07 juillet 2016

Vue de Vire en 1706

 

 

vire-1706

Veüe de la ville de VIRE en Normandie du costé du midy.
Copié sur un dessin fait par l'ordre de M.r Foucault Conseiller d'Estat
Intendant à Caen 1706

Louis Boudan (dessinateur et graveur)
A voire sur Gallica (possibilité de zoomer)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6901739f

 

vire-1706-detail

Vire 1706 - détail - Les ruines du château, Notre-Dame, l'enceinte et la Porte Horloge


624 autres dessins de Louis Boudan sur le site de la BNF
http://data.bnf.fr/14952483/louis_boudan/#rdt310-14952483


vire-1706-raines

Vire 1706 - A proximité de l'Ecluse et de la Tour aux Raines, deux maisons hors les murs.

 

vire-1706-steanne

Vire en 1706 - détail - L'église Sainte-Anne (10) et l'Hôtel-Dieu (11)
.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


31 décembre 2015

P. Boucheron, Ce que peut l’Histoire 4

 

Patrick Boucheron, Ce que peut l’histoire
Leçon inaugurale, Collège de France, 17 décembre 2015

L'audio et la vidéo de la Leçon inaugurale sont en ligne.
http://www.college-de-france.fr/site/patrick-boucheron/inaugural-lecture-2015-12-17-18h00.htm


Le texte en accès libre sur Open Edition
http://books.openedition.org/cdf/4507



Notes (à relire et corriger) à partir de la leçon de Patrick Boucheron.
http://clioweb.free.fr/debats/notes-boucheron.pdf

http://clioweb.free.fr/debats/notes-boucheron.doc
Le texte officiel sera publié et disponible en ligne


« Nous avons besoin d’histoire car il nous faut du repos. Une halte pour reposer la conscience, pour que demeure la possibilité d’une conscience - non pas seulement le siège d’une pensée, mais d’une raison pratique, donnant toute latitude d’agir. Sauver le passé, sauver le temps de la frénésie du présent : les poètes s’y consacrent avec exactitude. Il faut pour cela travailler à s’affaiblir, à se désœuvrer, à rendre inopérante cette mise en péril de la temporalité qui saccage l’expérience et méprise l’enfance. « Étonner la catastrophe », disait Victor Hugo, ou avec Walter Benjamin, se mettre en travers de cette catastrophe lente à venir, qui est de continuation davantage que de soudaine rupture.

Voici pourquoi cette histoire n’a, par définition, ni commencement ni fin. Il faut sans se lasser et sans faiblir opposer une fin de non recevoir à tous ceux qui attendent des historiens qu’il les rassurent sur leur certitudes, cultivant sagement le petit lopin des continuités. L’accomplissement du rêve des origines est la fin de l’histoire - elle rejoindrait ainsi ce qu’elle était, ou devait être, depuis ces commencements qui n’ont jamais eu lieu nulle part sinon dans le rêve mortifère d’en stopper le cours. Car la fin de l’histoire, on le sait bien, a fait long feu. Aussi devons-nous, du même élan, revendiquer une histoire sans fin, parce que toujours ouverte à ce qui la déborde et la transporte, et sans finalité, une histoire que l’on pourrait traverser de part en part, librement, gaiement, visiter en tous ses lieux possibles, désirer comme un corps offert aux caresses, oui, demeurer en mouvement.»


01.01.2016
Boucheron, une histoire sans fin Le Monde 01.01.2016
http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/01/une-histoire-sans-fin_4840746_3232.html

Boucheron, extraits
http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/01/ce-que-peut-l-histoire_4840743_3232.html

 


rappel :
http://clioweb.canalblog.com/tag/Boucheron

articles et entretiens
http://www.college-de-france.fr/site/patrick-boucheron/Principaux-entretiens__1.htm

Les empires, vecteurs de la mondialisation, RDV histoire Blois 2015
« La recherche de l’identité est contraire à l’idée même d’histoire », Le Monde 24.09.2015
« L’hospitalité n’est pas un devoir, elle est un droit », La Croix, 17 septembre 2015
« Les historiens se doivent d’être indisciplinés », Télérama, 8 mars 2015
l'Atlas gobal (Les arènes) - Planète Terre 07.01.2015
« Combat avec une fresque dans un tunnel, la nuit », Le rideau, 26 mars 2014
«Un médiéviste est bien armé pour comprendre le présent » - Libération  26.12.2013
« L’histoire pour espacer le temps », Écrire l’histoire, 11, 2013
« Apologie pour une histoire inquiète », Nonfiction.fr, 12, 19 et 26 juin 2012 (entretien avec Pierre-Henri Ortiz)
« Entretien », Histoire pour tous, 25 janvier 2011
« L’invention de la mondialisation », La vie des idées, 19 mars 2010


Articles dans le magazine L'Histoire
http://lecercle.histoire.presse.fr/index/?motClef=&motClef2=&auteur=Boucheron

Jacques Le Goff, révolutionnaire heureux 409
Georges Duby a-t-il inventé Bouvines ? 399
Les gargouilles, ces monstres qui nous regardent 368
L'orientalisme est né au Moyen Age 367
Qui a inventé les Grandes Découvertes ?
Et Alberti inventa la peinture... 309
Florence au temps des Médicis 274
Rome, le pape et Michel-Ange n°234
Princes et architectes de la Renaissance 197
Machiavel, l'inquiétude en héritage, coll 4.3 et 44
Michelet, prophète de la nation coll 44


.

.

25 juin 2014

Les Ménines, Velázquez

 

menines

Les Ménines, Velázquez
http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Ménines


reproductions et détails dans le Web Gallery of Art
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/v/velazque/08/index.html
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/v/velazque/08/0801vela.html

http://clioweb.canalblog/tag/menines

hugon-philippe4

Alain Hugon (U. Caen) utilise le tableau de Velasquez pour introduire une biographie de Philippe IV.

Une présentation :
http://www.cineclubdecaen.com/peinture/peintres/velazquez/menines.htm

Yves Dubois (U. Liège 2008), Les Ménines de Velázquez : l’unité retrouvée ?
Il rappelle les lectures de Michel Foucault et Daniel Arasse.
http://orbi.ulg.ac.be/jspui/bitstream/2268/111119/1/Les%20M%C3%A9nines%20-%20Art_Fact.pdf
Histoire de peintures de Daniel Arasse (livre et cd)
http://clioweb.free.fr/art/arasse.htm


Joë Fesseau
http://www.pedagogie.ac-nantes.fr/culture-humaniste/scenarios-pedagogiques/xviieme-velasquez-les-menines-684107.kjsp?RH=PEDA

Le CREHA et le site de Grenoble proposent des pistes d’exploitation.
http://www.ac-grenoble.fr/college/pagnol.valence/file/HDA/Espagnol/Proposition_de_Plan_de_Commentaire_de.pdf

http://www.ac-grenoble.fr/disciplines/espagnol/articles.php?pg=101

Il est étudié par Hélène Jaquin (Arts plastiques, Nantes 2008)

En espagnol, le musée du Prado a mis en ligne un commentaire audio
http://es.wikipedia.org/wiki/Las_meninas

http://www.museodelprado.es/coleccion/que-ver/1-hora-en-el-museo/obra/la-familia-de-felipe-iv-o-las-meninas/

http://clioweb.canalblog/tag/menines

.

Posté par clioweb à 07:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 juin 2014

Les historiens et Michel Foucault

 

- Très forte présence de Foucault dans les magazines et dans la presse :

Foucault, sa vie, son oeuvre, ses héritiers, bilan critique, un hors série de Sciences Humaines

Michel Foucault, la pensée en actions, le Monde culture et idées 19.06.2014
Frédéric Gros : « une invitation à penser autrement »
http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/06/19/michel-foucault-la-pensee-en-actions_4441598_3246.html

Dossier Foucault dans Libération, dont la dernière interview
http://www.liberation.fr/culture/2014/06/20/ecoutez-la-derniere-interview-de-michel-foucault_1046426
Folie, sexualité… les champs magnétiques de Foucault
http://www.liberation.fr/culture/2014/06/20/folie-sexualite-les-champs-magnetiques-de-foucault_1046633
«Son œuvre est devenue une clé à la compréhension du néolibéralisme»
Jack Z. Bratich, State University of New Jersey


 

- Une histoire au présent. Les historiens et Michel Foucault
Damien Boquet, Blaise Dufal, Pauline Labey (ed.), CNRS editions 2013

fouc-calais


« 18 contributions, des parcours singuliers d’historiens, des expériences de recherche qui ont puisé chez M. Foucault des idées, des intuitions, des outils de toute nature ... Les auteurs questionnent aussi bien des chantiers ouverts par Foucault (folie et déraison, enfermement psychiatrique et carcéral, pastorale, sexualité), des outils conceptuels (pratiques discursives, biopolitique, gouvernementalité, techniques de soi, régimes de vérité, objectivation du sujet), que des propositions historiographiques et épistémologiques (archéologie et généalogie, césure et continuité) ».

«Tordant le cou à une idée reçue qui voudrait que les historiens sont dans une position de défiance, voire de pinaillage érudit, face aux grandes enjambées historiques de Foucault, nous montrons au contraire que de nombreux historiens de formations très différentes, sans toujours revendiquer l’héritage foucaldien, font un usage critique de son œuvre ».
http://foucaultnews.com/2013/12/24/les-historiens-et-foucault/

Entretien de Nicolas Offenstadt avec Blaise Dufaldans Le Monde des livres 07.05.2014
Lectures : http://lectures.revues.org/14324


- Foucault et la Renaissance, colloque Toulouse II-Le Mirail (14-16 mars 2012)
http://char.hypotheses.org/805
http://www.canal-u.tv/producteurs/universite_toulouse_ii_le_mirail/colloques/foucault_et_la_renaissance

dont Andrea Frisch, Rompre avec le passé : Foucault et l'historiographie de la rupture 
http://www.canal-u.tv/video/foucault-frisch

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 mars 2014

Vacarme : Joan W. Scott et le genre

 

History Trouble
Vacarme
no 66 publie un long entretien avec Joan W. Scott, l'historienne du genre.
http://www.vacarme.org/article2325.html

Elle retrace son parcours intellectuel et son engagement politique, depuis l'histoire des verriers de Carmaux (les mineurs, c'était Rolande Trempé) jusqu'au combat contre la rhétorique du Vatican pour qui "la théorie du genre" a remplacé la détestation du communisme.

Pour ce bébé couches rouges, l'étude de la domination et des rapports dissymétriques est centrale. « J’ai questionné par exemple la façon dont le principe universel d’égalité des citoyens s’était accommodé de l’exclusion politique des femmes ». « Dans tous mes ouvrages, je m’attache ainsi à décrire la façon dont les gens qui vivent dans un rapport inégalitaire l’éprouvent, le pensent et le formulent ».
Elle passe de l'histoire ouvrière à l'histoire des femmes, elle se passionne pour Foucault, Derrida et Irigaray (la "French Theory"), elle s'en sert pour dénaturaliser les rôles dévolus aux hommes et aux femmes dans la vision d'un universalisme de l'individu abstrait, elle s'intéresse aux apports de la psychanalyse (Freud et Lacan). Elle historicise et déconstruit les concepts, elle suggère que certaines catégories rendent les questions impossibles à poser (et à résoudre).

extraits :
« Les Mots et les choses ont joué pour moi un rôle essentiel. Foucault interrogeait les catégories même du débat historique et politique telles qu’elles se sont constituées de la Renaissance à l’âge classique : l’histoire, bien sûr, mais aussi la raison comme attribut de l’homme, la souveraineté comme droit inhérent de l’individu, la liberté comme sa condition désirée, ou encore la vérité, la sexualité, l’être humain, la différence des sexes, etc. - toutes choses qui devenaient des termes malléables et mouvants sur lesquels la compréhension et le savoir étaient pourtant bâtis. La notion même d’événement historique en était bouleversée : les événements, c’étaient désormais les caps discursifs, les mutations conceptuelles qui créent des valeurs, des significations, des sujets. Je n’ai jamais oublié le sentiment que m’a donné cette lecture : une angoisse énorme mêlée d’une tentation irrésistible. Chez moi, les deux vont souvent de pair ! Jusque là, mon attachement à l’histoire avait été raisonnable ; c’est là qu’a commencé ma passion. Je me suis donc ralliée à ce groupe de femmes. Et c’est ainsi que je suis devenue, pour mes compatriotes, une féministe à la française  (avec de jolies chaussures) ».

« Le genre est une catégorie utile d'analyse historique... Il a permis de dénaturaliser les rôles dévolus aux femmes et aux hommes, de montrer que l’anatomie n’est pas un destin, et donc de combattre les traitements inégalitaires justifiés par la différence anatomique... J’avais l’intuition, que je ne parvenais pas encore à formuler, que ces questions trouveraient des réponses plus adéquates si nous savions interroger les significations mêmes des concepts d’homme et de femme. Et cette intuition était à la fois historique et politique ... Le langage est ainsi devenu pour moi un objet d’enquête pour comprendre la construction des sujets, des organisations sociales et des relations de pouvoir ».
« Quoi qu’en disent les catholiques qui, en France, ont lancé la controverse, il n’y a pas de « théorie du genre ». C'est une invention qui a remplacé le communisme dans la rhétorique du Vatican. Il y a des études de genre, c’est-à-dire des questions. Les mots ne sont jamais que les batailles pour les définir ! Les adversaires du genre entendent faire valoir les significations qu’ils donnent à la différence du masculin et du féminin : une complémentarité qui justifierait selon eux une inégalité. Ils participent à une lutte entre ce qui compte comme étant de l’ordre du « naturel » et ce qui compte comme étant de l’ordre du « social ». Or le terrain de cette lutte, c’est justement ce qu’on appelle le genre ! Selon moi, il n’y a pas d’autre définition ».

« En France, nier que le sexe et la sexualité soient des problèmes est un trait de “l'identité nationale” ».

« Je n’ai jamais critiqué la France, mais des Français qui justifient des comportements racistes et discriminatoires par des idées universelles et républicaines. Je ne suis pas étonnée de voir aujourd’hui ce féminisme-là revendiqué par des partis d’extrême droite. On peut toujours me traiter de multiculturaliste américaine, j’ai appris de mon expérience américaine à débusquer le racisme et la discrimination ».

Une école historique ?
« Je ne sais pas, et je ne veux pas porter la responsabilité d’un « scottisme » (rires). … La critique que je pratique ne donne pas des réponses : je peux tout au plus ouvrir des brèches, une conversation, des possibilités. Quant à savoir où elles mènent sur un plan directement politique… dans ma recherche, je me suis toujours efforcé de compliquer mes propres convictions politiques. En montrant que femme est une catégorie mouvante et plurielle dans l’histoire, je résistais à la demande de groupes féministes de production d’une histoire des femmes téléologique, du récit d’une montée en puissance de la conscience de soi. Peut-être est-ce d’ailleurs ce qui m’a toujours motivée : le refus critique d’accepter les termes d’un groupe qui m’importe et dont j’approuve les buts. C’est mon paradoxe ! »


Rappels :
articles précédents dans Vacarme : Comment peut-on être américaine ? http://www.vacarme.org/mot588.html

Joan W. Scott, article Wikipedia (ouvrages et articles) : https://en.wikipedia.org/wiki/Joan_Wallach_Scott
Les publications de Joan W. Scott : http://www.sss.ias.edu/files/pdfs/scottcv.pdf

Joan W. Scott, La citoyenne paradoxale : les féministes françaises et les droits de l'homme, Paris, 1998,
CR Françoise Thébaud, Clio 12.2000 - http://clio.revues.org/202

Au-delà du patriarcat - Scott Joan,  Emancipation and Equality : A Critical Genealogy

colloque Penser l'émancipation, Nanterre février 2014
http://www.penserlemancipation.net/site.html?page=atelier&id=94

dans la revue de presse Clioweb :
http://clioweb.canalblog.com/tag/joanscott
http://clioweb.canalblog.com/tag/genre


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,