28 juin 2021

Trop noir, trop blanc

 

tropnoir-hda

- « Trop noir, trop blanc » : Trevor Noah raconte l’apartheid

L’humoriste américain, né en 1984, témoigne dans son autobiographie
de l’apartheid au quotidien à Johannesburg, la ville de son enfance. Libération 23.06.2021

https://www.liberation.fr/culture/livres/
  https://www.liberation.fr/culture/livres/trevor-noah-matez-ce-metis-20210623_NSMP5ZJQCFCIBJ6BW4GOQITIZ4

 

- Trop noir, trop blanc. Une enfance sud africaine dans la peau d’un Métis,

traduit de l’anglais (États Unis) par Michael Belano et Marie Hermann, Marseille, Hors d’atteinte, 2021.

Un récit mêlant l’histoire de l’Afrique du Sud et le vécu de Trevor Noah dans un pays raciste.

https://www.cercleshoah.org/spip.php?article925

 

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


08 mars 2021

8 mars - droits des femmes

 

- « Joyeuse fête de la femme ! » :
huit idées reçues sur la Journée internationale des droits des femmes

Cette journée, officialisée par les Nations unies en 1977, est l’occasion, chaque 8 mars,
de rappeler que l’égalité des genres n’est toujours pas acquise, en France et ailleurs.
Le Monde, les décodeurs, 08.03.2021

« La vraie question à se poser serait plutôt :
pourquoi, en 2021, a-t-on encore besoin d’une Journée internationale des droits des femmes ?
Tout simplement parce que les femmes n’ont toujours pas les mêmes droits
que les hommes dans un univers marqué par la dimension systémique du patriarcat sur la quasi-totalité du globe »

 

ncnm-hatteinte

- Notre corps, nous-mêmes
Collectif NCNM
https://www.horsdatteinte.org/produit/notre-corps-nous-memes/

- Les trois « vagues » successives qui ont construit le féminisme moderne

Anne Chemin – Le Monde 16.10.2020

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/10/16/les-flux-et-reflux-des-combats-feministes_6056213_3232.html



« Née à la fin des années 1860, la première vague est aussi la plus longue : elle se déploie au début de la IIIe République, connaît son acmé au tournant du siècle et s’essouffle dans l’entre-deux-guerres ».

« La première vague avait duré près d’un siècle, la deuxième est infiniment plus courte : elle s’esquisse pendant les « années Planning familial », à la fin des années 1960, pour s’achever, au début des années 1980, avec l’arrivée de la gauche au pouvoir et la naissance d’un « féminisme d’Etat » incarné par Yvette Roudy ».

« Si les deux premières vagues présentent des profils singuliers, la troisième est infiniment plus difficile à dépeindre. Le terme même de « troisième vague » est d’ailleurs contesté, tant les féminismes qu’elle rassemble sont pluriels. Une chose est sûre : après l’essoufflement des années 1980, le mouvement connaît, à partir du milieu des années 1990, un vrai renouveau.

Alors que la deuxième vague postulait l’existence d’une condition commune à toutes les femmes, la troisième met en avant la pluralité des identités ».


.
- Marie-Antoinette, Joséphine, Eugénie, etc.

Femmes - hors série - Histoire par l’image
https://histoire-image.org/fr/hors-series/femmes


- Abuser / Forcer / Violer

Clio. Femmes, Genre, Histoire n°52 ( 2020)

à venir en ligne : https://journals.openedition.org/clio/


« Je ne regrette pas d’avoir inventé le 8 mars »

Entretien posthume avec Clara Zetkin,
par Marie Hermann, Simone Sittwe, illustré par Marine Summercity

paru dans CQFD n°196 (mars 2021)
https://cqfd-journal.org/Je-ne-regrette-pas-d-avoir-invente

Marie Hermann est cofondatrice des éditions Hors d’atteinte qui viennent de publier Je veux me battre partout où il y a de la vie,
recueil de textes, discours et lettres de Clara Zetkin, assortis d’une autobiographie et d’un texte d’Angela Davis


.

 

.


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 janvier 2019

Rue des Pâquerettes

 

Rue des Pâquerettes
Mehdi Charef
Hors d’atteinte 2019

http://www.horsdatteinte.org/produit/rue-des-paquerettes-2/

Dans Rue des Paquettes, Mehdi Charef rend hommage à son instituteur : il a repéré tout de suite l’amour des mots chez ce gamin qui n’a eu qu’1 année d’école en Algérie.
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article726


Auteur notamment du Thé au harem d’Archi Ahmed (1983), Mehdi Charef, qui a publié trois autres romans et réalisé onze films, retrouve ici l’écriture après treize ans d’interruption. Dans Rue des Pâquerettes, il revient sur son arrivée en France en 1962. Il y raconte l’absurdité de l’exil, la boue du bidonville et les silences rentrés ; mais aussi la soif de mots d’un enfant avide de raconter ce qu’il comprend du monde qui l’entoure.

 « Il s’est écoulé trois ans entre notre première discussion et la sortie du livre, explique Marie Hermann, cofondatrice avec Ingrid Balazard de la maison d’édition Hors d’atteinte. Je suis heureuse qu’un écrivain qui compte tant pour moi depuis mon enfance nous fasse confiance. Nous voulions que cet ouvrage soit le premier à être publié par notre nouvelle maison d’édition. »
Gazette Val d’Oise 02.01.2019


paquerettes

 

 

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,