10 août 2012

Au Mont, la galère continue

 

- Au Mont, la galère des visiteurs du soir  - Ouest-France 09.08.2012
http://www.rennes.maville.com/actu/actudet_-Au-Mont-la-galere-des-visiteurs-du-soir_fil-2195896_actu.Htm

« Navette, marche, parking... le nouvel accès au Mont-Saint-Michel
décourage les visiteurs nocturnes, autrefois nombreux.
Les touristes désertent la Merveille vers 18 h ».

La solution imposée par le partenariat privé (Véolia) - public (région BN) cumule tous les défauts : le parking est très loin et très cher (8,50 euros). « Tous ceux qui travaillent ici font le même constat : le parking et les navettes stressent les visiteurs, qui ne s'attardent plus le soir ».

Les vélos sont interdits.

Et tout a été conçu en dépit du bon sens pour les piétons :
la signalétique initiale était défaillante,
les navettes ne partent pas du parking,
les pietons doivent arpenter d'abord les 900 m d'une zone commerciale où un élu possède 19 magasins,
et le soir, au retour, ils ne se sentent pas en sécurité, du fait d'un éclairage insuffisant.
"Prévoyants, des hôtels distribuent désormais des gilets jaune fluo ... siglés « mère Poulard » (dont l'élu est propriétaire). Et pour qq semaines, le parking ne coûte que 2,50 euros après 19 heures... :-):-)


- Ouest-France publie également le témoignage de Daniel Picot, un normand amoureux du Mont. Il continuera d'aimer le Mont, mais de loin ...
http://clioweb.free.fr/presse/1temp/msm-picot.jpg


- Le président (PS) de la Région semble vouloir ignorer les conséquences désastreuses de choix technocratiques :
Au Mont-Saint-Michel, la polémique sera oubliée dans quelques années, affirmait-il en avril 2012
http://www.ouest-france.fr/dossiers/accueil_-Mont-Saint-Michel-retour-a-la-mer_2060134_dossiers.Htm

 
.

Posté par clioweb à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


07 octobre 2010

La galère des stagiaires chatel

France-Inter, Intertreize, 2e minute, mercredi 6 octobre 2010
http://sites.radiofrance.fr/play_aod.php?BR=10491&BD=06102010
ou
http://clioweb.free.fr/radio/1temp/demissionnez.mp3

.
- « Ils sont 16.000 à avoir fait leur rentrée sans aucune formation préalable… Certains de ces professeurs stagiaires sont en grandes difficultés, et on ne peut pas dire que l'Education Nationale fasse de son mieux pour les aider. C'est ce que l'on verra dans un instant, à travers un cas très concret ».

Laurence, une stagiaire chatel 18 heures vient de recevoir une lettre de son IA :
«  Si le métier vous semble trop dur, si vous ne supportez pas ses contraintes,  il ne faut pas persévérer, il faut démissionner. Les élèves ont le droit d'avoir chaque semaine un professeur fiable devant eux. Si vous pensez ne pas y arriver, ne le faites pas. Il vous reste maintenant à bien réfléchir à la décision que vous allez prendre. Vous êtes la seule à pouvoir le faire. Mais si vous décidez d'enseigner, il faut le faire correctement, par respect pour vos classes ».

Daniel Robin (SNES) juge ce type de courrier totalement inadmissible. Selon lui, il est intolérable de faire porter sur le dos du stagiaire les difficultés auxquelles il est confronté alors que l'institution n'a rien fait pour l'accompagner (et les anticiper).

Le cabinet du ministre n'a pas souhaité réagir ...

.
- dossier France-Inter : La galère des profs stagiaires
http://sites.radiofrance.fr/franceinter/ev/fiche.php?ev_id=1442

.
- La galère annoncée des profs stagiaires - Laurent Mouloud, L’Humanité, 5 octobre 2010
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4069

Extraits :
Sur le terrain, la mise en place de la réforme Chatel s’est faite en catastrophe...
… Une fois dans l’établissement, beaucoup de ces jeunes profs stagiaires ont découvert que l’accompagnement pédagogique promis par le ministère n’était pas vraiment au rendez-vous…
... Promise également par le ministère, la formation « filée » tout au long de l’année prend parfois des allures de blague. Le premier jour de formation de Pierre, le prof de lettres, est prévu le 15 octobre prochain. Intitulé : « Comment organiser sa première séance et sa première séquence ». « Un mois et demi après la rentrée, c’est vraiment se moquer du monde ! » lâche le jeune homme...
Emmanuel Mercier (SNES) est inquiet :« C’est terrible pour l’avenir, on casse ces jeunes profs dès leur entrée dans le métier. »

.
- Ces Jeunes profs qui craquent - La Dépêche 04/10/2010
« Voilà quarante ans que l'Éducation nationale oscille entre prolétarisation et professionnalisation des enseignants »
« Les solutions sont connues : ... faire évoluer le concours et remettre en route une année de formation en alternance ».

Novembre sera un cap critique.
Le SNES mène en ce moment une enquête nationale sur les conditions de rentrée (voie techno ?)

 

Posté par clioweb à 07:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,