21 janvier 2013

Un mythe opératoire

 

Sylvain Kahn, Le couple franco-allemand, un mythe, mais un mythe opératoire - F-Culture, 21.01.2013

http://www.franceculture.fr/emission-les-idees-claires-de-sylvain-kahn-le-couple-franco-allemand-un-mythe-operatoire-2013-01-21

« François Hollande s’envole vers Berlin pour fêter les noces d’or du couple franco-allemand.
Mais que célèbre-t-on au juste ?
Un échec.
Le traité de l’Elysée signé par Adenuaer et de Gaulle fut un pis-aller et un échec.
Un pis-aller, ce traité n’était plus qu’un ersatz du plan Fouché. Ce projet alternatif de DG visait une coopération entre les six états du traité de Rome, mais sans mutualisation des souverainetés et sans institutions communautaires. Le traité de l’Elysée devait masquer le rejet de ce projet gaulliste par les partenaires de la CEE.
Un échec, car jamais la relation franco-allemande ne fut plus creuse qu’entre 1963 et 1969 (relance de La Haye par Pompidou et Brandt). Pour l’historien Hans Stark, il faut attendre 1974 pour parler de couple (arrivée de Schmidt et de VGE, le couple de gendre idéal). En fait, ce n’est qu’en 1978 que Schmidt lève le veto mis par la RFA à un système monétaire européen demandé avec insistance par la France.
Quant au cœur du traité, une politique de défense autonome de l’OTAN, il n’a jamais battu. La France a réintégré le commandement militaire de l’Alliance atlantique. L’Allemagne est aux abonnés absents au Mali.

Que célébrons-nous alors ? Un mythe trois fois opératoire.
1 – Ce traité cache le nom des véritables géniteurs : Adenauer et Mollet. Le 4 novembre 1956, ils ont scellé à Matignon un accord sur la construction européeenne, qui débouche 5 mois plus tard sur le traité de Rome. Guy Mollet accepte que la Sarre intègre la RFA.

2 – Ce couple fut un choix, un choix réversible.
La célébration en grande pompe voudrait conjurer tout coup de pompe.

3 – Avec le traité de 1963, la France commémore une image de grande nation magnanime et généreuse avec l’envahisseur d'hier. Cette image habille la mutualisation des souverainetés nationales dans l’Europe, et donc l’abandon par la France de sa centralité dans l'histoire.

C’est pourquoi, à la façon des 2 corps du roi, le couple franco-allemand doit toujours survivre à la mort politique ou physique des dirigeants qui l'incarnent. de DG-Adenauer à Merkolande, via VGE-Schmidt ou Mitterrand-Kohl, Schroder-Chirac, le couple franco-allemand est mort. Vive le couple franco-allemand ».


- Le traité entre deux monuments du XXe siècle, Adenauer et de Gaulle
http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/01/21/le-traite-entre-deux-monuments-du-xxe-siecle-adenauer-et-de-gaulle_1819960_3214.html

Le Monde préfère s'en tenir à la vision gaullienne
et ignorer tout ce qui a été entrepris entre 1945 et 1958,
notamment par Jean Monnet et Robert Schumann.


- Libération
s'intéresse au VW de la victoire (allemande) :
http://www.liberation.fr/economie/2013/01/20/le-vw-de-la-victoire_875409

Depuis 39 ans, la Golf fait son trou
http://www.liberation.fr/economie/2013/01/20/depuis-trente-neuf-ans-la-golf-fait-son-trou_875371

 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


23 mai 2011

Malheureux manuel franco-allemand

Malheureux manuel franco-allemand... Frédéric Lemaître, Le Monde - Europe - 23.05.11 source : ldc

Extraits : 

« Le manuel ne rencontre pas le succès escompté. Alors que certaines régions et certains Länder en ont distribué plusieurs milliers dans les lycées, les deux premiers volumes se sont vendus à environ 40 000 exemplaires seulement dans chaque pays, bien loin du seuil des 100 000 considéré comme un succès. 

En France, la rupture de Nicolas Sarkozy est passée par là. La réforme des lycées bouleverse les programmes. En terminale S, l'histoire n'est plus qu'optionnelle. C'est en vain que les deux fédérations d'associations franco-allemandes alertent les pouvoirs publics. Nathan n'imprime le troisième volume qu'à 7 000 exemplaires. « Une partie des deux premiers volumes a été vendue à un public adulte cultivé. Nous allons essayer de faire de même avec le troisième", se désole Françoise Fougeron, la directrice générale »

« Distribué gratuitement dans plusieurs Länder, il n'est utilisé que comme manuel d'appui par de nombreux enseignants allemands. Les Français, eux, se méfient d'un livre soutenu par le pouvoir politique. Rares sont les enseignants qui parviennent à se l'approprier, constate Stefan Seidendorf : "80 % des Français disent que c'est plutôt un livre allemand, et vice versa. Dans les deux pays, les enseignants ne sont pas préparés à utiliser un tel manuel. En Allemagne, l'important est de former des citoyens, d'inciter les élèves à poser des questions. En France, l'enseignement est basé sur la dissertation et l'organisation des connaissances. Seules les personnes déjà sensibilisées aux relations franco-allemandes savent que les deux approches ne s'opposent pas mais sont complémentaires. »

Le manuel, un symbole parfait de la relation franco-allemande ?

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,