21 juillet 2014

Université : la loterie

 

libe-loterie

Sélection : il y a du tirage à l’université, Libération 15.07.2014
http://www.liberation.fr/societe/2014/07/15/selection-il-y-a-du-tirage-a-l-universite_1064473
http://www.liberation.fr/societe/2014/07/15/en-sports-la-loi-du-nombre-et-du-hasard_1064472

Mêlant affluence de bacheliers et baisses budgétaires, les facs, qui ne peuvent choisir sur dossier, en viennent à tirer au sort les candidats. Un système décrié, mais qui reste légal.
En STAPS (education physique), Bordeaux ne propose que 150 places, les candidats risquent fort de jouer leur avenir à la roulette. Avec 650 places, Montpellier leur laisse davantage de chances. Pau, c'est 240. A Reims (2*300), l'université fonctionne en semestres.

. «Le système est arrivé à ses limites, estime Anne Fraïsse, il faut regarder les vrais problèmes et cesser d’utiliser l’université pour masquer le chômage... Il faudrait parler aussi de l’inadéquation de certains bacs »
. C'est un problème de fluctuations et de « flux » selon le ministère
. Les étudiants y voient une sélection déguisée.
[ Aux USA, la sélection se fait par l'argent... plus de 30 000 $ dans les universités prestigieuses ]

Hypocrisie, Eric Decouty
http://www.liberation.fr/societe/2014/07/15/hypocrisie_1064476
« Cette loterie tend même à se substituer à la sinistre règle de l’autobus qui veut, sur la plupart des campus, que le premier arrivé soit le premier servi ».
« La gestion par défaut de l’entrée à l’université atteste des contradictions d’un système qui interdit la sélection mais qui ne peut absorber (ne se donne pas les moyens d'accueillir) l’ensemble des candidatures... Face à cette hypocrisie... le ministère ne pourra se contenter bien longtemps de laisser faire en expliquant que le tirage au sort est conforme au code de l’Education ».

Gilles Roussel, président de Paris-Est : demander des prerequis
http://www.liberation.fr/societe/2014/07/15/ce-serait-plus-judicieux-de-demander-des-prerequis_1064440
« A la Conférence des présidents d’université, nous n’avons de proposition alternative, car il n’y a pas de consensus : certains sont pour des prérequis - par exemple exiger un bac correspondant à la filière, et tenir compte du profil du candidat -, d’autres y sont hostiles. Mais il y a bien une contradiction : si l’université doit accueillir plus d’étudiants mais qu’elle n’a pas plus de moyens, le problème va être d’avoir des personnels pour les encadrer. Avec le risque qu’un jour, on ne puisse plus accueillir tous les étudiants.»


Sélection : il y a du tirage à l’université
En sports, la loi du nombre et du hasard
«Les facs se replient sur elles-mêmes et ferment leurs portes» itv William Martinet, Unef.
«Ce serait plus judicieux de demander des prérequis» itv Gilles Roussel, Paris-Est
«Ce système ne crée que de la frustration» itv Alexandre Dézé, Montpellier

 

suite  - STAPS : en finir avec la grande loterie
Marie-Anne Nourry, L'Etudiant, 21.07.2014

Trop de demandes, pas assez de places (Montpellier 1, 4.700 demandes pour 650 places).
Face à l'afflux de candidatures en licence dans certaines disciplines, les universités sont contraintes de limiter l'accueil et d'instaurer un tirage au sort des bacheliers. Bien que légal, le tri aléatoire provoque la consternation dans la communauté universitaire et inquiète les étudiants. Exemple le plus emblématique : la filière STAPS.
http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/staps-la-grande-loterie.html


- Un spécialiste constate que dans le guide APB, la "charte des droits et devoirs du candidat", stipule clairement : "J'ai le droit de classer mes vœux en toute liberté, sans subir une quelconque pression, sachant que LES ETABLISSEMENTS D'ORIGINE ET D'ACCUEIL N'ONT JAMAIS CONNAISSANCE DE LA LISTE ORDONNEE DE VOEUX".

Si cette liste est cependant communiquée, et si les universités utilisent le critère du premier voeu académique,
un recours deviendra possible et les tribunaux administratifs donneront souvent raison aux plaignants !

.
.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,