impacts successifs de la révolution numérique et du prodigieux développement des réseaux sociaux. [...]

Mais le passage de l’ère des médias de masse à celle de la masse des médias ne se fait pas sans dégâts. Établis au cours d’un siècle et demi de domination médiatique, les repères théoriques et les références pratiques du journalisme se révèlent, soudain, inadaptés.
Le journalisme survivra-t-il ? »

« Sur internet, 20 à 25 % de l'information consommée (sic) provient des médias traditionnels, 60 à 65 % des recherches et environ 15 % des contenus partagés via les réseaux sociaux. »

A côté de Google News et de Yahoo ! Actualités, que les internautes peuvent configurer en fonction de leurs centres d'intérêts, des entreprises tentent d'imposer le modèle de l'usine à infos (rebaptisées par les marketeurs et par les Echos  « fermes à contenus » ), couplée avec la publicité également à bas prix.
L'une d'elle affirme vouloir « mettre en balance ce que veulent savoir les internautes et ce que les annonceurs sont prêts à payer pour apparaître à côté de ces sujets »... Au second trimestre 2010, ses pigistes ont produit en moyenne chaque jour près de 6000 articles ou vidéos ... et peuvent toucher 10 $ pour un article et 20 $ pour une vidéo. Un magazine canadien ne paie pas de piges à ses collaborateurs free-lance. Il ne leur verse que des revenus publicitaires...

Dans une économie du clic, ces sites de contenus low cost recherchent surtout l'audience pour vendre avant tout de la publicité.

- Ramonet cite un article de Nicolas Rauline, Les fermes de contenus se lancent à l'assaut du marché français, Les Echos, 21/12/2011


-
Le géant nettoie son moteur - Libération 02/03/2011

Pour contourner le contenu produit au kilomètre par des entreprises avides de rentrées publicitaires, Google a modifié son algorithme de recherches. En service aux Etats-Unis seulement, ce correctif «dégrade le classement des sites peu qualitatifs et valorise ceux qui fournissent un contenu original».
http://www.liberation.fr/medias/01012323090-le-geant-nettoie-son-moteur 


Ajouter à ces trois sources la brève de Libération (04/03/2011) : Précaires : « Le Monde » s’écharpe
«... Dans la rédaction du Monde.fr, explique Nabil Wakim, délégué syndical du Monde interactif, la moitié des employés sont des précaires structurels, c’est-à-dire qu’ils occupent des emplois à plein temps, sous forme de stages, de piges ou de CDD.» Julia, 40 ans, pigiste au Monde, renchérit : «Il y a aussi les avantages auxquels on n’a pas droit, comme la mutuelle, les RTT, etc. Il y a de grosses inégalités au sein de la rédaction ».
http://www.liberation.fr/medias/01012323516-precaires-le-monde-s-echarpe
.

precarite 
source : Arrêt sur images 24/02/2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par clioweb à 08:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 février 2011

750 euros par mois

marianne722

d'après Marianne, 19/02/2011, 6 millions de salariés gagnent moins de 750 euros par mois.

« Ces bataillons de travailleurs pauvres se recrutent d'abord parmi les femmes (58 %) et les jeunes (37 %). Le secteur du commerce rassemble 55 % de ces emplois pudiquement qualifiés d'atypiques. La fonction publique n'est pas épargnée, qui compte 15 % de précaires.

Certes le phénomène n'est pas nouveau, mais il n'avait jamais atteint un tel niveau. Et cette réalité est restée dans l'ombre au sein des statistiques de l'INSEE ».

Un détail : les « auto-entrepreneurs » vantés par l'extrême droite néo-lib ont gagné en moyenne moins de 500 euros par mois. Pas de quoi crier au miracle , ni de chercher une panacée pour lutter contre la montée du chômage.

- Le « bataillon de réserve du capitalisme » titre un entretien avec Philippe Askenazy (Les décennies aveugles).

- Marianne cite également un reportage d'Envoyé spécial du 03/02 sur les routiers low cost : « leur service commence et finit en France ... ils travaillent deux ou trois semaines pour 960-980 euros, primes comprises ». Marianne cite une paie de 1276 zlotys brut par mois (330 euros net) en 2009.

- Au même moment, en 2009, les patrons du CAC 40 ont touché en moyenne 928 000 euros, soit 77 000 euros par mois, ou 77 fois le Smic. Les stars de la Bourse française sont les mieux payés d'Europe.

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,