29 avril 2014

Hamon assouplit les rythmes

 

La semaine de cinq jours à l’heure de l’assouplissement, Libération 25.04.2014
http://www.liberation.fr/societe/2014/04/25/la-semaine-de-cinq-jours-a-l-heure-de-l-assouplissement_1004776

« Les élèves pourraient n’avoir école que trois après-midi sur les quatre, et concentrer les activités périscolaires sur cette demi-journée de libre, par exemple. Cela devrait permettre aux petites communes qui ont du mal à trouver des animateurs de ne les faire venir qu’une seule fois dans la semaine ».


- « B. Hamon a répondu aux demandes de l'Association des maires : regrouper les activités périscolaires sur une demi-journée ». 
Le Figaro semble doublement choqué : le gouvernement plie, le ministre vide "la réforme de sa substance et de son sens" ; et il laisse une demi-journée de libre aux enseignants !
Il donne la parole à la protestation de la chronobiologiste Claire Leconte selon laquelle plus personne ne s'intéresse à l'enfant apprenant (en dehors d'elle).
http://www.lefigaro.fr

C'est Libération qui cite la triple argumentation de Copé :
- Pouvoir dire non
- La réforme coûte 1 milliard d’euros aux communes
- Que fait-on des enfants les 3 autres jours à 16h15 ?

- Rythmes scolaires : sortir du débat par le haut - tribune de 2 élues écolos et d'Olivier Masson
http://www.liberation.fr/societe/2014/04/24/rythmes-scolaires-sortir-du-debat-par-le-haut_1003963

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


04 avril 2014

Une école en chantier

 

Benoît Hamon prend la tête de l'Education, remplaçant Vincent Peillon et Geneviève Fiorasso.


- Peillon laisse une école en chantier - M. Baumard, Le Monde 02.04.2014
http://www.lemonde.fr/education/article/2014/04/02/peillon-laisse-une-ecole-en-chantier_4394307_1473685.html

- Changer de ministre ? Changer  de politique ? M. Baumard, Le Monde 02.04.2014
Dans un autre article, elle décrit l’opposition entre syndicats, FSU face à l’UNSA et au SGEN
et cite Yes Durand, le rapporteur de la loi de Refondation :
« « Nous avons besoin de quelqu'un qui fasse appliquer les textes », explique-t-il, sous-entendant que l'intellectuel M. Peillon était idéal pour concevoir une loi, penser une architecture, mais qu'un autre profil était nécessaire pour sa mise en œuvre ».
http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/04/03/avec-hamon-a-l-education-le-camp-reformateur-craint-un-statu-quo_4394704_823448.html


- Vincent Peillon : Le départ du ministre pédagogue ? F Jarraud, Le Café
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/04/03042014Article635321075783832599.aspx

« On doit à Vincent Peillon un changement complet du discours de l'institution. Après des années de mépris pour les enseignants (qu'on se rappelle les "couches" de Darcos) et de dénigrement du métier aboutissant à la suppression d'une formation initiale jugée inutile, Vincent Peillon a remis la pédagogie et les sciences de l'éducation à l'honneur ».

« Quand on évoque Vincent Peillon dans les salles des professeurs on rencontre souvent de l'amertume, dans les écoles, et de l'indifférence, dans les collèges et lycées.
A l'école, après des années de frustrations, les enseignants attendaient d'abord de nouveaux programmes qui puissent redonner du plaisir à enseigner. Or ils ne seront pas prêts avant 2015. Par contre V. Peillon a lancé immédiatement la réforme des rythmes scolaires. Elle a été vécue par les enseignants comme une "double peine". La dimension positive sur le plan scolaire s'est perdue dans la question du périscolaire où l'Etat n'aurait jamais du mettre le doigt ».

- Un goût amer d'inachevé, Philippe Watrelot, Cahiers pédagogiques 04.04.2014 : http://philippe-watrelot.blogspot.fr/

Philippe Watrelot rappelle un texte écrit avant le vote de la loi sur la Refondation :
“Refondation” de l’École : Erreurs et blocages - 30.01.2013
http://philippe-watrelot.blogspot.fr/2013/01/refondation-de-lecole-erreurs-et.html

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,