02 août 2012

Une subjectivité négatrice de l’histoire

 

Henri Guaino : une subjectivité négatrice de l’histoire
Suzanne Citron, Historienne, Libération 31.07.2012
http://www.liberation.fr/politiques/2012/07/31/


«Ma France, elle n’était pas à Vichy, elle était à Londres depuis le 18 juin. Il n’a pas parlé au nom de la France que j’aime», a déclaré Henri Guaino, en réplique au discours de François Hollande commémorant la rafle des 16 et 17 juillet 1942. Comme historienne, mais surtout en mémoire de ce que j’ai vécu dans ma vingtième année, j’ai ressenti l’envie d’une réponse à Henri Guaino (et à Bruno Lemaire). Verra-t-on surgir un nouveau genre de négationnisme, (au nom de  la polémique politicienne), des subjectivités et des ego de quelques notables de la politique ?…  »

« ... En prétendant à tout prix gommer les quatre années d’une France de Vichy et donc de ses prémices dans la IIIe République, on élude toute réflexion critique sur les menaces dans le présent d’un toujours possible basculement dans une horreur inattendue ».

« ... la transmission d’une histoire officielle construite sur l’idée d’une nation essentialisée confondue avec l’extension d’un pouvoir monarchique légitimé par la raison d’Etat - et sublimée dans le postulat d’une République une et indivisible au-dessus de tout soupçon - ne fait qu’entériner les faux débats sémiologiques au gré des subjectivités de chacun ».




rappels :
- Le discours de Jacques Chirac, 16 juillet 1995
http://fr.wikisource.org/wiki/Discours_Chirac_1995

« La France, patrie des Lumières et des Droits de l'Homme, terre d'accueil et d'asile, la France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable. Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux ».

« …Certes, il y a les erreurs commises, il y a les fautes, il y a une faute collective. Mais il y a aussi la France, une certaine idée de la France, droite, généreuse, fidèle à ses traditions, à son génie. Cette France n'a jamais été à Vichy. Elle n'est plus, et depuis longtemps, à Paris. Elle est dans les sables libyens et partout où se battent des Français libres. Elle est à Londres, incarnée par le Général de Gaulle ».



- Le discours de François Hollande, 22 juillet 2012
http://www.elysee.fr/hollande-2012

« La vérité, c'est que ce crime fut commis en France, par la France ». …

« Mais la vérité, c'est aussi que le crime du Vel d'Hiv fut commis contre la France, contre ses valeurs, contre ses principes, contre son idéal ».

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


06 mars 2012

Henri Guaino, à bout de mots

 

Henri Guaino, à bout de mots
Daniel Schneidermann - Libération

Lors d'un débat sur France 3 Ile-de-France, Henri Guaino explose en plein vol : «C’est insupportable, à la fin. Je peux parler, oui ? Taisez-vous ! »

Extraits de l'analyse de D. Schneidermann :

« Cet homme fut peut-être, naguère, un républicain authentique. Il a été recruté pour ça. Et soudain, les boutons ne répondent plus. On a bien joué, pourtant. Recruter Guy Môquet pour couvrir une politique anti-immigrés, il fallait tout de même y penser. Mais à force de le secouer, on a fait tilter le flipper. Et les mots se refusent. Exploités, tordus, ils ont décrété la grève sauvage. Et cette fois, chacun s’en aperçoit ».

« Qu’une petite bande semant froidement haine et discorde ait mis la main sur la République pendant cinq ans, n’est pourtant pas le plus surprenant. Le plus surprenant, c’est que ce racisme officiel a fini par paraître acceptable au-delà du premier cercle sarkozyste ».

http://www.liberation.fr/politiques/01012393836-henri-guaino-a-bout-de-mots

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,