19 juillet 2013

La hantise des origines

 

venayre-origines


Les Origines de la France. Quand les historiens racontaient la nation,
Paris, Le Seuil, collection L’Univers Historique, 2013, 430 p


Le mythe de la nation française
- La Vie des idées, 12.07.2013
Lecture de l'ouvrage de Sylvain Venayre par Anne-Marie Thiesse
http://www.laviedesidees.fr/Le-mythe-de-la-nation-francaise.html

« La monarchie française avait été pensée en instrument de la Providence... Le siècle post-révolutionnaire cultive intensément la recherche des origines (du langage, des nations, du christianisme, des espèces) qui doit éclairer - sur leur nature, leurs droits et leurs devoirs - des sociétés désormais vouées à la liberté ».

Pour vanter la nation, les monarchistes inventent « la fille aînée de l’église », les républicains lui opposent « la fille chérie de la nature » (cf la géographie).
« Un agrégat inconstitué de peuples désunis » : l’historiographie dégage des origines multiples pour la nation France, mais cette diversité est présentée comme ayant vocation à l’unité. Pour Michelet, la France est une personne, elle est « l’esprit de la liberté qui s’est incarné dans une nation auto-engendrée ». La raciologie est convoquée jusqu’en 1870 ; elle est ensuite récusée comme science allemande. Renan illustre ce revirement dans son célèbre discours de 1882 : « L'existence d'une nation est (pardonnez-moi cette métaphore) un plébiscite de tous les jours, comme l'existence de l'individu est une affirmation perpétuelle de vie ».
http://classiques.uqac.ca/classiques/renan_ernest/qu_est_ce_une_nation/qu_est_ce_une_nation.html
http://fr.wikisource.org/wiki/Qu'est-ce_qu'une_nation_?
http://mjp.univ-perp.fr/textes/renan1882.htm

« Bannie depuis longtemps des colloques et des thèses, la hantise des origines a bien prospéré en d’autres territoires. L'idole règne aujourd’hui sur un vaste et rentable marché de films, jeux, spectacles, publications de vulgarisation ». Face à la persistance des conceptions essentialistes, le métier de l’historien est la meilleure des réponses.


Egalement,
Edward Baring, The Young Derrida and French Philosophy, 1945-1968, Cambridge : Cambridge University Press, 2011, 326 pp.
http://www.laviedesidees.fr/Derrida-un-intellectuel-marginal.html


.
 

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


01 juin 2012

Le commerce identitaire du passé



- Aimer l’histoire est une chose…

Maryline Crivello, U Aix - Libération Rebonds 30.05.2012
http://www.liberation.fr/societe/2012/05/30/aimer-l-histoire-est-une-chose_822511

extraits :
« L’histoire est devenue un bien de consommation culturelle, une pratique sociale festive qui participe souvent d’un développement touristique (les politiques culturelles en faveur d’un passé cathare dans le sud-ouest de la France)... les spectateurs, enjeux d’une forme de mercantilisme commémoratif, ne sont pas forcément dupes et se prennent au jeu d’un passé idéalisé ou fantasmé et d’une nostalgie ambiante ». 

« Dès lors, quelle peut être l’attitude de l’historien ? Sans mépris aucun, il essaie de comprendre de quelle façon sa propre époque appréhende le passé, étudie les approximations, les décalages, les oublis, autant d’indices de lectures qui en disent long sur la place de l’histoire aujourd’hui »

« Cependant, il y a une limite. .. Le moment où certains se présentent comme des historiens, sans connaître la moindre règle élémentaire du métier (la citation des sources, l’impossibilité d’affirmer des anecdotes sans références, le regard critique d’une communauté scientifique), et valorisent un récit fétichiste et gallo-centré, récitant toute une litanie de héros bien choisis et d’événements rituels mis au service de convictions idéologiques ».


- Le drôle de tempo du «Métronome» de Lorànt Deutsch
William Blanc, Libération Rebonds 30.05.2012
http://www.liberation.fr/culture/2012/05/30/le-drole-de-tempo-du-metronome-de-lorant-deutsch_822503

extraits : 
« Métronome est un produit de consommation de masse, décliné sur plusieurs supports (écrit, audiovisuel, multimédia) dans lequel deux grands groupes industriels (France Télévision et la RATP) ont investi massivement et dont ils espèrent des retombées ».

« ... A une époque où des menaces fortes pèsent sur les services publics de l’éducation et de l’université, Métronome est symptomatique d’une histoire qui se voudrait immédiatement rentable, purement utilitaire et, en fin de compte, privatisée, où celui qui possède des moyens financiers conséquents impose un point de vue à l’ensemble du public, où la forme, inspirée des techniques du marketing et du storytelling, importe plus que le fond ».


 

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 mars 2012

L'hémisphère déviant

 

Patrick Buisson, un hémisphère déviant
qui a colonisé la totalité de la boite crânienne
Antoine Guiral – Libération 16.03.2012
http://www.liberation.fr/politiques/01012396214-patrick-buisson-un-hemisphere-deviant

« En 2007, Nicolas Sarkozy disait de lui: «Il est l'hémisphère droit de mon cerveau.» En 2012, le conseiller Patrick Buisson a colonisé la totalité de la boite crânienne sarkozyste. Après avoir oscillé des mois durant entre différentes stratégies de campagne, le candidat UMP a choisi de placer tout entier son sort électoral entre les mains d'un homme d'extrême droite. La ligne est tracée. Le chef de l'Etat la suit sans états d'âme. Les ennemis de la France sont partout: chômeurs fraudeurs, immigrés trop nombreux et mangeurs de halal, «technocrates» européens ouvreurs de frontières et suppôts des produits chinois... »

« La machine Buisson turbine au nom du peuple et contre les «élites». Sa rengaine, bien connue depuis les «ligues» des années 30, a été ripolinée avec le storytelling et le charabia sondagier. L'ancien directeur du journal Minute et thuriféraire de la famille Le Pen fait forte impression dans les salons de l'Elysée quand il manie l'histoire, les sciences politiques et les études d'opinion pour tracer le chemin de la victoire. «Transfrontiérisme», «déferlante migratoire», «identité nationale», dit-il dans un entretien au Monde en déroulant une rhétorique charpentée pour étayer ses prédictions fantasmagoriques ».

« Patrick Buisson fait partie de ces personnages dont raffolent les gouvernants en perdition. Ils rassurent en les installant au cœur de la Grande Histoire. Ont des solutions pour tout. Et tiennent la tranchée quand la débandade menace. Ses prophéties sont si bien formulées que le pouvoir les croit autoréalisatrices. Dans le Monde, Buisson proclame, par exemple, que «Hollande rassemblera moins de voix que Royal». Il a lu dans sa bulle des courbes qui se croisent et se décroisent, puis y a plaqué du concept et des fariboles historiques. Le résultat peut impressionner. Mais il met surtout en lumière un esprit pétri d'obsessions rances. Le stratège en chef de Nicolas Sarkozy est atteint d'une soif inextinguible de revanches culturelles et politiques sur la gauche ».

Posté par clioweb à 07:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 octobre 2010

MHF : Un projet dangereux

- « ... La « Maison de l'histoire de France » dont Nicolas Sarkozy vient d'annoncer, dans son discours des Eyzies (prononcé en septembre), qu'elle doit prendre place aux Archives nationales est un projet dangereux ». Le Monde Opinions 22/10/2010

« Ce danger découle de trois options hautement contestables : celle d'une France étriquée, celle du discours rétrograde qui sous-tend la Maison de l'histoire de France, et enfin, celle résultant du lieu d'implantation... »

« ... N'y a-t-il pas d'autres lieux pour exposer l'histoire que les hôtels princiers, alors que tant d'espaces du travail rappelleraient plus aisément que l'histoire est aussi faite de vies minuscules, des hommes et des femmes ordinaires dont le quotidien et l'héritage légué à notre époque fut bien autre chose que la seule construction de l'Etat-nation et les souffrances imposées par l'histoire-bataille ? »

« Les soussignés appellent donc à la suspension de ce projet tant qu'il n'est pas repensé dans un esprit d'ouverture en prise avec une recherche historique de notre temps ».
Isabelle Backouche (EHESS),
Arlette Farge (EHESS),
Jacques Le Goff
Gérard Noiriel (EHESS),
Roger Chartier (Collège de France),
Daniel Roche (Collège de France)
Christophe Charle (université de Paris 1),
Nicolas Offenstadt (Paris 1)
Michèle Riot-Sarcey (université de Paris 8).

Dans la Fabrique, le dernier quart d'heure a été consacré  à ce sujet, avec la participation d' Isabelle Backouche et de Vincent Duclert (il a présenté à Blois son dernier ouvrage L'Avenir de l'histoire)
A podcaster et écouter au format mp3

.
- Jean-François Hebert (château de Fontainebleau) a livré son rapport :
Eléments de décision pour la Maison de l'Histoire de France

- Faut-il une «maison de l’histoire de France» ?,
Nicolas Offenstadt, Paris 1, Libération 09/10/2010

 

Posté par clioweb à 12:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,