02 juin 2011

Le monde perdu de Maurice Lachâtre

 

La Fabrique de l'histoire a consacré une semaine à l'histoire des dictionnaires.

- Ecouter Alain Rey le lundi. (il vient de publier le Dictionnaire amoureux des dictionnaires, Plon, 2011)
 
9e mn :
 il a proposé à une grande université une assez grande bibliothèque sur la linguistique et son histoire . On lui a demandé de la classer au préalable, de la transporter, et quasiment d'offrir les étagères pour l'installer !!!

24e mn : Il cite une phrase fautive mais admirable de Cocteau : un chef d'oeuvre n'est jamais qu'un dictionnaire en désordre ; pour lui, c'est tout le contraire, un dictionnaire, c'est la mise en désordre des chefs d'oeuvre. 
L'émission au format mp3

.
- Le documentaire sur  
Le dictionnaire provençal-français de Frédéric Mistral a déclenché une copieuse polémique, un intervenant prolixe se cachant sous l'identité Anonyme


- Le mercredi, La Fabrique a aussi évoqué Le monde perdu de Maurice Lachâtre (1814-1900), à partir de l'ouvrage coordonné par François Gaudin (U Rouen) pour Honoré Champion (2011).

Sur le site de l’université de Cergy, Anne-Marie Hetzel propose une biographie, une bibliographie et une entrée Dictionnaire Universel, Panthéon littéraire et Encyclopédie illustrée (1852)
http://www.u-cergy.fr/dictionnaires/auteurs/la_chatre.html

Lire également l'article que Wikipedia consacre à Maurice Lachâtre
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Lachâtre

.
d'après ces deux sources

Maurice La Châtre (ou Lachatre, La Chastre), est né à Issoudun le 14 octobre 1814, d'un père baron d'Empire. Après avoir entamé une carrière militaire au Prytanée de la Flèche, il décide d'adhérer au saint-simonisme et, dans cette optique, il devient d'abord menuisier ; puis en fourieriste, il s'installe en Gironde avec sa famille, fondant d'abord sa propre école, bientôt fermée faute d'autorisation, puis achetant à Arbanats un domaine dont il fait un phalanstère… 

En 1842 et 1857, il rédige une Histoire des papes, crimes, meurtres, empoisonnements, parricides, adultères, incestes des pontifes romains... De 1852 à 1856, il dirige le Dictionnaire universel, Panthéon historique, littéraire et encyclopédie illustrée. En 1857, 60 000 exemplaires des Mystères du peuple d'Eugène Sue sont saisis chez l’éditeur. Il est condamné à deux reprises par la justice impériale, la seconde fois en 1858 à 6 000 francs d’amende et cinq ans de prison. Il doit se réfugier à Barcelone.

En novembre 1864, Lachâtre revient à Paris et fonde les Docks de la librairie, fait paraître son Nouveau Dictionnaire universel en 1865 (livraison en feuillets de 8 pages, une formule bon marché). 

Il participe à la Commune de Paris (journal Le Vengeur de Félix Pyat). Il s’exile en Espagne et commence l’édition de la traduction française du Capital. Gracié en mai 1879, il revient à Paris, et reprend ses activités d’édition : Histoire de l'Inquisition, Le Capital. En 1881, il réédite son Nouveau Dictionnaire universel

A la fin de sa vie, il se rapproche des milieux anarchistes. Il meurt à Paris en 1900. 
 

lachattre

Maurice Lachâtre (1814-1900) -  source : Wikimedia Commons

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,