29 mars 2014

La notation des profs, le retour

 

- Peut-on un jour imaginer en France les élèves évaluant leurs enseignants ?
Eric Charbonnier, blog Education déchiffrée

Une récente étude de l'OCDE estime qu'il est essentiel de faire participer tout le personnel et les élèves d'un établissement à des auto-évaluations. Une pratique éloignée des habitudes françaises.
Peut-on imaginer en France les élèves évaluant leurs profs ?
http://educationdechiffree.blog.lemonde.fr/2014/03/28/peut-on-un-jour-imaginer-en-france-les-eleves-evaluant-leurs-enseignants/

Une récente étude de l’OCDEportant sur l’évaluation dans le monde de l’éducation est parvenue à la conclusion qu’il était important de faire participer l’ensemble du personnel de l’établissement et les élèves à des auto-évaluations de l’établissement, et d’utiliser le retour d’information des élèves concernant les enseignants à des fins formatives et d’amélioration.
http://www.oecd.org/site/eduistp13/TS2013%20Background%20Report.pdf

Eric Charbonnier travaille au sein de la direction de l’éducation de l’OCDE depuis 1998. Il se présente comme l'homme des chiffres et du financement de l'Education.
http://educationdechiffree.blog.lemonde.fr/a-propos/


- En 2008, le site note2be invitait les élèves à noter sur 20 leurs profs, cités nommément, selon six critères
(« clair ? “ ‘intéressant ? motivé ? etc.).
Stéphane Colas, le fondateur, était candidat aux muncipales sur la liste UMP de Pierre Lellouche dans le VIIIe.
http://rue89.nouvelobs.com/2008/02/22/note2be-le-site-qui-note-les-profs-et-les-enerve

- En mars 2012, le blogueur d'Arte avait vanté ce type de notation, à partir d'un bahut allemand
http://clioweb.canalblog.com/archives/2012/03/05/23679560.html

- Chatel avait osé publier un décret très contesté sur la notation des profs le 8 mai 2012,  2 jours après la défaite de Sarko.
Le Monde 09.05.2012 - http://tinyurl.com/lm-09052012-notation

- En déc 2013, Chatel a affirmé : « Nous n'avions pas supprimé la formation (initiale) » - Le Figaro 03.12.02013
De nombreux jeunes collègues ont pourtant été affectés avec service de 15 ou 18 heures sans réelle formation préalable au métier de prof, un métier qui n'existe sans doute pas pour l'ex DRH de chez L'Oréal.

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 juin 2013

Formation : moratoire demandé

 

Formation des enseignants: le nouveau management à l'œuvre
José Garcia-Romeu, MdC, U Toulon-Var - Mediapart, 12.06.2013 (source NP)
http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/120613/

extraits :
JGR pointe les écueils prévisibles d'une réforme précipitée.

« ... le niveau d’exigence élevé qui préside à la philosophie de la réforme n’est en réalité exigeant qu’envers les candidats car le manque de moyens et de temps (les deux courtes années du master) ainsi que les contradictions du projet n’autorisent pas la mise en place d’un système de formation aussi ambitieux. Là encore, le changement de paradigme managérial est frappant : tout l’effort d’adaptation pèsera sur les formateurs et sur leurs étudiants, tandis que les cadres dirigeants planifieront la dégradation des conditions de travail et d’étude ».

« Les ministères nous demandent en effet de travailler dans l’urgence afin que ces diplômes fonctionnent dès la rentrée de septembre. Encadrés par des hiérarchies locales qui naviguent à vue, nous montons des projets que nous savons mauvais, dans l’ignorance de certains cadrages que les ministères tardent à nous communiquer »

« Une réforme en profondeur de la formation des enseignants exige une réflexion approfondie…
Il paraît donc urgent que les ministères entendent, enfin, les demandes répétées de moratoire émanant de tant d’organismes intéressés et avertis (sociétés savantes, institutions universitaires, syndicats…) ».


.

Posté par clioweb à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 janvier 2013

Formation : débat à gauche

 

- Formation des enseignants: polémique à gauche - S. Huet, Sciences 2
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2013/01/formation


Chatel et Pécresse ont démoli sans hésiter la formation au métier d'enseignant. 
La renaissance de cette formation des enseignants suscite de nombreux débats.
{Sciences²} y avait contribué en publiant un texte provenant du GRFDE le 14 janvier. Il présentait une conclusion assez paradoxale de l'analyse des coûts de ses propositions: la formation la meilleure était aussi la moins chère

Ce texte a suscité une réaction vigoureuse de deux enseignants, Claire Pontais, Christian Couturier, syndicalistes au SNEP-FSU. Le débat ainsi posé se situe clairement entre citoyens "de gauche". Sylvestre Huet publie également la réponse du GRFDE ».


- Pour le CAPES d'histoire, lire la lettre à V. Peillon signée par les historiens Christian Delacroix, François Dosse et Patrick Garcia.
extrait de la conclusion :

« C’est pourquoi nous appelons tous les enseignants et en particulier ceux qui travaillent dans la formation des enseignants à exprimer publiquement leur refus de ce projet en l’état pour demander :

• Ne pas surcharger l’année de préparation du concours pour que les étudiant-e-s puissent s’y préparer dans de bonnes conditions.

• Pour les concours :
- des épreuves d’admission qui vérifient la maîtrise des savoirs disciplinaires
- des épreuves orales qui complètent et approfondissent cette vérification du côté de la réflexion sur l’histoire, l’épistémologie, les méthodes, les débats, les contenus des disciplines et de leur enseignement, dans une perspective qui intègre les enjeux de l’interdisciplinarité – des épreuves qui comprennent donc une réflexion sur les savoirs scolaires et sur les spécificités disciplinaires du métier d’enseignant.
- Le cœur de la formation professionnelle doit être, après le concours, une année de formation en alternance avec un service réduit devant les élèves comprenant un travail de recherche disciplinaire (qui peut être une recherche concernant l’enseignement de la discipline) sanctionnée par la soutenance d’un mémoire ».
http://crheh.hypotheses.org/78

- Sauvons l'université :
http://www.sauvonsluniversite.com/


.
.

Posté par clioweb à 08:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 décembre 2012

Le projet de loi Peillon

 

- Le projet de loi sur la refondation de l'école dévoilé - Le Monde 05.12.2012 (source : aggior)
http://www.lemonde.fr/education/article/2012/12/05/le-projet-sur-la-refondation-de-l-ecole-devoile_1800504_1473685.html


- Ce que dit le projet de loi de Vincent Peillon sur l'école - L'Express
http://www.lexpress.fr/education/ce-que-dit-le-projet-de-loi-sur-l-ecole_1195641.html

Le projet de loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République, l'une des promesses de campagne du président François Hollande, sera présenté au Parlement début 2013.

Ce texte, présenté au CSE (Conseil supérieur de l'Education) le 14 décembre prochain devrait être examiné par le Parlement début 2013. Le texte de loi contient 53 articles (pages 1-23) et un rapport annexé (p 24-49). La loi Fillon datait du 23 avril avril 2005.
http://static.lexpress.fr/pub/pdf/projet_de_loi_prerose.pdf

Cinq objectifs
- Les écoles supérieures du professorat et de l'éducation assureront une vraie formation initiale et continue pour les métiers de l'éducation.
- Faire entrer l'école dans l'ère du numérique
- Mettre le contenu des enseignements et la progressivité des apprentissages au coeur de la refondation ;
- Rénover l'orientation - Renouer le dialogue avec les partenaires de l'école.

Le Point - http://www.lepoint.fr/politique/le-projet-de-loi-sur-l-ecole-devoile-06-12-2012-1540709_20.php

Libération :
L’école pour les moins de 3 ans
La formation des enseignants
Des cours de morale laïque
La création de 60 000 postes
La réforme des rythmes scolaires, un texte à part
http://www.liberation.fr/societe/2012/12/06/le-projet-de-vincent-peillon-pour-la-refondation-de-l-ecole_865616

Le Figaro :
60.000 postes sur le quinquennat
Des écoles supérieures du professorat et de l'éducation
Un «socle commun» revu
Réactivation du conseil national des programmes
L'ambition numérique
Un cycle CM2-6e
Et les rythmes scolaires?
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/12/06/01016-20121206ARTFIG00653-projet-de-loi-sur-l-ecole-ce-qui-va-changer.php


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 juin 2012

La masterisation retoquée

 

- Le Conseil d'Etat retoque la réforme de la mastérisation - Le Monde Education
http://tinyurl.com/d9cydzc

Un article du Monde rappelle la décision du Conseil d'Etat, envisage les options possibles pour l'actuel ministre et confirme plusieurs constats :
. Le ministre précédent a été expert en casse durable. Pas besoin de négocier, pas nécessaire de dégager un consensus entre les acteurs. Il suffit juste de signer un décret (et de penser à faire signer sa collègue des universités).

. Pour les thatchériens, le court terme écrase tout le reste : récupérer 4000 postes, cela vaut bien de dégrader les conditions de travail et de priver une génération de formation initiale en alternance.

. Il est même possible de tenter de cacher cette brutalisation
en la costumant en menschen material (ressources dites ""humaines"").
Un lien rappelle le jugement de 2 IG sur le « bilan globalement positif » de cette démolition.


- Zéro pointé sur l'aide personnalisée - Libération Education
Selon une enquête du SNUipp-FSU, 8 enseignants sur 10 jugent son efficacité insatisfaisante.

- 06.06.2012 - Peillon en mode pianissimo - Libération, à lire en ligne le jeudi 7
Très attendu, le ministre de l’Education multiplie les contacts, sans trop s’avancer.
http://www.liberation.fr/societe/2012/06/05/peillon-en-mode-pianissimo_823873

« Nos collègues veulent des gestes dès la rentrée » - Libération, 05.06.2012
Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du Snes-FSU évoque une décharge pour la formation des jeunes profs (3 ou 6 heures ?) - http://www.liberation.fr/societe/2012/06/05/nos-collegues-veulent-des-gestes-des-la-rentree_823872


- L'Education est devenu un enjeu politique. Les débats s'annoncent difficiles, avec deux camps inconciliables :
. L'innovation est absolument nécessaire, affirme Antoine Prost (Le Café). Mais elle inquiète le ministère qui lui préfère l'obéissance à la hiérarchie et les routines (quantifiables)
. Les propos de V. Peillon sont vilipendés sur Neoprofs où la pédagogie et l'innovation n'ont pas bonne presse ...


- Apprendre avec les tice en HG, Sylvain Genevois, Les Cahiers pédagogiques

La question de la « plus-value » des TICE risque de leur attribuer le pouvoir de changer la pédagogie ou de les réduire à un simple support. Un outil n’est jamais complètement neutre. Il convient donc de s’interroger sur ce que les tice changent vraiment dans les pratiques ordinaires.
La principale légitimité des apprentissages numériques est social ; ils ne peuvent pas dépendre uniquement d'injonctions (programmes, IPR...)



.

Posté par clioweb à 13:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 mars 2011

1881 : 5 parcours de profs


Rentrée 2010 : Les jeunes profs sont privés de formation professionnelle par alternance
. Les chargés de com' de la rue de Grenelle trouveront toujours des prétextes vendables aux médias dominants et des électeurs complaisants.

Décembre 1881 : Ernest Lavisse, dans sa leçon d'ouverture à la Sorbonne détaille cinq parcours * de candidats à l'agrégation d'histoire. La précarité est au rendez-vous, elle est l'héritage de la politique menée par les régimes précédents, notamment le Second Empire (Lavisse fait exception pour Victor Duruy) et par la droite royaliste et cléricale (le parti dit de « l'Ordre » en 1849, le régime dit de « l'Ordre moral » en 1873).

« Le malheur (la débâcle de 1870) nous a appris qu'une économie faite sur l'école coûte cher...» (p 16)

« C’est une règle absolue qu’en toutes sortes d’entreprises on doit laisser au hasard la moindre part, et, quand une institution entend former des professeurs d’histoire et des historiens, elle doit leur fournir les moyens de devenir ce qu’elle veut qu’ils soient » (p 11).

Pour Lavisse, les Républicains de 1881 ont choisi de mettre les moyens. Il évoque la réforme commencée de l'enseignement supérieur et les espérances qu'elle permet (p 15)

 
* Les 5 parcours de profs précaires 

« ... l’an dernier (1880), des professeurs licenciés, délégués dans les lycées à Paris pour y enseigner l’histoire dans les basses classes, ont suivi des conférences préparatoires a l’agrégation faites à la Faculté des lettres de Paris. Nous nous sommes enquis de leur passé et nous avons copie de cet interrogatoire. Cinq avaient passé la trentaine. 

Voici le curriculum vitae de M. A : trente-trois ans; a été maître répétiteur à Valenciennes, Amiens, Paris, jusqu’à l’âge de vingt-huit ans ; ensuite, professeur de grammaire au collège d’Orange, pendant deux ans ; a demandé, sur le conseil du recteur d’Aix, une chaire d’histoire, qu’on lui a donnée à Lunéville ; s’est présenté deux fois à l’agrégation, sans avoir eu le moyen de s’y préparer. ; a échoué. 

M B a trente ans : il a débuté à dix-huit ans ; successivement aspirant-répétiteur à Troyes, à Reims ; maître auxiliaire à Nancy où il a préparé sa licence ès lettres; devenu licencié, a été nommé professeur de seconde à Epinal ; aurait bien voulu être professeur d’histoire ; a, pendant quatre années. attendu une chaire d’histoire; enfin. professeur d’histoire à Commercy et à Compiègne ; s’est préparé à l’agrégation, sans secours; a échoué.

M. C. a trente-deux ans ; il a débuté à vingt ans et est resté cinq ans maître d’études; il désirait enseigner la grammaire, mais on lui a donné une chaire d’histoire qu’il a gardée sept ans ; s’est préparé à l’agrégation de grammaire, sans aucun secours; a échoué ; s’est préparé à l’agrégation d’histoire, sans secours encore; a échoué.

M. D. a trente-quatre ans; il est resté maître d’études pendant quatre ans ; licencié, il aurait voulu enseigner l’histoire; a été professeur de quatrième pendant quatre ans à Guéret ; puis de philosophie et de rhétorique à Saint-Flour. sur réquisition du recteur, qui avait besoin d’un philosophe y est resté trois ans, la pénurie de philosophes persistant; a obtenu enfin la chaire d’histoire du collège de Saintes; s’est préparé à l’agrégation toujours sans secours ni succès.

M. E. a été cinq ans maître d’études, six ans maître élémentaire. Sans oser demander une chaire d’histoire, parce que le professeur d’histoire, ne donnant pas de leçons particulières, est plus pauvre que ses collègues.

Ainsi, de ces cinq jeunes gens. un est devenu professeur d’histoire sur un conseil donné en passant par son recteur; un second est demeuré longtemps professeur de grammaire, quand il voulait être professeur d’histoire; un troisième a été professeur d’histoire quand il voulait être professeur de grammaire; un quatrième a été. plusieurs années durant, philosophe malgré lui; le cinquième a craint de mourir de faim.

Tous les cinq ont un grand mérite : entrés dans l’enseignement public par goût ou par nécessité, ils ne se sont pas endormis ; ils ont conquis le grade de licencié ès lettres après beaucoup d’efforts; puis ils ont affronté le difficile concours de l’agrégation d’histoire, et les premiers échecs ne les ont pas découragés. Quand ils auront enfin touché le but, leurs cheveux grisonneront ».

Ernest Lavisse, L’enseignement historique en Sorbonne et l’éducation nationale, Leçon d’ouverture au cours d’histoire du moyen âge, à la Faculté des Lettres de Paris en décembre 1881 - Extrait de la Revue des Deux Mondes livraison du 15 février 1882

Version texte (à corriger) au format word : http://clioweb.free.fr/textes/gallica/lavisse-1881.doc

- Pierre Nora, Ernest Lavisse, « l'instituteur national »Les Lieux de mémoire, La République, Pédagogie, quarto 1
- Dans Les Collections de L'Histoire n° 44 - 07/2009
Ernest Lavisse, « l'instituteur national », Olivier Loubes
La république a-t-elle besoin de grands hommes ? 
Maurice Agulhon (04/2001 | n°242) 

lavisse

Ernest Lavisse (1842-1922) - source : Académie française
 

lavisse_QEN

source : Gallica :
ftp://ftp.bnf.fr/007/N0070769_PDF_1_-1DM.pdf

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k707699/f3.image.r=.langFR

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k707699/f73.texte.swf

 
 

Posté par clioweb à 09:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 janvier 2011

Le gâchis de la hamsterisation

Le gâchis de la « mastérisation » -
Véronique Soulé, Libération 22/01/2010
http://www.liberation.fr/societe/01012315044-le-gachis-de-la-masterisation

« La réforme de la formation des enseignants, appelée mastérisation , a été bâclée, précipitée, en un mot ratée »
ou dit autrement La casse des iufm et de la formation en alternance a été réussie, et l'image du métier est profondément dégradée dans l'opinion.

Pour l'instant, ce sont de jeunes collègues, pleins d’enthousiasme, qui déchantent et subissent.
Encore une brutalisation consentie ?

.
- Une ""réforme"" du lycée à moyens constants ? - Libération

NS avait promis que la ""réforme"" du lycée, à laquelle il tient tant, ne serait pas l’occasion de faire des économies et « serait menée à moyens constants ». « Pour beaucoup aujourd’hui, avec encore 16 000 suppressions de postes à la rentrée 2011 dans l’Education, on en est arrivé à l’os : malgré l’assurance du gouvernement que l’on va faire mieux avec moins, c’est désormais la qualité du service public qui est en jeu ».
A lire en ligne dimanche ou  lundi
http://www.liberation.fr/societe/01012315290-reformer-pour-mieux-economiser

.
- Les recettes des recteurs pour supprimer des postes d'enseignants. Le Monde 22/01/2011
Alors qu'un collectif de 25 organisations manifeste samedi contre le budget 2011, les recteurs préparent la rentrée

Versailles : rogner les moyens d'établissements classés en zone d'éducation prioritaire (ZEP), fusionner les BTS
Toulouse : Les lycées généraux seront lourdement ponctionnés
« Nancy-Metz préserve ses collèges » titre le journal … en fusionnant les établissements ??
A Créteil, les intervenants en langue sont sacrifiés.
http://www.lemonde.fr/societe/
http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/01/22/

 

Posté par clioweb à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 septembre 2010

La vidéo, faute de vraie formation

Les jeunes enseignants apprennent à gérer leur classe grâce à des vidéos. Luc Cédelle pour Le Monde 27/09/2010

16 000 jeunes enseignants ont été envoyés par le ministre dans les collèges et les lycées sans formation professionnelle préalable.
Depuis la rentrée, le CNDP, l’INRP (Néopass@ction ) proposent aux jeunes profs de se débrouiller en... regardant des vidéos censées leur enseigner les rudiments du métier… « Les thèmes abordés vont de « l’utilisation du tableau » à la « posture de l'enseignant » en passant par la « mise au travail des élèves en début de cours » ou la « cohérence des sanctions ». Une palette de sujets qui révèlent l'immensité des défis professionnels que rencontrent les nouveaux profs ».

A défaut de formation par alternance, le ministère a fait le choix de thèmes sécuritaires et demande à la vidéo de fournir des réponses toutes faites (Le JT de France 2 montrait la version dvd fournie aux stagiaires 18 h à Créteil). Il n'en finit pas d'inventer des succédanés à défaut d'avoir la volonté et les moyens de répondre au vrai besoin de formation professionnelle.

Les communicants du ministère annoncent d'autres formations, dont une sur « la gestion de crise »... toujours en vidéo...

Posté par clioweb à 18:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,