24 octobre 2012

L'internaute et ses entraves

 

Internet est un exceptionnel outil pour le travail intellectuel. Même ses détracteurs ont appris à s'en servir. Pourtant, pour l'internaute, les embûches ne manquent pas.

Quelques illustrations, avec des couacs récents constatés à Blois :

- Pour qu'un ordi en réseau puisse lire une simple clé USB, il a fallu faire appel au responsable réseau, qui a dû taper à 3 reprises un mot de passe admin !!!

- Un conférencier avait prévu de présenter 20 photos.
L'amphi avait un vidéoprojecteur, mais pas d'ordi...
Il a dû parler des images sans les montrer.
Plus simple pour un enregistreur audio... :-)

- Un autre s'est fait volé son ordi lors d'une réunion à Paris.
Il avait oublié la couple ceinture et bretelle :
Une copie du powerpoint aurait pu être sauvegardée sur le web (cloud computing).
Lui aussi a replongé dans les délices de la parole magistrale de ses débuts.


Ces embûches ont des sources multiples : 

- Elles peuvent venir des marchands : le contenu intéressant est alors planqué derrière la carte bleue.
Les sites commerciaux ont appris à utiliser la pub, et certains sites repèrent l'usage d'écrans multiples.

L'exemple de Cairn.info a déjà été cité : vendre à la découpe les articles d'une revue en numérique
(5 euros pièce, par ex un hommage à Pierre Goubert) , cela permet de mulitplier par 4 ou 5 le prix de la version papier de la revue. Voilà une bien curieuse exploitation des économies liées au numérique.
Etudes rurales sur l'archéogéograhie , ce serait plus de 50 euros.
Et 3 articles d'Olivier Ertzcheid, accessibles en ligne, sont facturés 47 euros (plus 10 jours d'attente) - cf Inisgate
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2012/10/lettre-a-linist.html
et la suite
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2012/10/


- Elles peuvent venir des informaticiens :
Comparer l'accès différé à un reportage TV : une mise en ligne pirate sur Youtube est instantanée, par l'accès au JT sur la chaîne qui l'a produit.
Voir aussi l'exemple du moteur de recherche de la revue L'Histoire

Les informaticiens excellent à inventer des obstacles : mot de passe, listes noires, version du logiciel ...
C'est le cas dans certains lycées où tous les blogs sont mis d'emblée en liste noire.
Les informaticiens des FMN essaient de coller aux usages des internautes. Dans l'Education, on a parfois l'impression que l'inverse l'emporte : les techniciens semblent d'abord payés pour imaginer des chausse-trappes et empêcher de bosser, pas pour faciliter le travail des profs et des élèves.


- Enfin, la bureaucratie se porte très bien, dans le public comme dans le privé. Avec comme prétexte fréquent la responsabilité du chef (en fait l'ouverture du parapluie en cas de sujet sensible).

Un exemple décrit récemment dans l'Education : un chef nommé au temps de Chatel a mené une guerre d'usure pour rendre impossible le travail d'une équipe de professeurs. Une solution de secours existe néanmoins ; mais il faut 15 jours pour qu'un échelon local prenne en compte une demande de modification et la transmette à l'échelon supérieur.
Avec un site web mis à jour en ftp, avec un blog comme celui-ci chez Canalblog, en temps normal, toute modification est prise en compte et affichée immédiatement.

A suivre

 

 

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,