25 octobre 2012

Ce qu'ils savaient

 

savaient


Ce qu'ils savaient
Les Alliés face à la Shoah
Le documentaire de Virginie Linhart sera projeté sur France 3
lundi 29 octobre à 23h05 et mercredi 7 novembre 02h55
(à enregistrer, si l'horaire de la programmation n'est pas perturbée par le tennis ou l'actualité :-):-)
conseiller historique : Henry Rousso
http://cineteve.com/


Pendant des décennies, le monde a retenu une image :
celle du général Eisenhower découvrant l'horreur des camps de concentration le 12 avril 1945 à Ohrdruf.

savaient3

Eisenhower, Bradley, Patton, and Eddy à Ohrdruf
http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Buchenwald_Ohrdruf_concentration_camp

 

savaient2

« Churchill, Roosevelt, Staline et de Gaulle en savaient beaucoup sur l’extermination des Juifs, dès 1941 ...
le film dévoile les choix et les motivations qui guidèrent les chefs Alliés pour sauver le monde du désastre tout en négligeant la question juive.
Savoir permettait-il d’agir ? »

*Samuel Zygelboym*, (ou Szmul Zygielbojm), délégué au Conseil national polonais, et représentant du Bund, se suicide par le gaz le 12  mai 1943 devant l'indifférence générale, pendant la répression de l' insurrection du ghetto de Varsovie. Il parle de complicité dans l'extermination :
« The responsibility for the crime of the murder of the whole Jewish nationality in Poland rests first of all on those who are carrying it out, but indirectly it falls also upon the whole of humanity, on the peoples of the Allied nations and on their governments, who up to this day have not taken any real steps to halt this crime »

http://en.wikipedia.org/wiki/Szmul_Zygelbojm

Ecouter Virginie Linhart sur RFI (19:30 mn)
Elle parle de Churchill, de de Gaulle, des services US de l’immigration dirigés  par des xénophobes
http://www.rfi.fr/emission/20121006-1-allies-shoah

« it has been estimated that 190,000–200,000 Jews could have been saved
during the Second World War had it not been for bureaucratic obstacles to
immigration deliberately created by Breckinridge Long and others »
http://en.wikipedia.org/wiki/History_of_Jews_in_the_United_States#World_War_II_and_the_Holocaust

Le film cite de nombreux rapports : rapport du Bund, rapport de Lisbonne, rapport Riener, rapport Karski.
Il épingle l’attitude d’Anthony Eden (cf la tragédie des juifs roumains du Struma en février 1942)
http://en.wikipedia.org/wiki/SS_Struma

Voir aussi en 1939, le MS Saint-Louis :
http://en.wikipedia.org/wiki/MS_St._Louis


Anne-Capucine Langlais a vu le film pour Ouest-France

- Shoah : Alliés dans le silence - Libération médias
http://www.ecrans.fr/Shoah-Allies-dans-le-silence,15444.html


George Stevens's D-Day to Berlin
http://www.imdb.fr/title/tt0162344/

Dachau was a Terrible Shock :
How can a human being do this to another human being ?
http://www.dailymotion.com/video/x3j9e6_liberation-of-dachau-in-color_people



savaient-assistance

Projection du documentaire au Mémorial de Caen - 24.10.2012

 

.

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,


07 février 2012

L'historien et ses grands-parents

 

jablonka

source : Le Seuil


Dans une semaine sur l'histoire de la Pologne dans la 2GM, E Laurentin s'entretient le lundi 6 février
avec Ivan Jablonka, l'auteur de « Histoire des grands-parents que je n'ai pas eus » (Matès et Idesa Jablonka) (éd. du Seuil).

l'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10076-06.02.2012-ITEMA_20342569-0.mp3


Vers la 17e minute,
Le triple JE de l’historien :
- le JE de la quête de filiation (la recherche des grands parents assassinés par les nazis)
- le JE de l’historien dans son atelier, qui expose sa fréquentation des archives, ses intuitions, ses trouvailles, ses doutes
- le JE de l’homme historien qui ne tait pas ses sentiments, sa tristesse ou sa joie, sa colère ou sa déception…

vers la 22e : évocation du monde du Shtetl avant sa destruction par les nazis
http://en.wikipedia.org/wiki/Shtetl

vers la 25e minute, la capacité à trouver des archives

- Un paradoxe : un sans-grade, un inconnu laisse beaucoup de traces dans les archives d'un état moderne :

Matès, son grand-père était communiste (pro-stalinien) ; lui et ses compagnons ont été pourchassés dans la Pologne de Pilsudski, fichés et envoyés en prison.

dans la France de 1937, il est traité comme étranger, indésirable ... il est sans papiers mais il échappe à l’application des arrêtés d’expulsion ... il est peut-être arrivé deux ans trop tard ; il vit dans un taudis du XXe ; il bénéficie du soutien de milieux anarchistes ;

Il s’engage en 1939 dans la légion étrangère ; il est démobilisé dans le Tarn et Garonne, il rentre à Paris.

Le régime de Vichy voit en lui le juif étranger et la police vient l’arrêter lui et sa femme en février 1943. Leurs enfants (le père et la tante de l’historien) échappent à la déportation : ils dormaient chez des amis.
A Birkenau, il n’a pas été gazé immédiatement. Une certitude que l’historien chérit, préférant la quête de la vérité aux discours du linguistic turn sur l’histoire comme récit et invention…

Ecouter également les multiples interrogations : pourquoi la France plutôt que l’URSS ? La France comme étape ou comme destination finale ? quel rôle dans la guerre de 1940 ?

- Les disparus de la photo de famille, Libération 05.01.2012
http://www.liberation.fr/livres/01012381342-les-disparus-de-la-photo-de-famille


jablonka2

Ivan Jablonka - source : http://www.laviedesidees.fr/_Jablonka-Ivan_.html

- Le mardi, un documentaire sur la pièce de théâtre mise en scène par Arthur Nauzyciel à partir de Karski et Haenel.
Comment parlerons-nous de la Shoah ? Jan Karski (mon nom est une fiction)

http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique
.

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,