05 mars 2016

Y a-t-il une tyrannie de l'innovation ?

 


Y a-t-il une tyrannie de l'innovation ?
émission du grain à moudre, 22.02.2016
avec
Michel Blay : philosophe et historien des sciences
Delphine Manceau : enseignante-chercheuse à l'ESCP Europe en marketing et innovation
Jacques Lewiner : Physicien et inventeur, professeur et directeur scientifique honoraire de l'ESPCI ParisTech

Pas une émission inoubliable, mais une illustration des choix idéologiques :
La spécialiste marketing tire l'innovation vers la consommation et les parts de marché
Le philosophe rappelle l'opposition entre  les besoins (limités) et les envies/désirs (infinis -
cf. la course à la possession du maximum d'objets et les ficelles des publicitaires)


Pour l'éducation, la spécialiste, c'est Françoise Cros.
Elle voit l'innovation apparaître dans les discours peu avant 1968.
De 1994 à 2001, selon elle, l'innovation est le mode de management du système
Elle souligne une contradiction :  
comment une institution officielle, qui défend par essence les choix politiques,
les programmes, les organisations scolaires, etc., peut-elle favoriser les transgressions ?


NB : Mardi, France 2 innovait.
L'histoire servait à divertir le bon peuple, avec Bern et Nagui.
Au moins à 2 reprises, Nagui a affirmé :
"on n'est pas là pour vous soûler (avec une histoire sérieuse), comme à l'Ecole"
"Nous ne voulons surtout pas faire une histoire rébarbative et scolaire".
Les enseignants apprécieront.

Comment lutter contre des stéréotypes martelés sans cesse par des animateurs omniprésents ?

 

Françoise Cros et l'innovation
- L'innovation, levier de changement - août 1997
http://www.ac-nice.fr/pasi/old/innovations/archives/ancien-site/publications/innovation_levier_changement.pdf
Entretien 2004
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/larecherche/Pages/2004/analyses_55_EntretienavecFranoiseCrosPlutotquedetransfererlinnovationilfauttransfererlinnovateur.aspx
Les jeunes enseigants, 07.06.2013
http://www.letudiant.fr/educpros/entretiens/francoise-cros-sciences-de-l-education-les-jeunes-enseignants-ne-sont-pas-forcement-les-plus-innovants.html

8ème FEI : L'innovation pédagogique : un enjeu de valeurs - 07.12.2015
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/12/07122015Article635850675436153137.aspx

 


L'école en mutations , Cité des sciences et de l'industrie 31.01.2001
Françoise Cros rappelle que l'innovation apparaît peu avant 1968, et qu'elle sert de planche de salut aux ministres qui ne savaient pas/ ne voulaient pas / ne pouvaient pas transformer l'école.
L'innovation fonctionne comme contre-institution de 1960 à 1977
Alain Savary et Louis Legrand en font un élément essentiel de leur politique. La loi Jospin en fait une obligation professionnelle, avec l'élève au centre et le projet d'établissement.
De 1994 à 2001, l'innovation est le mode de management du système


Pour François Dubet, l'école a la langue de bois tellement elle change, ne serait-ce que du fait qu'elle n'a plus le monopole de la culture.
Ces adaptations successives arrivent à épuisement
. elles se font sur les marges. Pourquoi demander aux LEP de faire de la reconstitution narcissique des élèves si le collège continue à produire massivement de l'échec ?
. on ne peut jouer l'avenir d'un système sur l'héroïsme de qq individus.
. les 3 tendances dominantes du corps enseignant (réactionnaire, libérale, conservatrice) entretiennent un discours et un comportement conservateur.
. la crise économique a rendu service à l'école, en lui livrant des élèves captifs. La sortie de crise donne aux jeunes des emplois et une plus grande exigence quant à la qualité des formations.
Tout ceci conduit FD à souhaiter un réel débat sur l'école, à l'occasion des prochaines élections.
 
Si le collège doit fonctionner comme école unique, il faut :
. définir une culture commune, et rompre avec la pratique d'un collège organisé en fonction de ceux qui iront au lycée général
. repenser le rôle des enseignants ; pour lui, le débat entre éduquer et instruire est ridicule et stérile
. réduire le grand écart entre l'universalité des principes et la réalité sur le terrain.


qq observations, dans le débat :
. La France en Europe : elle n'est pas trop mal placée ; nos élèves faibles sont moins faibles que ceux de nos voisins.
. les demandes réitérées sur les moyens sont un échappatoire. Il faut savoir se débrouiller avec les contraintes.
FD évoquant les travaux croisés (que les élèves fassent qq chose) et l'heure de vie de classe sourit quand les profs lui disent "on ne nous a pas appris".
. "notre institution pratique des formes de sadisme à l'égard des élèves" (demander un projet seulement à ceux qui sont en échec)
. Le MEN est incapable de faire les choix indispensables. Il transfère les tensions vers la périphérie, vers les enseignants et les élèves qui en souffrent.


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


24 mai 2015

Education et technologie

 

Pourquoi l’apprentissage assisté par la technologie ne parviendra pas,
à lui seul, à résoudre la crise de l’éducation ?
Hubert Guillaud, Internetactu, 19.05.2015
http://www.internetactu.net/2015/05/19/


extraits :
« La révolution de l’apprentissage personnalisé assisté par la technologie promet un enseignement adapté, permettant aux algorithmes de recalibrer en continu les apprentissages pour répondre aux besoins des élèves. Faut-il croire que tout le monde va pouvoir recevoir demain l’éducation personnalisée qui était autrefois réservée à l’élite ? »

HG cite les déboires du district scolaire de Los Angeles et du comté de Guilford (Caroline du nord).
Définir au préalable les besoins, échapper à la frénésie technologique.

La techno marche bien pour les tâches administratives (gestion des notes). Elle marche moins en classe, « quand on tente de le faire à faible coût, sans prendre en compte la formation, l’adaptation des équipements, le remplacement et l’entretien du matériel ».

« L’innovation ne fonctionne que si elle demeure à l’écoute des utilisateurs, que si chaque itération intègre les commentaires de ceux-ci». La technologie marche quand elle aide les (bons) profs à être meilleurs.

Mise en perspective : L’éducation généralisée a réussi car elle était une réponse à l’industrialisation (former des salariés sachant rester sur place). Quelle éducation accompagnera le prochain système technique, où les travailleurs ne feront pas tous ce qu’ils souhaitent et devront interagir avec des robots ?

La fin de l'article insiste sur la prise en compte de l’effet réseau

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

06 avril 2012

L'école fragilisée

 

- 5 textes dans Le Monde Opinions, sur l'Education
http://www.lemonde.fr/idees/2012/04/05/quelle-ecole

. Nathalie Mons, L'école fragilisée par le sarkozysme
En France, les élites politiques françaises lorgnent vers le modèle libéral , les enseignants souscrivent encore au mythe puissant et très structurant de l'école républicaine... « les politiques actuelles se sont traduites par une désacralisation du service public et un renforcement de l'influence du secteur privé dans la sphère scolaire par le biais de l'implantation de ses outils de management dans l'administration de l'éducation nationale (contrats d'objectif, entretiens d'évaluation, indicateurs de résultat...) ».

. François Dubet, Le temps de la défiance
«  nous avons massifié l'école sans en changer l'architecture, la pédagogie et les modes de sélection. Depuis une quinzaine d'années, le mouvement de massification a atteint son étiage et nous sommes entrés dans le temps de la défiance et de la déception …
… Les anciens cadres craquent malgré la multiplication des « réformes » qui épuisent les enseignants sans donner pour autant l'impression de changer les choses »
« La droite veut revenir à la sélection précoce …elle prétend sauver les bons élèves d'origine modeste, sans dire ce qu'on fera des autres.
La gauche veut renforcer l'école élémentaire et la rapprocher du collège ; et surtout former les enseignants comme des professionnels.
Le problème de la droite, c'est que les enseignants ne votent pas pour elle ; celui de la gauche, c'est qu'ils votent pour elle ».

. Meirieu, Enseigner : un vrai métier qui exige une vraie formation !


- Ecole : La communication tue l'information (à propos du coût et du bilan des internats),
la chronique de Nathalie Mons pour Rue des Ecoles
http://tinyurl.com/rue-mons-04


- Innovations, quoi de (vraiment) neuf à l'école ?
innovation classique et innovation innovante dans l'émission Rue des écoles
http://www.franceculture.fr/emission-rue-des-ecoles

Question annexe : l'innovation c'est quoi ?
Un département recherche-développement, innovation et expérimentation à la Degesco
avec une néo-évaluation de tout le zèle apporté à la démolition en cours ?
Un mode de régulation [et de communication] du MEN (Françoise Cros) ?
Un Forum à Orléans ... ?
La recherche de chemins de traverse ?
La quête d'une éducation radicalement différente ?
(cf Célestin Freinet, le texte libre avec le support technique de l'imprimerie en classe) ?

"Quelqu'un qui innove, c'est quelqu'un qui fait dévier du chemin principal"
affirme Descoings, dans le zapping du 5 avril, vers la 5e mn.
http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid1830-c-zapping.html

La rue de Grenelle pourrait-elle vraiment apprécier ?


.

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 décembre 2011

Expérimenter ou innover ?

 

- Malgré les injonctions du ministre, les enseignants expérimentent peu titre Le Monde 20/12/2011

C'est le Haut Conseil de l'Education (HCE) qui l'écrit dans un rapport annuel de 15 pages.
Le HCE fait la distinction entre innovation et expérimentation. L'expérimentation est cadrée et évaluée. L'article 34 de la loi de 2005 est peu mobilisateur : 
il faut obtenir l'autorisation du recteur, se fixer des objectifs, définir un protocole, prévoir des indicateurs d'évaluation. Elle doit être adoptée par un conseil d'école ou un CA, elle est menée pour une durée maximum de cinq ans. Blanquer vante ce qu'il considère comme les expérimentations du cabinet du MEN chatel : internats d'excellence, micro-lycées, ateliers-débats avec les parents. [un détail : les suppressions de postes font-elles également partie de l'expérimentation ?].

Les enseignants préfèrent mener leurs innovations plus spontanées (voyage linguistique, projet pluridisciplinaire, etc. ) dans l'ombre de l'institution... http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2011/12/20/


- Parents stressés cherchent soutien scolaire - Le Monde 23/12
Revue de l'offre sur le web, payante ou gratuite, en dehors d'Acadomia et des cours Legendre.
http://www.lemonde.fr//2011/12/23/parents-stresses


- Parents, ayez confiance en vous - Libération 23/12
En Ille-et-Vilaine, un projet mené par ATD Quart Monde a permis à des pères et des mères issus de milieux défavorisés de renouer avec les enseignants de leurs enfants. Et de se retrouver dans leur rôle de tuteur.
http://www.liberation.fr/societe/01012379365-parents-ayez-confiance-en-vous

 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 septembre 2011

L'ordinateur en guise de prof ?

 

- 27 septembre 2011 : grève nationale dans l'Education
Suppressions de postes, gel des salaires, suppression de la formation professionnelle des enseignants et CPE, aggravation des inégalités scolaires ... c'est la version Education de la découpe des services publics. Avec une dettequi dépasse 1650 Mds d'euros, c'est le bilan d'un quinquennat prévu pour durer dix ans.
http://www.caen.snes.edu/spip.php?article680

http://sections.se-unsa.org/14/
http://sgenbn.free.fr/spip.php?article503

Le Monde Education consacre 3 articles à l'Ecole, à la veille de la grève :

. Touché, l'enseignement privé se mobilise aussi
. "Nous ne contestons pas l'effort à fournir " affirme le secrétaire général de l'enseignement catholique
. Des innovations (!) pour faire des économies sans réduire l'offre de formation

Pourquoi l'enseignement catholique est-il le seul concerné ? Parce que les coupes y seraient plus brutales ? Parce que ses responsables ont mieux su communiquer ? Le Monde n'est pas le seul dans cette démarche ; plusieurs médias font de même, comme si la grève ne concernait que le privé confessionnel. Une exception notable cependant : lundi midi, les caméras de TF1 étaient à Chilly-Mazarin et à Draveil, dans des écoles publiques !! (JT 26/09 13 h, 8e mn, après la pub).

- Les ordinateurs à la place des profs ?

ordi-prof


Dans le troisième article, Le Monde semble avoir choisi de participer à la chasse aux postes lancée par le MEN et ses DRH. Comment faire des économies sur le dos des élèves et de leurs enseignants ?

La journaliste met en avant 3 pistes utilisées dans des établissements catholiques :

- Calibrer les cours sur 45 mn, pour récupérer un maximum d'heures.
- Annualiser le temps de travail des profs.
- Remplacer le prof par des ordinateurs, notamment pour les options à petit effectif où Internet permet de faire cours à distance : il suffit d'un surveillant pour s'assurer que les élèves sont assis en classe.

Un détail : quel sens les titreurs du quotidien donnent-ils au mot "innovations" dans le domaine de l'éducation ??

Si la journaliste veut ouvrir sa boite à malices, d'autres suggestions peuvent être avancées :
- Naguère, Illich avait envisagé une société sans Ecole...
- Certaines Facs de médecine ont fermé les amphis et remplacé les cours par des dvd.
Et bien entendu une formule lue lors de manifs :
- « L'Ecole coûte trop cher ? »
- « Essayez l'ignorance pour tous !! »


L'Ecole n'a pas de chance avec les médias dominants : elle s'y réduit souvent à la mise en scène des annonces ministérielles successives, elle occupe parfois les pages Faits divers et sert de prétexte à la vente de caméras de vidéo-surveillance, elle est top souvent caricaturée et réduite à une pseudo-polémique qui opposerait républicains (conservateurs) et pédagogues.

Si la presse avait pour fonction de rendre compte du réel et non de détourner des vrais enjeux, elle aurait mieux à faire, à l'heure de l'internet et des ordis. Elle pourrait enquêter sur le terrain, donner la parole aux acteurs, s'interroger sur le rôle de l'Education dans une démocratie ...


Posté par clioweb à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 juillet 2011

L'intimité au travail


Stefana Broadbent, L'intimité au travail
,
La vie privée et les communications interpersonnelles dans l'entreprise, FYP éditions.
 

stefana

 TED 2009 : How the Internet enables intimacy
http://www.ted.com/talks/stefana_broadbent_how_the_internet_enables_intimacy.html

.--

Stefana Broadbent : « 80 % de nos échanges se font toujours avec les mêmes 4-5 personnes ».
Entretien entre Stefana Broadbent et Hubert Guillaud (Internetactu, 29/03/2011).
http://internetactu.blog.lemonde.fr/2011/07/29/stefana-broadbent

.
Extraits
:

« Stefana Broadbent montre d'abord l'importance qu'ont acquis en quelques années nos communications personnelles. Plus que de nous relier au Village Global, tous les canaux de communication que nous utilisons servent avant tout à communiquer avec une poignée de gens très proches se résumant le plus souvent au cercle familial. 80 % de nos échanges réguliers se font toujours avec les mêmes 4-5 personnes »

Selon elle, « La séparation entre la vie privée et la vie professionnelle est artificielle. Plutôt que de chercher à restreindre la communication personnelle sur les lieux de travail, les organisations auraient intérêt à la faciliter, car elle est fondamentalement bénéfique au travail et à l'apprentissage ».

« Contrairement à ce qu'on a longtemps cru, l'innovation sociale dans les comportements de communication n'a jamais été dans l'extension des contacts, mais d'abord dans la continuité, l'approfondissement »

« Plutôt que de regarder tous nos canaux de communication comme des distractions, je pense qu'il faudrait plutôt regarder comment le contrôle de l'attention est devenu un thème crucial ».

« Certes, il est désolant que quelqu'un préfère regarder Lady Gaga plutôt que d'écouter un cours. Mais la question est autre. Pourquoi Lady Gaga est-elle plus attirante qu'un cours ? »

« Ces 20 dernières années, grâce aux TIC, on a isolé les travailleurs, on les a instrumentalisés, divisés... Jusqu'à l'introduction des téléphones mobiles, on pouvait encore compter sur la présence, sur l'attention de l'employé, mais depuis... Les mobiles font resurgir toutes les failles de l'organisation du travail telle qu'on l'a construite. Bien sûr, la réaction consiste trop souvent à contrôler, punir, restreindre... Alors que c'est le travail lui-même qu'il faut repenser. On ne peut pas avoir un niveau croissant d'éducation, d'autonomisation, d'habileté... et un contexte de travail aussi pauvre socialement et cognitivement ! »

. 

broadbent-intimite


http://www.fypeditions.com/tag/vie-privee/

 

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

06 juin 2010

Les Alpes au coeur de l'histoire

« Les Alpes, au cœur de l'histoire  :
défis de la montagne et pari de l'innovation
».

La Régionale de Grenoble organise du 25 au 28 octobre 2010 les IXèmes AGORAS de l'APHG

 

Le programme, au 10 mai 2010, en format pdf
(une version actualisée suit)

 

Le bulletin d'inscription à renvoyer à Grenoble, éventuellement

Ces journées d'entretiens, conférences, visites, excursions sont ouvertes à tous les enseignants d'histoire et de géographie venus de toute la France, adhérents ou non. Ce temps fort est l'occasion de faire le point sur les connaissances historiques et géographiques de la région hôte. Elles sont l'occasion de diffuser les derniers états de la recherche et des problématiques universitaires dans nos disciplines. Elles offrent enfin un temps de rencontre essentiel.


alpes

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

10 mai 2010

APHG : Agoras 2010

« Les Alpes, au cœur de l’histoire :
défis de la montagne et pari de l’innovation ».

IXèmes AGORAS de l'APHG,
organisés par la Régionale de Grenoble
du 25 au 28 octobre 2010


Le programme, au 10 mai 2010, en format pdf

Le bulletin d'inscription à renvoyer à Grenoble, également


alpes

Fondées en 1983 pour leur première édition à Marseille, les AGORAS de l’APHG (Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie) ont lieu tous les 3 ou 4 ans en moyenne dans une région différente. Marseille, Quimper, Lille, Strasbourg, Toulouse, Clermont-Ferrand, Poitiers et Reims ont accueilli les huit éditions précédentes des AGORAS.

Ces journées d’entretiens, conférences, visites, excursions, dont l’organisation est prise en charge alternativement par les Régionales de l’APHG, sont ouvertes à tous les enseignants d’histoire et de géographie venus de toute la France, adhérents ou non. Ce temps fort est l'occasion de faire le point sur les connaissances historiques et géographiques de la région hôte. Elles sont l’occasion de diffuser les derniers états de la recherche et des problématiques universitaires dans nos disciplines. Elles servent en même temps à mieux faire connaître, à tour de rôle, les caractères et spécificités propres des régions concernées aux enseignants et leur procurent nombre d’illustrations et d’exemples concrets qu’ils peuvent réinvestir dans leurs cours, leurs recherches, réflexions, ouvrages universitaires ou pédagogiques. Elles offrent enfin un temps de rencontre essentiel pour la diffusion des connaissances et les échanges entre historiens et géographes des cycles secondaire et universitaire.

Deux ans après les AGORAS de Reims (octobre 2008), ces IXèmes AGORAS, célébreront le centenaire de l’APHG. Nous les dédierons à Jean Peyrot, président d’honneur de l’APHG, fondateur des AGORAS en 1983, décédé le 28 novembre dernier. Surnommées "AGORAS alpines", elles auront pour thème « Les Alpes, au cœur de l’histoire : défis de la montagne et pari de l’innovation ».

Pierre FOUCRAS, Co-président de la Régionale de Grenoble


grenoble

Clioweb, version en html


Posté par clioweb à 17:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,