05 décembre 2013

CVUH : Usages du génocide

 

Les usages socio-politiques de la catégorie de génocide.

Le CVUH organise une journée d'études
le 7 décembre 2013, au centre Mahler, 9 rue Mahler, Paris (Métro St Paul)


au programme :
9h30-10h00 : Quels génocides et quels usages ? Réflexions préliminaires
Jacques Semelin (CNRS-IEP)

10h15-10h45 : Notions de droit international : définition des éléments constitutifs du chef d'accusation de génocide - Yann Jurovics  (Université de Picardie)

11h15 -11h45 : De la question du génocide des populations autochtones d'Amérique du nord et de son utilisation aux États-Unis et au Canada 1992-2012. Nelcya Delanoë (Professeur honoraire des Universités)

12h00-12h30 : La catégorie génocide dans la mémorialisation de la traite négrière : élément d'une mise en controverse des discours sur le passé. Sébastien Ledoux (Université de Paris I)


14h30 -15h00 : Génocides en Afrique : les embarras de définition. L'exemple du Burundi et du Rwanda de 1964 à 1994. Jean-Pierre Chrétien (CNRS)

15h45 – 16h15 : Génocide en Vendée ? Ou le problème posé par la question : de la nécessité de tenir compte de tous les usages de l'histoire. Jean-Clément Martin (Université de Paris I)

16h30-17h00 : Homocauste : de l’usage du génocide dans la construction identitaire et mémorielle des homosexuels français. Mickaël Bertrand (Enseignant à Dijon)

source : http://cvuh.blogspot.fr/2013/11/journee-detude-samedi-7-decembre-2013.html

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


18 avril 2013

Pourquoi les Khmers rouges ?

 

locard-khmers


Le 17 avril 2013, le Mémorial de Caen recevait Henri Locard, auteur de Pourquoi les Khmers rouges ?
Il intervenait la veille à l'Institut d’Histoire Sociale (Nanterre)


Henri Locard, Pourquoi les Khmers rouges ? Vendémiaire
« ... les ingrédients de la bombe khmère rouge furent essentiellement : un dogmatisme idéologique de marbre constitué d’un maoïsme poussé à l’extrême de sa logique, une croyance profonde en l’unicité de la grandeur de la culture khmère capable d’accomplir des merveilles, l’imposition l’ensemble de la société de règles très strictes de renoncement à tous les attachements et à tous les plaisirs, et enfin un quarteron de leaders avec à leur tête le duo Pol Pot – Nun Chea, prêts à tout pour réaliser leurs rêves ici et maintenant ».
http://larepubliquedeslivres.com/lutopie-meurtriere-des-khmers-rouges/

Henri Locard, Le "Petit livre rouge" de Pol Pot.

De Robespierre à l’ultramaoïsme, Libération, 27.06.2011
Professeur invité à l’université royale de Phnom Penh, Henri Locard est un historien spécialiste des Khmers rouges.
Il revient sur le passé des inculpés qu’il a eu l’occasion de rencontrer.
http://www.liberation.fr/monde/01012345607-de-robespierre-a-l-ultramaoisme


mc-locard

E. Thiebot, Henri Locard


- Marcel Lemonde, Un juge face aux Khmers rouges, Le bien commun, 04.04.2013
http://www.franceculture.fr/emission-le-bien-commun



Khmers rouges
http://fr.wikipedia.org/wiki/Khmers_rouges
http://en.wikipedia.org/wiki/Khmer_Rouge


Pol Pot, Saloth Sâr (1928-1998)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pol_Pot
Nuon Chea (1926-
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nuon_Chea
Ieng Sary (1925-2013)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ieng_Sary
Ieng Thirith (1932-
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ieng_Thirith
Khieu Samphan (1931-
http://fr.wikipedia.org/wiki/Khieu_Samph%C3%A2n
Kang Kek Iew Douch (1942-
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kang_Kek_Ieu



S 21, Tuol Sleng Genocide Museum
(avec photo de 3 survivants Bou Meng, Chum Mey et Vann Nath en 2010)
http://en.wikipedia.org/wiki/Tuol_Sleng_Genocide_Museum

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_Tuol_Sleng

Le cinéaste Rithy Panh,
S21, la machine de mort Khmère rouge
Douch, le Maître des forges de l'enfer
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rithy_Panh



Henri Locard a présenté les ouvrages
Laurence Picq, Au-delà du ciel : cinq ans chez les Khmers rouges, Barrault, 8 janvier 1992
http://cambodge.blogs.liberation.fr/2009/2011/06/relire-laurence-picq.html

Au cœur de la terreur khmère rouge, Libération 28.10.2011
Mariée à l'époque à un responsable khmer rouge, Suong Sikoeun, proche de l'un des dignitaires du régime, Ieng Sary
http://www.liberation.fr/monde/01012368250-au-c-ur-de-la-terreur-khmere-rouge

Suong Sikoeun, Itinéraire d'un intellectuel Khmer rouge
http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichelivre.asp?n_liv_cerf=9767

 

En anglais, deux auteurs de référence :
- David P. Chandler
A History of Cambodia (1983)
The Tragedy of Cambodian History (1991)
Brother Number One (1992)
Facing the Cambodian Past (1996)
Voices from S-21: Terror and History in Pol Pot's Secret Prison (1999)
http://en.wikipedia.org/wiki/David_P._Chandler

Interview with Professor David Chandler, 2007
http://asiapacific.anu.edu.au/newmandala/2007/11/01/interview-with-professor-david-chandler/


- Philip Short, Pol Pot: Anatomy of a Nightmare (Henry Holt & Co.: New York, 2004)
Former BBC correspondent Philip Short speaks on his new biography of Pol Pot
http://www.international.ucla.edu/article.asp?parentid=21630


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

02 mars 2012

A. Wierviorka - L'heure d'exactitude - 2

 

AW

source : La Grande Librairie - France 5


Parmi les invités de la Grande Librairie du 01.03.2012
http://www.france5.fr/la-grande-librairie/?page=videos&id_article=6278

Annette Wieviorka, à partir de la 19e minute
à propos de l'ouvrage L’heure d’exactitude. Histoire, mémoire, témoignage, le livre d'entretien réalisé avec Séverine Nikel. Le titre vient d'Apologie pour l'histoire, l'ouvrage de Marc Bloch : pourquoi l'usage des mots justes a-t-il autant de mal à s'imposer dans l'espace public ?

Une vidéo rappelle le parcours de l'historienne et ses ouvrages :
1983 - Les Livres du souvenir , mémoriaux juifs de Pologne
Déportation et génocide, thèse publiée en 1992
1998 L'ère du témoin
1999 Auschwitz expliqué à ma fille
http://fr.wikipedia.org/wiki/Annette_Wieviorka
http://www.france5.fr/la-grande-librairie/?page=videos&id_article=6284

Un grand-père journaliste et écrivain, déporté et assassiné par les nazis.

Le travail sur les livres du souvenir , et l'influence du roman de John Hersey
qui met en scène Ringelblum, l'archiviste du ghetto de Varsovie.

Pourquoi le détour par le marxisme et le maoisme ?

Le témoin et ses limites ? Le vécu, le ressenti a besoin de sens,
d'où l'appui parfois sur le travail des historiens, sur le roman ou le cinéma.

Comprendre, est-ce obscène ?
AW est en total désaccord avec ce type d'interdit jeté par Claude Lanzmann.

La dignité de l'homme, c'est de chercher à comprendre,
soit en passant par le comment (Hilberg), le pourquoi (Poliakov, Friedlander)
Mais plus on travaille ce sujet, moins on comprend.
On voit de mieux en mieux les mécanismes,
mais il reste un noyau qui échappe à l'entendement :
celui de la noria des convois et de l'assassinat des êtres humains par les nazis.

Quel portrait idéal de l'historien ?
Les pionniers ont eu du mal à se faire entendre et n'ont pas eu de poste à l'université ou dans la recherche. AW revendique un idéal d'intellignce, de courage, avec une dose d'humour. Sans oublier l'amour de l'écriture : l'historien est aussi un écrivain

Elle évoque l’influence de la littérature sur son travail, à travers John Hersey, The Wall, 1950 - La muraille - Folio 1979
Hersey's The Wall, based on Emmanuel Ringelblum's Notes from the Warsaw Ghetto
In 1950 Hersey's novel The Wall was published, an account presented as a rediscovered journal recording the genesis and destruction of the Warsaw Ghetto, the largest of the Jewish ghettos established by Nazi Germany during the Holocaust.
http://en.wikipedia.org/wiki/John_Hersey
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article36

" La Muraille est le récit de l'extermination systématique des Juifs du ghetto de Varsovie et de l'héroïque résistance qu'opposèrent ces hommes et ces femmes sans défense à la force brutale des Allemands. Mais le véritable sujet du livre est l'histoire de la conquête spirituelle que réalisa un groupe d'amis, et qui leur permit d'affronter sans crainte, et avec un véritable sentiment de victoire, l'anéantissement physique".
http://www.gallimard.fr/Folio/implivre.action?codeProd=A37131


- L'heure d'exactitude a été présenté dans La Fabrique de l'histoire du 09.12.2011


rappels
- Mémoires de la Shoah
L'écouter dans un très long entretien (7 heures) avec JB Peretié en 2006 - mis en ligne par l'INA
http://clioweb.canalblog.com/archives/2010/04/07/17491914.html

- En janvier 2008, l'émission A Voix nue a consacré une semaine à l'historienne
http://clioweb.free.fr/presse/aw.htm

- La page du CNRS (publications, colloques, conférences) :
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article115



Avant l'intervention de Florent Brayard, une vidéo présente les auteurs et les ouvrages majeurs dans l'histoire de la destruction des juifs d'Europe : Hilberg, Lanzmann, Klarsfeld, AW, Friedlander, Paxton, Browning, Goldhagen ...
http://www.france5.fr/la-grande-librairie/?page=videos&id_article=6293

 
.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

02 janvier 2012

V. Duclert, l'historien et le génocide

 

Vincent Duclert a publié en 2010 L'Europe a-t-elle besoin des intellectuels turcs ? (Armand Colin) à propos de la vie intellectuelle en Turquie et de l'engagement des intellectuels malgré la censure et la répression. Il a co-fondé avec Hamit Bozarslan, Cengiz Cagla, Yves Deloye, Diana Gonzalez et Ferhat Taylan le Groupe international de travail (GIT) "Liberté de recherche et d'enseignement en Turquie" (www.gitfrance.fr et www.gitinitiative.com)
Le Monde l'a interrogé sur les massacres de 1894-1896, sur le génocide de 1915, sur le discours officiel et le négationnisme d'Etat turc.

Selon lui, la loi votée à l'Assemblée vise à défendre la vérité historique, mais elle en sape les bases théoriques et morales.
Le jusqu'au-boutisme des associations, déjà puissant à l'époque des affaires Bernard Lewis et Gilles Veinstein, risque d'amener les chercheurs à se désengager de ce terrain. Il y a un vrai risque pour la recherche indépendante.
Il serait préférable de soutenir la recherche, et de donner aux historiens les moyens de travailler dans la sérénité : chaires d'histoire comparée sur les génocides, traduction d'ouvrages comme celui de Samantha Power (A Problem from Hell. America and the Age of Genocide), soutien aux maisons d'édition, etc...


L’extermination
http://www.lemonde.fr/societe/2011/12/29/le-genocide-armenien-l-extermination-1-3_1624124_3224.html
La mémoire et l’oubli
http://www.lemonde.fr/societe/2011/12/29/le-genocide-armenien-la-memoire-et-l-oubli-2-3_1624169_3224.html
Le négationnisme d’Etat turc
http://www.lemonde.fr/societe/2011/12/29/le-genocide-armenien-le-negationnisme-d-etat-turc-3-3_1624175_3224.html


Voir le sort de la statue de Mehmet Aksoy (5 juin 2011).

.

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 décembre 2011

Lois et génocides : Pierre Nora

 

- Une loi électoraliste et discutable Le Monde diplomatique - 28/12/2011

«Génocide turc en Arménie, affirment les parlementaires français ; génocide français en Algérie, a répliqué sur-le-champ le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan : cette polémique, qui a de nombreuses explications politiques et qui entraînera peut-être des conséquences commerciales et diplomatiques, n’apporte rigoureusement rien à notre connaissance du passé. Dans un pays démocratique, une majorité parlementaire a mandat de faire la loi, pas d’écrire l’histoire ».

.
- Lois mémorielles : pour en finir avec ce sport législatif purement français
Pierre Nora, Le Monde 27.12.2011

« L'histoire ne doit pas être l'esclave de l'actualité ni s'écrire sous la dictée de mémoires concurrentes » Appel de Blois 2008

« Cette loi prétend n'être que la mise en conformité du droit français avec la décision-cadre européenne du 28 novembre 2008 portant sur la lutte contre certaines formes et manifestations de racisme et de xénophobie au moyen du droit pénal. C'est faux : elle va plus loin. Devant la décision de Bruxelles, la France avait choisi une "option" qui consistait à ne reconnaître que les crimes contre l'humanité, génocides et crimes de guerre déclarés tels par une juridiction internationale. C'était admettre l'éventualité d'une criminalisation des auteurs du génocide au Rwanda, au Kosovo et autres crimes internationaux contemporains, mais mettre les historiens qui travaillent sur le passé à l'abri de toute mise en cause. La loi actuelle s'applique à tous les crimes qui seraient reconnus par la loi française ».

« A quand la criminalisation des historiens qui travaillent sur l'Algérie, sur la Saint-Barthélemy, sur la croisade des Albigeois ? Mesure-t-on à quel degré d'anachronisme on peut arriver en projetant ainsi sur le passé des notions qui n'ont d'existence que contemporaine, et de surcroît en se condamnant à des jugements moraux et manichéens ? »
http://www.lemonde.fr/idees/2011/12/27/lois-memorielles


- « Les historiens ne peuvent qu’être réticents aussi sur la notion de crime contre l’humanité associée au génocide. Pas sur le plan moral, bien sûr, mais sur le plan juridique et philosophique. Cette notion exprime que les auteurs de crimes ne seront jamais à l’abri de poursuites jusqu’à leur mort. Mais après ? S’il n’y a plus d’auteurs de ces crimes, est-il légitime de ne pouvoir incriminer que les historiens qui évoquent ces crimes ? Laissera-t-on aux juges l’évaluation de la «minimisation» ou de la «banalisation grossière» ? »
http://www.liberation.fr/monde/01012379101-il-s-agit-d-eloigner-la-perspective-d-une-candidature-de-la-turquie-a-l-europe


- Point de vue opposé de Gérard Noiriel - Blog Performance
A propos des lois mémorielles. L’enjeu des mots et la pensée unique de l’histoire
http://noiriel.over-blog.com/l-enjeu-des-mots

« Au CVUH, nous avons combattu l’expression lois mémorielles  parce qu’il nous semblait scandaleux, d’un point de vue civique, de placer sur le même plan une loi faisant l’apologie de la colonisation, avec les lois Gayssot et Taubira, ou avec la loi reconnaissant le génocide arménien. En critiquant la formule « lois mémorielles », nous voulions attirer l’attention du public sur un autre point. Englober tous ces textes législatifs sous cette étiquette permettait aux animateurs du mouvement « Liberté pour l’histoire » de déplacer l’enjeu du débat. La loi du 23 février 2005 était, en effet, par son article 4, la seule qui autorisait l’intrusion directe du pouvoir politique dans l’enseignement de l’histoire. Ce qui était contraire aux principes élémentaires de notre démocratie. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle cet article a été déclassé. Les autres lois incriminées par Pierre Nora et ses amis sont des enjeux de mémoire. Elles peuvent certes avoir des incidences indirectes sur la recherche historique. Mais elles ne disent pas aux historiens ce qu’ils doivent enseigner ou chercher. La bataille contre les lois mémorielles est en fait une bataille politique, qui vise à discréditer les revendications des « minorités » qui veulent qu’on reconnaisse les souffrances qu’elles ont subies dans le passé. Cette bataille  est une facette des discours dénonçant le « communautarisme » et le « politiquement correct ».  

 

Posté par clioweb à 07:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


23 décembre 2011

Lois et génocides

 

- Reconnaissance politique du génocide arménien
Loi n°2001-70 du 29 janvier 2001 relative à la reconnaissance du génocide arménien de 1915 (J.O. du 30 janvier 2001). La France a officiellement reconnu le génocide arménien par la loi du 29 janvier 2001.
http://www.assemblee-nationale.fr/11/dossiers/genocide.asp


- Le 12 octobre 2006, l'Assemblée nationale française adopte, en première lecture, avec cent six voix pour et dix-neuf contre, une proposition de loi de Didier Migaud qui punit sévèrement la négation du génocide arménien. La loi fut bloquée en 2008 par le gouvernement avant son passage au Sénat.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/ta/ta0610.asp

http://fr.wikinews.org/wiki/France_:_les_parlementaires_votent
http://fr.wikipedia.org/wiki/Négation_du_génocide_arménien


N° 1262 - Mission d'information sur les questions mémorielles - 18 novembre 2008
Rapport d'information de M. Bernard Accoyer
http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i1262.asp


- Scrutin n° 200 - Le 4 mai 2011, une exception d'irrecevabilité à la proposition de loi, est présentée au Sénat par Jean-Jacques Hyest et est adoptée. Elle permet de bloquer tout débat sur la proposition de loi tendant à réprimer la contestation de l'existence du génocide arménien.
http://www.senat.fr/scrutin-public/2010/scr2010-200.html


- Répression de la contestation de l’existence des génocides reconnus par la loi
Mme Valérie Boyer
Proposition de loi déposée le 18 octobre 2011
http://www.assemblee-nationale.fr/13/dossiers/lutte_racisme_genocide_armenien.asp
http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2011-2012/20120094.asp

Le 22 décembre 2011, l'Assemblée nationale vote à une large majorité une nouvelle proposition de loi condamnant la négation d'un génocide, y compris celui des Arméniens. Le texte, voté à main levée, a été adopté par une très large majorité de la cinquantaine de députés présents, une demi-douzaine votant contre. Cette loi prévoit une peine d'emprisonnement d'un an et 45 000 euros d'amende.
« Ancien président du Sénat, Gérard Larcher a prévenu qu'il ne votera pas ce texte. Encore faudrait-il, pour qu'il ait à se prononcer, que la proposition de loi passe du Palais-Bourbon à celui du Luxembourg. En effet, le premier ministre, François Fillon, n'a pas jugé nécessaire de faire usage de la procédure accélérée. Cette décision rend aléatoire l'adoption définitive de cette proposition de loi avant les élections » écrit Le Monde 22/12/2011.

 

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 septembre 2011

Not for profit. Humanités et démocratie

 

- Filmer le génocide.
Sylvie Rollet sur les cinéastes des génocides : Atom Egoyan, Alain Resnais, Haroun Farocki, Claude Lanzmann et Rithy Panh.
"Ce qu'on ne peut voir, il faut le montrer, et avec des images", aurait écrit Claude Lanzmann
http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/09/22/filmer-le-genocide_1575861_3260.html


- Après le livre, de François Bon (CR par Roger Chartier)
Pour François Bon, ce qui a changé n'est pas tant le livre que l'au-delà du livre, entendons la totalité du rapport aux écrits. 

« ... François Bon rassure les inquiets. Les ruptures, en effet, ne sont peut-être pas aussi brutales qu'il y pourrait paraître. Certes, le livre électronique n'offre plus les repérages que permettait la matérialité même du livre imprimé, avec son volume qui donnait à voir la dimension de l'ouvrage et ses pages qui en organisaient les divisions, mais, pour autant, on n'est pas si perdu que ça dans un livre numérique grâce aux dispositifs qui en scandent et organisent les textes. De même, la lecture fragmentée et éclatée des écrans d'écrits n'est pas si différente de celle de l'imprimé, qui n'est pas aussi linéaire et continue qu'on le croit, mais caractérisée, tout comme celle des liens hypertextuels, par des balayages oculaires ».
http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/09/22/apres-le-livre-de-francois-bon_1575871_3260.html


- Not for profit. Why democracy needs the humanities ? Martha Nussbaum
Sauver la princesse de Clèves ?
Sauver les humanités dans un monde utilitariste et mercantile ?
Un CR et 2 points de vue opposés sur le livre traduit de l'américain.
http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/09/22/comment-sauver-la-princesse-de-cleves_1575877_3260.html

« Politiquement inquiétant, ce livre est intellectuellement inexistant » tranche Florence Dupont.
« Pour défendre vraiment les humanités, il faut réfléchir à leur place dans l'organisation des savoirs, et aussi à leur pouvoir. Les humanités ont la maîtrise des systèmes symboliques. Ce sont eux qui mènent le monde, depuis la conquête de l'Amérique jusqu'aux rêves "rouge" et "brun", ou encore le mirage islamique détruisant les Twin Towers ».
http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/09/22/comment-sauver-la-princesse-de-cleves_1575877_3260.html


.

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 août 2011

2 GM - Le siècle des anéantissements


Contre le bannissement du mot Shoah des manuels scolaires -

Dans une tribune publiée par
Le Monde, Claude Lanzmann part en guerre contre le nouveau programme Chatel d'histoire en première : le terme Shoah y serait banni et remplacé par celui d'anéantissement.
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/08/30/


Plusieurs détails montrent que son information est incomplète :


- Les critiques portées par 2 Inspecteurs généraux à une prof d'histoire de Nancy portent sur un entretien, par sur une leçon d'histoire.

- Les manuels ne sont pas en cause, mais les instructions officielles.
Inutile de citer et d'attaquer les éditeurs Hachette, Hatier, Magnard.

>> Une circulaire, parue dans le Bulletin officiel n° 7 de septembre 2010 de l'éducation nationale

Il s'agit du BO spécial n° 9 du 30 septembre 2010 : Les programmes du lycée Chatel.
La Seconde Guerre mondiale : guerre d'anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes
http://www.education.gouv.fr/cid53319/mene1019675a.html
http://www.education.gouv.fr/cid53354/au-bo-special-n-9-du-30-septembre-2010-programmes-d-enseignement-du-lycee.html

- Le programme a été publié en septembre 2010, et les nouveaux manuels envoyés dans les lycées en mai et juin 2011. Inutile de chercher "un mauvais coup à la faveur de l'été (2011)".
.
Programme de première, directives officielles :

 La Seconde Guerre mondiale : guerre d'anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes
La Seconde Guerre mondiale témoigne d’un degré supplémentaire dans la guerre totale, ce dont le programme rend compte en l’abordant par l’étude de la volonté d’anéantissement de l’adversaire, qu’il soit militaire ou civil, doublée par la volonté politique d’exterminer spécifiquement certaines catégories de populations (génocide des Juifs et des Tziganes, indépendamment de leur nationalité).
Déjà présente dans le premier conflit mondial, la conception de la guerre totale comme guerre d’anéantissement (théorisée par Clausewitz au temps des guerres de la Révolution et de l’Empire) est portée à son paroxysme lors du second. En témoignent tant le jusqu’au-boutisme des belligérants, qui amène à faire disparaître la distinction entre combattants et non-combattants (combats à outrance, bombardements stratégiques des villes, massacres de prisonniers ou de populations civiles, traitement des prisonniers de guerre …), que la politique raciste menée par les Allemands à l’encontre des populations juives et tziganes dans les territoires qu’ils contrôlent.
Il ne s’agit donc pas de présenter dans le détail les événements, mais d’aborder la question de manière problématisée en insistant sur les caractéristiques nouvelles du conflit : place des idéologies, guerre de mouvement, extension géographique, guerre technique et industrielle, ampleur des destructions (humaines et matérielles), en privilégiant la présentation du massacre des Juifs et des Tsiganes comme un phénomène particulièrement révélateur de la dimension d’anéantissement de la guerre au XXe siècle.
http://media.eduscol.education.fr/file/lycee/70/2/LyceeGT_Ressources_Hist_1_04_GuerresPaix_184702.pdf


- Cette tribune illustre un double paradoxe :

. Elle oublie de regarder du côté de la géo : les lycéens scientifiques, dans leur majorité, n'étudieront plus la mondialisation ni la géographie du monde actuel. Dommage pour de futurs cadres et de futurs dirigeants. Qui s'en est soucié, en dehors du cercle des géographes de métier ? Ne faudrait-il pas se battre pour un devoir de géographie au lycée ?


. Venant sans doute après la campagne contre une double page du manuel Hachette, cette tribune prétend que la destruction des juifs a disparu des programmes. C'est un contresens : cette destruction devient la principale grille de lecture de l'histoire de la 2 GM. Au risque de laisser certains élèves chercher une volonté d'anéantissement dans la stratégie des Alliés en lutte pour la reddition sans conditions de l'Allemagne hitlérienne et du Japon impérial.

Un dommage collatéral. C'est à la suite d'une décision très contestée de l'actuel ministre (supprimer l'HG en Term Squ'il a fallu réécrire en urgence les programmes et compacter deux années scolaires en une seule, avec les dégâts que l'on peut imaginer : sur la 2 GM, 3 chapitres (environ 75 pages en première) ont été remplacés par un seul chapitre (environ 20 pages), faisant par exemple l'impasse sur les Résistances au nazisme, sur le front de l'Est ou la guerre du Pacifique ...

Dans un premier projet, l'histoire de la France depuis 1958 a disparu de l'ensemble des séries. Dans le texte final, elle sera largement inconnu des lycéens qui ne feront pas d'histoire en Terminale S.

 
. La tribune de Lanzmann a été précédée par un texte qui avait fait moins de bruit
Guy Konopnicki, Le nouvel enseignement du mépris - Primo, 25-07-2011
http://www.primo-info.eu/selection.php?numdoc=Do-211998549

.
Shoah, holocauste, génocide, destruction des juifs d'Europe, l’extermination des Juifs et des Tziganes, etc...

Sur le fond, les musées mémoriaux illustrent la multiplicité des lectures et des choix possibles. 
2 exemples qui n'utilisent pas le terme shoah :
L'USHMM, United States Holocaust Memorial Museum fait référence à l'Holocauste, comme le téléfilm de 1979. 
http://www.ushmm.org/
Yad Vashem, combinerait mémorial (Yad) et un nom (Shem)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mémorial_de_Yad_Vashem

Deux autres points de vue :
Henri Meschonnic, Pour en finir avec le mot Shoah. Tribune parue dans Le Monde, 20-21 février 2005
http://joelle.zask.over-blog.com/article-32671466.html

Trop de Shoah tue la Shoah
Tony Judt, Le Monde diplomatique, juin 2008
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/06/JUDT/15982

 Raul Hilberg, The destruction of the European Jews, (Yale Univ. Press, 1961, 2003)
http://en.wikipedia.org/wiki/The_Destruction_of_the_European_Jews

 

.Le devoir de mémoire menace-t-il la vérité de l’histoire ?
A Rennes, le 15 avril dernier, Claude Lanzmann et Pierre Nora participaient au forum de Libération.


Les réécouter sur France-Culture et noter l'agacement de l'historien :
à écouter à l'adresse : http://www.franceculture.com/rennes-nora-lanzmann
Les plus techniciens sauront utiliser le cache de leur navigateur pour récupérer le fichier mp3 (environ 50 Mo)

Vers la 34e minute : à propos de la loi Gayssot et des lois mémorielles qui ont suivi
PN : « Si l'association Liberté pour l'histoire n'était pas intervenue, plusieurs lois étaient en préparation : la Vendée, la saint Barthélémy, l'Ukraine et les roms. Toute l'histoire de France aurait pu être criminalisée »

CL : « J'en ai un peu marre de t'entendre comme cela, non ? »
 « Voyez comme ils sont :  (ils imposent ) une sorte de sacralisation enivrée de leur propre discipline ! »
PN : « N'importe quoi... »
CL : « Pas du tout n'importe quoi, c'est exactement cela »
ND : « Et ils sont amis »
PN : « (Et j'ajoute que je n'ai pas beaucoup envie) de capituler devant Claude »


37e - CL a eu à faire la laudatio  de Raoul Hillberg à Burlington, à l'université du Vermont.
CL : « Marrus, il avait des petits yeux vipérins, il était prêt à me fusiller avec sa langue »

38e : CL « Quand mon film Shoah est sorti, cela a été la panique chez pas mal d'historiens.
S
oudain, le savoir historique changeait de nature »

41e : « Vous demandez une différence de traitement (pour la destruction des juifs) »
CL : « Pas du tout ! »
« Je demande une différence de traitement parce qu'il y a une différence de traitement...
je vous explique ... dans la traite des noirs, ils avaient besoin de la force de travail, il ne s'agissait pas de les exterminer.
Avec les juifs, c'est autre chose...»

...
06/09/2011
Shoah : l'éducation nationale ne voit pas matière à polémique - Le Monde - 05.09.11
http://www.lemonde.fr/societe/2011/09/05/enseignement-de-la-shoah

L'article évoque une stupidité du nouveau programme de 1ere (on peut traiter la 2 GM avant d'étudier le nazisme !),
parle de méconnaissance du nazisme, de confusion possible entre compassion et histoire.

"Que Claude Lanzmann se rassure" écrit Chatel dans Le Monde 06/09/2011...
Internet dépannera les profs. Le site web shoah.education.fr a été créé en 2008. 
NS voulait alors confier la mémoire d’un enfant juif de France mort du fait de la shoah à chaque élève de CM2. « C’est inimaginable, insoutenable, dramatique et, surtout, injuste » avait commenté Simone Veil.
Un autre site web est annoncé pour janvier 2012.

 

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

04 août 2011

L’Allemagne et son cinéma

 

04.08.2011 - L’Allemagne au miroir de son cinéma

Dans le cadre d'une semaine consacrée par France-Culture à Marlène Dietrich, une émission sur l'histoire de l'Allemagne au XXe à la lumière de son cinéma. Avec Valérie Carré, Jean-Michel Frodon, François-Guillaume Lorrain
[ certains avis peuvent être écoutés avec distance, notamment à propos d'un dirigeant nazi ]

http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11890-04.08.2011-ITEMA_20300078-0.mp3


.
Le cinéma allemand : 
http://www.cineclubdecaen.com/analyse/cinemaallemand.htm

( Le ciné-club de Caen sur Facebook : http://www.facebook.com/pageducineclubdecaen )

cine-goethe
source : http://www.goethe.de/kue/flm/weg/weg/lit/ges/deindex.htm
.

Goethe Institut - The history of German cinema - Die Geschichte des deutschen Films
http://www.goethe.de/kue/flm/weg/weg/lit/ges/deindex.htm
http://www.goethe.de/kue/flm/weg/weg/lit/ges/enindex.htm
http://deutsches-filminstitut.de/

Le cinéma allemand, article Wikipedia, avec biblio
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cinéma_allemand
en anglais : http://en.wikipedia.org/wiki/German_cinema

.
Monika Bellan, 100 ans de cinéma allemand, Ellipses, 2001

Siegfried Kracauer (1889-1966), De Caligari a Hitler : une histoire psychologique du cinema allemandLausanne : l'Age d'homme, reed 1984

Nathalie De Voguelaer, Le cinéma allemand sous Hitler : un âge d'or ruiné, L'Harmattan, 2001

Christian Delage, La Vision nazie de l'histoire : le cinéma documentaire du troisieme Reich, 1989

.
Frédéric Sojcher, Exils, de Hitler à Hollywood
http://www.dailymotion.com/video/xdvftp_frederic-sojcher-realisateur-hitler_shortfilms

Exiles : From Hitler to Hollywood - 2008

---1/9 - http://www.youtube.com/watch?v=9og6IRlVjh4

2/9 - http://www.youtube.com/watch?v=UALEP5h8oWU

3/9 - http://www.youtube.com/watch?v=1vHQD6U5BCo

4/9 - http://www.youtube.com/watch?v=ACmJEfIFRds

5/9 - http://www.youtube.com/watch?v=--Y3vx53aiU

6/9 - http://www.youtube.com/watch?v=XCPBzu5MEIk

7/9 - http://www.youtube.com/watch?v=s4OYH4ojBbs

8/9 - http://www.youtube.com/watch?v=R1xsdkcw5VU

9/9 - http://www.youtube.com/watch?v=x5Xx1-nNEIc


.

Posté par clioweb à 07:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

14 juillet 2011

Témoins de la Shoah

Témoignages de déportés d’Auschwitz en vidéos sur le web
adresses actualisées à partir du fichier : http://www.cercleshoah.org/spip.php?article73

- 114 enregistrements réalisés pour la Fondation pour la mémoire de la Shoah par l’INA :
http://www.ina.fr/entretiens_interactifs/Shoah/memoires-de-la-shoah/1 
La liste des 114 "témoins" :
http://cercleshoah.free.fr/cercle/fms-ina-114.jpg
ou page 22 dans ce fichier en pdf : http://www.fondationshoah.org/FMS/DocPdf/Actualite/DP-MDS.pdf


Les derniers témoins racontent,
Mémorial de la Shoah et mairie de Paris,
24 séquences vidéos consultables sur le site du journal
Le Monde, août 2005.
Détour nécessaire par l'indispensable Web Archive.

Ida Grinspan - Yvette Lévy - Irène Hajos - Hélène Persitz 
Charles Baron - Henri Borlant - Roger Perelman - Charles Palant 
Léon Poliakov - Hélène Broda - Denise Siekrski et Georges Loinger 
Maurice Livartowski - Paule Andriesse - Sonia Melviez - Félix Dratwa - 
Marceline Loridan-Ivens -  Charles Schulman - Maxi Librati 
Simone Veil - Otto Klein - Madeleine et Jacques Goldsztein - Paul Sobol - 
Samuel Pisar - Milo Adoner - Ruth Fayon -  
http://web.archive.org/web/20090129223620/http://lemonde.fr/web/sequence/0,2-641295,1-0,0.html


Auschwitz, le temps de la mémoire, site de TV5, vidéos en ligne : Yvette , Jules, Addy, Ginette, Sam...
http://www.tv5.org/TV5Site/auschwitz/


Quatorze récits d’Auschwitz (14 documentaires de 26 minutes conçus par Annette Wieviorka, avec la participation d’Henri, Ida, Raphaël, Violette, Odette..., réalisés par Caroline Roulet, disponibles en dvd MK2-FMS. Extraits sur le site.TV : http://www.lesite.tv/videotheque/0502.0000.00-14-recits-dauschwitz

.
- La Fondation 
Steven Spielberg
(archives de l’histoire audiovisuelle des survivants de la Shoah) a enregistré des témoins de la Shoah (37,348 interviews out of 51,686). Des extraits en anglais peuvent être visionnés sur le site de l'USC Shoah Foundation - Institute for Visual History and Education (USC = University of Southern California).
http://dornsife.usc.edu/vhi/

.
- The Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies is a collection of over 4,300 videotaped interviews with witnesses and survivors of the Holocaust. Yale University Library :
http://www.library.yale.edu/testimonies/

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,