13 mars 2017

LAMEN, la langue du management neolib

 

- La Langue du Management et de l’économie à l’ère néolibérale. Formes sociales et littéraires.
Sous la direction de Corinne Grenouillet et Catherine Vuillermot-Febvet Presses universitaires de Strasbourg
http://blogs.mediapart.fr/en-attendant-nadeau/blog/080317/la-langue-du-management


La LAMEN, la Langue du Management et de l’Économie à l’ère Néo-Libérale ... parasite le langage courant.
Un colloque de 2013 à Strasbourg s’y est intéressé.
L’ouvrage en rend compte : l’entreprise dans la littérature, autobiographies des grands patrons, contrats de travail, articles du Monde sur la privatisation de France-T, etc...

« La première partie décortique « les mots de et sur l’entreprise »  avant de passer à l’analyse de « l’extension du domaine du discours managérial ».
Plus de salariés mais des collaborateurs, pas de direction mais de la gouvernance, et partout de la compétition, de l'excellence..
La langue de coton est chargée de lisser le réel et de nier les classes sociales et les conflits.

A FT privatisée, « les dispositifs post-tayloriens utilisent diverses stratégies : dire compliqué quand on pourrait dire simple, initialiser à la place de commencer, gouvernance au lieu de direction ; recourir à la métaphore emphatique (militaire, sportive, scolaire) pour souligner la nécessité de la compétition ... mettre les verbes à l’infinitif pour éviter la question du sujet... grands messes coûteuses très rentables pour les boîtes de com chargées de vendre une image idéalisée...»

Deux autres domaines sont abordés : la formation des cadres de santé et la mise sur le marché du patrimoine mondial.

- rappel 2009

mots-pouvoir


Les mots ont un sens : 
http://www.arterroriste.eu/paysages-invisibles/mots-du-pouvoir

Le plan de métro de la novlangue néo-libérale
:
http://arterroriste.pagesperso-orange.fr/plan5grand.pdf

Le décodage du plan de métro :
http://pagesperso-orange.fr/arterroriste/pdf/Lesmots.pdf

Posté par clioweb à 09:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


20 mai 2016

Une Charte de la désexcellence ?

 

Parmi les commentaires qui suivent le texte d'Olivier Ertzscheid, la mention d'une
Charte de la « désexcellence » - version 1.1  janvier 2014
http://lac.ulb.ac.be/LAC/charte.html
http://lac.ulb.ac.be/LAC/charte_files/Charte_Desexcellence_1-1.pdf


« Récupérée par la pensée néolibérale et managériale depuis les années 1980, « l’Excellence » a une dimension incantatoire qui peut prêter à sourire.
Il y a loin, en effet, entre les slogans des nouveaux managers et la réalité que ces slogans sont censés décrire ou produire.
Mais le sourire disparaît vite lorsqu’on mesure les effets concrets d’une gestion humaine fondée sur « l’Excellence » : hyper-compétition, dévalorisation des savoirs construits sur l’expérience, transformation continuelle des pratiques professionnelles, précarisation, indifférence aux contenus, évaluations standardisées et répétées... »

« Fruit d’une réflexion collective qui doit être poursuivie et élargie, la « Charte de la désexcellence » vise à dépolluer nos pratiques, en refusant de substituer la notion « d’Excellence » à un travail honnête et bien fait. Elle incite au recentrage sur les valeurs de partage, désintéressement, honnêteté, plaisir. Elle vise également à construire une université de service public, démocratique et accessible ; une autre université que celle qui se bâtit sous nos yeux ».

- L’université française dans l’ère de la précarité néolibérale
Pierre Guerlain, professeur de civilisation américaine, Université Paris-Ouest-Nanterre - Libération 29.06.2015
http://www.liberation.fr/societe/2015/06/29/l-universite-francaise-dans-l-ere-de-la-precarite-neoliberale_1339592

Avec le néolibéralisme, le sociétal est utilisé comme cache-misère du social.
Les diaparités deviennent la règle : une minorité gagne toujours davantage, alors qu’une part toujours croissante des enseignements est assurée par des précaires (506 euros par mois pour remplacer un maître de conférences)

La précarité est un processus de dé-civilisation. La mort du service public dans l’enseignement supérieur par le contournement des règles affecte tout le monde, et si l’université sombre, l’impact social sera général

parmi les publications de Guerlain,
Le retour du discours impérialiste aux États-Unis RFEA 2007-03
Le Tea Party : un mouvement protestataire financé par des milliardaires" Agone 47 2012
http://www.u-paris10.fr/m-guerlain-pierre-81701.kjsp


-

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 février 2016

Paul Jorion, invité de Cultures Monde

 


Paul Jorion était l'invité de l'émission Cultures Monde mercredi matin,

Selon lui, il n'a pas de recul de l'Etat, mais un Etat mis au service des plus riches.
Et des économistes néo-libéraux qui chassé leurs adversaires dans les écoles de commerce et les universités.
Pour lui, dans cette idéologie dominante, on défend la théorie contre le réel, même quand elle est contredite par les faits

D'Est en Ouest: Révolutions conservatrices
(1/4) : "Make America great again":
(2/4) : Sur le front des idées
(3/4) : Déréguler pour ordonner : dans le sillage des Chicago Boys
(4/4) : Climat, théorie du genre, darwinisme : la bataille des programmes scolaires

http://www.franceculture.fr/emissions/culturesmonde
(un détail : quelle différence avec http://www.franceculture.fr/emissions/culturesmonde/ ?
juste un signe...:-)

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 juillet 2015

L’euro, ou la haine de la démocratie

 

L’euro, ou la haine de la démocratie, Frédéric Lordon, La pompe à phynance, 29.06.2015
http://blog.mondediplo.net/2015-06-29-L-euro-ou-la-haine-de-la-democratie

extraits :
« Les Grecs sont sur le point de défier l’ordre néolibéral en son institution principale : la monnaie unique européenne. Pour nous qui souffrons des pouvoirs entièrement vendus à cet ordre, être à la hauteur de l’éclaireur grec ne réclame pas moins que de nous retourner contre nos gouvernements ».

« Depuis le premier jour, les institutions européennes n’ont pas eu d’autre projet que de faire mordre la poussière au gouvernement Syriza, d’en faire, par un châtiment exemplaire, une leçon à méditer par tous les autres pays qui pourraient avoir à l’idée eux aussi de ne pas plier, comme s’il fallait annuler l’événement de la première authentique alternance politique en Europe depuis des décennies ».

« la guerre idéologique est déclarée. Et il faudra bien cet état de mobilisation et de colère pour supporter ce qu’il va falloir supporter. Il ne faut pas s’y tromper : sauf à ce que tout l’euro parte en morceaux à son tour, hypothèse qui n’est certainement pas à exclure mais qui n’est pas non plus la plus probable, les yeux injectés de sang d’aujourd’hui laisseront bientôt la place à l’écœurant rire triomphateur des Versaillais quand la Grèce passera par le fond du trou. Car elle y passera. Elle y passera au pire moment d’ailleurs, quand Espagnols et Portugais, sur le point de voter, se verront offrir le spectacle du « désastre grec » comme figure de leur propre destin s’ils osaient à leur tour contester l’ordre de la monnaie unique. Ce sera un moment transitoire mais terrible, où, sauf capacité à embrasser un horizon de moyen terme, les données économiques de la situation n’offriront nul secours, et où l’on ne pourra plus compter que sur la colère et l’indignation pour dominer toutes les promesses de malheur. En attendant que se manifestent les bénéfices économiques, et plus encore politiques, du geste souverain ».

« il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » Juncker 2015
La « démocratie parlementaire » qui fait vœu de débattre de tout s’est en fait constituée comme le régime politique de défense de la propriété privée du capital... elle accepte qu’on débatte de tout sauf de la propriété privée du capital... Les tenants de l’ordre néolibéral ont réussi à constitutionnaliser des pans substantiels de la politique économique... dans cette Europe, on peut discuter de tout, sauf des formes de la concurrence intérieure, du statut de la banque centrale, de la nature et des cibles de la politique monétaire, des orientations de la politique budgétaire, du rapport aux marchés financiers.


rappel :
http://clioweb.canalblog.com/tag/Lordon
http://clioweb.free.fr/debats/lordon.htm

.

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

10 janvier 2015

Alter éco : hommage à B. Maris

 

Bernard-Maris-SDL-mar-2011

Bernard Maris en mars 2011 - Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)
http://www.actuabd.com/Bernard-Maris-alias-L-Oncle


Alter éco rend hommage à Bernard Maris, " Oncle Bernard " assassiné en même temps que les dessinateurs de Charlie Hebdo.

A lire ou relire en ligne :
- Pourquoi lire Keynes aujourd'hui ? Alternatives Economiques n° 183 - juillet 2000
http://www.alternatives-economiques.fr/pourquoi-lire-keynes-aujourd-hui_fr_art_138_14264.html
Keynes, « un économiste comme on les aime : un économiste du gai savoir, honnête,
sachant que l'économie est une rhétorique, un jeu sur les mots avant d'être une science ».



- Le suicide du libéralisme économique, Alternatives Economiques n° 211 - février 2003
http://www.alternatives-economiques.fr/le-suicide-du-liberalisme-economiqu_fr_art_166_17960.html


- Et un article d'hommage à plusieurs voix :
http://www.alternatives-economiques.fr/adieu-a-bernard-maris_fr_art_633_71130.html

Jean-Marie Harribey se dit « Atterré que cette voix se soit tue, que cette voix ait été tuée, ulcéré devant de tant de violence et de haine envers l'humanité… ». « Nous sommes tous des atterrés non violents, mais déterminés ».

Christian Chavagneux :
« A tous ceux qui prenaient Bernard pour un amuseur public, sachez qu'il a commencé par remplir sans problème les canons de la discipline (à Toulouse, chez les matheux de la microéconomie, une thèse sur " une approche théorique de la répartition des revenus en période de croissance équilibrée ")
« Tu défendais une approche d'économie politique, à vision large, qui s'interrogeait sur la nature du capitalisme, sa dynamique et sa dimension sociale, écologique et politique. Tu t'intéressais aux dimensions psychologiques et irrationnelles du comportement économique ».

« l’économiste doit être mathématicien, historien, homme d’Etat, philosophe, dans une certaine mesure. Il doit comprendre les symboles et s’exprimer avec des mots. Il doit observer le particulier d’un point de vue général et atteindre le concret et l’abstrait du même élan de pensée. Il doit étudier le présent à la lumière du passé et dans la perspective du futur. Rien de la nature et des institutions de l’homme ne doit lui être étranger. Il doit être à la fois impliqué et désinteressé ; être aussi détaché et incorruptible qu’un artiste et cependant avoir autant les pieds sur terre qu’un homme politique ».

«... The master-economist must possess a rare combination of gifts. He must reach a high standard in several different directions and must combine talents not often found together. He must be mathematician, historian, statesman, philosopher—in some degree. He must understand symbols and speak in words. He must contemplate the particular in terms of the general, and touch abstract and concrete in the same flight of thought. He must study the present in the light of the past for the purposes of the future. No part of man's nature or his institutions must lie entirely outside his regard. He must be purposeful and disinterested in a simultaneous mood; as aloof and incorruptible as an artist, yet sometimes as near the earth as a politician ».
JM Keynes, Essays in Biography (1933), chap XIV

«Tu dénonçais la surconsommation et le goût immodéré de l'argent, cette course pour savoir qui serait le plus riche du cimetière ».
CC cite Bernard Maris :
« Si l'on vendait Jacques Delors à sa valeur travail, on pourrait éponger les pertes sur Attali soldé à sa valeur pensée. »
« Quand on a passé quelques heures sur le périphérique, on a plus vite fait le tour du progrès que de Paris ! »


«  L'attentat contre Charlie Hebdo n'a pas seulement tué des personnes. Il s'est aussi attaqué à la liberté d'expression, à la démocratie et à la cohésion de notre société. Il nous faut lutter contre le terrorisme avec détermination, mais sans perdre de vue que ce serait donner raison à ceux qui le pratiquent que d'abandonner nos valeurs pour adopter la vision du monde qui est la leur, un monde où l'intolérance est loi, un monde où l'identité se fonde sur la détestation de l'autre »".
« Bernard, tu nous manques » écrit Philippe Frémeaux


- « Bernard Maris, un humaniste et un penseur critique de l’économie dominante » :
« BM était un spécialiste de Keynes  dont il partageait plusieurs idées : l’implication du chercheur, la responsabilité du discours scientifique, la performativité de l’économie. L’économie n’est pas une science amorale et apolitique qui se suffit à elle-même. La réflexion économique doit se nourrir de toutes les autres sciences (sociologie, histoire, anthropologie, psychologie ...), mais aussi de l’art, de la littérature, bref de toutes les productions humaines ».
http://sms.hypotheses.org/3383



- A Bernard Maris
Jacques Sapir, 07.01.2015
http://russeurope.hypotheses.org/3246
(Bernard Maris avait été nommé en 2011 au Conseil Général de la Banque de France)

 
- 14.01.2015
Petite promenade dans la pensée vivifiante de Bernard Maris
Elise Huillery, blog demain j'arrête l'économie
http://actu-sciences-eco.blogs.liberation.fr/2015/01/14/petit-promenade-dans-la-pensee-de-bernard-maris/

« Economiste, chroniqueur à Charlie Hebdo, il invitait ses confrères à douter de leur science, à se préoccuper de ce qui se passait en dehors de leur labo, en soulignant sans cesse le caractère tout relatif de leur savoir ».
- Les défaillances du marché, l’illusion des bienfaits de la concurrence et de la compétition
- Pourquoi les hommes ne se comportent pas du tout de façon rationnelle (et tant mieux !) ?
- « Pourquoi l’humanité s’est-elle condamnée à claquer des dents “dans les eaux glacées du calcul égoïste«» (la formule est de Marx)

« On peut continuer à écrire des équations et à quantifier le monde qui nous entoure, ce que nous, cinq économistes, faisons quotidiennement, tout en remerciant Bernard Maris de nous forcer à le faire un peu plus intelligemment ».

 

- L'AFHE (asso fse d'histoire économique) fait l'inventaire des interventions de Bernard Maris archivées sur Youtube et Dailymotion.
(merci au lien vers ce blog).
http://afhe.hypotheses.org/5777

 



.

.

Posté par clioweb à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


10 novembre 2014

F-Telecom et la déstabilisation positive (sic)

 

La stratégie de harcèlement qui a miné France Telecom (Challenges, 08.11.2014)
Après quatre ans d’enquête judiciaire sur les méthodes managériales de l’ancienne direction, les documents saisis sont accablants.
http://www.challenges.fr/entreprise/20141105.CHA9829/la-verite-sur-la-strategie-de-harcelement-qui-a-mine-france-telecom.html

La procédure en cours concerne Lombard et Wenes son numéro 2, le DRH Barberot.
22.000 emplois (de fonctionnaires) devaient être supprimés.
Parmi les méthodes utilisées, la "déstabilisation positive" (sic) :
une mutation sur un site lointain, des tâches dévalorisantes incitant à la démission.
Si elle était renvoyée en correctionnelle, l’affaire France Telecom, unique par sa dimension, déboucherait sur un procès fleuve.

résumé par André Gunthert sur Twitter :
L'abjecte stratégie néolib : pourrir le job pour mettre les fonctionnaires dehors.
Hier Fce Telecom, demain l'Université

autre lien sur Twitter
Des forces de l’ordre très bleu marine, Regards 05.11.2014
La mort de Rémi Fraisse est une conséquence logique des politiques de répression actuelles, fondées sur l’impunité des forces de l’ordre – mais aussi aggravées par la radicalisation de celles-ci, de plus en plus séduites par l’extrême droite.
http://www.regards.fr/web/des-forces-de-l-ordre-tres-bleu,8037
.

Posté par clioweb à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 octobre 2014

Arte : Histoire du capitalisme

 

- Trois mardis d'octobre, Arte diffuse une série d'Ilan Ziv sur l'histoire du capitalisme

1 Adam Smith : à l'origine du libre marché ? 55 mn, 14 oct, 20 h 50
2 La richesse des nations, nouvel évangile ? 14 oct 21 h 45
3 Ricardo et Malthus, vous avez dit liberté ? 21 oct  22 h 30
4 Et si Marx avait raison ? 21 oct 23 h 20
5 Keynes/Hayek, un combat truqué ? 28 oct 22 h 45
6 Karl Polanyi, le facteur humain, 28 oct 23 h 35

en pdf en français
https://ilanziv.files.wordpress.com/2014/09/capitalisme-12p.pdf
http://ilanziv.wordpress.com/2014/09/

http://info.arte.tv/fr/capitalisme
(à capturer avc Captvty)


- Le capitalisme disséqué sur Arte
http://www.mediapart.fr/journal/economie/141014/le-capitalisme-disseque-sur-arte

extrait :
« Trente ans plus tard, Friedrich Hayek ne regrettait rien, ne renonçait à rien. « Il a occulté tous les faits qui ne rentraient pas dans sa théorie », rappelle Robert Boyer, économiste de la régulation. Pourtant, c’est vers cet économiste, et son successeur Milton Friedman, que se tourneront les néo-libéraux pour régénérer le capitalisme ». 

« Trente ans après cette contre-révolution néo-libérale, malgré les crises, malgré la marchandisation toujours plus poussée du vivant, de la nature, de l’homme, ce capitalisme continue à prospérer, dans la plus totale opacité. « Ce que j’ai appris de ce documentaire, explique aujourd’hui son réalisateur, c’est que l’économie ne doit pas être abandonnée à une minorité. C’est trop dangereux, car elle détermine nos vies et peut détruire nos sociétés. Nous devons nous engager et le savoir est le meilleur moyen de résister. »

Challenges semble moins aimer la série...

..

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

25 septembre 2014

Denver : l'histoire selon les cons.

 

Hundreds of Colorado students stage protest over history curriculum - The Guardian, 24.09.2014
http://www.theguardian.com/world/2014/sep/24/denver-students-walkout-protest-history-school-board

« Hundreds of students walked out of classrooms around suburban Denver on Tuesday
in protest over a conservative-led school board proposal to focus history education
on topics that promote citizenship, patriotism and respect for authority,
in a show of civil disobedience that the new standards would aim to downplay ».

The youth protest involving six high schools in the state’s second-largest school district follows a sick-out from teachers.
« I don’t think my education should be censored » says one of the students.

« The school board proposal that triggered the walkouts in Jefferson County calls for instructional materials that present positive aspects of the nation and its heritage. It would establish a committee to regularly review texts and course plans, starting with Advanced Placement history, to make sure materials “promote citizenship, patriotism, essentials and benefits of the free-market system, respect for authority and respect for individual rights” and don’t « encourage or condone civil disorder, social strife or disregard of the law ».

.


Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 août 2014

Fontenelle : Poste stressante

 

stressante

Sébastien Fontenelle , Poste stressante - Une entreprise en souffrance - Le Seuil 2013
http://www.seuil.com/livre-9782021099249.htm
https://www.bakchich.info/author/s%C3%A9bastien%20fontenelle.rss
https://twitter.com/vivelefeu


5/11 de l'usager au client - Sébastien Fontenelle décrit le formatage des salariés : extirper la culture de service public, imposer le culte de la privatisation, changer l'usager en client, si possible rentable (si « les clients demandent un timbre, on leur propose un prêt-à-poster ») - Backchich.info, 31.07.2014
https://www.bakchich.info/soci%C3%A9t%C3%A9/2014/07/31/poste-stressante-5-11-de-l-usager-au-client-63563

1/11 : une nouvelle gouvernance - Backchich.info, 31.07.2014
https://www.bakchich.info/soci%C3%A9t%C3%A9/2014/07/31/poste-stressante-1-11-une-nouvelle-gouvernance-63559
2/11 : haro sur les PTT
https://www.bakchich.info/soci%C3%A9t%C3%A9/2014/07/31/poste-stressante-2-11-haro-sur-les-ptt-63560
3/11 : le retournement
https://www.bakchich.info/soci%C3%A9t%C3%A9/2014/07/31/poste-stressante-3-11-le-retournement-63561
4/11 : vers la précarité
https://www.bakchich.info/soci%C3%A9t%C3%A9/2014/07/31/poste-stressante-4-11-vers-la-precarite-63562
5/11 : de l'usager au client
https://www.bakchich.info/soci%C3%A9t%C3%A9/2014/07/31/poste-stressante-5-11-de-l-usager-au-client-63563
6/11 : l'Europe, l'Europe, l'Europe
https://www.bakchich.info/soci%C3%A9t%C3%A9/2014/07/31/poste-stressante-6-11-l-europe-l-europe-l-europe-63564
7/11 :
https://www.bakchich.info/soci%C3%A9t%C3%A9/2014/07/31/poste-stressante-7-11-alertes-63565
8/11 : souffrances
https://www.bakchich.info/soci%C3%A9t%C3%A9/2014/07/31/poste-stressante-8-11-souffrances-63566
http://actualite.portail.free.fr/societe/29-08-2014/poste-stressante-8-11-souffrances/

9/11 : suicides
https://www.bakchich.info/soci%C3%A9t%C3%A9/2014/07/31/poste-stressante-9-11-suicides-63567
10/11 :
https://www.bakchich.info/soci%C3%A9t%C3%A9/2014/07/31/poste-stressante-10-11-apres-le-grand-dialogue-63568
11/11 : le grand silence de l'Etat
https://www.bakchich.info/soci%C3%A9t%C3%A9/2014/07/31/poste-stressante-11-11-le-grand-silence-de-l-etat-63569
http://actualite.portail.free.fr/societe/08-09-2014/poste-stressante-11-11-le-grand-silence-de-l-etat/

audio : Sébastien Fontenelle
http://www.canalsud.net/?Poste-stressante-fdl-du-31-03-2014

« À La Poste aussi, les agents doivent penser en termes de marché », Le Monde diplomatique, octobre 2002
Partout, dans le groupe, le culte de la rentabilité produit les mêmes effets – qui ne touchent donc pas seulement les facteurs – et les mêmes décalages, car ses dirigeants n’ont de cesse, comme le soulignera le réalisateur Gilles Balbastre dans un long et passionnant article, « que de discipliner leurs agents pour extirper leur culture de service public » : ils les « conditionnent », par exemple, « pour leur faire transformer l’usager en client »
http://www.monde-diplomatique.fr/2002/10/BALBASTRE/9496

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

19 juillet 2014

La néolibéralisation selon David Harvey

 

David Harvey, Brève histoire du néolibéralisme, Les prairies ordinaires 2014
 ( A Brief History of Neoliberalism - 2005 )

Dans Libération, Eric Loret vante l’essai virulent du géographe David Harvey contre le néo-libéralisme, « cette idéologie qui s’intéresse moins à la politique qu’à la police », pour « défendre la propriété privée et garantir, au besoin par la force, le bon fonctionnement des marchés ».
« Pour qu’on ne se suicide pas tout de suite après cette description radicale du monde où nous vivons et ses «caractéristiques chinoises», l’auteur a prévu un chapitre sur les «perspectives de liberté» autres. Et c’est pas gagné »
L’ennui, c’est que l’ouvrage a été écrit en 2005, après la réélection de GWbush, avant la crise de 2008.
La traduction aurait mérité une actualisation du chapitre sur les formes de lutte efficaces.
http://www.liberation.fr/culture/2014/07/16/le-monde-ne-suffit-pas_1064967

« David Harvey ne fait pas de l’histoire des idées : il ne prétend pas faire l’archéologie de la « nouvelle raison du monde » ;
il n’aligne pas les notes de lecture et les typologies semi-savantes. Ce qui intéresse ce matérialiste, c’est le néolibéralisme
« réellement existant », celui qui, porté par des institutions et de solides coalitions d’intérêts, façonne le monde
dans lequel nous vivons » écrit François Denord dans une préface à lire en ligne.
http://www.lesprairiesordinaires.com/uploads/2/1/0/6/21065838/neoliberalisme.pdf

Selon lui, Harvey veut tordre le cou à plusieurs lieux communs :
- Le rejet de l’Etat ? « L’État néolibéral intervient continuellement pour créer un environnement institutionnel et un climat favorables au profit. Parallèlement, il étend le mécanisme concurrentiel à de nouveaux objets et à de nouveaux territoires ». Il réprime ceux qui contestent sa politique..
- Un néolibéralisme anglo-saxon ? Thatcher et Reagan n’ont pas emprunté le même chemin. En Chine, l’« économie socialiste de marché » apparaît au temps de Reagan et de Thatcher


- L'État néolibéral en théorie - L'État néolibéral en pratique - extraits en ligne
http://www.contretemps.eu/lectures/lire-extrait-br%C3%A8ve-histoire-n%C3%A9olib%C3%A9ralisme-david-harvey

Harvey souligne les contradictions et les zones d’ombre de cette idéologie, les divergences d’interprétation entre intégristes de la religion de la propriété privée.

Comment se construit le consentement à la brutalisation ?
« Le néolibéralisme n’est pas une pensée du bien commun. Et pourtant, c’est de cette conception de l’action publique que nous sommes aujourd’hui à la fois héritiers et prisonniers. Le néolibéralisme s’est transformé en institutions. Ces dernières ont produit des dispositifs d’intervention publique, construits sur la durée, qui façonnent des manières d’agir et de penser ».

« Moins qu’une philosophie politique (la pensée peut-être utopique de Hayek et ses disciplines), la néolibéralisation peut s’analyser comme la réalisation pragmatique d’un projet politique visant à restaurer le pouvoir des élites économiques ». « Les inégalités et leur accroissement continu ne constituent en rien un effet pervers. »

« Harvey ne minimise pas l’investissement intellectuel des théoriciens néo-libéraux. Mais leurs idées n’ont pris l’ascendant que parce que les forces sociales dominantes les ont faites leurs... »


La démocratie en suspicion.  « Les théoriciens néo-libéraux nourrissent une certaine défiance vis-à-vis de la démocratie. Libéralisme politique et démocratie ne se confondent pas, loin s’en faut ».
L’État néo-libéral a besoin pour survivre (et séduire les électeurs) d'un certain type de nationalisme (cf Thatcher et les Malouines, cf aussi le nationalisme exalté lors de compétitions sportives).

Harvey note « l'apparente convergence entre la néolibéralisation d'États autoritaires comme la Chine ou Singapour et l'autoritarisme croissant qui se manifeste dans des États néolibéraux comme les États-Unis et la Grande-Bretagne. Que l'on songe à la manière dont ont évolué, au États-Unis, les réponses apportées à l'instabilité intrinsèque de l'État néolibéral ».

Selon lui, « pour éviter les catastrophes, il faut donc rejeter les solutions proposées par les néos-cons aux contradictions du néolibéralisme ».

Paris, Capital of Modernity (2003) a été traduit en 2011.
Harvey vient de publier Seventeen Contradictions and the End of Capitalism (2014).
La vidéo d'une conférence faite en avril 2014 à la London School of Economics est à voir et écouter en ligne
http://tinyurl.com/lse-harvey2014

Les publications de David Harvey :
http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Harvey  -  http://en.wikipedia.org/wiki/David_Harvey


DavidHarvey

source : http://en.wikipedia.org/wiki/David_Harvey


rappels : quelques articles de référence en liens sur le web :

- Comment vendre à la découpe le service public
De l’Etat-providence à l’Etat manager
par Laurent Bonelli et Willy Pelletier, Le Monde diplomatique, décembre 2009
http://clioweb.free.fr/debats/decoupe-public.htm

- « Géohistoire du « néolibéralisme », Arnaud Brennetot,Université de Rouen, Cybergeo  novembre 2013,
http://cybergeo.revues.org/26071
AB veut distinguer les valeurs du premier néolibéralisme (libre-échange) reçues comme une évidence
par les dirigeants actuels des positions des libéraux les plus ultras,
pour mieux combattre ces derniers.

- Les mots ont un sens, août 2009
La novlangue néolibérale présentée sous la forme inhabituelle d'un plan de métro
http://clioweb.canalblog.com/archives/2009/08/20/14680326.html

- un texte ancien (1996) qui a bcp circulé :
Perry Anderson, Histoire et leçons du néo-libéralisme. La construction d'une voie unique, 1996
http://page2.ch/EdPage2/p2_neolib_anderson.html

Serge Audier, Néo-libéralisme(s) : une archéologie intellectuelle, Grasset, 2012
http://clioweb.canalblog.com/archives/2012/04/14/24003774.html

.

.

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,