18 mai 2014

Normandie 1944 : civils et libérateurs

 

Ce week-end à Caen, un festival / « salon » du livre où les intermittents ont donné de la voix.

caen-liv-interm



1120256

Les dessinateurs ont beaucoup de succès,

20323

 mais les choix techniques sont toujours surprenants : P. Assouline avait droit à un amphi en dur,
mais les trois tables rondes avaient lieu au milieu d'un voile bleu,
et ajoutaient au brouhaha général, comme dans un (coûteux) hall de gare.

 

knapp-mills

Un table ronde abordait le rapport des civils à leurs libérateurs :
Andrew Knapp (U. Reading) a publié « les Français sous les bombardements alliés 1940-1945 », Tallandier
Alice Mills (retraitée, U. Caen) a enquêté sur les « Soldats noirs américains, Normandie 1944 ».


Le débat a été révélateur.
Une intervenante a reproché à l'ancien maire de ne pas avoir porté jusqu'au staff d'Obama le souvenir d'un Antillais qui a participé au débarquement. Un autre a réagi sur les bombardements (« inutiles et meurtriers » selon lui), les viols et les exécutions.

Les clichés ont la vie dure (cf l'opposition supposée entre bombardements anglais (« précis ») et américains).

Une tentation serait de mettre en cause la place faite à l'histoire de la 2GM depuis Chatel.
L'âge des débatteurs ne le permet pas ; il s'agissait plutôt d'un rejeu de la récente campagne des municipales.

La vraie difficulté tient sans doute à des lectures victimaires, partielles et partiales et à l'oubli des contextes.
Des lectures qui minorent le poids de l'occupation et de la répression nazies.
Pour les soldats noirs, la réalité du racisme aux USA a été évoquée (sans le mot semble-t-il), le poids d'une éducation colonialiste en France a été passé sous silence.

Pour les bombardements, la propagande de Vichy a laissé des traces : pour 1944, revoir l'Oeil de Vichy
ou le dessin animé "Nimbus libéré" (Raymond Jeannin sur "les libérateurs qui apportent la guerre et la mort" :-) ), prolongeant ainsi un discours de Pétain à Nancy en mai (en substance, "la guerre revient, ne vous en mêlez pas").
http://clioweb.free.fr/dossiers/39-45/roffat.htm

 

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


08 mai 2014

Vire 8 mai 2014

 

8 mai 1945 : capitulation sans condition des armées nazies
(l'armistice, c'est en 1918, pas en 1945)


66


70


74


71

 

81

 

84


89


90

 

69e anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945
Message de Monsieur Kader ARIF
Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la défense,
chargé des anciens combattants et de la mémoire
Jeudi 8 mai 2014


Aujourd’hui (8 mai 2014), la France est rassemblée pour commémorer la fin de la Deuxième Guerre mondiale en Europe.

69 ans après la capitulation des armées nazies, nous pensons à tous nos libérateurs : aux combattants en uniforme, opérant sur les champs de bataille en 1940 comme en 1944 ; aux Forces Françaises Libres, constituées auprès du général De Gaulle pour poursuivre le combat ; aux Résistants engagés contre l’Occupant, opérant dans l’ombre ; aux Alliés, venus parfois du bout du monde, exprimer leur fidélité aux valeurs universelles de paix, de liberté et de fraternité.

En ce 70e  anniversaire de l’année 1944, la République rend un hommage solennel à tous ces combattants, artisans de notre Libération.
Ceux venus de métropole et d’Afrique-du-Nord, engagés dans la Campagne d'Italie qui entrèrent dans Rome le 4 juin 1944.
Ceux venus de près de 15 Nations, engagés dans l'opération Overlord qui débarquèrent le 6 juin 1944 en Normandie.
Ceux sous le commandement du Général De Lattre, venus de métropole, d'Afrique et d'Outre-mer, engagés dans l’opération Dragoon qui prirent pied en Provence le 15 août 1944.

Ils nous montrent ce que signifient le courage des hommes et l’esprit de solidarité. C’est par eux que la République, qui n’a jamais cessé d’exister, s’est incarnée pendant cinq ans. C’est àeux tous que nous devons ce 8 mai 1945. Le général De Gaulle l’a dit en ces termes le jour de l’armistice : « Pas un effort de ces soldats, de ces marins, de ces aviateurs, pas un acte decourage ou d’abnégation de ses fils et de ses filles, pas une souffrance de ces hommes et de ces femmes prisonniers, pas un deuil, pas un sacrifice, pas une larme n’auront donc été perdus ».

70 ans après, nous pensons aussi à tous ceux que les champs de bataille et la répression menée par l’Occupant n’ont pas emportés, à tous ceux qui sont revenus des camps de concentration et d’extermination (?) nous conter l'horreur.

Se souvenir est un devoir et une nécessité. C’est pourquoi les anciens combattants et les anciens résistants seront mis à l’honneur. Ils témoignent du passé. Ils donnent un sens à notreprésent. Ils éclairent notre avenir.

Le 8 mai 1945 constitue une date fondatrice de ce magnifique édifice qu’est l’Europe de la paix.

Les commémorations de la Seconde Guerre mondiale nous invitent, dans la fidélité du souvenir, à mesurer le chemin parcouru depuis 70 ans et les sacrifices endurés pour nous offrir la paix en héritage.
Cette paix a un nom, un espace, une histoire : c’est l'Europe. Elle a su nous préserver de la guerre et garantir la fraternité des peuples. Veillons à en assurer, ensemble, le destin.

Kader ARIF
http://www.manche.gouv.fr/


.

Posté par clioweb à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,