14 juillet 2012

Pour l'histoire de l'art à l'Ecole

 

Pour un enseignement de l’histoire de l’art
12 juillet 2012 - Libération rebonds
http://www.liberation.fr/culture/2012/07/12/pour-un-enseignement-de-l-histoire-de-l-art_832962

« Monsieur le Président, Vous avez inauguré votre quinquennat par un geste fort, un hommage à Jules Ferry, qui a tant œuvré pour lutter contre l’analphabétisme et pour créer l’Ecole de la République. Mais un autre analphabétisme est tout aussi injuste : l’analphabétisme visuel. Car, dans un monde saturé d’images, il est devenu fondamental de savoir regarder et comprendre une image, qu’elle apparaisse sur un écran de télévision, d’ordinateur, de PlayStation, ou dans un musée. Il ne s’agit pas...  »

« La solution est simple ... elle est de faire enseigner l’histoire de l’art par des professeurs compétents, recrutés par concours - un Capes spécifique - comme c’est le cas pour les autres matières dans les collèges et lycées ».

« Transformer une matière floue et anti-pédagogique en un enseignement de l’histoire de l’art dans le secondaire ... c’est le plus beau plan de relance que vous pouvez faire ».


Voir aussi le Livre blanc de l'APAHAU présidée par Olivier Bonfait.
http://clioweb.canalblog.com/tag/apahau


L'école apprendrait à lire, elle n'enseignerait pas à voir
Le débat a été ouvert en 2007 par Pierre Rosenberg, avec le même mépris du travail fait en classe sur la lecture de l'image en Lettres et en Histoire notamment. La demande portait sur une Agrégation.
http://clioweb.free.fr/art/rosenberg.htm


Le suivi par le SNES de l'histoire des arts au collège au temps de chatel.
http://www.snes.edu/Histoire-des-arts-les-actions-et.html


.

Posté par clioweb à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


31 mai 2012

L'école n'enseigne toujours pas à voir



- L’histoire des arts : un enseignement insatisfaisant

L’APAHAU  publie un Livre blanc sur L’ enseignement de l’histoire des arts (pluriel) dans les écoles, collèges et lycées. Une formation humaniste et sensible à réinventer,
selon cette Association des Professeurs d’Archéologie et d’Histoire de l’Art des Universités.
Le livre blanc au format pdf  : http://blog.apahau.org/fichiers/livre_20blanc
L'association et le blog : http://www.apahau.org/


au sommaire de ce bilan très critique :
. Enjeux : des diverses « utilités » de l’histoire de l’art (singulier)
. Les impasses de la situation existante *
. 4 propositions de l'APAHAU
.....1 : Enseigner une discipline
.....2 : Former et recruter les enseignants
.....3 : Définir un programme
.....4 : Evaluer

* un exemple, l'opinion sur les outils en ligne (page 20)°:
« Globalement, le sentiment des enseignants par rapport aux outils en ligne est celui d’une dispersion et d’une superficialité des contenus. La réflexion sur la pédagogie et les usages possibles des TICE y est riche et souvent pertinente, mais les apports relevant spécifiquement de l’histoire de l’art sont quant à eux très faibles.
Les principaux reproches sont les suivants :
– La fabrication des contenus relève souvent du recyclage ;
– L’analyse formelle est minimale, et le vocabulaire utilisé n’est pas celui, spécifique, de l’histoire de l’art ;
– Les exemples choisis sont le plus souvent canoniques ;
– Les savoirs sont systématiquement favorisés au détriment des méthodes.
Le même constat s’impose ici : une telle situation est logique dès lors que les sites pédagogiques ne sont pas conçus par des historiens de l’art disposant d’un accès à l’historiographie et aux méthodes les plus récentes, et ayant expérimenté au cours de leur formation diverses méthodologies ».


Le livre blanc résumé par Vincent Nocé dans Libération :
« Aucun programme, zéro recrutement, pas de formation obligatoire des maîtres, pas d’Agrégation ni même d’intégration de ce domaine dans les autres concours, pas encore de matière au bac, et un matériel pédagogique faiblard. L’enseignement est laissé à la bonne volonté des maîtres ».
Il rappelle la tribube de Pierre Rosenberg qui estimait que « L'école apprend à lire, mais elle n'enseigne pas à voir »
http://www.liberation.fr/culture/2012/05/29/l-histoire-de-l-art-a-l-ecole-et-au-chateau

Le communiqué reproduit par André Gunthert (Culture visuelle) :
« Au terme de différentes enquêtes et entretiens, il ressort que cet enseignement reste très flou dans son contenu intellectuel et ses pratiques pédagogiques et ne satisfait guère dans sa forme actuelle. Comme tous les autres enseignements, il doit s’appuyer sur une discipline, pour être efficace. Or l’histoire de l’art a mis en œuvre des compétences et des outils pour apprendre à voir une image, que ce soit les chefs d’œuvres du passé ou les créations contemporaines, du cinéma au design ».
http://culturevisuelle.org/icones/2406

A quoi sert l’histoire des arts ? interroge également André Gunthert (31.05.2012)
http://culturevisuelle.org/icones/2408/



L’APAHAU demande la création d'une commission mixte Education-Culture, avec des universitaires, des associations, de l'initiative privée. Elle souhaite « attirer l’attention de tous sur un potentiel formidable, à portée de main, que la puissance publique peut enfin décider d’encourager ».

« Une telle politique de relance d’un enseignement de l’histoire des arts digne de ce nom serait le signe d’un engagement fort pour la jeunesse, un geste plein de confiance pour l’épanouissement personnel du jeune écolier collégien ou lycéen, pour développer son aptitude à comprendre une image et donc le quotidien qui l’entoure, pour l’aider à prendre conscience d’un patrimoine pluriel, objet privilégié d’échange entre la France, l’Europe et le monde ».


- Le second Festival de l'histoire de l'art (singulier) a lieu à Fontainebleau ce week-end
http://clioweb.canalblog.com/tag/festivaldhistoiredelart


- 01.06.2012 : A lire samedi dans un supplément en 4 pages de Libération :

Berlin s’invite à Fontainebleau
http://www.liberation.fr/culture/2012/05/31/berlin-s-invite-a-fontainebleau

Berlin, la ville de tous les possibles pour les artistes ?
http://www.liberation.fr/culture/2012/05/31/berlin-la-ville-de-tous-les-possibles-pour-les-artistes

«Au XXe siècle, le voyage devient l’exil»
http://www.liberation.fr/culture/2012/05/31/au-xxe-siecle-le-voyage-devient-l-exil
.

 

Posté par clioweb à 13:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 avril 2012

Déscolariser l'Art ?

 

- Education à l’art : il faut «déscolariser»
point de vue de Philippe Fenwick Comédien, auteur et metteur en scène - Libération Rebonds

« … Pourquoi chercher à convaincre une classe de trente élèves que la poésie peut être source d’émancipation ? Ne vaudrait-il pas mieux sensibiliser des petits groupes pour que les participants à ces ateliers fassent aimer la poésie à leur entourage - en dehors du lycée - en se montrant fiers de leur production ? »

« Alors, avec l’école et au sein même de celle-ci, faisons en sorte que l’art ne soit plus considéré comme une matière, mais comme «de la matière». Les intervenants doivent rester des artistes qui ont envie de faire partager leur passion, sans y être obligés parce qu’ils reçoivent une subvention. Il est essentiel de donner envie, d’éveiller la curiosité. Sortons le théâtre et la poésie du formol ».
http://www.liberation.fr/societe/01012400017-education-a-l-art-il-faut-descolariser


- A Albi, le blason redoré des Toulouse-Lautrec
En travaux depuis onze ans, le musée consacré au peintre, hobereau du cru, prince des bordels, réouvre le 2 avril
- Le Palais des princes-évêques, un casse-tête et un défi pour l'architecte Philippe Dubois
http://www.lemonde.fr/culture/2012/04/02/toulouse-lautrec

Le Musée connaît Facebook et Youtube. Pour mettre en scène les personnalités de la culture et de la politique.
Pour l'artiste et son oeuvre, sur le web, il faut plutôt faire le détour par Wikimedia Commons, la médiathèque de Wikipedia.

t-lautrec

Au Salon de la rue des Moulins, 1894, Albi
Au Café: Le consommateur et la caissière chlorotique, 1898, Zurich - http://www.kunsthaus.ch/fr/
The Yorck Project: 10.000 Meisterwerke der Malerei
http://commons.wikimedia.org/wiki/Henri_de_Toulouse-Lautrec

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 mai 2011

Enseigner l'histoire des arts


Les programmes de terminale avancent.
Les initiés semblent avoir été informés du texte qui sera soumis au prochain CSE.
Les manuels de première sont arrivés. La chronologie y est parfois malmenée... 

.
L’enseignement de l'histoire de l'art / L'enseignement de l'histoire des arts
L'adresse http://clioweb.canalblog.com/tag/histoiredesarts
guide vers les billets précédents sur ce sujet.

Excellent débat dans la Fabrique de ce jeudi 
avec Irene Baldriga, Manuel Charpy, Sophie Gaujal, Henri de Rohan-Csermak.
A archiver et écouter en différé
La Fabrique de l'histoire au format mp3

Sur le même thème, les émissions prédécentes en mp3 :
Lundi 23 mai 2011 (Rosenberg) - Mardi 24 mai (Manet-Zola) - Mercredi 25 mai 2011 (Vasari)


4 observations :

- Beaucoup d'Aggiornamento, un mot qui plait visiblement à l'inspecteur général...
Une variété d'approches qui tranche avec le lobbying forcené de l'ancien patron du Louvre, qui semble vraiment mal informé sur ce qui se passe dans les classes. Le débat suggère une distance (rassurante ?) entre l'inspecteur et les profs de terrain...
http://aggiornamento.hypotheses.org/tag/histoire-des-arts

- La formation de l'esprit critique est sans cesse revendiquée, y compris par ceux dont la fonction suppose l'autorité et la carrière un certain conformisme. 
Pourquoi une telle énergie mise à toujours définir la lettre et l'esprit selon le ministère du moment ? Ne peut-on aussi faire confiance aux professeurs ? Si les instructions officielles sont claires et explicites, les professeurs ne sauraient-ils pas faire les choix intellectuellement efficaces, du moins là où leur formation n'a pas été massacrée ?

- Les conditions matérielles auraient peut-être mérité davantage : l'accès au spectacle vivant et aux grands musées est souvent une course d'obstacles, aussi bien financiers qu'administratifs. Le patrimoine local (les petites patries) peut être riche, mais suffit-il dans le cadre d'un tel enseignement ?

- Un détail : l'école n'apprendrait pas à regarder et à voir
Pourtant, ce matin, l'histoire de la peinture a dominé les débats, bien plus que le cirque, les marionnettes ou l'art des jardins...

rappel :

Les œuvres étudiées appartiennent à six grands domaines artistiques : 
    Arts de l'espace : architecture, arts des jardins ;
    Arts du langage : littérature (récit, poésie) ;
    Arts du quotidien : design, objets d'art ;
    Arts du son : musique (instrumentale, vocale) ;
    Arts du spectacle vivant : théâtre, danse, cirque, marionnettes ;
    Arts du visuel : arts plastiques, cinéma, photographie.
http://eduscol.education.fr/


- Plusieurs débats du Festival de l'histoire de l'art (sic) seront retransmis
sur Culture-Académie, la webradio de
 F-Culture vers le 10 juin.
http://www.franceculture.com/theme/moduletheme-culture-academie/arts-et-lettres

- L’art et l’artiste hors normes. Una grande matta pazzia. Déraison et marginalité dans les Vies de Vasari.
- L’art et l’artiste hors normes. Benvenuto Cellini, l‘artiste au-delà de la loi. 
- Mélancolie et création artistique.
- Mécénat et histoire de l’art aujourd’hui.
- Démesure? Folie ou modernisation contrôlée. L'architecture à Moscou, Rome et Berlin dans les années 1930-40 
http://www.franceculture.com/evenement-1er-festival-de-l-histoire-de-l-art.html

 chailloux

source : Michel Chailloux, Survol de France, 19 avril 2009


Posté par clioweb à 10:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

23 mai 2011

L'école n'enseigne pas à voir


.
Bienvenue aux auditeurs internautes de France-Culture...

Lundi matin, dans La Fabrique de l'histoire, E Laurentin ouvrait une semaine sur l'histoire de l'art (histoire des arts ?), à la veille de la messe de Fontainebleau, en recevant Pierre Rosenberg, l’ancien patron du Louvre.

Ceux qui manquent de temps reliront avec profit une tribune dans Libération :
les arguments et les exemples n'ont pas changé d'un iota depuis juillet 2007 !
http://clioweb.free.fr/art/rosenberg.htm  -  
l'émission au format mp3

.
> L'école apprend à lire, elle n'enseigne pas à regarder et à voir.

Monsieur l'académicien est trop bon. :-):-)
L'école n'apprend pas non plus à lire, ajoutent certains de ses confrères... :-)

- Ces censeurs ont-ils ouvert récemment des manuels d’histoire (on leur reproche parfois d’être devenus de simples livres d’images) ? Ont-ils assisté ces derniers mois à un cours, dans une classe équipée d’un vidéoprojecteur ?
Pourquoi une telle ignorance du travail scolaire, notamment en ce qui concerne la lecture critique des images et de la vidéo ? Ce silence n'est-il pas un simple mépris à l’égard du travail accompli par d’autres qu’eux, dans des conditions souvent difficiles ?
- A ce mépris, les cléricaux ajoutent l'inculture religieuse et l'ignorance chez les élèves du catéchisme chrétien, une des sources de la peinture européenne ; mais ils ne se soucient guère de l'apprentissage de la mythologie gréco-romaine, pourtant une autre source majeure d'inspiration de ces peintres. 

- L'exploitation répétée d'une anecdote racontée par Mona Ozouf dans Composition française est révélatrice et caricaturale : elle raconte une mésaventure de 1938, un jour d'inspection dans une école élémentaire. Sérieusement, quel historien peut prétendre juger de l’Education d’aujourd'hui à partir du seul précédent de l’école primaire des années 1930 en Bretagne ?

- Les professeurs d'arts plastiques, les visiteurs ordinaires du Louvre, les journalistes (Philippe Dagen) n'ont pas été mieux traités ce matin.
Ajouter à ces jugements péremptoires sortis de leur contexte une condamnation sommaire par un auditeur internaute : selon lui, les enseignants sont une population désormais notoirement inculte !!!

.
> L'histoire de l'art est une discipline spécifique, et doit être enseignée comme telle.

L'affirmation peut se comprendre et se défendre.
Le découpage en disciplines scolaires a été fait au XIXe ; il peut être contesté et actualisé. Avec du réalisme et des nuances.
Les professeurs de philosophie revendiquent toutes les classes de lycée. Beaucoup d'autres disciplines universitaires attendent leur version scolaire (par ex l'informatique conçue comme programmation, l'archéologie...)
Comment les installer à l'école sans alourdir d'autant l'horaire des élèves ?
En en faisant de simples options, réservées à un public restreint ?
En faisant disparaître certaines disciplines actuelles ?
Récemment, un géographe spéculait sur la mort prochaine de la géographie scolaire : selon lui, ce serait le prix à payer pour que sa discipline soit enfin prise au sérieux à l'université ! Voilà qui libererait quelques heures... :-)

Histoire et histoire de l'art - L'histoire de l'art n'est-elle pas un des domaines où des historiens majeurs ont renouvelé un regard qui était souvent devenu trop formaliste ? En quoi un professeur d'histoire serait-il incapable de s'appuyer sur ces recherches pour enseigner l’histoire de l’art dans le secondaire ?

.
> Un texte officiel affirmait en 2006 que les professeurs de Lettres n’avaient pas besoin de formation spécifique.

Une telle affirmation dans un texte officiel est critiquable. A condition de ne pas s'en servir pour faire le silence sur la démolition méthodique de la formation continuée depuis Allègre. De plus depuis 2010, les jeunes professeurs n’ont plus accès à une formation professionnelle initiale en alternance. Au nom de quoi l’histoire des arts pourrait-elle exiger un traitement de faveur ?

.
> La radio ne fait pas de place à l'histoire de l'art.

Avant d'incriminer la radio, et de vouloir en faire une TV sans les images, ne faudrait-il pas d'abord exiger davantage d'émissions traitant de l'histoire de l'art sur les écrans de télévision, commerciaux ou publics ?
Côté radio, il ne faut pas taire le rôle de France Musique, ni sous-estimer tous les domaines de la création présents sur France-Culture. La diffusion multiple de la série Histoire de peintures avec le regretté Daniel Arasse (2004) mérite davantage de considération. C'est un excellent exemple de la complémentarité de la radio et du web pour tout ce qui est visuel : Le Web Gallery of Art, ou le Google Art Project permettent de suivre les commentaires en regardant la reproduction des oeuvre. Un détail : ces initiatives ne viennent nullement des sphères institutionnelles.
http://clioweb.free.fr/art/arasse.htm

.
La démonstration de l'ancien patron du Louvre est brillante, sa force de conviction est énorme, son talent rhétorique évident.
Pourtant, les contradictions ne manquent pas.
Plusieurs sont soulignées par E Laurentin : ainsi, on peut faire l’éloge des expositions ponctuelles mais dénoncer l'éphémère ; on peut se plaindre d’une démocratisation insuffisante de l’accès aux musées, mais aussi encourager des pratiques sociales de fermeture, et reserver certaines expositions aux seuls hommes d'argent et de pouvoir.

La démonstration serait aussi plus convaincante si elle ne faisait pas l'impasse sur les conditions matérielles : n'en déplaise à l'ancien patron du Louvre, de nombreux professeurs ont emmené et emmènent toujours leurs classes dans les musées, parisiens ou provinciaux.Ils doivent affronter des obstacles de tous ordres. Les questions financières et administratives font de ces visites un véritable parcours du combattant. Et les classes ne sont pas toujours les bienvenues au milieu d'un tourisme de masse.
Un successeur de Rosenberg a chassé du Louvre les enseignants, en particulier ceux d'Histoire. C'était sans doute pour lui le moyen d'encourager les relations entre le monde de l'Education et le Louvre. Par la suite, un ministre de l’Education a négocié le retour à la gratuité initiale et tenté d’en faire une opération de com’ politicienne.

.
En fait, au coeur d’un tel discours, il est difficile de ne pas voir la forte connotation corporatiste. La quête de débouchés pour les étudiants en histoire de l'art justifie-t-elle la négation du travail mené par les enseignants ?
Ne faut-il pas aussi y percevoir de l'amertume devant une promesse électorale faite en 2007 mais non tenue par la suite (la création d’une agrégation spécifique en histoire de l’art, et les heures correspondantes au collège et au lycée ) ?

Au total, l’histoire de l’art n'est-elle pas un enjeu trop sérieux pour la réduire à cette seule dimension corporatiste ?
Ne mérite-t-elle pas mieux que l’habituel couplet décliniste selon lequel « c’était mieux avant » (... avant la massification ou avant la démocratisation ou avant Internet ... )
.

tricheur

 Georges de La Tour, Le Tricheur à l'as de carreau,  vers 1635 - Louvre - 106 x 146 cm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Tricheur_à_l'as_de_carreau

 Autre version au Kimbell Art Museum, Fort Worth
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Georges_de_La_Tour_029.jpg

Cheater with the Ace of Diamonds, 1635
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/l/la_tour/georges/1/
http://www.wga.hu/art/l/la_tour/georges/1/06cheat.jpg

 

Posté par clioweb à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 février 2011

Google Art Project

- Google vient de lancer son Art Project, une galerie d’art virtuelle regroupant plus d’un millier d’œuvres numérisées (1061 œuvres de 486 artistes), en collaboration avec 17 musées de par le monde (01/02/2011). Voir les pages Visitor Guide: How To Use The Site et See behind the scenes footage of the Art Project
http://www.googleartproject.com/

. Deux articles principaux pour cette revue de presse :
. - Un article du Monde
. - Le point de vue critique d'Adrienne Alix.
.
. - Au coeur des œuvres d'art avec Google Art . Le Monde 14/02/2011
C'est dans Le Monde Technologies, pas Le Monde Culture... http://www.lemonde.fr/technologies/

L'article du Monde vante la capacité de zoom appliquée au tableau d'Holbein, Les Ambassadeurs.
A en croire le journaliste, sur le globe, on pourrait « lire non seulement Polisy, mais aussi Arras et Lyon, mais pas Londres, Paris, et même Bâle ». En fait, on lit des noms de ville (Policy, Roma, Paris) ou de province (Scocia, Burgund...)

holbein_policy

Les Ambassadeurs, détail du globe, zoom avec Google Art Project

Le journaliste ajoute : « ...il est un détail que l'ordinateur est incapable de reproduire, c'est le format. Et une sensation qui demeure inégalable, c'est celle de la confrontation directe avec l'œuvre même avec un regard de myope ». L'argument du format vaut aussi pour les ouvrages d'art ; c'est une affirmation discutable, surtout pour ceux qui ne savent pas lire et interpréter les dimensions d'un tableau (207 * 209 cm)…
.
Les Ambassadeurs, le tableau d'Holbein est très présent sur le web
(grâce notamment au Web Gallery of Art, The National Gallery...).

ambass1

Holbein, Jean de Dinteville and Georges de Selve (`The Ambassadors') 1533
Oil on oak, 207 x 209 cm - National Gallery, London - The Web Gallery of Art

.
- Google Art Project : Une petite note discordante dans un concert de louanges.
http://www.framablog.org/index.php/post/2011/02/08/google-art-project
Sur Framablog, Alexis Kaufmann a fait un lien vers l'article

Google Art Project : vision critique
écrit par Adrienne Alix, la présidente de Wikimedia France - Compteurdedit - 3 février 2011 -
http://compteurdedit.over-blog.com/

 

.
- Autre exemple : La Ronde de nuit (Rembrandt)

- Google Art Project : http://www.googleartproject.com/museums/rijks/night-watch
The Nightwatch
Officieren en andere schutters van wijk II in Amsterdam onder leiding van kaptitein Frans Banninck Cocq en luitenant Willem van Ruytenburch, bekend als de 'Nachtwacht'
1642
Rembrandt Harmensz. van Rijn, 1625 - 1669
Oil on canvas
Height : 363.00 cm
Width : 437.00 cm
Located in: Room 12

The names of the eighteen militiamen portrayed in the painting are on a shield above the gate. A company comprised more members, but only those who paid were included in the group portrait.

Le Web Gallery of Art propose 2 versions et plusieurs détails
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/r/rembran/painting/group/index.html
1642
Oil on canvas, 363 x 437 cm
Rijksmuseum, Amsterdam
Heer van Purmerlandt [Banning Cocq], as captain, orders his lieutenant, the Heer van Vlaerderdingen [Willem van Ruytenburch], to march the company out.

Wikimedia Commons comporte aussi de nombreuses reproductions
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:The_Nightwatch_by_Rembrandt.jpg
http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:The_Night_Watch
http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Rembrandt
http://commons.wikimedia.org/wiki/Rembrandt/Paintings

R_NIGHT

Rembrandt, La ronde de nuit, 1642 - Rijksmuseum, Amsterdam - W Commons

.
- « Le château de Versailles s'adjoint les services d'un wikipédien, Trizek, pendant les 6 mois qui viennent, au titre de « wikipédien en résidence », pour travailler avec lui sur les meilleurs manières d'améliorer les contenus qui touchent de près ou de loin Versailles sur les projets Wikimédia ». Adrienne Alix, dans Le Bistro du 15/02/2011
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:Le_Bistro/15_fevrier_2011

.
Un laboratoire du CNRS explore ce domaine des musées virtuels... (merci au lecteur de bien vouloir redonner l'adresse exacte)
http://www2.cnrs.fr/presse/communique/290.htm

 

 

Posté par clioweb à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

23 juin 2010

Le prince et les arts

Capes 2011 - Le prince et les arts en France et en Italie, XIVe-XVIIIe siècles (source : cvuh)
Introduction bibliographique par Patrick Boucheron, Joël Cornette, Annie Duprat
http://www.aphg.fr/bibliocapes2.pdf
(pas de bibliocapes1 ou bibliocapes3 ce matin...)

Entrées :
Manuels, instruments de travail et ressources en ligne
Quelques monographies
Économie de la consommation artistique (sic)
Mondes musiciens
Littératures
Système de cour
Académies et Etat absolu
Espace public

« Le candidat aura tout intérêt à se familiariser avec les oeuvres, et pourra, pour ce faire, consulter les nombreuses banques d’images en ligne.
Le site de l’agence photo de la RMN ne donne que des informations de base sur les oeuvres.
Le site du Louvre, la base Joconde et la base atlas ou les autres ressources de l’onglet « oeuvres » donnent des informations plus fournies. Le candidat aura en fait tout intérêt à consulter des grandes bases en ligne internationales, et il trouvera un guide utile sur le contenu de celles-ci et les modes d’utilisations sur le site de l’APAHAU. Ce site est particulièrement riche et permet d’accéder à de nombreuses banques de données iconographiques ».
http://www.apahau.org/pedagogie/sites_images.htm

« En fait, la différence d’approche d’un même sujet entre les historiens et les historiens de l’art peut et doit être dépassée, car « les historiens de l’art ne sont pas une corporation fondamentalement différente de celle des historiens  » Jean-Philippe Chimot et Pascal Dupuy, Cahiers d’histoire, n°82/2001, p. 7

Les historiens d'art organisent fin août à l'INHA une université d'été destinée aux professeurs d'HG.

Ajouter un outil absolument indispensable : le Web Gallery of Art
Une entrée alpabétique permet de gagner du temps lors de la consultation :
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/

2 exemples
Ce très intéressant détail dans Les Ambassadeurs, le tableau d'Holbein (1533)
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/h/holbein/hans_y/1535a/index.html

ambass3

 

.
- Un historien dans la chambre des époux
Ecouter Daniel Arasse à propos des fresques de Mantegna à Mantoue.
http://clioweb.free.fr/art/arasse.htm

wga_epoux

http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/m/mantegna/3/index.html
.

Posté par clioweb à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,