06 février 2015

F. Héritier JdM : Un moteur, un dessin

 

fheritier-2013

Françoise Héritier au Sénat 05.02.2013
http://videos.senat.fr/video/videos/2013/video16330.html


« ... Présentez dans une classe le dessin d’un moteur, et vous dites aux garçons et aux filles : « C’est un moteur, vous êtes priés de le reproduire ». Les filles calent en disant : « c’est un moteur, trop difficile pour nous ».

Vous faites la même expérience dans une autre classe avec autant de garçons que de filles, et vous ne dites pas : « c’est un moteur », vous dites : « voilà, un dessin qu’on vous demande de reproduire ». Les filles l’exécutent aisément parce qu’on a dit un dessin, et non pas un moteur. Un dessin, pour elles, c’est à leur portée, c‘est de l’art. Un moteur, c’est du côté de la technique et elles ont déjà enregistré que la technique, ce n’est pas pour elles ».


Françoise Héritier, « Les fondements de la violence. Analyse anthropologique »,
in : En Substances. Textes pour Françoise Héritier,
sous la direction de Jean-Luc Jamard, Emmanuel Terray et Margarita Xanthakou, Paris, Fayard, 2000.

Entretien avec Françoise Héritier, l'anthropologue spécialiste des relations entre les femmes et les hommes,
Journal du Mauss, 11.2013 - (source MG, apses)
http://www.journaldumauss.net/?Entretien-avec-Francoise-Heritier

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


26 décembre 2010

Françoise Héritier

La revue Urbanisme, Villes, sociétés, culture a publié un entretien de Françoise Héritier avec Thierry Paquot (12/10/2010). source : apses.  http://www.urbanisme.fr/issue/guest.php?code=375

extraits :
« Avec Claude Levi-Strauss j'ai découvert - je ne l'ai pas découvert parce que je devais le pressentir - mais j'ai compris, avec lui, que les certitudes tranquilles dans lesquelles nous vivions étaient fausses ».

« Cet homme a radicalement changé ma vie. Il m'a sortie du ronron. Je ne m'y plaisais pas mais, d'une certaine manière, j'avais l'impression que la vie, telle qu'elle était présentée à chacun d'entre nous, ne pouvait être que routinière. Tout d'un coup, je m'apercevais que non, qu'elle pouvait être autrement, qu'il suffisait d'ouvrir les yeux et de le vouloir. J'avais pour moi une qualité qui était considérée comme un défaut pour les femmes : sans être une aventurière, je suis un peu aventureuse. J'ai une fâcheuse tendance à aller voir ce que je ne connais pas ».

.
« Bien sûr que je suis féministe au sens où je suis extrêmement sensible au fait que tout le poids de la reproduction sociale non seulement pèse injustement sur les femmes, mais est porté à leur discrédit. Tout ce travail clandestin n'est même pas comptabilisé dans les comptes de la nation, il est entendu comme naturel.
Je suis donc féministe mais mon problème se situe à côté... ce que je veux, c'est comprendre pourquoi quelque chose s'est passé à un moment de notre histoire, de notre préhistoire ».
http://www.urbanisme.fr/issue/guest.php?code=375

Lire aussi la page Collège de France .
UTLS 2000 : Anthropologie de la famille

fheritier

photo Thierry Paquot

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,