18 février 2012

Le Vieil Homme et le gallim.

 

fbon-pere

Le père de François Bon. La traduction du Vieil homme et la mer lui est dédiée


- Le contemporain s'écrit numérique.
(certains héritiers semblent encore l'ignorer)
http://www.publie.net/

François Bon a publié sur son site une traduction originale, réalisée par ses soins, du « Vieil homme et la mer ».
Gallimard en a exigé le retrait et aurait un temps réclamé un dédommagement.
http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20120217.OBS1714/gallimerde-se-fait-lyncher-sur-twitter.html

http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article2788

liste de liens : http://pad.telecomix.org/nebkimik  - http://www.face-ecran.fr/


- Le roi est nu - sur le blog de Calimaq (Lionel Maurel) : « le geste de Gallimard a quelque chose de profondément suicidaire. En s’attaquant de cette manière à Publie.net, il ne peut que contribuer à affaiblir encore davantage la légitimité du droit d’auteur et le transformer en repoussoir pour des masses d’internautes ».

 

mer-egee

La Mer Egée, support pour mensonge politique et parodies ...

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 décembre 2011

Toulouse, le baron et la librairie

 

castela
source : http://www.librairiecastela.fr/

En novembre La Dépêche du Midi annoncé
.
la fermeture en février 2012 de la librairie Castéla, place du Capitole à Toulouse.

 

tiers-livre


A M. le baron Alban Merlin d’Estreux de Beaugrenier, merci
.

Dans le Tiers Livre, François Bon analyse et commente cette fermeture :

extrait :
« L’affaire est emblématique : 200 000 euros de loyer annuel, ce qui en fait, des livres de poche et de cuisine à vendre. J’ai traversé des dizaines de fois la place du Capitole en diagonale, ne me suis jamais demandé à qui appartenaient les immeubles. Ce soir, la réponse : l’immeuble qui abrite Castela appartient à M. le baron Alban Merlin d’Estreux de Beaugrenier, lequel a passé un arrangement avec Orange pour 800 000 euros de loyer annuel, tant que se vendront les téléphones portables. Donc c’est Mme Albanel qui, à partir de février, va payer le loyer. Fermeture de la librairie, 32 personnes dehors ».

[ Au quartier Latin, naguère, la librairie des PUF a subi le même diktat : les marges du livre ne sont pas celles des marchands de tissus. La compétition entre le papier et le chiffon était insoutenable dans un monde où le profit de quelques-uns passe avant le commerce des idées. ]

Face à « la brutalité symbolique de la fermeture de Castela par M. le baron et Mme Albanel »,
François Bon réaffirme sa double conviction : le livre papier et le livre numérique ne s'opposent pas ; « l’invention de formes qui disent le présent, et permettent écart avec lui, naissent et se diffusent désormais sur le web ».

.
feuille

François Bon mentionne 2 articles d’Hubert Guillaud dans La Feuille :

- Ce n’est pas l’Internet qui a tué la librairie

- Pourquoi nous sommes-nous détournés des libraires ?

.
- Internet écrit-il la fin du livre ? Forum Lyon - Libération - 26/11/2011
Dans un débat organisé par Libération, sur un sujet choyé par les marchands et les médias dominants, pas de lecteur, ni de spécialiste du livre. Mais OPDA, et deux marchands : le patron de Google et celui de la FNAC (ce dernier brandit l'épouvantail habituel de la musique numérique et tire à boulets rouges contre le méchant Amazon)
http://www.webcastor.eu/forumlibe/web2011/debats/index.html


castela-ld

source : La Dépêche

.

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,