24 juillet 2014

L’informatique à l’École

 

Education: un rapport interne dresse un sombre autoportrait
Le rapport (Médiapart, Aggior) : https://groups.google.com/forum/#!topic/aggiornamento-histgeo/Y9XSfAG4VDM
La vision de L'Express :
http://www.lexpress.fr/education/education-le-dossier-confidentiel-laisse-a-benoit-hamon_1534942.html


L’informatique à l’École (neos)
extraits :
- Revaloriser la place de l’informatique au collège.
Trois options sont sur la table :
- Faire de l’informatique une discipline à part entière, « et non plus seulement un enseignement ».
- Intégrer l’enseignement de l'informatique à une ou plusieurs disciplines existantes (en l’occurrence mathématiques, technologies, SVT ou physique-chimie).
- Ériger l’informatique en discipline à part entière, mais sous forme de cours optionnel. Il serait ici question d’en faire un « enseignement complémentaire », à l'image du latin par exemple.

- Proposer l'ISN aux lycéens des séries ES et L
[...]Le rapport explique au ministre qu’il serait facilement envisageable de permettre aux élèves de séries ES et L de se joindre aux enseignements suivis par leurs camarades de S (le cours dure deux heures par semaine). Il s’agirait pour eux d’un enseignement facultatif, et non un enseignement de spécialité - contrairement aux lycéens de série scientifique. [...]

- Quelle formation pour les enseignants ? « La généralisation de l’enseignement de l’informatique suppose un effort de formation important pour les enseignants » prévient la Dgesco. Deux solutions ici sont mises en avant :
- La création d'une certification complémentaire à destination des enseignants, à l’image de celles qui existent pour le français langue seconde ou les arts par exemple.
- L'instauration d'options « enseignements de l’informatique » dans les épreuves du CAPES et du CAPET de maths, sciences et technologie.

Le rapport complet en mode image (voir page 147 pour l'informatique)
http://www.scribd.com/document_downloads/231996210?extension=pdf&from=embed&source=embed

.

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 juillet 2013

Le numérique, un mot-valise

 

- Le numérique, adjectif substantivé. Alexandre Moatti (Le Débat 170)
http://ddata.over-blog.com/0/31/93/70//Blog-Bibnum.info/Le-numerique-adjectif-substantive-Moatti-Le-Debat170.pdf
- une synthèse d'Eric Bruillard (bulletin 21 de l'IFE, pages 5-7,
renommer le fichier si besoin en ajoutant l'extension pdf)
http://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/bulletins/bulletin-nb021

Ces deux textes aident à analyser le discours et les représentations des médias sur l'informatique et le numérique.

Selon Eric Bruillard, « on peut caractériser l’informatique autour de trois approches complémentaires et souvent hybridées :
- l'algorithmique et les traitements automatisés autour du cycle données / traitement / résultats ;
- l'interaction continue avec des machines, des artefacts sémiotiques, dans ce qu’Anne Nicolle nomme des processus à durée indéfinie ;
- la participation à des interactions sociales avec des agents humains et non humains via les réseaux (Bruillard, 2010).

Cette tripartition permet de souligner les éléments concourant à une culture informatique qu’il reste à construire : une « pensée » informatique, la maîtrise d’objets informatiques et la participation à des activités sociales dans un monde en réseau ».

Le numérique ? Les définitions courantes n’évitent pas la tautologie, mais pour les scientifiques, le numérique, c'est le traitement de l'information sous la forme d'une séquence de chiffres, avec tous les avantages associés. Le numérique permet de concevoir des applications qui rendent de grands services aux internautes, au moins quand les formats utilisés sont ouverts.

En France, les médias utilisent le numérique comme slogan pour désigner ce que tous les autres pays appellent digital (« Go Digital »). Ce mot-valise sert à ringardiser tous les autres. Ceux qui l'emploient donnent l'impression d'oublier la base matérielle préalable, comme s'ils voulaient occulter le rôle de la science et de la technique.

L'adjectif vampirise les concepts auxquels il est associé ( cf. culture « numérique »…). Le substantif a une forte valeur marketing (« Digital Economy » devient « Economie du Numérique ») : les adolescents sont considérés comme des clients potentiels et des digital natives qui peuvent se dispenser de tout apprentissage.
Le mot « numérique » met l'accent sur les seuls usages, dans une idéologie où tout est marchandise et où tout peut être quantifié : l'humain se résumerait alors à du nombre.
Eric Bruillard préfèrer utiliser le pluriel et parler des « cultures numériques ».

Pour lui, il est essentiel d'enseigner l'esprit critique, « une Arlésienne » qu'il définit par trois éléments : une disposition (plus qu'une compétence), une capacité d'action sur les machines et une construction sociale.

..

Posté par clioweb à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

18 mai 2013

Enseigner l'informatique ?

 

- L’enseignement de l’informatique en France : il est urgent de ne plus attendre
Rapport de l’Académie des sciences - mai 2013
http://www.academie-sciences.fr/activite/rapport/rads_0513.pdf

« L’Europe et la France en particulier accusent un important retard conceptuel et industriel dans le domaine par rapport aux pays les plus dynamiques, comme les Etats-Unis et certains pays d’Asie. Ce retard est en partie lié aux carences de l’enseignement de l’informatique »
« Les circonstances sont très favorables à l’introduction d’un véritable enseignement de l’informatique ... »
« Tous les enseignants devront être formés à l’impact de l’informatique dans l’évolution de leur discipline : la simulation dans les sciences expérimentales, l’usage de bases de données en histoire ou géographie, l’analyse de textes en littérature, la traduction automatique, la création artistique, etc. »


- Lire Bruno Devauchelle, Enseigner l'informatique : Un rapport qui méconnaît l'Ecole, Le Café 16.05.2013
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2013/05/16052013Article635042841227838366.aspx

Le rapport a été écrit par des spécialistes. « Le numérique nécessite une réflexion globale, pas simplement la définition d'un nouveau territoire qu'il s'agirait alors d'installer et de défendre, au risque de l'opposer à d'autres disciplines dont on sait qu'elles sont promptes à se défendre ».



- Les enjeux ne sont pas nouveaux. Ils ont été posés dès les années 1970 :
L'informatique en Education, pour quoi faire ?
A quel niveau (en maternelle avec le logo de Seymour Papert ? en université seulement ?)
Enseigner l'informatique théorique ou l'informatique appliquée ?
Enseigner la programmation ou la "bureautique" ?
L'informatique peut-elle ignorer les machines ?
Traiter automatiquement des données ou Communiquer en ppt ou sur twitter ?
Que faire des enjeux politiques, sociaux et économiques (dans l'espace public, dans les entreprises, au niveau individuel ..) ?
A quels lycéens, quels étudiants destiner ces enseignements ?

Côté prof, les premières dotations en ordi des lycées (1983 ?) étaient accompagnées d’une formation de 100 h (une ébauche de programmation). cf Quelques points de repère dans une histoire de 40 ans - L'association EPI (1971-2011)
http://www.epi.asso.fr/revue/histo/h11epi_jb.htm

Côté lycéens, le Ministère a hésité entre une option lourde, surtout exploitée par les lycéens scientifiques et un vide total.
En 2012, en série scientifique, Chatel a introduit une spécialité « Informatique et Sciences du Numérique » (ISN).
Au programme : Représentation de l'information, Algorithmique, Langages et programmation, Architectures matérielles.
http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=57572


La formation informatique des historiens en France : une urgence écrivait Jean-Philippe Genet dans Mémoire Vive N°9 - http://pireh.univ-paris1.fr/mv/num9.html
Les questions sur le type de formation sont déjà posées par les historiens en 1993, en fonction de la technique du moment (UNIX et MS-DOS). Et à une époque où l'histoire quantitative occupait une place importante, une époque où les étudiants en histoire pouvaient avoir réussi un bac C ou S.


Les pionniers se souviendront de la galère des débuts d'internet.
Depuis, les outils se sont répandus dans toute la société et les usages se sont énormément diversifiés.
En géo, les programmeurs ont développé plusieurs logiciels de carto. Les applications en ligne (Géoclip ou Arctique en France) sont très efficaces, et laissent davantage de temps pour faire de la géo.
De fait, il semble exister au moins deux types d'informaticiens : ceux qui mettent toute leur intelligence à faciliter le travail des autres sur ordi ; ceux que l'on paie pour empêcher ou entraver le travail des internautes, à coup de mots de passe, d'interfaces peu intuitives ou de trappes connues des seuls initiés.

Pour compliquer le tout, l'instabilité fait partie du débat : les processeurs et la mémoire ne sont plus ceux de 1985 ou de 2004.
Face à ces mutations, on peut tenter de courir après la technique et subir l'obsolescence. On peut, comme un prof de maths vers 1987, prétendre remplacer l'ordi (ou la tablette) par un crayon (tout en tenant la main de sa voisine pour lui enseigner à se servir du mulot !).

Alors enseigner aux historiens à coder ? (cf F. Clavert)
http://www.clavert.net/le-code-et-lhistorien-contemporaneiste-pensees-eparses/
ou créer les conditions d'une coopération entre techniciens et historiens ? (Ph. Rygiel)

Le débat ne sera sans doute jamais clos.
Encore faudrait-il poser des questions auxquelles il soit possible de répondre utilement sur le terrain.

Voir également
25 ans d'ordi en HG : http://clioweb.free.fr/clio/egotechnohistoire.htm
La page History and Computing : http://clioweb.canalblog.com/tag/historyandcomputing
et les 7 pages Dans la Toile des médias sociaux : http://clioweb.canalblog.com/tag/mediassociaux

J-Ph Genet, A. Zorzi, Les historiens et l’informatique. Un métier à réinventer - EFR 2011
http://digital.casalini.it/10.1400/171938
un ouvrage de synthèse des Ateliers ATHIS (2006-2008)
http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique619



.

03 septembre 2012

L'Ecole impatiente

 

- L'Ecole impatiente, Les Matins 03.09.2012
http://www.franceculture.fr/emission-les-matins-l-ecole-impatiente-2012-09-03
au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10075-03.09.2012-ITEMA_20396608-0.mp3

invités :
Nathalie Broux, Coordinatrice du micro-lycée de la Courneuve et professeur de français au lycée Jacques Feyber à Epinay sur Seine
François Meroth,Président de l’association ADEP (Amis et défenseurs de l’école publique)
François Jarraud - Le café pédagogique

Ecouter entre 1h13 et 1h28, entre 1h47 et 2h04
Le changement ?
donner aux profs les moyens de faire leur métier, pas leur imposer des pratiques qui peuvent séduire des électeurs mais qui sont inefficaces ou contre-productives en classe.

Face à un système qui devient de plus en plus inégalitaire, quelle est la meilleure stratégie ?
Se battre sur les grands mots,
ou trouver des mesures concrètes qui changent le climat et apportent un début de solution ?

Après 2h04, dans la dernière demie heure, les sujets écran qui empêchent les vraies avancées : l'idéologue de service bondit sur les annonces ministérielles autour de la "morale laïque" et la carte scolaire pour déverser son fiel sur les profs parents ...

- Le retour de l'informatique au lycée - Place de la Toile 01.09.2012
Il existe à nouveau une option « informatique et sciences du numérique » en Terminale Scientifique.

invités :
Gilles Dowek (INRIA)

Alexis Kauffmann (Framasoft)
http://www.franceculture.fr/emission-place-de-la-toile-le-retour-de-l-informatique-au-lycee-2012-09-01

l'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10465-01.09.2012-ITEMA_20396188-0.mp3


.

Posté par clioweb à 09:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Le retour de l'informatique au lycée

 

Le retour de l'informatique au lycée
Place de la Toile, 01.09.2012

avec Gilles Dowek, INRIA
Alexis Kauffmann, Framasoft

Apparition (ou réapparition ?) d’une option « informatique et sciences du numérique » en Terminale Scientifique.
Pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps ?
Cette option connaîtra-t-elle le destin tragique des tentatives précédentes ?
Qu’est-ce qu’on entend par l’informatique comme discipline ?
Quel est le but : former à la science ou aux usages ?
Quels sont les enjeux industriels sous-tendus ?

L'émission au format mp3
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10465-01.09.2012-ITEMA_20396188-0.mp3

 

Posté par clioweb à 07:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 juillet 2011

History and Computing


JAHClogo


article complété en décembre 2012

. Le mariage de la technologie et de l’histoire.
C’est le thème du dernier numéro de la revue History and Computing (2010).

Dès l’origine, les pionniers ont questionné l’apport de l’ordinateur à l’écriture de l’histoire. Le passage au web 2.0 (et l'arrivée des médias sociaux) a simplement renouvelé et déplacé certaines des questions.

The Association for History and Computing a été créée en 1987 ; 
http://odur.let.rug.nl/ahc/intern/index.html

Entre 1987 et 1998, sur papier, la revue History and Computing a témoigné des expérimentations et des réalisations en cours, principalement en Europe. 
http://odur.let.rug.nl/ahc/journal/index/createindex.html

Entre 1998 et 2010, 30 numéros de la version américaine History and Computing, the Journal of the American Association for History and Computing (AAHC) ont été mis en ligne sur le site de la Pacific University in Forest Grove, Oregon. http://mcel.pacificu.edu/history/jahc/

« A major goal of this journal is to help define useful standards
to maximize the utility of computers in historical studies ». 

Aujourdhui, la revue électronique semble hébergée sur le site de la Bibliothèque de l'université du Michigan.
http://quod.lib.umich.edu/j/jahc/browse.html

history&computing


En 2010, le dernier numéro met en avant « The Marriage of Technology and History ».

« One of the primary goals of the AAHC has always been the reasonable and productive marriage of history and computer technology for teaching, researching and representing history through scholarship. In this issue, there are two excellent representations of how such a marriage might work: Geographic Information Systems (GIS) and text mining ».

 

 - L'association française Histoire et informatique a publié pendant quelques années,
entre 1989 et 1995, le bulletin Mémoire Vive.
(Jean-Philippe Genet, André Zysberg, Caroline Bourlet, Giulio Romero ...)
une version archivée grâce à Paris 1 et au Web Archive :
http://clioweb.free.fr/dossiers/memvive/memvive.htm

18.07.2013 : La formation informatique des historiens en France : une urgence écrivait Jean-Philippe Genet dans Mémoire Vive N°9 - http://pireh.univ-paris1.fr/mv/num9.html  -  http://pireh.univ-paris1.fr/mv/memvive.html
Les questions sur le type de formation sont déjà posées par les historiens en 1993, en fonction de la technique du moment (UNIX et MS-DOS). Et à une époque où l'histoire quantitative occupait une place importante, une époque où les étudiants en histoire pouvaient avoir réussi un bac C ou S.


memoire-vive-9

 

 

En 2002, Rolando Minuti a publié Internet et le métier d’historien (PUF).
Il vante le modèle du séminaire. Il a testé les modifications de l’écriture historique,
notamment à travers une revue historique électronique.
http://clioweb.free.fr/dossiers/historiens/minuti.htm

minuti


- Les historiens, leurs revues et Internet
dir. Philippe Rygiel, Serge Noiret, Publibook Universités, 2005
http://clioweb.free.fr/revues/rygiel2.htm

 

rygiel-hri



- Chez les médiévistes, plusieurs séminaires ont eu lieu dans le cadre du programme ATHIS
dirigé par Jean-Philippe Genet et André Zorzi. (cf Menestrel)
Un ouvrage de synthèse a été édité en Italie.
http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique619&lang=fr

Thèmes abordés entre 2006 et 2008 :
De l’archive à l’open archive
L’historien, le texte et l’ordinateur
L’informatique et les périodes historiques
L’informatique et l’utilisation des statistiques par les historiens
L’historien, l’espace et l’ordinateur
Histoire, informatique, pédagogie
Les historiens et l’informatique. Un métier à réinventer

zorzi
J-Ph. Genet - A. Zorzi, Les historiens et l’informatique. Un métier à réinventer, EFR 2011
http://digital.casalini.it/10.1400/171938
http://aphgcaen.free.fr/chronique/417/aphg417.pdf


Lire également
Digital History: A Guide to Gathering, Preserving, and Presenting the Past on the Web,
l'ouvrage rédigé par Daniel J Cohen et Roy Rosenzweig en 2005. Philadelphia: U. of Pennsylvania Press.

La version disponible sur le web : http://chnm.gmu.edu/digitalhistory/

un CR : http://hdl.handle.net/2027/spo.3310410.0009.108

 
 digitalhistory

D.J. Cohen - R. Rosenweig -Digital History :
A Guide to Gathering, Preserving, and Presenting the Past on the Web


- Can History be Open Source ? Wikipedia and the Future of the Past
dans un article mis en ligne en juin 2006, au moment où les débats étaient vifs à propos de Wikipedia,
le regretté Roy Rosenzweig s'intéresse aussi au travail (souvent solitaire) de l'historien.

http://clioweb.free.fr/debats/wikipedia.htm
http://chnm.gmu.edu/essays-on-history-new-media/essays/?essayid=42
http://chnm.gmu.edu/essays-on-history-new-media/essays/

Traduction collective : http://clioweb.free.fr/debats/rosen-fr.htm
Version abrégée : http://clioweb.free.fr/debats/wikirr.pdf

 
chnm

 

- L’internet militant


materiaux-79

Internet et mouvements sociaux : nouvelles pratiques militantes, nouvelles sources pour l’histoire.
Matériaux pour l'histoire du temps présent, numéro 79, 07-09-2005

sommaire (web archive) :
I - L’évolution des pratiques militantes à l’heure de l’Internet
II - Collecte et sauvegarde des archives électroniques : http://www.bdic.fr/page.php3?id_page=422
présentation dans la Chronique : http://aphgcaen.free.fr/chronique/394/aphg394.htm#conclusion


18.07.2013 - Côté prof, les premières dotations en ordi des lycées (Goupil, Leanord, 1983 ?) étaient accompagnées d’une formation de 100 h (une ébauche de programmation). cf Quelques points de repère dans une histoire de quarante ans - L'association EPI (1971-2011) - http://www.epi.asso.fr/revue/histo/h11epi_jb.htm

Côté lycéens, le Ministère a hésité entre une option lourde, surtout exploitée par les lycéens scientifiques et un vide total.
En 2012, en série scientifique, Chatel a introduit une spécialité « Informatique et Sciences du Numérique » (ISN).
Au programme : Représentation de l'information, Algorithmique, Langages et programmation, Architectures matérielles.
http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=57572


18.07.2013 - Une contre-histoire de l'Internet, Le documentaire réalisé par Jean-Marc Manach, Julien Goetz et Sylvain Bergère donne la parole à une trentaine d’acteurs du net, dont John Perry Barlow (cofondateur de l'EFF), Rick Falvinge, fondateur du Parti Pirate Suédois, Richard Stallmann (logiciel libre, président de la FSF), Jérémie Zimmermann (la Quadrature du Net), Benjamin Bayart (ancien président du FAI FDN), Valentin Lacambre, Julian Assange (rédacteur en chef de Wikileaks) -
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/05/31/27301584.html
Le site collaboratif : http://lesinternets.arte.tv

.
.

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 avril 2010

Internet, révolution culturelle

Internet, révolution culturelle (Le grand bouleversement, l'invention d'une culture, un rêve d'industriels)
Manière de voir 109, Le Monde diplomatique. Février-Mars 2010.
Plusieurs articles de ce dossier peuvent être consultés en ligne.
(ceci n'est pas un poisson :-):-) )

Quelques exemples :
Internet déstabilise tout l’édifice social. Le web est à l’origine d’un grand chambardement multiforme ; il modifie en profondeur les habitudes culturelles. Les anciens équilibres sont balayés :
La vente des disques CD s’effondre (150 millions en 2002, 90 en 2006), mais pas celle des dvd …
Le livre comme point d’ancrage d’une pensée cohérente et articulée est menacé,
La tyrannie de la réactivité aggrave la crise du journalisme de marché,
Facebook est un « laboratoire idéal pour tester les limites de la tolérance à la surveillance ».
Dans « Le monde selon Google » (P Lazuly), la réponse à une requête n’est pas la principale référence sur le sujet, mais son acceptation la plus largement référencée. http://www.monde-diplomatique.fr/2003/10/LAZULY/10471

Quelle est la source de ce chambardement selon les auteurs ?
Les mutations du capitalisme de la connaissance, un des pans du capitalisme financier.

Internet enfante les géants de l’après-crise. Selon Dan Schiller (article payant) « Internet constitue le moyen le plus vigoureux dont dispose le capitalisme pour diffuser ses modes de relations sociales » et pour « impulser une nouvelle course aux profits ». La domination américaine reste écrasante (19 entreprises sur les 25 premières sur le marché du logiciel et d’Internet) . http://www.monde-diplomatique.fr/2009/12/SCHILLER/18572

Pour Robert Darnton les industries culturelles vont tomber du « ciel des Lumières » et plonger dans « le marigot du capitalisme global ». Le Web sert  « d’outil de privatisation du savoir public ». Grâce à la numérisation, Google va « se retrouver en position de monopole ». http://www.monde-diplomatique.fr/2009/03/DARNTON/16871

H Le Crosnier analyse les « Mouvements tectoniques sur la Toile : Google, Yahoo et Microsoft à la recherche d’un modèle économique ». Il s'intéresse également à « L’ère de l’ informatique en nuages : une nouvelle division du travail numérique ». Il constate que dans cette « industrie lourde », en 2008, une ferme de serveurs consomme autant d'énergie et d'eau qu'une fonderie d'aluminium.
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/03/LE_CROSNIER/15673
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/LE_CROSNIER/16174
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/LE_CROSNIER/16175

La mise en concurrence des salariés crée de nouvelles précarités : cf le « Télétravail à prix bradés sur Internet » selon P Lazuly (centres d’appel, MTurk d’Amazon). http://www.monde-diplomatique.fr/2006/08/LAZULY/13745

« Aussi longtemps que l'accès à Internet et la capacité de monter un site ne seront pas plus équitablement distribués dans la société, le gouvernement électronique, les forums de quartier et les blogs pourraient bien, à l'inverse de ce qu'escomptent leurs artisans, aggraver la fracture sociale » E Klinenberg, Une révolution en trompe-l'oeil, 2007 (ou Ce rêve envolé d’une information égalitaire : Les bénéficiaires inattendus du miracle Internet). http://www.monde-diplomatique.fr/2007/01/KLINENBERG/14333

.
Le tableau d'ensemble dressé par Le Monde diplomatique depuis plus de dix ans paraît bien sombre. « Pour pertinents qu’ils soient, il est frappant de constater à quel point ces arguments de gauche s’inscrivent dans une longue tradition de critique de la culture de masse ».

Toujours selon ces auteurs, les innovations permises par l’irruption des réseaux restent tâtonnantes et peu organisées : La seconde partie (L’invention d’une culture) s'intéresse au sort de l'intérêt général, à l'avenir des « biens communs » de l'humanité. Joost Smiers interroge le durcissement des règles du droit d'auteur. Pour lui, « les créateurs comme le public auraient tout à gagner d'une remise à plat du système actuel, résultat d'une philosophie dévoyée ».
Les autres articles évoquent la libération de la parole, l’essor sans précédent du travail coopératif (logiciels libres), la chasse menée par les hackers aux dérives et aux atteintes aux droits de l’homme, la diffusion de la culture numérique.
Modeste consolation, même un censeur de Wikipedia se prend à imaginer la transposition sur le terrain politique de la coordination des enthousiasmes individuels. http://www.monde-diplomatique.fr/2009/04/O_NEIL/16985

L’informatique a-t-elle un sexe ? « La persistance des clichés et la rareté des modèles identificatoires amènent trop souvent les filles à penser que ce métier n’est pas pour elles ». Isabelle Collet interroge l'application du genre à Internet (elle a publié L’informatique a-t-elle un sexe ? Hackers, mythes et réalités, L’Harmattan, Paris, 2006).
http://www.monde-diplomatique.fr/2007/06/COLLET/14834

Pour La Science a publié L'ère d'Internet - Les enjeux du réseau global - lire le sommaire en ligne

rappel : Internet, l'effroi (28 mars 2010)